• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
INDIANAPOLIS
Paris, le 29 août 2011

Grand Prix moto d'Indianapolis : déclarations, classements et analyses

Grand Prix moto d'Indianapolis : déclarations, classements et analyses

Après chaque course MotoGP, retrouvez les déclarations et les résultats des principaux protagonistes de la catégorie reine, ainsi que l'analyse de leurs réussites (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du GP d'Indianapolis 2011.

Imprimer

Deuxième rendez-vous américain de la saison 2011 (après celui de Laguna Seca, lire MNC du 25 juillet 2011), Indianapolis n'a réuni qu'à peine 65 000 spectateurs pour la douzième épreuve du Moto GP... alors que les tribunes du mythique Brickyard peuvent accueillir jusqu'à 250 000 personnes !

Mais ce relatif manque d'intérêt - dans la mesure où l'ouragan Irene a sans doute découragé quelques fans... - n'a pas empêché Stoner de corriger Pedrosa, Spies et Lorenzo sur la piste (lire nos résumés des courses Moto GPMoto2et 125 au États-Unis) !

Casey Stoner, Honda-Repsol (1er en qualifs et 1er en course) : "Nous avons pris un départ correct mais j'aurais dû être un peu plus agressif dans le premier virage. Quand je suis entré dans le deuxième, Dani a freiné assez fort et je n'étais pas prêt, mes freins n'étaient pas chauds et j'ai eu du mal à ralentir, j'ai eu de la chance de boucler le premier tour".

"La course a été dure, les températures étaient élevées et ça rendait la piste un peu plus glissante que pour les essais et les qualifications. A un moment j'ai perdu l'avant et la moto a failli tomber sur mon genou, j'étais quasiment par terre mais j'ai réussi à la relever sans trop perdre en confiance. J'ai ensuite commencé à revenir sur Dani et puis j'ai pris l'avantage. Les conditions étaient très difficiles mais tout a bien fonctionné, l'équipe a fait un travail fantastique, merci à tous !"

L'analyse Moto-Net.Com : Critique quant à la qualité du nouveau revêtement du tracé du célèbre "Brickyard" et préoccupé par son action abrasive prononcée sur les Bridgestone, Casey Stoner déclarait samedi soir s'attendre à une course difficile. En définitive, non content d'avoir amélioré le record du circuit en qualifications (1' 38.850), puis celui du meilleur tour en course (1' 39.807), l'Australien a une fois encore totalement dominé son (ses ?) sujet(s) !

Avec cette nouvelle victoire, sa troisième consécutive, le pilote HRC signe un septième succès important : non seulement, il entérine son statut de leader au championnat, portant son avance sur Lorenzo à 44 points alors qu'il ne reste que six GP, mais il sublime sa vélocité par une jolie démonstration de maîtrise technique. Une sacrée revanche pour l'Aussie, à qui il a souvent été reproché la trop grande impétuosité et le manque de constance !

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (4ème en qualifs et 2ème en course) : “Nous sommes très contents de notre deuxième place, pour plusieurs raisons. Après les qualifications nous avions dû travailler très dur pour rattraper le retard que nous avions sur Casey, ce n'était pas normal d'être aussi loin de lui. Je suis content de finir deuxième après ma chute à Brno".

"Je savais que mon rythme de course n'était pas aussi élevé que celui de Casey mais le team a fait du très bon travail, m'a aidé à avoir plus de confiance sur le train avant et j'ai pu trouver un bon rythme, à trois ou quatre dixièmes de celui de Casey. C'était dur d'être tout seul mais je me suis concentré sur mes chronos et j'ai fait mon meilleur tour en fin de course, je suis vraiment content de mes performances. Marquer vingt points après mon abandon à Brno est une bonne chose et maintenant je suis impatient d'aller à Misano pour continuer comme ça"

L'analyse Moto-Net.Com : Qualifié quatrième, à 1,097 sec de Stoner, Dani Pedrosa avait la tête des mauvais jours samedi : revenu au meilleur de sa forme, le catalan ne peut plus s'abriter derrière sa blessure pour expliquer l'outrageante domination de son coéquipier...

Une situation compliquée, d'autant que le jockey espagnol voit Stoner s'attirer progressivement toutes les bonnes grâces des japonais qui voient en lui un Mike Doohan en puissance ! Il est vrai que pour la première fois depuis le départ de Valentino Rossi fin 2003, le HRC a retrouvé un leader ultra-dominateur : un rôle que "Pedro" n'a jamais réussi à remplir depuis son arrivée chez Honda-Repsol en 2006, handicapé soit par des blessures, soit par une RCV rétive.

