• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
SILVERSTONE
Paris, le 13 juin 2011

Grand Prix moto de Grande-Bretagne : déclarations, classements et analyses

Grand Prix moto de Grande-Bretagne : déclarations, classements et analyses

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations et les résultats des principaux protagonistes de la catégorie reine, avec l'analyse de leurs réussites (et de leurs échecs) par Moto-Net.Com. Débriefing du Grand Prix moto de Grande-Bretagne 2011.

Imprimer

Premier pilote Honda à aligner trois victoires consécutives avec une RCV depuis Valentino Rossi en 2003, Casey Stoner s’est offert son 27ème succès en MotoGP ce week-end lors du Grand Prix de Grande-Bretagne (lire nos Comptes rendus des courses Moto GP, Moto2 et 125 cc à Silverstone).

Désormais en tête du championnat avec 18 longueurs d'avance sur Lorenzo suite à la glissade de l'Espagnol en course, Stoner est passé sous le drapeau à damiers avec un boulevard d'avance sur son coéquipier Andrea Dovizoso et le courageux Colin Edwards.

Casey Stoner, Honda-Repsol (1er en qualifs et 1er en course) : "Au début de la course nous n’étions pas très bien partis et j’ai dû attendre que les pneus montent en température. Durant les premiers tours j’étais derrière les autres et j’avais du mal à voir parce qu’ils projetaient beaucoup d’eau".

"Une fois devant je suis resté prudent, j’essayais de fermer mes trajectoires pour que personne ne passe par l’intérieur. Une fois que j’avais moins d’eau sur ma visière, j’ai pu faire de meilleurs chronos et creuser l’écart. Je suis content d’être resté sur ma moto, il faisait très froid et dans ces conditions on pouvait facilement chuter ! Nous avons fait une excellente course aujourd’hui, dans des conditions très dures. Tout aurait pu arriver mais nous avons fini sur une fantastique victoire".

L'analyse Moto-Net.Com : Sa domination écrasante lors de toutes les séances d'essais et sa pole position ne laissaient guère de place au doute... A Silverstone, Stoner était "Caseyment" invincible ! Jorge Lorenzo et Andrea Dovizioso ont bien tenté de faire illusion quelques tours, mais l'Australien était comme un poisson dans l'eau sous la pluie qui trempait la piste anglaise !

Auteur d'un week-end parfait, le n°27 a fait montre de la vélocité qu'on lui connaît depuis ses débuts en MotoGP, mais aussi d'une sagesse digne des plus grands : ainsi, bousculé par son coéquipier en début de course, Stoner ne s'est pas emballé et a tranquillement attendu que les choses se décantent pour porter son estocade.

Une fois installé aux commandes, l'officiel HRC a ensuite clairement géré son avance, claquant le meilleur chrono aux moments opportuns : lors des deux premiers tours pour s'échapper, puis à la mi course pour bétonner. Pour son 150ème Grand Prix, Casey Stoner signe sa troisième victoire consécutive et sa quatrième depuis le début de saison. Il s'empare au passage de la première place au classement général provisoire : un véritable carton plein !

Andrea Dovizioso, Honda-Repsol (5ème en qualifs et 2ème en course) : "Je suis très content de mon podium aujourd’hui, c’est une deuxième place en or. Les conditions étaient très dures, il y avait beaucoup plus d’eau que pendant le warm-up. Nous avions changé nos réglages pour avoir plus de grip à l’arrière et nous avions une très bonne stratégie. Ça nous a aidé à faire monter les pneus en température plus vite sur les deux premiers tours".

"J’ai pris un très bon départ et après je me suis concentré sur la seconde place derrière Casey. Je freinais très dur pour fermer la porte à Lorenzo et à Simoncelli. J’avais un bon rythme, pas très loin de celui de Casey, mais il est vraiment très fort dans ces conditions et j’ai préféré gérer ma course du mieux que possible".

L'analyse Moto-Net.Com : En l'absence de Dani Pedrosa (forfait pour la troisième fois suite à ses blessures aux clavicules), Andrea Dovizioso se retrouvait seul avec le phénomène Stoner dans le box HRC... Une position pas forcément facile à vivre, tant le champion du monde 2007 se montre dominateur et surtout ultra-rapide dans toutes les conditions !

