• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
LE MANS
Paris, le 16 mai 2011

Grand Prix de France : déclarations, classements et analyses

Grand Prix de France : déclarations, classements et analyses

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations et les résultats des principaux protagonistes de la catégorie reine, mais aussi l'analyse de leurs réussites (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du GP de France.

Imprimer

Alors comme ça, les courses Moto GP manqueraient d'intérêt et ses pilotes d'audace ? Pas si sûr, car le moins qu'on puisse dire au lendemain du Grand Prix de France 2011 (lire nos comptes rendus des courses Moto GP, Moto2 et 125 au Mans), c'est que les 88 400 spectateurs (un record pour un événement moto au Mans) en ont eu pour leur argent question spectacle !

Entre les séances de qualifications et de warm up très animées, les records du tour en course explosés par les Honda, les dépassements virils de Lorenzo sur Dovizioso et surtout de Simoncelli sur Pedrosa (lire notamment MNC du 16 mai 2011 : les réactions du paddock suite à l'accrochage Simoncelli - Pedrosa) et le premier podium de Rossi avec Ducati, les rebondissements n'ont pas manqué sur le circuit du Mans !

Une véritable aubaine pour Claude Michy (l'organisateur du Grand Prix de France) qui vient justement de signer le maintien de la manche française avec Dorna jusqu'en 2016 !

Casey Stoner, Honda-Repsol (1er en qualifs et 1er en course) : "Le week-end s'est vraiment bien passé pour nous, la moto était au même niveau qu'au test d'Estoril et nous avons petit à petit amélioré les réglages en les adaptant pour ce circuit. Nous étions confiants pour la course, mais Pedrosa était très rapide au début et il était dur à passer parce qu'il faisait bien attention".

"Lorsque je suis passé devant j'ai voulu creuser l'écart, mais il m'a suivi pendant plusieurs tours et j'ai dû attaquer plus que je ne le voulais et 'ai finalement réussi à m'en défaire. A partir de là, la course est allée toute seule, je pouvais me concentrer sur ma cadence et gagner. A cet instant précis, mes pensées vont à Pedrosa : j'espère qu'il se remettra vite parce que c'est un très sérieux concurrent pour le championnat"

L'analyse Moto-Net.Com : Intraitable, intouchable, impressionnant : les qualificatifs ne manquent pas concernant Casey Stoner et la cuisante déculottée qu'il a infligée à ses rivaux sur le circuit Bugatti. Dominateur à chacune de ses sorties, le pilote HRC s'est en toute logique rapidement emparé des commandes en battant le record du tour en course dès son 4ème tour (1'33.967 contre 1.34.215 pour Rossi en 2008), avant de s'enfuir à un rythme infernal que personne n'a été en mesure de suivre...

Auteur du meilleur tour en course dans son 9ème tour (1'33.617), son coéquipier Dani Pedrosa a bien tenté de s'opposer à cette domination australienne, mais peine perdue : Stoner était incontestablement le plus fort au Mans et termine le Grand Prix de France avec plus de 14 secondes d'avance sur ses poursuivants. Sachant qu'il récupère au passage la deuxième place au provisoire derrière Lorenzo, le week-end n'aurait pas pu être plus prolifique... si ce n'est que le Stoner s'est attiré la vindicte du public en portant un vilain coup de poing dans l'épaule de Randy de Puniet (lire MNC du 15 mai 2011) qui n'en demandait pas tant !

Écopant de 5000 euros d'amende pour ce geste antisportif, le n°27 reconnaîtra qu'il s'est emporté, mais justifiera son geste par l'intensité de la peur ressentie lorsqu'il a vu Randy se déporter sur sa trajectoire...

"Imaginez que vous allez à 200 km/h et que vous trouvez devant vous quelqu'un qui va à 100 km/h de moins. Je n'avais pas de place pour passer parce que j'avais un mur de pilotes face à moi (Randy de Puniet et Alvaro Bautista, NDLR). J'ai eu très peur, j'ai cru que j'allais mourir", explique Stoner.

"Je suis désolé de ce qui s'est passé ce matin avec Casey", a pour sa part commenté Randy de Puniet qui reconnaît lui aussi ses torts : "j'étais en train de régler mon frein, convaincu de n'avoir personne derrière moi. Et puis tout à coup, j'ai vu Casey lancé. J'ai essayé de lui laisser de la place, mais malheureusement je me suis mis là où il pensait aller".

Si pour le pilote français "l'affaire est close", la multiplication des mouvements d'humeur du pilote Repsol lors des séances d'essais commence néanmoins à faire jaser dans le paddock...

