• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MONDIAL SUPERBIKE
Paris, le 26 octobre 2007

Kenny Foray dans la cour des grands !

Kenny Foray dans la cour des grands !

Quelques jours après l’interview accordée à Moto-Net.Com, le nouveau Champion de France Supersport, Kenny Foray, reçoit un appel : le team Intermoto Czech lui propose de remplacer Matt Lagrive pour la finale de Magny-Cours ! Récit d'une belle aventure.

Imprimer

Le malheur des uns fait le bonheur des autres ? C’est ce que l’on pourrait croire dans le cas de Lagrive - Foray : le premier se voit privé de sa course nationale, pour une histoire de règlement et voilà le second propulsé sur la scène internationale !

Pour Kenny Foray l’enjeu est double : montrer sa valeur à tous les observateurs du mondial SSP et en plus marquer impérativement des points lors de l’épreuve ! Car, son team brigue la dixième place au général, synonyme d’aide financière de l’organisateur...

A cela, s’ajoute la découverte d’une Honda 600 CBR au comportement très éloigné de sa 675 Triumph, avec laquelle il court habituellement et l’on peut comprendre que le pilote de 22 ans ne soit pas très à l’aise la veille de la course !

Moto-Net.Com : Salut, Kenny. Tu nous avais caché ta participation à Magny-Cours lors de notre entrevue au Mondial de la moto ?! (lire Moto-Net.Com du 4 octobre 2007)
Kenny Foray : Je ne l’ai appris que le mercredi d’après ! C’est une super opportunité qui s’offre au détriment de Matthieu...
Car, en mondial SSP tu as quatre circuits d’entraînement : dessus tu peux rouler quand tu veux et même juste avant une course du calendrier. Par contre si tu roules sur un circuit qui n’est pas désigné par ton team pour l’entraînement, tu as un délai d’un mois sans pouvoir participer à une course SBK/SSP : Matthieu ayant participé au Bol d’Or et Magny-Cours n’étant pas un circuit d’entraînement du team Tchèque, il s’est vu refusé le droit de participer à la course Supersport. A l’inverse, Max Neukirchner, les pilotes du GMT et Guillaume Dietrich n’ont pas connus ce souci de règlement puisque Magny-Cours était une des quatre pistes d’essais choisies par leur team.

Kenny Foray dans la cour des grands !

MNC : Comment s’est déroulé ta première séance qualificative dans un championnat du monde ? La transition entre ta Triumph 3 cylindres et la Honda n’a pas été trop délicate ?
K.F. : Je me suis qualifié 24ème sur 32 : c’est loin, mais je ne suis qu’à deux secondes de la pôle ! Concernant la Honda, je dirai que niveau châssis, il n’y a aucun problème, c’est une très bonne moto.Le seul truc auquel j’ai du mal à m’habituer, c’est la conduite : tout se fait haut dans les tours et c’est mon point faible. J’ai tendance à trop laisser le régime moteur redescendre et je reste "scotché". Qui plus est, on a du mal à définir un bon étagement de boîte : la première est trop courte et la deuxième trop longue ! Mon co-équipier (Mauro Sanchini NDLR) et moi en souffrons tous les deux. En particulier dans deux virages : le 180 ° et le Château d’eau et comme ces virages définissent deux lignes droites...

MNC : Quels sont tes objectifs pour la course de demain ? Tu as élaboré une stratégie avec ton team ?
K.F. : Je sais que ça va être difficile, mais je souhaiterai rentrer dans les points : en qualification je n’étais qu’à 7 dixièmes des points. Tout est possible et le team a besoin de marquer 4 points pour prendre la dixième place au général : autant dire qu’il y a un challenge !Il faut que je prenne un bon départ et que j’adopte un bon rythme, car la course est longue : 24 tours. Dès que les « trous » se forment entre pilotes, c’est dur de revenir.Malgré tout, j’ai bon espoir car même si je suis loin sur la grille, je ne suis pas si loin au chrono. Qui plus est, avec le team, nous nous sommes concentrés pendant les essais à accumuler l’expérience et les tours, alors que beaucoup de pilotes se sont concentrés à faire des chronos sur un tour, quitte à devoir attendre pour prendre une roue...