Heureusement, "Dovi" a de la ressource et sait parfaitement saisir les opportunités lorsqu'elles se présentent à lui : s'il termine à 15,159 sec de son chef de file, le n°4 a fait la fierté de son employeur en tenant tête - avec succès - à Jorge Lorenzo pour conserver sa seconde place et signer son 2ème podium de la saison.

La pugnacité de l'Italien a en outre fait le jeu du HRC, puisque Stoner a pu tranquillement s'échapper pendant qu'Andrea Dovizioso contenait vaille que vaille le champion du monde en titre. Consolidant sa troisième place au provisoire (à 15 points de Lorenzo et 33 de Stoner) avec les quatre dernières courses terminées dans le Top 4, Dovizioso continue à démontrer qu'il faudra compter sur lui jusqu'au tout dernier Grand Prix de la saison.

Colin Edwards, Yamaha - Tech3 (8ème en qualifs et 3ème en course) : "La course a été incroyable et c’est génial d’être sur le podium. J’étais content de me qualifier en huitième position mais je n’aurais jamais imaginé être sur le podium tout juste une semaine après m’être fracturé la clavicule. Merci au Dr Xavier Mir pour le travail qu’il a réalisé sur mon épaule et à tout le monde chez Monster Yamaha Tech3, parce qu’ils m’ont donné une moto phénoménale aujourd’hui. Mon épaule allait bien et j’avais surtout mal aux muscles de la cage thoracique".

"La pluie m’a aidé parce que c’est physiquement moins intense sur le mouillé que sur le sec. J’ai serré les dents, j’ai essayé de rouler fluide et de ne pas faire d’erreur. Les conditions étaient mauvaises et il fallait savoir où on pouvait attaquer. J’aurais été satisfait de simplement finir la course puis de rentrer chez moi pour penser à Assen, mais j’ai vu plusieurs pilotes succomber aux conditions et ensuite j’ai vu "P3" sur ma planche et je n’arrivais pas à le croire !"

"A ce moment-là, il restait encore huit ou neuf tours et je ne pouvais plus sentir mes pieds à cause du froid et de l’eau. C’était difficile mais c’était une belle façon de conclure le week-end pour le team, surtout après ce qui est arrivé à Cal" (blessé à la clavicule durant les qualifs, Cal Crutchlow n'a pas pu courir à domicile et sera opéré cette semaine à Oxford ou à Manchester, NDLR).

L'analyse Moto-Net.Com : Seulement neuf jours après être passé sur le billard pour soigner sa fracture de la clavicule contractée à Montmelo, Colin Edwards réalise sa meilleure course de la saison et grimpe sur son premier podium depuis sa deuxième place à Donington en 2009. Vous avez dit "extraordinaire" ?

L'exploit est d'autant plus retentissant qu'à 37 ans, l'Américain est en fin de carrière et qu'il aurait pu choisir de rester à la maison pour panser ses plaies. Mais le n°5 a la compétition dans le sang : cette soif de courir jamais rassasiée et son abnégation marqueront durablement ce GP moto de Grande-Bretagne 2011 !

"Colin a été un véritable héros et c’est un jour mémorable pour le team Monster Yamaha Tech3", s'enthousiasme Hervé Poncharal : "il a couru pour le team et ça montre qu’il aime toujours autant la compétition et qu’il est toujours aussi motivé". Face à la montée en puissance des jeunes loups aux dents longues, "Papy Colin" a clairement montré qu'il faisait bien plus que la résistance !

Nicky Hayden, Ducati (7ème en qualifs et 4ème en course) : "Honnêtement, j’étais assez content d’avoir mes chances de lutter pour le podium sous la pluie aujourd’hui, mais si on m’avait annoncé que j’allais terminer quatrième j’aurais sûrement répondu que je voulais faire mieux ! Cependant, je ne suis pas déçu de ma course : je n’ai pas fait un très bon départ parce que l’embrayage sautait un peu et qu’on voyait assez mal durant les premiers tours".