Pugnace, Dani Pedrosa a tenté d'inverser la tendance en course, menant même la danse pendant les premiers tours. Dépassé presque "facilement" par son coéquipier, le n°26 s'est toutefois rapidement rendu à l'évidence : Stoner était le plus fort à Indy. Néanmoins, que Pedrosa ait signé sa meilleure performance (un flatteur 1' 40.026) dans sa toute dernière boucle laisse songeur : lui-aussi inquiet quant à la bonne tenue de ses pneus, l'officiel Honda n'aurait-il pas pêché par excès de prudence pour éviter de "gaffer" suite à sa chute à Brno ?

Ben Spies, Fiat-Yamaha (2ème en qualifs et 3ème en course) : "Je n'ai pas fait un si mauvais départ, je me suis simplement retrouvé coincé derrière deux pilotes qui arrivaient un peu trop brusquement dans le premier virage. Je crois que Dovi m'est soudainement passé devant dans le quatrième virage et j'étais content de rester sur ma moto".

"Je ne l'avais vraiment pas vu. Après ça il a fallu revenir sans trop s'emballer non plus. Nous avons bien roulé mais il aurait fallu être devant dès les premiers virages. Je suis allé aussi vite que je le pouvais, c'était compliqué pour doubler, nous ne pouvions pas le faire sur la ligne droite et j'ai donc dû trouver d'autres endroits. Je suis content d'avoir réussi à revenir et d'avoir maintenu un bon rythme en fin de course".

L'analyse Moto-Net.Com : Avec Stoner, Ben Spies est le seul pilote à être passé sous la barre des 1' 40 en course et à avoir mis le gant sur un compromis "vitesse-constance" acceptable. Autant dire que si le Texan se montre beau joueur à l'arrivée, son sang de compétiteur devait bouillir devant cette occasion manquée de jouer la victoire à domicile !

Rapide et constant tout le week-end, l'officiel Yamaha a surtout impressionné via ses capacités à trouver les bons réglages sur sa Yamaha YZR M1, alors que son illustre coéquipier est "passé à côté". Nettement plus véloce que Lorenzo, le n°11 n'a d'ailleurs pas hésité à le doubler dans le dernier tiers de la course afin de monter sur son troisième podium de la saison. Un résultat amplement mérité au vu des efforts fournis par le champion du monde Superbike 2009 !

Jorge Lorenzo, Fiat-Yamaha (3ème en qualifs et 4ème en course) : "C'est dommage, je pensais pouvoir réduire l'écart sur Casey à Indy mais j'ai eu des problèmes avec l'asphalte et le pneu avant dès la première séance. Nous avons tout essayé pour rétablir la situation mais nous n'avons pas réussi. Mon pneu avant était déjà mort au bout de quatre ou cinq tours".

"Je voyais les trois pilotes qui étaient devant et leurs pneus étaient parfaits. Je ne sais si c'est à cause de la piste mais je ne suis en tout cas pas le seul à me plaindre. Maintenant le championnat va être beaucoup plus compliqué mais j'espère que c'est la dernière course que nous perdons. Nous courrons de nouveau le week-end prochain à Misano et je suis impatient d'y être pour oublier ce résultat".

L'analyse Moto-Net.Com : Inconstant aux essais, battu par son coéquipier en qualifications comme en course et finalement jamais à l'aise sur sa Yamaha, Jorge Lorenzo a vécu un véritable calvaire aux États-Unis. Bouté hors du podium par son propre compagnon d'écurie, "Lorenshow" termine loin des leaders, comme lors du dernier GP à Brno.

Accusant les Bridgestone d'être à l'origine de sa contreperformance - alors que Spies a pourtant réussi à contourner le problème avec le même matériel -, le majorquin avoue pour la première fois que rattraper Stoner va être délicat... Il est vrai qu'avec seulement deux victoires (Jerez et Mugello) en douze courses contre sept pour son rival, le "panier" de Lorenzo apparaît bien vide face à la besace bien remplie de Stoner !

Andrea Dovizioso, Honda-Repsol (5ème en qualifs et 5ème en course) : "Je ne suis pas content de mon résultat aujourd'hui parce que notre objectif était le podium pour revenir sur Lorenzo au championnat, mais nous devons aussi voir les points positifs et je suis satisfait d'avoir fait mon meilleur temps, en 1' 40.1, dans le dernier tour".

