• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
Paris, le 2 mai 2014

Les Moto GP ne rouleront plus en pneus Bridgestone en 2016

Les Moto GP ne rouleront plus en pneus Bridgestone en 2016

Le contrat de Bridgestone en tant que fournisseur unique du MotoGP depuis 2009 arrivant à expiration, le manufacturier japonais et l'organisateur des Grands Prix (Dorna) ont entamé de nouvelles négociations... dont il ressort que Bridgestone prolonge sa collaboration jusque fin 2015 avant de rendre son tablier !

Imprimer

Le contrat de Bridgestone en tant que fournisseur unique du MotoGP depuis 2009 arrivant à expiration, le manufacturier japonais et l'organisateur des Grands Prix (Dorna) ont entamé de nouvelles négociations... dont il ressort que Bridgestone prolonge sa collaboration jusque fin 2015 avant de rendre son tablier !

Changement de stratégie pour Bridgestone

Une nouvelle page des Grands Prix va se tourner à la fin de la prochaine saison, suite à la décision de Bridgestone de ne plus être le fournisseur officiel de pneus en MotoGP. Plusieurs facteurs expliquent ce choix du manufacturier nippon : le coût élevé de cette collaboration, mais aussi le sentiment d'être arrivé au bout d'un projet et le souhait de changer de stratégie.

La présence de Bridgestone en MotoGP

"C’est avec un peu de tristesse que nous quitterons le MotoGP après avoir connu autant de prospérité dans ce sport", explique Kyota Futami, manager général du département sports mécaniques du groupe Bridgestone.

"Cependant, après avoir atteint tous les objectifs que nous nous étions fixés lorsque nous étions entrés dans ce championnat il y a maintenant plus de dix ans, notamment remporter ces nombreux championnats du monde MotoGP, notre entreprise pense que le temps est venu de changer de stratégie".

"Nous allons continuer à travailler avec les teams et les pilotes jusqu’à la saison prochaine et nous continuerons à investir dans le programme de développement des pneus MotoGP. Nous continuerons à repousser les limites du développement au cours des deux prochaines années afin de nous assurer que nous quitterons le championnat fin 2015 de la meilleure manière possible".

Au-delà de ces déclarations, les tensions nées entre le pneumaticien, Dorna et les pilotes ces dernières années sont aussi à l'origine de cette décision.

Régulièrement critiqué à cause du manque de choix proposé ou de certaines de ses directions techniques, Bridgestone s'est carrément vu tirer l'oreille l'an dernier à Philipp Island suite à la débâcle du GP d'Australie.

La situation ne s'est pas améliorée cette saison, avec les critiques de Lorenzo sur la nouvelle structure plus rigide adoptée sans crier gare, puis les problèmes d'usure prononcée rencontrés au GP des Amériques. Contraint une fois encore de faire amende honorable, Bridgestone pourrait s'être agacé et décidé de stopper sa collaboration...

Appel d'offres pour remplacer Bridgestone

Suite à l'annonce du retrait de Bridgestone, on pouvait s'attendre à ce que l'organisateur songe à rouvrir le marché de la fourniture des pneus MotoGP à plusieurs pneumaticiens comme en 2008 quand Michelin, Bridgestone et Dunlop chaussaient chacun leurs motos. Mais il n'en sera rien...

Dorna a d'ores et déjà lancé un appel d'offres à l'attention de tous les manufacturiers intéressés "par le rôle de fournisseur de pneus officiel du MotoGP". Ce qui signifie que la catégorie reine continuera à être "mono-gomme" en 2016.

En théorie, ce choix exclut la possibilité de revoir Michelin revenir en Grands Prix puisque le manufacturier clermontois a toujours refusé de s'engager sur les compétitions mono-gomme (en F1 comme en MotoGP), répétant à l'envi que seule la concurrence permettait d'avancer.

Néanmoins, comme il ne faut jamais dire jamais, gardons-nous d'écarter trop vite la candidature du Bibendum : le directeur de la communication du groupe français, Pascal Couasnon, a récemment fait savoir que Michelin réfléchissait à un retour en Formule 1, sept ans après son départ, quand bien même cela passerait par une fourniture exclusive...