"Je me suis fait une grosse frayeur dans le virage n°1 et je me suis fait mal à l’épaule, mais j’ai essayé de tenir... Je voyais Colin devant moi pour le podium et j’ai vraiment attaqué. J’ai fait le meilleur tour de la course et je crois que c’est la première fois que je le fais avec Ducati, ce qui est assez cool même si ça ne rapporte pas de points. Respect à Colin une semaine après sa fracture de la clavicule, mais ça n’enlève rien au fait que je n’ai pas aimé perdre le podium face à lui !"

L'analyse Moto-Net.Com : Pilote Ducati le plus rapide et le plus constant sur le tracé de Silverstone (même si le rookie Abraham a réalisé un meilleur temps en séance qualificative), Nicky Hayden a réalisé sa seconde meilleure performance de la saison après sa troisième place à Jerez.

Victime d'un mauvais départ puis d'une amorce de high side, l'Américain profite lui aussi des chutes de Spies, Simoncelli et Lorenzo pour se hisser à la quatrième place. Mais son record du tour en course (2'21.432 contre 2'21.723 pour Stoner) prouve qu'il avait la compétitivité pour briguer les avant-postes.

Que ce soit sur le sec ou sur le mouillé, le champion du monde 2006 a de surcroît totalement éclipsé son illustre coéquipier Valentino Rossi, ce qui tend à rappeler que Ducati a tout intérêt à ne pas négliger son avis pour tenter de domestiquer la GP11... mais aussi pour développer la GP12 1000 cc pour l'an prochain !

Alvaro Bautista, Suzuki (9ème en qualifs et 5ème en course) : "Je suis évidemment très content aujourd’hui parce que nous avons pu conclure le week-end avec un excellent résultat. Je dois remercier mon équipe, ils sont tous passionnés par ce qu’ils font et m’ont vraiment aidé à atteindre mon meilleur niveau".

"Grâce à leur aide, j’ai pu me sentir compétitif pour la première fois depuis ma blessure et je n’avais jamais pu aller aussi près des limites depuis le début de la saison. Un grand merci à tous ! Durant le warm-up je me sentais bien et j’avais de bonnes réponses de la moto, j’étais donc confiant pour la course".

L'analyse Moto-Net.Com : Toujours à l'aise sur le mouillé, le tandem "Bautista-GSV-R" n'a pas laissé passer sa chance sous le déluge de Silverstone ! Le jeune Espagnol réalise sa plus belle course de la saison et égale au passage son meilleur résultat obtenu en MotoGP (5ème en Catalogne et en Malaisie en 2010).

Malgré un rythme assez éloigné de celui des leaders (7ème chrono avec un meilleur tour en course en 2'23.025), le souriant n°19 a su composer avec des conditions "ultra-casse-gueule" pour rallier l'arrivée : des cracks comme Lorenzo, Simoncelli et Spies ne peuvent en dire autant...

Valentino Rossi, Ducati (13ème en qualifs et 6ème en course) : "Je crois que, au terme du week-end le plus difficile depuis le début de la saison, nous avons réussi à limiter les dégâts... Par rapport à notre niveau avant la course, la sixième place est un résultat assez positif qui me permet de ne pas trop perdre le contact avec le sommet du championnat : je suis quatrième et ça n’est pas trop mal"...

"Nous savions que nous allions souffrir ici étant donné mon manque d’expérience sur ce circuit, mais il est vrai que nous n’avons pas réussi à améliorer les réglages comme nous l’aurions voulu. D’ailleurs, Nicky a réussi à disputer une belle course et à se montrer compétitif, à tel point qu’il a signé le meilleur temps en course. Cela démontre bien que la Ducati est compétitive sur piste mouillée !"

"Pour notre part, nous n’avons pas réalisé assez de progrès et j’ai rencontré des difficultés inhabituelles. La moto était difficile à piloter et je n’ai pas pu attaquer fort. C’est une responsabilité commune : la mienne, celle de la moto et celle du travail que nous avons réalisé en équipe"...