Andrea Dovizioso, Honda-Repsol (3ème en qualifs et 2ème en course) : "Je suis très content de ma seconde place aujourd'hui, elle est très importante pour le championnat et elle arrive juste après le début de la saison durant lequel nous n'avons pas eu les résultats que nous espérions. Nous avons très bien travaillé dès le début du week-end et je savais que je pouvais me battre pour le podium, mais je ne m'attendais pas à la deuxième place".

"Nous avons eu une belle bataille avec Rossi et ça fait toujours plaisir de le battre ! C'était génial d'être sur le podium après une telle bataille. J'étais moins fort à deux endroits, mais j'étais très bien sur les freinages et j'ai donc pu préparer une bonne stratégie, puis je l'ai doublé et j'ai poussé à 100%, notamment dans les virages 10 et 11 où il était plus rapide. Pedrosa a été très malchanceux aujourd'hui et j'espère qu'il récupérera le plus vite possible"

L'analyse Moto-Net.Com : Après avoir in extremis chipé la quatrième place à Rossi (alors en Yamaha) au Qatar en 2008, "Dovi" récidive cette année en battant le n°46 et sa Ducati !

Certes, le Docteur n'est sans doute pas encore au top de sa compétitivité, mais l'intensité de la bagarre entre les deux hommes et surtout la pugnacité du n°4 ont animé la fin de course. Le public ne s'y d'ailleurs pas trompé en acclamant bruyamment chacune de leur passe d'armes qui ont maintenu tout le monde en haleine jusqu'à l'ultime virage !

Cette excellente prestation ne saurait néanmoins entièrement dissimuler l'écart de vélocité qui sépare encore Dovizioso de ses coéquipiers : en course, l'italien n'est pas parvenu à descendre en dessous des 1'34, concédant - à moto égale - presque sept dixièmes à Stoner et Pedrosa lors de son meilleur tour (1'34.304). Cela n'empêche cependant pas le n°4 de pointer à la quatrième place au provisoire, à seulement onze points du troisième, Dani Pedrosa !

Valentino Rossi, Ducati (9ème en qualifs et 3ème en course) : "Nous sommes très contents de ce podium parce que nous sommes sur la bonne voie et parce que je me suis bien amusé aujourd'hui ! J'ai bien piloté la Desmosedici, j'étais rapide dans les sections techniques du circuit, je me sentais bien du début à la fin et j'ai fait de bons chronos. Ce matin, nous avions fait un dernier changement avec Jeremy et toute l'équipe de Ducati et ça m'a aidé à gagner deux dixièmes".

"Je savais que je pouvais battre Lorenzo et c'était donc mon objectif. J'étais aussi devant Dovi à un moment, mais j'étais un peu confus et j'ai dépassé dans l'avant-dernier tour au lieu du dernier ! Je me suis déconcentré en réalisant ça et il m'est repassé devant. Quoi qu'il en soit tout va bien, je suis content pour moi-même, pour toute l'équipe, pour Filippo (Preziosi, le concepteur de la Desmosedici, NDLR) et pour tous les gens de Ducati"

"Ce résultat fait du bien au moral. Nous devons cependant continuer à travailler et à progresser parce qu'il y a encore beaucoup à faire. Je dois adapter mon style à la Ducati parce que je ne la pilote pas encore comme il le faudrait, mais pour l'instant nous allons savourer cette course et ce podium".

L'analyse Moto-Net.Com : Si l'on avait dit cet hiver à Valentino Rossi qu'il monterait sur le podium avec la GP11 au bout de quatre courses seulement, il aurait probablement signé avec son propre sang ! Blague à part, le maestro italien a offert un superbe spectacle en se donnant les moyens d'aller chercher Lorenzo, puis Dovizioso, même si ce dernier lui a finalement tenu la dragée haute dans le dernier tour.

En revanche, si la joie du clan Ducati faisait plaisir à voir lors de l'arrivée du Docteur dans le parc fermé, il n'empêche qu'il manque encore une grosse poignée de dixièmes au n°46 pour être réellement dans le coup...

Accusant pas moins d'1,05 sec de retard sur la pole (!), l'italien sauve les meubles pendant le Grand Prix et monte sur le podium au panache - bien aidé aussi par la mise au tapis de Pedrosa et la sanction de Simoncelli -, mais son meilleur tour en course compte tout de même 0.656 sec de retard sur le record de Pedrosa.

"Qu'importe" trancheront les fans : la course était belle et leur idole est de nouveau aux avant-postes, à seulement trois points du quatrième au provisoire avec 47 points (contre 50 pour Dovi) !

