• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
KAWA-MOTA
Paris, le 4 octobre 2019

Kawasaki aurait-il intérêt à racheter Bimota ?

Kawasaki aurait-il intérêt à racheter Bimota ?

Alors que selon une rumeur insistante Kawasaki pourrait racheter le petit constructeur italien de prestigieuses motos sportives Bimota, MNC a interrogé Kawasaki France et explore différentes pistes. Quels sont les intérêts possibles de la firme d'Akashi avec cette hypothétique transaction ? Prospective.

Imprimer

Nos confrères de Yesterbike.it sont formels : Kawasaki Heavy Industries (KHI) serait en tractations avancées avec Bimota, voire aurait déjà racheté la célèbre marque italienne fondée en 1966 à Rimini par Valerio "Bi"anchi, Giuseppe "Mo"rri et Massimo "Ta"mburini (les deux premières lettres de chacun composent Bimota) !

Selon le site italien, Kawasaki aurait déjà annoncé cette acquisition aux fournisseurs historiques de Bimota et préparerait une conférence de presse pour l'officialiser. Rappelons que Bimota a été liquidée en 2000 puis relancée en 2003, avant de passer dix ans plus tard aux mains des investisseurs suisses Marco Chiancianesi et Daniele Longoni.

Être racheté par un groupe aussi solide et diversifié que KHI (constructeur de motos mais aussi de bateaux, de trains, de turbines, d'hélicoptères et de robots industriels) serait une aubaine pour cet artisan de la "haute couture moto", victime d'innombrables banqueroutes pendant son demi-siècle d'existence et à l'origine d'un retour avorté en mondial Superbike en 2014.

"Je n'ai aucune information précise, mais ce sont des rumeurs qui circulent avec insistance depuis quelques jours", reconnaît Giuseppe Morri, l'un des trois pères fondateurs aujourd'hui âgé de 78 ans. "Si l'acquisition de Kawasaki se confirme, (...) j'en serais heureux et fier, car cela voudrait dire que la marque est plus forte que ceux qui l'ont abîmée ces 20 dernières années".

Kawasaki France n'a "aucun commentaire à faire à ce sujet"

Le Journal moto du Net a naturellement contacté la filiale française de Kawasaki pour en savoir plus sur cet éventuel rachat et connaître les projets du constructeur japonais avec cette hypothétique acquisition de Bimota.

"Je n'ai malheureusement aucun commentaire à à ce sujet", nous a répondu le porte-parole de Kawasaki France... Que cache cette formule vague et un rien énigmatique, qui équivaut au "pas de commentaire" cher aux avocats et aux politiques ? Qu'il n'y a rien à commenter ? Qu'au contraire Kawasaki garde volontairement le silence pour contrôler sa communication jusqu'à l'officialisation de son rachat de Bimota ? Pour la rédaction de MNC, les deux options se tiennent !

Bimota racheté par Kawasaki : pourquoi faire ?

Pour quelles raisons Kawasaki se porterait-il acquéreur de Bimota, constructeur non seulement déficitaire mais surtout présent sur un minuscule créneau : celui de la moto sportive conçue artisanalement, avec des innovations et des pièces extrêmement onéreuses ?

Pénétrer l'ultra haut de gamme

Première hypothèque : ce rachat sert à relancer une marque dont l'aura reste forte et qui véhicule une image luxueuse et noble. Rappelons que le constructeur Bimota s'est toujours singularisé par sa quête obsessionnelle du meilleur rapport poids-puissance et son niveau élevé de raffinement. 

Kawasaki pourrait s'en servir pour pénétrer l'ultra haut de gamme aux côtés des "joailliers" de la moto comme le français Avinton, l'américain Ecosse, l'italien NCR ou la marque anglo-française Brough Superior. Sur ce marché de niche, les racines européennes et l'exclusivité de Bimota seraient plus "vendeuses" que la position généraliste de Kawasaki.

Mettre la main sur certaines technologies

Deuxième hypothèse : Kawasaki rachète Bimota pour mettre la main sur certaines de ses technologies, comme son train avant non conventionnel "Dive Controlled System" lancé en 1983 et exploité sur ses différentes versions de sportives Tesi. Ce système repose sur un double bras oscillant et une tringlerie complexe reliant le guidon au moyeu.

Bimota, forte de sa longue et fructueuse expérience en Grands Prix, a également exploré d'autres alternatives peu courantes comme son cadre Omega, proche de celui de feu la Yamaha GTS. L'une des dernières motos Bimota croisées par MNC - la Tesi 3D RaceCafe de 2016 ci-dessus - reprenaient justement ses deux technologies...

Kawasaki met le turbo sur Bimota ?! 

Une autre voie explorée par Bimota pourrait intéresser Kawasaki : la suralimentation ! Bimota s'est sérieusement penché sur la question en 2013 avec son prototype DB11 VLX, boosté par un compresseur. L'objectif était d'intégrer la turbine entre les cylindres ouverts à 90° de son twin Ducati, afin de contenir l'encombrement.

Deux ans plus tard, en 2015, Bimota présente l'Impeto à moteur de Ducati Diavel, qui reçoit en option un compresseur volumétrique capable de faire grimper de "15 à 20%" la puissance d'origine du twin de 162 ch. Le résultat ne devait pas être triste !

L'attrait de la suralimentation

Or Kawasaki est justement le seul grand constructeur à faire appel à la suralimentation sur ses spectaculaires Ninja H2 (R), H2 SX et la future "H2Z" ! Les Verts sont par conséquent les mieux placés pour tirer un potentiel bénéfice des éventuelles avancées de Bimota.