L'analyse Moto-Net.Com : Le Docteur croyait sa saison lancée après son premier podium acquis de haute lutte au Mans, clamant haut et fort que la GP 11 commençait enfin à lui dévoiler ses secrets... Mais sa cuisante contre-performance ce week-end à Silverstone montre qu'il n'en est rien et que la sauce ne prend toujours pas avec cette satanée Ducati...

Certes, Valentino Rossi découvrait le circuit anglais et il est certain que la météo changeante durant tout le week-end n'a pas facilité son apprentissage. Certes, dans ces conditions, terminer sixième peut-être considéré comme une performance correcte, sachant que les points récoltés lui permettent de rester au contact des leaders au championnat avec 68 points au compteur contre 116 pour Stoner.

Mais chez Ducati, personne n'est dupe : qualifié treizième (à 3,761 sec de la pole et à 1,6 sec de la GP11 du débutant Karel Abraham !) puis relégué à 1'04.526 du vainqueur sous le drapeau à damiers, Rossi a surtout brillé par un inquiétant manque de compétitivité...

Victime d'une nouvelle chute au warm-up (la deuxième d'affilée en essais), le n°46 n'est parvenu à tourner qu'en 2'24.421 en course, soit presque trois secondes moins vite que son coéquipier (2,989 sec exactement).

Pour la première fois depuis son passage chez les Rouges, le nonuple champion du monde affichait une mine défaite dans son box, se demandant vraisemblablement par quel bout prendre sa monture. Et malgré tout son génie, le transalpin semble bel et bien parti pour vivre une saison difficile... tandis que Stoner n'en finit pas de gagner avec la Honda !

Et l'Australien ne se prive évidemment pas de rappeler dans la presse que même s'il a connu des périodes difficiles avec la Ducati, lui au moins est parvenu à la faire gagner et à la maintenir aux avant-postes...

Randy de Puniet, Ducati-Pramac (10ème en qualifs et 12ème en course) : "La pire course de ma vie ! J’ai même du mal à expliquer cette mauvaise journée, que j’ai entamée en chutant pendant le warm-up"...

"J’ai manqué de feeling avec la moto, toujours à cause de ce sempiternel problème avec le train avant. Ensuite, il était très difficile de rester sur ses roues dans de telles conditions. J’ai failli tomber au moins deux fois par tour. Je ne sais vraiment pas quoi dire... Cette journée a été horrible".

L'analyse Moto-Net.Com : Comptant 7,633 secondes (!) de retard sur le meilleur tour en course, Randy de Puniet a vécu un véritable calvaire en Grande-Bretagne... Incapable de trouver les bons réglages sur sa Ducati et en manque de confiance suite à sa chute au warm-up, le Français termine le Grand Prix à la dernière place derrière Hector Barbera !

Et comme si ça ne suffisait pas, le n°14 a en outre subi l'humiliation de se faire mettre un tour en fin de course : un échec cuisant tant sur le plan sportif qu'en termes de motivation...

Jorge Lorenzo, Fiat-Yamaha (3ème en qualifs et abandon en course) : "Je suis déçu parce que la chute vient de ma propre erreur. C’est dommage pour le team car ils avaient fait un excellent travail tout au long du week-end et aussi pour mon fan club qui était venu me soutenir ici. J’étais confiant, mais je devais attendre le bon moment pour doubler Andrea".

"Je pense que j’aurais pu me battre pour la victoire avec Casey. Je ne m’inquiétais pas de voir Simoncelli me rattraper, je m’inquiétais plutôt parce que Casey partait devant alors que je n’arrivais pas à doubler Andrea... puis j’ai chuté ! Avant c’était Casey qui me poursuivait, mais maintenant la situation est inversée. Maintenant je vais devoir viser la victoire à Assen ! Je tiens à féliciter Colin, il a fait un super week-end. Il le méritait après la semaine dernière".

L'analyse Moto-Net.Com : "Ça n’est évidemment pas le résultat auquel nous nous attendions", souffle-t-on, dépité, dans l’équipe Yamaha Factory au soir du Grand Prix d'Angleterre. Et pour cause : le team officiel n'avait pas connu de double résultat blanc depuis le Grand Prix moto du Qatar 2004 (abandon de Checa sur panne et chute de Rossi) !