MNC : "Prendre une roue" pour faire un chrono canon : une pratique courante en mondial à laquelle, tu n’es pas habitué avec le championnat de France ?
K.F. : Non et en plus ça me donne l’impression de perdre mon temps ! C’est vrai que je n’ai pas l’habitude de faire ça : sur la piste tu en vois qui s’arrête sur le bas côté pour « attendre une roue » ! Pourtant, je sais que si je m’étais concentré sur la chasse au chrono et que j’avais suivi un bon pilote, qui m’aurait montré les trajectoires, le rythme etc, j’aurai pu gagner environ 5 dixièmes.

Kenny Foray dans la cour des grands !

MNC : Est-ce que tu es surpris de la différence de niveau entre les deux catégories ?
K.F. : Non, car je m’y attendais. A la limite, je croyais même prendre plus de deux secondes au tour ! En plus, je sais que je pourrai rouler un peu plus vite, car j’ai réalisé tous mes temps tout seul, en découvrant la moto et pourtant j’ai progressé à toutes les séances.

Le lendemain en course, Kenny réalise une belle performance : auteur d'un bon départ, il se retrouve 19ème et s'accroche avec un bon groupe. Après être remonté à la 13ème place, il se fait quelques chaleurs qui le force à rendre la main. Kenny termine quatorzième et ramène deux points au team Czech, alors que son co-équipier est contraint à l’abandon.

Mission accomplie, pour le jeune Parisien qui s’est fait chaudement féliciter par son équipe à l’arrivé. Ce même team qui fera rouler Matthieu Lagrive l’an prochain, mais sur des Yamaha R6, proches en développement des motos officielles : une bonne nouvelle pour le Français qui va en plus intégrer l’équipe de C. Guyot pour les épreuves d’endurance Française.

Et Kenny Foray ? L’équipe Carracchi doit toujours lui faire effectuer des essais avec la 675 Daytona, afin de voir s’il est possible de l’intégrer à la structure qu’ils développent en WSSP : or, avec sa course Nivernaise, le n°78 a déjà démontré un beau potentiel… A suivre, sur Moto-Net.com évidemment !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Premier semestre 2024 excellent pour les gros cubes, lent pour les 125

Le marché français du motocycle est stable, avec 110 257 immatriculations enregistrées au premier semestre 2024 (-0,8%)... Certes, mais sur la même période les 125 cc ont baissé de -7,5 % tandis que les grosses cylindrées résistent à +1,8 %. Bilan !
Et si Marc Marquez ne gagnait plus en MotoGP ?

Deux ans et huit mois séparent Marc Marquez de sa dernière victoire en MotoGP, décrochée sur Honda lors du Grand Prix de San Marin 2021. Désormais sur Ducati, l'octuple champion du monde est de retour sur le podium… mais pas encore sur la plus haute marche, même sur son circuit du Sachsenring !
Allemagne 6 commentaires
Remontée de files à moto : l'expérience sans fin

Huit ans (!) déjà que l'État botte en touche sur la remontée de files à moto et scooter au lieu de légaliser cette pratique indispensable à la fluidification du trafic. Huit ans (!!) que la Circulation interfiles (CIF) fait l'objet d'une expérimentation grandeur nature dans plusieurs départements... de nouveau reconduite jusqu'au 15 septembre 2024 !
Essai vidéo du pneu moto Pirelli Scorpion Trail 3

Moto-Net.Com teste le nouveau pneu Pirelli Scorpion Trail 3 destiné aux motos trails aux tendances sportives. Notre vidéo de l'essai.
Quelles sont les meilleures motos maxitrails 2024 à plus de 16 000 euros ?

A la recherche d'une moto baroudeuse neuve à partir de 16 000 euros ? Plusieurs maxitrails se dressent sur votre chemin ! La sélection Moto-Net.Com avec leurs caractéristiques, prix, qualités et défauts mais aussi nos essais et nos avis. Suivez le guide MNC de la catégorie reine des trails.
Guides pratiques 1 commentaire
  • En savoir plus...