• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP 2007
Paris, le 3 novembre 2007

Une page se tourne pour Loris Capirossi...

Une page se tourne pour Loris Capirossi...

La dernière course de la saison en catégorie reine scellera aussi la fin de la collaboration entre le vétéran italien et Ducati. Mais loin de le prendre avec fatalisme, le natif de Castel San Pietro veut briller une dernière fois dimanche. Rétrospective.

Imprimer

La dernière course de la saison en catégorie reine scellera aussi la fin de la collaboration entre le vétéran italien et Ducati : mais loin de le prendre avec fatalisme, le natif de Castel San Pietro veut briller une dernière fois au guidon de cette Desmosedici qu’il a développée au fil de ces cinq dernières saisons... avant de battre Ducati l’an prochain au guidon de la Suzuki GSV-R ?

Capirex avait prévenu : pas question de quitter le Continental Circus par la petite porte ! Après une saison 2007 difficile, vécue dans l’ombre du nouveau champion du monde Casey Stoner, le vétéran italien aborde 2008 avec la même soif de victoires qu’à ses débuts en 125 cc, en 1990 : "si je me sens bien avec la machine, je sais que je peux me battre avec Valentino et Casey. Je pense que je peux encore courir pendant une saison ou deux. Pour le moment, il n’est pas question d’arrêter ! Je peux encore gagner et je veux y parvenir", explique Loris Capirossi.

Car le pilote italien voudrait ajouter le titre suprême à son palmarès déjà bien rempli : à 17 ans, il remporte la couronne mondiale en 125 cc avec l’équipe Pileri et ce dès sa première participation au championnat ! Sacré de nouveau l’année suivante, Loris passe à la 250 en 1992 sur une Honda RS250, où malgré une compétitivité moindre que les machines officielles, il arrive à se battre aux avant-postes.

MotoGP 2007 : une page se tourne pour Loris Capirossi...

En 1993, Honda lui offre un guidon d’usine avec lequel il s’impose trois fois et qui lui permet de disputer le titre jusqu’à la dernière course. La saison suivante, Loris remporte quatre épreuves, mais laisse le titre à son compatriote Max Biaggi et à son Aprilia.

En 1995, celui qui à découvert la moto à l’âge de cinq ans (!) débarque en catégorie reine au guidon de la 500 NSR et réussit quelques beaux coups d’éclats, dont une troisième place.

L’année suivante, il rejoint l’équipe de Wayne Rainey et remporte sa première victoire avec la 500 2-temps Yamaha en Australie : pourtant, Loris sent qu’il a peut-être brûlé les étapes et accepte de retourner en 250 cc en 1997, au guidon d’une Aprilia. Une saison difficile pour l’italien qui ne parvient pas à s'habituer à sa machine et ne réussit pas à gagner une course.

Un échec qu’il efface dès l’année suivante en remportant le titre ! Fort de ces deux couronnes mondiales, Capi revient en catégorie reine en 2000. Il signe une victoire, monte neuf fois sur le podium en 2001 et affronte les nouvelles MotoGP en 2002 avec sa NSR 2-temps : la lutte est inégale face à la puissance de ces monstres et Loris choisit de franchir la marche du 4-temps avec Ducati en 2003. Le résultat ne se fait pas attendre : dès le premier Grand Prix, Loris accroche le podium alors que le projet Desmoscedici débute à peine ! Il s’impose à Barcelone face à Rossi, remonte cinq fois sur le podium et signe trois pole position !

La moto et le pilote semblent être en symbiose : si le V4 est certainement le plus puissant du plateau, il demande un pilotage physique et agressif qui sied à merveille au petit "jockey" italien !

En 2004, l’équipe connaît moins de réussite : en voulant trop bouleverser la GP4, Ducati a perdu ce fragile équilibre qui réussissait aux pilotes. Loris termine 9ème du championnat avec une troisième place comme meilleur résultat.

Mais l’année suivante voit l’arrivée de Bridgestone comme manufacturier de l’usine italienne : opposé à ce dangereux changement, Capi va pourtant s’employer à développer les gommes nippones... et ça marche, avec deux victoires d’affilées au Japon et en Malaisie.

MotoGP 2007 : une page se tourne pour Loris Capirossi...