"Etant données les conditions et les températures, c'est la preuve que nous étions rapides jusqu'à la fin. Nous avons manqué le départ, Nicky (Hayden) m'a bloqué et j'ai ensuite percuté Ben (Spies) dans le quatrième virage et j'ai perdu du temps".

"C'était une course difficile dès le départ parce que nous n'avions pas beaucoup d'adhérence à l'arrière et que l'avant avait tendance à tomber. J'ai adapté mon pilotage pour préserver les pneus et j'ai essayé d'être régulier. Nous sommes compétitifs et maintenant nous allons à Misano, où je serai à domicile et donc déterminé à obtenir un bon résultat"

L'analyse Moto-Net.Com : Certes, Andrea Dovizioso a fait une course solide, étant donné les problèmes d'adhérence et d'endurance pneumatique qui ont particulièrement touché les Honda et les Ducati. Néanmoins, le HRC aurait sans doute apprécié que le n°4 intensifie son effort lors du dernier tiers du Grand Prix afin de dépasser Lorenzo et creuser encore un peu plus l'écart au championnat avec Stoner...

A l'image de Pedrosa, "Dovi" a en effet signé sa meilleure performance assez tard (1' 40.108 dans l'ultime boucle), ce qui peut lui valoir de nourrir quelques regrets sachant qu'il ne termine finalement qu'à 0.626 sec d'un Lorenzo en perdition...

Alvaro Bautista, Suzuki (9ème en qualifs et 6ème en course) : "Je suis content de ma position aujourd'hui parce que ce week-end nous n'avions pas le même rythme que lors des deux précédents. J'ai fait une bonne séance de qualifications mais je n'étais pas au niveau des meilleurs, je n'ai pas pu rester avec eux en course. Mon départ a été correct et j'ai doublé deux pilotes mais je ne pouvais tout simplement pas suivre le groupe de tête".

"Nous avons eu quelques soucis sur cette piste parce que la moto ne tournait pas vraiment comme nous le voulions et je pense que nous ne sommes pas au niveau des autres ici. J'ai été régulier tout au long de la course et je me suis bien battu avec les autres, surtout avec Edwards. Au final j'avais un bon rythme et j'ai pu me défaire de ceux qui étaient derrière moi. Je crois qu'aujourd'hui nous ne pouvions pas obtenir un meilleur résultat, nous avons fait le maximum".

L'analyse Moto-Net.Com : Après sa désillusion à Brno, où il chute alors qu'il suivait Valentino Rossi, Bautista avait à coeur de se racheter à Indianapolis. En nets progrès depuis le GP d'Allemagne, sa GSV-R semble désormais lui offrir les moyens de se battre avec le second groupe, ce qui constitue un pas en avant non négligeable pour le blason d'Hamamatsu.

Actuellement 12ème au classement malgré sa blessure en début de saison et plusieurs résultats blancs, le pilote Suzuki peut s'estimer satisfait de sa progression : il ne s'agit après tout que de sa seconde saison en Moto GP et tout le développement de la GSV-R ne repose que sur ses seules épaules !

Le champion du monde 125 cc 2006 a fêté son deuxième meilleur résultat de la saison (avec sa 5ème place à Silverstone) avec sa nouvelle amie, Elena Myers, la pilote américaine qui a testé la Suzuki avant le GP d'Indianapolis (lire MNC du 22 août 2011) !

La californienne de seulement 17 ans a ainsi bouclé cinq tours sur le Brickyard jeudi après-midi, s'offrant pour l'occasion une pointe à 306 km/h dans la ligne droite (316,3 km/h pour Bautista en course).

" Wow ! Je peux difficilement dire quoi que ce soit de plus, mais c’était une expérience incroyable !", a commenté la pilote engagée en Supersport US qui s'est attirée l'attention du paddock grâce à sa témérité et à son déhanché prononcé... sur la GSV-R, évidemment !

"Je ne pourrais pas suffisamment remercier les membres de l’équipe MotoGP de Suzuki, ils ont été géniaux ! Cela ne fait que renforcer mon envie de revenir ici pour essayer un jour de prendre part à un week-end de course pour de vrai. Quant à la moto, elle fait tout 20 fois mieux que ce que j’aurais imaginé. C’était vraiment génial !".