Enfin, dernière hypothèse : le rachat de Bimota par Kawasaki n'est que le fruit de l'imagination un peu trop enflammée de nos confrères italiens... Un "K" de figure à ne pas négliger car, après tout les rumeurs comme les promesses politiques n'engagent que ceux qui y croient ! 

Les rumeurs n'engagent que ceux qui y croient...

Rappelons pour finir que Bimota a déjà collaboré avec les quatre constructeurs japonais : sa première moto produite en 1973, la HB1 pour "Honda-Bimota 1", utilise le 4-cylindres de la Honda CB750. Suivront les KB (Kawasaki-Bimota) et les SB (Suzuki-Bimota).

Bimota s'est également illustré en Grands Prix avec des motos à moteur Yamaha - des YB, logique ! -, avec à la clé le titre en 350 cc décroché par Jonnie Ekerold en 1980. Mais l'artisan italien est surtout connu pour sa longue association avec Ducati, qui a donné naissance à des motos véritablement hors du commun...

A suivre naturellement sur MNC : restez connectés !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Le petit test MNC : essai vidéo moto et scooter en 4 minutes !

Du nouveau sur Moto-Net.Com : le petit test, nouvelle forme d'essai vidéo qui va à l'essentiel en quatre minutes. Ce format court - adapté aux réseaux - exploite une approche brute pour une immersion immédiate, en complément bien sûr de notre test complet à lire et/ou à visionner sur MNC ! Découverte avec le Yamaha X-Max 300 Tech Max.
Essai vidéo Yamaha X-Max 300 Tech Max 2023

Le Tmax est trop volumineux et/ou trop cher ? Optez pour le nouveau Yamaha X-Max 300 2023 ! Look retravaillé, instrumentation connectée, ergonomie et freinage peaufinés : ce scooter sport-GT - accessible avec permis moto (A2) - fait valoir de solides arguments, à condition d'y mettre le prix ! Particulièrement dans sa déclinaison haut de gamme Tech Max testée par Moto-Net.Com... Essai.
Essai vidéo Yamaha Niken GT 2023 : une moto à 3-roues, pour quoi faire ?

Trois-roues, trois cylindres et presque trois quintaux : le Yamaha Niken GT se plie en trois avec son architecture atypique ! Mais dans quels buts ? Quels sont les avantages et défauts de cette drôle de moto à 3-roues ? Réponse dans notre essai vidéo MNC qui évalue également ses améliorations 2023 sur le plan mécanique et des capacités routières. 
Essai Tracer 9 GT+ 2023 : Yamaha marche au radar

Yamaha lance une version plus cossue et sophistiquée de sa populaire moto sport-GT : la Tracer 9 GT+. Son petit plus ? Un régulateur de vitesse dit adaptatif, capable d’accélérer et ralentir à la place du motard pour maintenir une distance de sécurité. Essai sur 280 km de routes tortueuses en Sardaigne.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

La Honda NT1100 2024 voit la route en bleu, gris ou rouge 

Nouveaux coloris pour le millésime 2024 de la NT1100 : la sport-routière Honda au coeur de d'Africa Twin se décline en bleu ou en rouge et reconduit sa teinte grise. Levée des couleurs.
Fabio Quartararo de retour sur le podium MotoGP, au nouveau GP d’Inde 

Très bien parti de la 7ème place sur la grille du circuit de Buddh, Fabio Quartararo a livré une solide course au terme de laquelle il remonte - enfin ! - sur le podium MotoGP. Le n°20 Yamaha termine dans la roue de Jorge Martin qui remonte sur Pecco Bagnaia (chute) au championnat, tout comme Marco Bezzecchi (vainqueur).
Inde 2 commentaires
Multistrada V4 S Grand Tour, le voyage Ducati en All Inclusive

Régulateur de vitesse adaptatif, détecteur d’angles morts, capteur de pression des pneus, feux additionnels, valises, poignées et selles chauffantes, réservoir sans clé, béquille centrale, boucliers thermiques supplémentaires, smartphone ventilé... La Multistrada V4 S Grand Tour, c’est tout cela ! Dispo dès fin octobre à 27 790 euros.
Caractéristiques des motos électriques Kawasaki Z E-1 et Ninja E-1 2024

Kawasaki dévoile la fiche technique - mais pas le prix ! - de ses toutes premières motos électriques Z e-1 et Ninja e-1, roadster et sportive "à piles" équivalents 125 cc. Leur moteur refroidi par air développe jusqu'à 12 ch en crête, tandis que leur autonomie se limite à 72 km. Présentation.
Le permis A directement à 24 ans, le permis A1 toujours dès 16 ans ?

L’actuelle directive encadrant le permis de conduire est en révision... La commission européenne veut conserver l’accès direct au permis A "Full" pour les candidats de 24 ans révolus, mais certains s’y opposent et considèrent aussi que les 125 cc ne devraient pas être laissés entre les gants de jeunes gens de 16 ans. Explications.
Quelles sont les meilleures motos trail 2023 à moins de 12 000 euros ?

A la recherche d'une moto baroudeuse neuve avec un budget entre 7600 et 12 000 euros ? Plusieurs trails se présentent sur votre chemin : sélection MNC avec leurs caractéristiques, leur compatibilité permis A2, nos essais et nos avis. Suivez le guide du Journal Moto du Net !
Guides pratiques 1 commentaire
Quelles sont les meilleures motos trail 2023 à moins de 7500 euros ?

A la recherche d'une moto baroudeuse neuve, suffisamment performante pour partir à l'aventure, pour un budget compris entre 5500 et 7500 euros ? Plusieurs trails - mono et bicylindre - répondent présents : sélection MNC avec leurs caractéristiques, leur compatibilité permis A2 et nos avis. Suivez le guide du Journal Moto du Net !
Guides pratiques 4 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

  • En savoir plus...