Dès lors, Capirex paraît bien placé dans la course au titre en 2006 : victorieuse dès le premier GP, l’équation Ducati-Capi-Bridge paraît vouée au succès. Mais c’est compter sans un co-équipier maladroit, qui envoie Loris au tapis au Grand Prix de Barcelone et ruine ses chances de titre mondial... Malgré tous ses efforts, le n°65 ne revient à son meilleur niveau que quatre courses plus tard, à Brno, où il s’impose. Loris signe ensuite deux deuxièmes places et un nouveau succès au Japon, ce qui lui permet d’obtenir son meilleur classement dans la catégorie reine : troisième au général derrière Rossi et Hayden.

MotoGP 2007 : une page se tourne pour Loris Capirossi...

Cette année, Capi-T-Rex n'est pas parvenu à prendre ses marques sur la Ducati 800 cc, victime de la gestion électronique qui l’empêche de piloter en glisse comme il en a l'habitude : "l’an dernier, la 990 cc me correspondait parfaitement et je pouvais faire ce que je voulais avec cette machine. Cette année, je dois toujours me battre contre la moto", regrette-t-il.

Une situation d’autant plus dure à avaler que son nouveau co-équipier australien, le tout jeune Casey Stoner, collectionne les victoires et se voit titré à trois courses de la fin ! Et à 34 ans, l’italien est réaliste : "dans une écurie, quand un pilote commence à gagner, toute l’usine le suit"...

Dès lors, les dés sont jetés : à Laguna Seca, Loris apprend que Ducati a signé Marco Melandri et se voit proposer un troisième guidon, perdant ainsi son statut de pilote officiel... Intolérable pour le fougueux Capi, qui préfère signer un contrat d’un an avec Suzuki avec une option pour 2009 : "je suis persuadé d’avoir fait le bon choix et la perspective de courir avec Suzuki est très excitante. Ils m’avaient déjà approché auparavant et nous avons toujours eu de bonnes relations", précise Loris.

MotoGP 2007 : une page se tourne pour Loris Capirossi...

Après les avoir bien observés en piste et en dehors, il estime que Suzuki est le seul constructeur du plateau à pouvoir lui offrir une moto compétitive et qui lui convienne au niveau du caractère moteur... Début de réponse lors des tests hivernaux !

En attendant, Loris se concentre sur sa dernière course pour l’usine de Bologne : "Valence sera un très grand week-end pour moi et pour tous ceux qui ont été impliqués dans ce projet. Nous avons connu un grand week-end l’an dernier - j’ai terminé second et Troy Bayliss a gagné la course -, donc j’espère faire quelque chose dans ce style", souligne Capi Rex qui sait que cette dernière course risque d’être chargée émotionnellement : "ce sera certainement un week-end émouvant pour moi, car nous avons eu beaucoup de grands moments ces cinq dernières saisons. Même s’il y a eu des passes difficiles naturellement, ce sont les bons moments dont je veux me rappeler : le premier podium de Ducati en MotoGP pour notre première course ensemble à Suzuka, la première victoire de la marque en juin 2003 en Catalogne, mais aussi mon incroyable série de trois victoires à Motegi ces trois dernières années ! Ce sont des souvenirs incroyables ! Maintenant, mon boulot est de terminer de la meilleure manière possible mon passage chez Ducati. Valence est une piste difficile en MotoGP : étroite et lente. Nous travaillerons sur le moteur et le châssis pour obtenir la meilleure performance possible et essayer de répéter mes bonnes performances de Motegi et de Phillip Island", analyse Capirossi qui rejoindra l’australien Chris Vermeulen l’an prochain.

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Triumph Rocket 3 Storm 2024 : notre essai complet en vidéo

La Rocket III est un festival à elle seule… Un festival de kilogrammes un peu, de chevaux beaucoup, de style passionnément, de newtons-mètres à la folie ! L'énorme Triumph reçoit pour 2024 un nouveau petit nom tempétueux et de légères mises à jour. Essai par notre correspondant à Cannes : Stéphane Lacaze !
Essai Rocket 3 Storm R et GT 2024 : Triumph vous décomplexe

Certains motards sont complexés… et rassurés de savoir qu'ils ont la plus grosse, la plus démesurée, la plus imposante des motos : la Rocket 3 ! Or Triumph ajoute quelques chevaux au plus énorme moulin de la production, qui n’était pourtant déjà pas timide ! Âmes sensibles et constitutions fragiles s’abstenir : voici l'essai MNC… par Stéphane Lacaze !
Yamaha XSR 900 GP : notre essai complet en vidéo