Randy de Puniet, Ducati-Pramac (12ème en qualifs et 8ème en course) : "Je suis heureux : c’était ma meilleure course de la saison ! C’est dommage pour le contact que j’ai eu en début de course avec Loris (Capirossi, NDLR) qui m’a fait perdre au moins trois positions, car sans cela j’aurais pu m’attaquer au groupe qui me devançait et j’aurais probablement pu me battre pour de meilleures positions".

"Mais comme nous le prévoyions samedi, mon rythme a été régulier et bon jusqu’à la fin, ce qui m’a permis de dépasser de nombreux pilotes dans la seconde partie de la course. Je suis satisfait de la façon dont les choses se sont déroulées. L’équipe a très bien travaillé et, après un début de saison difficile, nous méritions tous un bon résultat. Nous en avions besoin et nous pensons pouvoir continuer sur ce niveau à Misano".

L'analyse Moto-Net.Com : Avec cette huitième place, Randy de Puniet fait lui-aussi coup double : il termine premier pilote Ducati à Indianapolis (Cocorico !) et signe surtout le meilleur résultat d'une saison jusque là catastrophique. En dehors de cela, le français termine à 53,416 sec du vainqueur et conserve la dernière position au classement provisoire... Mais cette performance met du baume au cœur au n°14 après plusieurs GP entachés par sa blessure !

Randy et son manager Eric Mahé espèrent profiter de cet excellent week-end pour tenter de renouveler le contrat du Frenchie avec son team Ducati-Pramac : bien que peu satisfait de son équipe technique et handicapé par le sous-virage chronique de sa Ducati, le parisien n'a en effet aucune autre proposition sérieuse pour continuer à rouler en Moto GP en 2012...

En cas d'échec dans ces transactions, le n°14 pourrait rebondir en World Superbike, à l'image de son coéquipier Loris Capirossi et de Colin Edwards que la rumeur annonce d'ores et déjà en WSBK en 2012 : le premier sur la future Ducati 1199 et le second sur une BMW S1000RR !

Valentino Rossi, Ducati (14ème en qualifs et 10ème en course) : "Ce week-end il y a eu plusieurs choses qui ont contribué à la difficulté de la course : ma chute en qualifications, qui m'a fait perdre en confiance et m'a obligé à partir loin derrière sur la grille et puis aujourd'hui il y a eu ce problème avec la boîte de vitesses".

"La moto est restée coincée au point mort six ou sept fois, ça me faisait perdre du temps. Au bout d'un moment je me suis retrouvé dernier et j'ai décidé de faire tout mon possible pour essayer de marquer des points. Durant le warm-up nous avions fait un changement qui améliorait notre cadence mais la course a vraiment été très difficile. Nous savons que nous devons travailler. Ducati fait son tout possible, comme l'équipe et moi-même, parce que nous devons essayer de rendre la moto plus compétitive tout en attendant des changements".

L'analyse Moto-Net.Com : Victime d'une chute en qualifications et de problèmes de transmission en course, Valentino Rossi a connu l'enfer à Indianapolis... Qualifié quatorzième, il parvient à remonter à la 10ème place, malgré un tout droit en début de Grand Prix et un pneu avant sérieusement attaqué.

Alors que sa motivation est remise en cause, afficher tant de détermination pour ne terminer qu'à 55 secondes du vainqueur prouve au contraire toute l'étendue de la volonté et du professionnalisme de la star transalpine : confrontés aux mêmes soucis de pneus avec leurs GP11 "Sat", Capirossi et Abraham ont ainsi préféré jeter l'éponge...

Néanmoins, personne n'est dupe : si Rossi a "fait le boulot", c'est aussi (surtout !) pour s'assurer que Ducati ne se trouve pas d'excuses pour refuser d'accéder à ses demandes. Car comme l'a souligné sans ambigüité le nonuple champion du monde à Indy, les Rouges de Bologne doivent sérieusement réviser leur copie pour 2011 et probablement aussi pour 2012 (lire notamment MNC du 22 août 2011) !

Prochain rendez-vous à Misano (Italie) dès dimanche pour le GP de San Marin qui marquera la treizième manche du calendrier Moto GP 2011. Restez connectés !