Jorge Lorenzo, Fiat-Yamaha (5ème en qualifs et 4ème en course) : "Je crois que la course a été bonne d'une manière générale. Le résultat et les points sont bons pour le championnat (qu'il domine avec 12 points d'avance sur Stoner, NDLR). Bien entendu, j'aurais aimé me battre pour la victoire avec Casey et les autres meilleurs pilotes, mais nous vivons une période très difficile. Ce que je peux faire, c'est essayer de finir avec le meilleur résultat possible, obtenir le meilleur de notre moto telle qu'elle est maintenant et attendre de futures améliorations".

L'analyse Moto-Net.Com : "Seulement" auteur du quatrième meilleur chrono en course (1'34.269), Jorge Lorenzo n'a jamais trouvé la vélocité nécessaire pour se hisser au niveau des Honda de Pedrosa, Stoner et Simoncelli qui ont toutes les trois tournées sous les 1'34 en course.

Le champion du monde en titre n'a pourtant pas lésiné sur la grosse attaque durant les premiers tours, quitte à littéralement se jeter sous la RC212V de Dovizioso dans le "pif" de la Chapelle... au risque de les entraîner tous les deux dans les graviers !

Une manoeuvre qui apparaît un poil limite venant d'un pilote qui "pleurniche" dans les jupons de Yamaha lorsque Rossi le chahute au Japon l'an dernier et qui ne cesse de critiquer l'agressivité de certains de ses concurrents (relire notamment MNC du 1er mai 2011) !

Toujours est-il que l'ibère a subi la loi des Honda (et de la Ducati d'un Rossi qui n'allait certainement pas laisser passer une telle occasion !) et que terminer cinquième ne lui sied évidemment pas : le n°1 ne cesse de réclamer plus de puissance à Yamaha pour enrayer l'hégémonie des RC212V, mais le blason d'Iwata ne semble pour l'instant pas en mesure de répondre à sa demande...

Marco Simoncelli, Honda-Gresini (2ème en qualifs et 5ème en course) : "Pedrosa a essayé de me doubler en ligne droite. Au freinage j'ai freiné normalement, comme au tour précédant, j'arrivais vite et j'ai essayé de passer devant par l'extérieur et une fois devant j'ai essayé de lui laisser de l'espace pour le virage, mais en voyant le ralenti j'ai compris que sa moto avait un peu sauté et perdu la trajectoire en tapant la mienne".

"J'ai essayé de redresser ma moto mais c'était déjà trop tard, il m'avait touché à l'arrière et avait déjà chuté. Je suis vraiment désolé qu'il ait chuté et surtout qu'il se soit blessé. En ce qui me concerne, je ne pense pas avoir fait une manoeuvre incorrecte, c'est simplement un fait de course".

"Je pense aussi que la direction de course a décidé de me sanctionner à cause de la controverse de ces derniers jours, qui avait commencé à Estoril. Si ça avait été quelqu'un d'autre à ma place, ils ne l'auraient pas sanctionné. C'est ce que je pense".

L'analyse Moto-Net.Com : Attention, sujet sensible ! Critiqué par les uns, relativisé par les autres (lire notamment MNC du 16 mai 2011 : les réactions du paddock suite à l'accrochage Pedrosa - Simoncelli), l'audacieux dépassement de "Super Sic" sur Pedrosa n'en finit pas d'alimenter le "buz" depuis hier soir !

Pour rappel, après s'être arsouillés sur la première partie du circuit, à environ dix tours de l'arrivée les deux pilotes Honda sont sortis quasiment au coude à coude du Garage Vert. Plus rapide dans la ligne droite séparant ce double droite de l'enchaînement du Chemin aux Boeufs, Pedrosa se présente milieu de piste au freinage du premier virage à gauche et plonge en premier au point de corde.

Hélas pour l'Espagnol, avec un pilote comme Simoncelli à ses trousses il est nécessaire non seulement de fermer toutes les portes, mais aussi de jeter un coup d'oeil dans le judas... Mieux placé à l'entrée de la courbe (car plus à l'extérieur), "Super Sic" profite en effet de son avantage pour le doubler par l'extérieur.

Or, du fait de sa trajectoire extrêmement tendue, le pilote HRC est déjà plein angle à ce moment de la courbe, ce qui fait qu'il ne peut ni freiner et encore moins resserrer la corde pour éviter l'impact : sa roue avant vient taper l'arrière de la machine au n°58, ce qui le propulse immédiatement dans les graviers d'où il se relève avec une fracture de l'épaule droite...