En quelques minutes, les Bleus sont passés d'un état de grâce à un total abattement : au huitième tour, Ben Spies partait violement tâter du bitume et devait être conduit à l'hôpital avec de belles contusions au cou et au dos (mais heureusement aucune fracture), tandis que son chef de file se faisait piéger un tour plus tard.

Bien décidé à contrecarrer la marche victorieuse de Stoner, Jorge Lorenzo s'est en effet emporté en cherchant l'ouverture sur un Andrea Dovizioso particulièrement coriace. Cette chute du Majorquin met fin à son impressionnante série de 25 arrivées consécutives dans le Top 4 en MotoGP, entamée au GP de Malaisie 2009.

Plus grave pour le numéro 1, cet abandon offre à Stoner les rênes du championnat sur un plateau : l'Aussie compte désormais 18 longueurs d'avance sur "Jorgeuil". Néanmoins, si l'on peut être tenté de tirer à boulets rouges sur le champion du monde en titre pour sa bévue, il convient aussi d'admettre que Lorenzo a fait preuve de combativité, là où les conditions et sa position au championnat lui dictaient plutôt d'assurer les points...

Marco Simoncelli, Honda-Gresini (2ème en qualifs et abandon en course) : "Je suis vraiment en colère parce qu’à chaque fois nous sommes prêts à faire une super course, mais il y a toujours quelque chose qui m’en empêche"...

"Je m’étais déjà fait une petite frayeur dans le virage où j’ai chuté, j’essayais d’être plus prudent, mais l’avant est tombé et je me suis retrouvé par terre à dire adieu au podium une fois de plus... Je suis dégoûté ! Je rentre chez moi la tête basse mais à partir de demain je devrai me motiver pour Assen en espérant que cette mauvaise série s’arrête".

L'analyse Moto-Net.Com : Le grand et talentueux pilote italien n'a pas tort. A chaque fois qu'il semble prêt à créer l'exploit, un grain de sable vient enrayer la belle mécanique... Sauf qu'en réalité, ce "mauvais karma" n'est dû qu'à sa trop grande impétuosité et que "Super Sic" ne doit encore qu'à lui seul cette troisième chute en course !

Rapide et bagarreur (trop au goût de certains, mais c'est un autre débat !), le n°58 doit impérativement apprendre à gérer son incontestable talent : obsédé par la perspective de dévorer tout cru la Honda d'usine de Dovizioso, le pilote Gresini a manqué de mesure et se paie une nouvelle indigestion de graviers !

Alors qu'il est capable de donner la réplique à Stoner et Lorenzo en termes de vitesse pure, Sic repart de Silverstone au onzième rang au provisoire... et les oreilles encore chaudes du savon passé par son team manager, Fausto Gresini !

Prochain rendez-vous dans 15 jours à Assen pour la septième manche du championnat du monde Moto GP. Attention : tradition oblige, les courses du Grand Prix Moto des Pays-Bas se déroulent le samedi. Restez connectés !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Triumph Rocket 3 Storm 2024 : notre essai complet en vidéo

La Rocket III est un festival à elle seule… Un festival de kilogrammes un peu, de chevaux beaucoup, de style passionnément, de newtons-mètres à la folie ! L'énorme Triumph reçoit pour 2024 un nouveau petit nom tempétueux et de légères mises à jour. Essai par notre correspondant à Cannes : Stéphane Lacaze !
Essai Rocket 3 Storm R et GT 2024 : Triumph vous décomplexe

Certains motards sont complexés… et rassurés de savoir qu'ils ont la plus grosse, la plus démesurée, la plus imposante des motos : la Rocket 3 ! Or Triumph ajoute quelques chevaux au plus énorme moulin de la production, qui n’était pourtant déjà pas timide ! Âmes sensibles et constitutions fragiles s’abstenir : voici l'essai MNC… par Stéphane Lacaze !
Yamaha XSR 900 GP : notre essai complet en vidéo

