• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
LE POUVOIR DES RÊVES
Paris, le 4 janvier 2024

Premières photos et interview de Luca Marini, pilote Honda Repsol

Premières photos et interview de Luca Marini, pilote Honda Repsol

C’est fait ! Depuis le 1er janvier 2024, Luca Marini est officiellement pilote d’usine HRC, comme son frangin Valentino Rossi il y a 20 ans, déjà. La prestigieuse écurie Honda Repsol compte sur le n°10 italien pour mettre fin à ses laborieuses dernières saisons en MotoGP. Première interview vidéo en anglais... traduite par MNC !

Imprimer

Voici la relève ! Vingt ans après le transfert surprise de Valentino Rossi du dominant Honda vers le challenger Yamaha... Et à la faveur du transfert "choc" de Marc Marquez cet hiver, le n°93 quittant son HRC fétiche devenu trop fébrile pour la petite écurie Gresini équipée de performantes Desmosedici... des GP23 ? Cela fera l’affaire.

À l’inverse, Luca Marini échange cette année (et pour 2025 aussi) la meilleure machine du plateau (alignée par l’équipe VR46 de son grand demi-frère) contre la moins bonne : avec sa RC213V autrefois si redoutable aux gants de "Marc-quez" mais redoutée par tant d’autres pilotes (Lorenzo, A.Marquez et P.Espargaro en ligne de "Mir" !), Honda a terminé lanterne rouge du championnat des constructeurs MotoGP.

Si les ailes du team Honda Repsol ont dernièrement pris du plomb, elles continuent de faire rêver les fans... devenus aujourd’hui pilotes ! À l’instar du n°10 italien justement, premier titulaire étranger (non-espagnol...) à intégrer l’équipe du géant tokyoïte et de son sponsor titre madrilène, depuis le départ du champion australien Casey Stoner !

Non, le fameux "Power of Dreams" de Honda n’a pas été totalement balayé par ces quatre dernières saisons cauchemardesques... MNC note d’ailleurs le subtil emploi des termes "pouvoir" et "rêve" par le réfléchi Luca Marini dans son interview vidéo (en bas d’article), traduite et retranscrite intégralement par votre "cher-mais-gratuit" Journal moto du Net.

Premières photos et interview de Luca Marini, pilote Honda Repsol

Aussi malin que son frangin - et bientôt aussi rapide en piste ? -, le vice-champion de Moto2 (en 2020, à égalité de points avec le britannique Sam Lowes et à neuf longueurs seulement de son compatriote Enea Bastianini) espère bien redorer le blason du team d’usine HRC en décrochant sa première victoire personnelle en MotoGP, voire son premier titre en Grand Prix moto !

Marini rejoindrait ainsi de grands noms associés à Honda Repsol : Doohan, Criville, Rossi, Hayden, Stoner et Marquez. Sans oublier le plus grand de tous : Bou. Toni Bou, qui a obtenu en 2023 son 17ème titre mondial consécutif en trial outdoor... et tout autant en indoor !

Quand a débuté votre passion pour la moto ?
Luca Marini :
Je dirais que c'est quelque chose qui s'est construit en moi, année après année, quand j'étais petit. Je faisais de la trottinette au début, puis je me suis essayé à la Pocket Bike, j’avais quatre ans et ce n’était qu’un jeu au début... Mais très vite, j'ai commencé à m'amuser beaucoup, encore plus, et puis les motos sont devenus de plus en plus grosses, sur des pistes plus larges, à des vitesses plus grandes. Ma passion s'est beaucoup développée au fil des ans. Arriver en Championnat du monde était un rêve qui se concrétisait.

Premières photos et interview de Luca Marini, pilote Honda Repsol

Quel est votre premier souvenir sur une moto ?
L. M. : Je n'ai pas beaucoup de souvenirs de mon passé, mais je me souviens d'une fois, l'une de mes premières fois sur une Pocket Bike, j'avais les petites roues supplémentaire à l'arrière pour garder l’équilibre. Avec mon père nous nous sommes dit : "Bon, aujourd'hui, on essaie de les enlever" et ça a été un grand jour !