Immédiatement sanctionné par un "ride-through" (passage par la voie des stands où la vitesse est limitée à 60 km/h), Simoncelli ne cachera pas sa déception d'être privé d'une occasion en or de monter sur la deuxième marche du podium après deux courses consécutives terminées dans les graviers. Une mesure injuste selon le fougueux italien, dont l'agressivité en course est montrée du doigt depuis le début de la saison alors qu'il n'avait jusqu'ici jamais entraîné d'incident en MotoGP...

GP du Japon : le "sale air" de la peur...

Vendredi soir, une réunion de la Commission de sécurité des Grands Prix s'est réunie à l'occasion du GP de France. La tenue du Grand Prix du Japon 2011 a notamment fait partie des sujets abordés et il apparaît que les avis diffèrent entre les organisateurs et les pilotes : "Carmelo Ezpeleta nous a dit qu'ils (les organisateurs et les instances dirigeantes, NDLR) souhaitent disputer le Grand Prix du Japon, car la situation est calme et qu'ils travaillent sur le circuit qui a été un peu endommagé", rapporte le plus emblématique des pilotes siégeant à la Commission, Valentino Rossi."Ils nous ont montré des photos de la piste sur laquelle ils sont déjà en train de refaire l'asphalte. Claude Danis, de la FIM, s'est rendu sur place en personne et il a dit que tout allait bien", a précisé le pilote Ducati avant de faire savoir que "beaucoup de pilotes sont venus me voir et m'ont dit qu'ils avaient peur d'aller à Motegi. Lorenzo était présent et il a dit qu'il ne souhaitait pas y aller, et d'autres pilotes sont inquiets". Tout le paddock craint en effet les risques liés à la radioactivité et le Docteur n°46 n'a pas caché que la question du boycott pur et simple de l'épreuve japonaise était sur les lèvres de beaucoup d'acteurs du Continental Circus... La décision du maintien ou non du GP du Japon devrait être officialisée durant l'été. En attendant, Dorna a fait savoir que si la course devait ne pas avoir lieu, elle ne serait pas remplacée.

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (en qualifs et chute en course) : “Je faisais une bonne course, l'objectif était le podium et j'étais bien parti pour réussir. Simoncelli m'est passé devant et je l'ai ensuite doublé, j'avais une meilleure trajectoire. Il est venu droit sur moi et je n'ai rien pu faire".

"Je repars d'ici avec une fracture de la clavicule et lui avec une pénalité ! Il m'arrive toujours le pire. Nous venions juste de sortir d'un cauchemar après la dernière opération et je suis de nouveau blessé. Ce n'est pas juste, je ne mérite pas ça"

L'analyse Moto-Net.Com : Récemment opéré à l'épaule gauche, le protégé d'Alberto Puig avait récupéré toute son intégrité physique et arrivait au Mans auréolé d'une superbe victoire lors de la dernière course à Estoril. Tout se présentait donc pour le mieux pour Dani Pedrosa, d'autant que sa RC212V marche d'enfer !

Hélas, comme que le soulignait hier soir l'un de nos lecteurs (Didmv), "Pedrosa, c'est vraiment un chat noir ce type : si je suis un jour en avion avec lui, je change de vol"'... Il est vrai qu'on ne peut qu'éprouver un petit pincement au coeur pour le n°26 qui, chaque saison, voit sa marche vers le titre mondial Moto GP parsemée de douloureuses embûches...

Relégué à la troisième place du provisoire (à 17 points de Lorenzo et 5 de Stoner), le catalan a été directement transféré à Barcelone pour y subir des examens et devra peut-être passer de nouveau sur le billard pour soigner sa clavicule droite, fracturée sur sa partie médiane. Un revers malheureux qui jette évidemment un voile d'incertitude sur son niveau de compétitivité pour la suite de sa saison...

Randy de Puniet, Ducati-Pramac (abandon en course) : "Je ne sais pas quoi dire, je ne comprends pas comment j'ai pu chuter comme ça... C'était très étrange, j'ai soudainement perdu l'adhérence à l'avant et j'ai glissé. Je suis déçu et en colère parce que je voulais vraiment réussir cette course. Demain je ne penserai plus qu'au GP de Barcelone, mais pour l'instant j'ai du mal à oublier ce qui s'est passé aujourd'hui".

L'analyse Moto-Net.Com : Parti à la faute au Qatar et à Jerez, Randy de Puniet avait déjà épuisé une grande partie de ses "jokers" auprès de son team Ducati-Pramac. Hélas, après une modeste 10ème place au Portugal, le pilote français commet l'irréparable au bout de deux tours seulement... et qui plus est devant son public !