Dans l'aspiration de la nouvelle MT-09 2024 et dans l'inspiration de l'YZR500 des années 80-90, l'inédite XSR900GP cible les motards nostalgiques qui aiment les sportives aux formes généreuses, nouvelles technologies, performances raisonnables… sponsors qui tuent et demi-guidons qui fatiguent ! Essai complet et bonus instrumentation.
Yamaha XSR900GP : le Petit test MNC en 5 minutes

En attendant notre essai vidéo complet de l'inédite XSR 900 GP, découvrez notre formule allégée : le Petit test Moto-Net.Com ! Cinq minutes suffisent pour vous placer aux demi-guidons de la nouvelle sportive - de route - Yamaha en allant directement à l'essentiel.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Interview de Pierre-Yves Bian, prêt pour le TT 2024 malgré sa blessure

Pierre-Yves Bian n'avait pas pris son pied (blessé) lors des essais du Tourist Trophy 2023, mais cela n'avait pas empêché le pilote français de terminer deuxième en catégorie Supertwin ! Cette année, le poulain de Peter Hickman débarque sur l'Ile de Man avec une clavicule fragilisée, mais se sent mieux... Interview MNC.
La 93ème victoire de Ducati au Mugello… avec Marc Marquez ?

Pecco Bagnaia est le grand favori du Grand Prix d'Italie 2024. Mais il se pourrait qu'un autre pilote Ducati s'impose, comme en France ou au Portugal ! À Portimao justement, Jorge Martin avait signé la 89ème victoire de la firme de Bologne en MotoGP, sur sa Desmosedici n°89… Or ce week-end, Ducati vise son 93ème succès. Simple hasard ?
Italie 2 commentaires
Triumph Rocket 3 Storm 2024 : notre essai complet en vidéo

La Rocket III est un festival à elle seule… Un festival de kilogrammes un peu, de chevaux beaucoup, de style passionnément, de newtons-mètres à la folie ! L'énorme Triumph reçoit pour 2024 un nouveau petit nom tempétueux et de légères mises à jour. Essai par notre correspondant à Cannes : Stéphane Lacaze !
Quelles sont les meilleures motos maxitrails 2024 à plus de 16 000 euros ?

A la recherche d'une moto baroudeuse neuve à partir de 16 000 euros ? Plusieurs maxitrails se dressent sur votre chemin ! La sélection Moto-Net.Com avec leurs caractéristiques, prix, qualités et défauts mais aussi nos essais et nos avis. Suivez le guide MNC de la catégorie reine des trails.
Essai vidéo du pneu moto Pirelli Scorpion Trail 3

Moto-Net.Com teste le nouveau pneu Pirelli Scorpion Trail 3 destiné aux motos trails aux tendances sportives. Notre vidéo de l'essai.

Calendrier MotoGP 2024

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2024

GP moto du Qatar 10 mars : GP du Qatar
GP moto du Portugal 24 mars : GP du Portugal
GP moto d'Argentine  07 avril : GP d'Argentine (annulé)
GP moto des Amériques 14 avril :  GP des Amériques
GP moto d'Espagne 28 avril : GP d'Espagne
GP de France moto 12 mai : GP de France
GP moto de Catalogne 26 mai : GP de Catalogne
GP moto d'Italie 02 juin : GP d'Italie
GP moto du Kazakhstan 16 juin : GP du Kazakhstan (reporté)
GP moto des Pays-Bas 30 juin : GP des Pays-Bas
GP moto d'Allemagne 07 juillet : GP d'Allemagne
GP moto de Grande-Bretagne 04 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 18 août : GP d'Autriche
GP moto d'Aragon 01 septembre : GP d'Aragon
GP moto de San Marin 08 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Inde 22 septembre : GP d'Inde
GP moto d'Indonésie 29 septembre : GP d'Indonésie
GP moto du Japon 06 octobre : GP du Japon
GP moto d'Australie 20 octobre : GP d'Australie
GP moto de Thaïlande 27 octobre : GP de Thaïlande
GP moto de Malaisie 03 novembre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 17 novembre : GP de Valence

SAISON 2024   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...