Pouvez-vous nous en dire plus sur les photos de vous en cuir Repsol Honda lorsque vous étiez enfant ?
L. M. : C'est quelque chose d'incroyable, un signe du destin, je ne sais pas. Je ne me souviens plus très bien pourquoi j'avais ce cuir (un cadeau de Valentino sûrement, NDLR !). Je me souviens que j'étais très heureux de porter ces couleurs parce qu’à cette époque, dans ces années-là, c’était incroyable... Chaque année dans l’histoire du MotoGP, les couleurs du team Honda Repsol sont incroyables. C'est donc un très grand plaisir de les porter maintenant en MotoGP.

Avez-vous toujours su que vous souhaitiez devenir pilote ?
L. M. : C'était quelque chose qui a mûri dans ma tête et vers l'âge de 14 ans, j'ai décidé que cela pourrait être ma vie, mon travail. J'aime beaucoup ce que je fais et j'aimerais avoir un travail comme celui-là. Quand j'étais plus jeune, je pensais à d'autres sports, voire à d'autres métiers, parce que j'étais curieux d'essayer beaucoup de choses différentes. Et finalement, j’ai opté pour ce qui me procurait le plus d'émotions.

Premières photos et interview de Luca Marini, pilote Honda Repsol

Parlez-nous de votre parcours jusqu’au Championnat du monde ?
L. M. : J'ai commencé par les Pocket Bikes, puis les Mini GP comme le Honda NSF avec son 100 cc 4-temps. C'était aussi une très bonne moto, j’ai vécu de très bons moments, j’en garde de bons souvenirs, puis j'ai sauté sur une Moto3, dans différents championnats : CIV italien, puis en championnat d'Europe. Mais j'ai commencé à devenir très grand alors je suis monté sur une Moto2 et après un an en championnat d'Europe, je suis arrivé en championnat du monde.C'était un beau parcours, j'ai beaucoup appris, et je suis aujourd'hui un meilleur pilote ainsi qu’une meilleure personne grâce à toutes les étapes précédemment franchies.

Quel a été votre meilleur moment sur la piste ?
L. M. : C'est peut-être un peu facile, mais le premier podium à COTA, en Amérique, était tout simplement incroyable. Après une très belle course, dans un endroit magnifique pour monter sur son premier podium. J'ai donc de très, très bons souvenirs, un moment plein d'émotions, et c'est quelque chose que je veux retrouver, ici, avec ces couleurs.

Premières photos et interview de Luca Marini, pilote Honda Repsol

Comment avez-vous rejoint le Repsol Honda Team ?
L. M. : Le départ de Marc a été un choc ! Avec mes proches, mon manager, nous avons essayé de mettre en place ce nouveau projet, pour progresser ensemble avec le team, améliorer la moto et ses performances pour remporter des courses et décrocher le titre mondial. C’est notre but, notre cible.

Qu’est ce qui vous a incité à rejoindre le HRC ?
L. M. : Tout d'abord, c'est la meilleure écurie de l'histoire. Les chiffres et les statistiques parlent d'eux-mêmes, et c'est un moment très particulier aujourd'hui, mais je pense que nous avons le pouvoir de revenir très, très bientôt. J'essaierai de donner toute mon énergie à ce projet et je suis sûr que si nous trouvons la bonne voie, alors nous aurons le pouvoir de rester au sommet pendant de nombreuses années".