"Nous avons toujours dit que la présence d’un concurrent nous intéressait mais nous avons évolué sur un point : sa non-présence, qui était un obstacle par le passé, ne l’est plus. Aujourd’hui, on est prêt à y aller tout seul du moment qu’il y a un challenge technique, même en situation de mono-marque", a expliqué l'été dernier le dirigeant français à nos collègues du Figaro.

Dunlop pourrait aussi être intéressé par un retour en MotoGP, mais cela impliquerait un énorme investissement de la part du manufacturier appartenant au groupe américain Good Year, déjà fournisseur du Moto2, du Moto3 et du championnat américain de Superbike.

Reste enfin Pirelli, l'actuel fournisseur unique de la Formule 1 et du World Superbike, qui pourrait très bien profiter du rapprochement entre le MotoGP et le WSBK pour s'aménager une place de choix en chaussant les deux principales compétitions motos mondiales.

Le pneumaticien possède en outre une image et une culture sportives qui s'associeraient bien avec le statut "Premium" du MotoGP et ses compétences ne sont plus à démontrer, comme le souligne la pole position de Loris Baz à Assen en WSBK bouclée plus rapidement que celle de Cruthlow l'an dernier en MotoGP !

A suivre naturellement de près sur MNC : restez connectés !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Manifestations contrôle technique : forte mobilisation contre le CT2RM

Plusieurs dizaines milliers de motards - 38 000 selon le ministère de l'intérieur - ont participé aux manifestations de la Fédération française des motards en colère (FFMC) contre le contrôle technique moto et scooter, qui est officiellement entré en vigueur ce lundi 15 avril.
Le Conseil d'État rejette la demande de suspension du contrôle technique moto de la FFMC

La Fédération française des motards en colère (FFMC) avait déposé deux recours en décembre 2023 auprès du Conseil d'État pour contester la mise en place du contrôle technique pour les motos et scooters à partir de ce lundi 15 avril. Requête rejetée par la plus haute autorité juridique, sans grande surprise…
Le marché moto et scooter en France résiste bien en mars 2024

Malgré une météo délicate et un calendrier désavantageux à négocier, les motos et scooters se tirent plutôt bien de ce troisième mois de l'année 2024 : MNC observe un recul de -4 % des 125, un repli de -1,4 % des gros cubes…. et un effondrement de -27,3% des 3-roues. Bilan !
Johann Zarco en difficulté technique au GP des Amériques

Johann Zarco espérait trouver un bon élan sur le Circuit Of The Americas (COTA), fort de la victoire l'an passé de son prédécesseur chez LCR Alex Rins sur la Honda. Hélas, le Grand Prix des Amériques a tourné à la punition pour les quatre pilotes en RC213V, avec deux résultats blancs pour le pilote cannois.
Quartararo déçu de son rythme, mais content des évos au GP des Amériques

Fabio Quartararo sauve la 12ème place en course principale du GP des Amériques malgré un tout-droit dans le premier tour. Le niçois estime qu'une meilleure position était accessible même si son déficit de rythme n'autorisait pas l'accès au groupe de tête. 
Comment remplir un constat amiable après un accident de moto ?

Un constat européen d'accident - ou constat amiable - doit être transmis à son assureur dans les cinq jours après un accident de circulation afin de déterminer les responsabilités. Les conseils Moto-Net.Com et de la Mutuelle des Motards pour bien remplir ce formulaire crucial pour la prise en charge des dégâts. Suivez le guide !
Essai Metzeler Roadtec 02 : le pneu supersport-GT

Capacités sportives et qualités routières : voilà le délicat compromis auquel propose de répondre le nouveau pneu Metzeler Roadtec 02 et son intrigante bande de roulement décrite comme adaptative. Moto-Net.Com l'a testé sur plusieurs types de motos pour vérifier si les promesses sont tenues. Essai complet, vidéo incluse.
  • En savoir plus...