Dans l'aspiration de la nouvelle MT-09 2024 et dans l'inspiration de l'YZR500 des années 80-90, l'inédite XSR900GP cible les motards nostalgiques qui aiment les sportives aux formes généreuses, nouvelles technologies, performances raisonnables… sponsors qui tuent et demi-guidons qui fatiguent ! Essai complet et bonus instrumentation.
Yamaha XSR900GP : le Petit test MNC en 5 minutes

En attendant notre essai vidéo complet de l'inédite XSR 900 GP, découvrez notre formule allégée : le Petit test Moto-Net.Com ! Cinq minutes suffisent pour vous placer aux demi-guidons de la nouvelle sportive - de route - Yamaha en allant directement à l'essentiel.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Interview de Pierre-Yves Bian, prêt pour le TT 2024 malgré sa blessure

Pierre-Yves Bian n'avait pas pris son pied (blessé) lors des essais du Tourist Trophy 2023, mais cela n'avait pas empêché le pilote français de terminer deuxième en catégorie Supertwin ! Cette année, le poulain de Peter Hickman débarque sur l'Ile de Man avec une clavicule fragilisée, mais se sent mieux... Interview MNC.
La 93ème victoire de Ducati au Mugello… avec Marc Marquez ?

Pecco Bagnaia est le grand favori du Grand Prix d'Italie 2024. Mais il se pourrait qu'un autre pilote Ducati s'impose, comme en France ou au Portugal ! À Portimao justement, Jorge Martin avait signé la 89ème victoire de la firme de Bologne en MotoGP, sur sa Desmosedici n°89… Or ce week-end, Ducati vise son 93ème succès. Simple hasard ?
Italie 2 commentaires
Triumph Rocket 3 Storm 2024 : notre essai complet en vidéo

La Rocket III est un festival à elle seule… Un festival de kilogrammes un peu, de chevaux beaucoup, de style passionnément, de newtons-mètres à la folie ! L'énorme Triumph reçoit pour 2024 un nouveau petit nom tempétueux et de légères mises à jour. Essai par notre correspondant à Cannes : Stéphane Lacaze !
Quelles sont les meilleures motos maxitrails 2024 à plus de 16 000 euros ?

A la recherche d'une moto baroudeuse neuve à partir de 16 000 euros ? Plusieurs maxitrails se dressent sur votre chemin ! La sélection Moto-Net.Com avec leurs caractéristiques, prix, qualités et défauts mais aussi nos essais et nos avis. Suivez le guide MNC de la catégorie reine des trails.
Essai vidéo du pneu moto Pirelli Scorpion Trail 3

Moto-Net.Com teste le nouveau pneu Pirelli Scorpion Trail 3 destiné aux motos trails aux tendances sportives. Notre vidéo de l'essai.

Calendrier MotoGP 2024

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2024

GP moto du Qatar 10 mars : GP du Qatar
GP moto du Portugal 24 mars : GP du Portugal
GP moto d'Argentine  07 avril : GP d'Argentine (annulé)
GP moto des Amériques 14 avril :  GP des Amériques
GP moto d'Espagne 28 avril : GP d'Espagne
GP de France moto 12 mai : GP de France
GP moto de Catalogne 26 mai : GP de Catalogne
GP moto d'Italie 02 juin : GP d'Italie
GP moto du Kazakhstan 16 juin : GP du Kazakhstan (reporté)
GP moto des Pays-Bas 30 juin : GP des Pays-Bas
GP moto d'Allemagne 07 juillet : GP d'Allemagne
GP moto de Grande-Bretagne 04 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 18 août : GP d'Autriche
GP moto d'Aragon 01 septembre : GP d'Aragon
GP moto de San Marin 08 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Inde 22 septembre : GP d'Inde
GP moto d'Indonésie 29 septembre : GP d'Indonésie
GP moto du Japon 06 octobre : GP du Japon
GP moto d'Australie 20 octobre : GP d'Australie
GP moto de Thaïlande 27 octobre : GP de Thaïlande
GP moto de Malaisie 03 novembre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 17 novembre : GP de Valence

SAISON 2024   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...