Premières photos et interview de Luca Marini, pilote Honda Repsol

Quel est votre objectif pour la saison 2024 ?
L. M. : Je veux commencer avec un esprit ouvert, nous devons comprendre notre vitesse,notre potentiel après le premier test officiel et nous devons trouver notre équilibre, trouver un moyen de battre mes adversaires directs, qui sont mes coéquipiers, qui sont chez le même constructeur, sur la même moto. C'est le premier objectif.de mon côté, bien sûr. Mais je veux aussi regarder vers l'avant pour trouver le chemin qui mène au podium avec cette moto ou de remporter une victoire.Je sais que ce sera peut-être difficile, mais nous devons nous focaliser sur l'avenir.

Comment s'est passée ta première journée au sein du team Honda d’usine ?
L. M. : C'était incroyable, c’est passé extrêmement vite ! Mais il est certain que nous aurons beaucoup de temps pendant l'hiver, pendant les tests, pendant la saison, pour parler avec tous les membres de l'équipe, parce qu'elle comprend beaucoup de personnes. C’est vraiment un rêve de travailler avec tous ces gens, avec les Japonais aussi. J'ai un très bon sentiment, j'aime cette culture : nous pouvons avoir une très bonne synergie.

Luca Marini au HRC : première interview en vidéo

.

.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

24 Heures Motos 2024 : une parade et moins de pétarades

Pour la première fois en 47 éditions, les motos engagées aux 24 Heures du Mans 2024 vrombiront dans les rues du Mans, le mercredi 17 avril entre 15 et 16 heures. A l'inverse, le public sera prié de la mettre en sourdine chaque nuit entre minuit et 8 heures du matin. Explications.
Le marché moto et scooter en France résiste bien en mars 2024

Malgré une météo délicate et un calendrier désavantageux à négocier, les motos et scooters se tirent plutôt bien de ce troisième mois de l'année 2024 : MNC observe un recul de -4 % des 125, un repli de -1,4 % des gros cubes…. et un effondrement de -27,3% des 3-roues. Bilan !
Horaires du Grand Prix des Amériques MotoGP 2024

Certes l'an dernier à Austin, Marc Marquez était absent et de nombreux pilotes n'avaient pas vu le drapeau à damier : Bagnaia, Martin, A.Espargaro, Miller, Binder, etc. Mais le podium composé de Rins sur Honda (remplacé par Zarco en 2024...), Marini sur Ducati et Quartararo sur Yamaha faisait plaisir à voir. Il est enthousiasmant même, pour cette année. Programme !
MotoGP 2024 1 commentaire
Comment remplir un constat amiable après un accident de moto ?

Un constat européen d'accident - ou constat amiable - doit être transmis à son assureur dans les cinq jours après un accident de circulation afin de déterminer les responsabilités. Les conseils Moto-Net.Com et de la Mutuelle des Motards pour bien remplir ce formulaire crucial pour la prise en charge des dégâts. Suivez le guide !
Fabio Quartararo reste sur la Yamaha M1 d'usine en 2025 et 2026 !

Depuis quelques semaines, la rumeur enflait dans le paddock MotoGP : Fabio Quartararo pourrait passer chez Aprilia l'an prochain… L'annonce est tombée ce matin : Fabio Quartararo est fidèle à son employeur Yamaha ! Les Bleus restent soudés et convaincus qu'ils peuvent redevenir champions. Explications.
MotoGP 2024 16 commentaires
Essai Metzeler Roadtec 02 : le pneu supersport-GT

Capacités sportives et qualités routières : voilà le délicat compromis auquel propose de répondre le nouveau pneu Metzeler Roadtec 02 et son intrigante bande de roulement décrite comme adaptative. Moto-Net.Com l'a testé sur plusieurs types de motos pour vérifier si les promesses sont tenues. Essai complet, vidéo incluse.
Fin des vignettes et cartes vertes, le mémo assure le relais

Ce n'était pas un poisson d'avril : depuis hier, les motards - scootéristes, automobilistes, etc. - n'ont plus à poser le papillon vert sur leur véhicule, ni à plier l'attestation annuelle dans leur portefeuille. Il faut en revanche conserver un "mémo véhicule assuré" à sortir en cas de pépin. Explications.
  • En savoir plus...