Désormais 17ème et avant-dernier au classement - à égalité de points avec John Hopkins qui n'a disputé que le GP d'Espagne à Jerez en remplacement d'Alvaro Bautista ! -, le n°14 doit absolument redresser la barre lors du prochain Grand Prix, prévu à Barcelone le 5 juin. A suivre sur Moto-Net.Com : restez connectés !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

L'équipe française Tech3 vise le titre Moto3 pour GasGas en 2024

Un an après leurs collègues en MotoGP, les membres de l'écurie française Tech3 en Moto3 revêtent le rouge GasGas ! L'objectif de leur pilote de pointe Daniel Holdago sur la (KTM) RC4 est le titre mondial qui lui a glissé des gants en 2023. L'espagnol est rejoint par l'australien Jacob Roulstone, nouvelle pépite de la filière Red Bull. Présentation.
Yamaha MT-09 2024 : notre essai complet en vidéo

La MT-09 s'est vendue à près de 200 000 exemplaires dans le monde en 10 ans. Malgré ce succès retentissant, le roadster Yamaha est devancé en France par la Z900, rattrapé par la Street Triple 765… Pour bien attaquer 2024 et ses rivales, la firme d'Iwata fait évoluer sa moto une troisième fois : essai !
L'Europe rejette la visite médicale pour le permis de conduire, mais...

Après le contrôle technique pour rouler à moto, le contrôle médical pour conserver son permis ? Les eurodéputés ont majoritairement votés non, considérant que les conducteurs doivent eux même évaluer leur aptitude à conduire. En France toutefois, l'idée n'est pas abandonnée, bien au contraire. Explications...
Permis moto 1 commentaire
Les Journées K-awasaki en tournée sur trois circuits en 2024 !

Limitées depuis 2018 à une simple mais prestigieuse étape sur le circuit Bugatti du Mans, les Journées K se rendront en 2024 sur deux circuits supplémentaires et pas moins intéressants : Alès et Dijon-Prenois. Organisés sur deux jours, ces roulages sont ouverts aux clients Kawasaki… et à leurs copains !
La Virée Auvergnate Dunlop remet le couvert en 2024

La Virée Auvergnate Dunlop repart pour un tour ! Comme prévu à l'issue de sa première édition réussie, la randonnée trails et maxitrails organisée par Greg Fayard avec le soutien du manufacturier anglais est reconduite pour 2024 avec de nouveaux itinéraires notamment... et une inscription à gagner sur le stand AXA Passion au Salon de Lyon !
Petit test MNC : la Kawasaki Eliminator 500 en 6 minutes

Pas le temps de visionner notre essai complet de l'Emiminator 500 ? Optez pour notre formule allégée : le Petit test Moto-Net.Com ! Quatre minutes seulement (bon, six en l'occurence, désolé...) pour vous placer au guidon du petit custom Kawasaki en allant directement à l'essentiel.
Guide pratique du Salon du 2 Roues de Lyon 2024

Le plus grand salon 2-roues de France s'apprête à ouvrir ses portes, le jeudi 7 mars ! Durant quatre jours, des milliers de motards vont essayer de nouvelles motos et scooters, tester des équipements, rencontrer des pilotes, participer à des concours, assister à des shows, voir des expositions... Demandez le programme !

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en créant votre compte MNC, vous commentez tous nos nos articles et nos essais , cliquez sur les publicités de nos partenaires (ça n'engage à rien !) et préservez notre indépendance !

ACTUALITÉ MNC LIVE  |   JE M'INSCRIS !

Calendrier MotoGP 2023

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2023

GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

Pré-saison 2023

  Calendrier MotoGP 2023

Courses 2023

GP moto du Portugal 26 mars : GP du Portugal
GP moto d'Argentine  2 avril : GP d'Argentine
GP moto des Amériques 16 avril :  GP des Amériques
GP moto d'Espagne 30 avril : GP d'Espagne
GP de France moto 14 mai : GP de France
GP moto d'Italie 11 juin : GP d'Italie
GP moto d'Allemagne 18 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 25 juin : GP des Pays-Bas
GP moto du Kazakhstan 9 juillet : GP du Kazakhstan
GP moto de Grande-Bretagne 6 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 20 août : GP d'Autriche
GP moto de Catalogne 3 septembre : GP de Catalogne
GP moto de San Marin 10 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Inde 24 septembre : GP d'Inde
GP moto du Japon 1er octobre : GP du Japon
GP moto d'Indonésie 15 octobre : GP d'Indonésie
GP moto d'Australie 22 octobre : GP d'Australie
GP moto de Thaïlande 29 octobre : GP de Thaïlande
GP moto de Malaisie 12 novembre : GP de Malaisie
GP moto du Qatar 19 novembre : GP du Qatar
GP moto de Valence 26 novembre : GP de Valence


SAISON 2023   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...