Classement général provisoire Moto GP 2011

Position - Pilote - Moto - Points

  • 1-Casey STONER-Honda-243
  • 2-Jorge LORENZO-Yamaha-199
  • 3-Andrea DOVIZIOSO-Honda-174
  • 4-Dani PEDROSA-Honda-130
  • 5-Ben SPIES-Yamaha-125
  • 6-Valentino ROSSI-Ducati-124
  • 7-Nicky HAYDEN-Ducati-105
  • 8-Colin EDWARDS-Yamaha-84
  • 9-Marco SIMONCELLI-Honda-80
  • 10-Hiroshi AOYAMA-Honda-77
  • 11-Hector BARBERA-Ducati-62
  • 12-Alvaro BAUTISTA-Suzuki-49
  • 13-Karel ABRAHAM-Ducati-46
  • 14-Toni ELIAS-Honda-46
  • 15-Cal CRUTCHLOW-Yamaha-39
  • 16-Loris CAPIROSSI-Ducati-29
  • 17-Randy DE PUNIET-Ducati-27
  • 18-John HOPKINS-Suzuki-6
  • 19-Kousuke AKIYOSHI-Honda-3
  • .

    .

    Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Identifiez-vous pour publier un commentaire.

    .

    A lire aussi sur le Journal moto du Net

    Premier semestre 2024 excellent pour les gros cubes, lent pour les 125

Le marché français du motocycle est stable, avec 110 257 immatriculations enregistrées au premier semestre 2024 (-0,8%)... Certes, mais sur la même période les 125 cc ont baissé de -7,5 % tandis que les grosses cylindrées résistent à +1,8 %. Bilan !
    Et si Marc Marquez ne gagnait plus en MotoGP ?

Deux ans et huit mois séparent Marc Marquez de sa dernière victoire en MotoGP, décrochée sur Honda lors du Grand Prix de San Marin 2021. Désormais sur Ducati, l'octuple champion du monde est de retour sur le podium… mais pas encore sur la plus haute marche, même sur son circuit du Sachsenring !
    Allemagne 2 commentaires
    Remontée de files à moto : l'expérience sans fin

Huit ans (!) déjà que l'État botte en touche sur la remontée de files à moto et scooter au lieu de légaliser cette pratique indispensable à la fluidification du trafic. Huit ans (!!) que la Circulation interfiles (CIF) fait l'objet d'une expérimentation grandeur nature dans plusieurs départements... de nouveau reconduite jusqu'au 15 septembre 2024 !
    Essai vidéo du pneu moto Pirelli Scorpion Trail 3

Moto-Net.Com teste le nouveau pneu Pirelli Scorpion Trail 3 destiné aux motos trails aux tendances sportives. Notre vidéo de l'essai.
    Quelles sont les meilleures motos maxitrails 2024 à plus de 16 000 euros ?

A la recherche d'une moto baroudeuse neuve à partir de 16 000 euros ? Plusieurs maxitrails se dressent sur votre chemin ! La sélection Moto-Net.Com avec leurs caractéristiques, prix, qualités et défauts mais aussi nos essais et nos avis. Suivez le guide MNC de la catégorie reine des trails.
    Guides pratiques 1 commentaire

    Calendrier MotoGP 2024

    Plateau : Les pilotes et leurs motos 2024

    GP moto du Qatar 10 mars : GP du Qatar
    GP moto du Portugal 24 mars : GP du Portugal
    GP moto d'Argentine  07 avril : GP d'Argentine (annulé)
    GP moto des Amériques 14 avril :  GP des Amériques
    GP moto d'Espagne 28 avril : GP d'Espagne
    GP de France moto 12 mai : GP de France
    GP moto de Catalogne 26 mai : GP de Catalogne
    GP moto d'Italie 02 juin : GP d'Italie
    GP moto du Kazakhstan 16 juin : GP du Kazakhstan (reporté)
    GP moto des Pays-Bas 30 juin : GP des Pays-Bas
    GP moto d'Allemagne 07 juillet : GP d'Allemagne
    GP moto de Grande-Bretagne 04 août : GP de Grande-Bretagne
    GP moto d'Autriche 18 août : GP d'Autriche
    GP moto d'Aragon 01 septembre : GP d'Aragon
    GP moto de San Marin 08 septembre : GP de San-Marin
    GP moto d'Inde22 septembre : GP d'Inde (annulé)
    GP moto du Kazakhstan 22 septembre : GP du Kazakhstan
    GP moto d'Indonésie 29 septembre : GP d'Indonésie
    GP moto du Japon 06 octobre : GP du Japon
    GP moto d'Australie 20 octobre : GP d'Australie
    GP moto de Thaïlande 27 octobre : GP de Thaïlande
    GP moto de Malaisie 03 novembre : GP de Malaisie
    GP moto de Valence 17 novembre : GP de Valence

    SAISON 2024   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

    • En savoir plus...