• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
FRONDE MUNICIPALE
Paris, le 13 septembre 2018

Contre les voitures-radar privées, le maire de Naujac tient tête au préfet

Contre les voitures-radar privées, le maire de Naujac tient tête au préfet

Jean-Bernard Dufourd, qui a initié le mouvement municipal contre les voitures-radar privées à Naujac-sur-Mer (33), répond au préfet de la Gironde qui lui demande de suspendre son arrêté.

Imprimer

Premier maire à prendre un arrêté contre les voitures-radar privées dans sa commune de Naujac-sur-Mer (33) puis imité par plusieurs autres municipalités, Jean-Bernard Dufourd fait toujours face au préfet de Nouvelle-Aquitaine qui lui a demandé cet été de retirer son arrêté... Sauf que l'édile du Médoc, peu enclin à se faire chambrer, lui a adressé une réponse de son cru que nous dégustons ci-dessous !

"Je ne lâcherai rien !"

"Je marche debout, j'entends aller loin sur mon chemin et je ne lâcherai rien !", prévient Jean-Bernard Dufourd : "j'ai été contacté officieusement puis officiellement, très très tardivement, par un courrier préfectoral d'une demande de retrait, mais ma réponse a été beaucoup plus rapide !"

Commune de Naujac-sur-Mer

Le 13/07/2018

M. le Préfet de la Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde

Objet : Réponse au recours gracieux visant au retrait de l'arrêté N° A/2018/39 instaurant l'interdiction de circulation sur l'ensemble du réseau routier de la commune de Naujac-sur-Mer à tous véhicules munis de systèmes de caméras embarquées en fonctionnement

Monsieur le Préfet,

Par lettre en date du 9 mai 2018, vous m'avez adressé un recours gracieux visant au retrait de l'arrêté n° A/2018/39 instaurant l'interdiction de circulation sur l'ensemble du réseau routier de la commune de Naujac-sur-Mer à tous véhicules munis de systèmes de caméras embarquées en fonctionnement.

Vous considérez tout d'abord que l'arrêté ne comporte la référence d'aucun article autorisant à le prendre. Vous en déduisez le défaut de base légale de l'arrêté, et donc, son illégalité.

Cependant, bien qu'il y ait pu avoir des omissions dans les visas, cela est sans influence sur la légalité de l'arrêté. En effet, selon une jurisprudence constante du Conseil d'Etat une omission ou une erreur dans les visas d'un acte administratif ne sont pas de nature à en affecter sa légalité (CE 5 avril 2002 N°221890). L'omission de visas n'est donc pas de nature à entraîner l'illégalité de l'arrêté.

Vous déduisez de l'omission des visas l'existence d'un défaut de base légale. Or, il n'existe aucun lien entre ces deux éléments. Votre argument est donc inopérant. La légalité de l'arrêté n'est pas affectée.

Selon vous, l'arrêté serait également illégal car ce type d'interdiction ne relèverait pas des compétences dévolues aux maires par les articles L.2213-1 et suivants du Code Général des Collectivités Territoriales au titre de la police de la circulation et du stationnement.

Or, en vertu des articles L.2212-1 et suivants du Code Général des Collectivités Territoriales, le maire détient les pouvoirs de police municipale sur le territoire de sa commune. Il lui revient donc d'assurer le bon ordre, la sureté, la sécurité et la salubrité publique dans sa commune. Dans ce cadre, le maire exerce la police de la circulation sur les routes nationales, les routes départementales et les voies de communication à l'intérieur des agglomérations.

Il en résulte que le maire détient la compétence pour prendre toute mesure de police permettant d'assurer la sécurité routière. Il lui est possible de prendre un arrêté interdisant la circulation à certains véhicules présentant un danger pour la sécurité routière. L'arrêté litigieux relève donc bien des compétences dévolues au maire.

De plus, cette interdiction constitue une mesure nécessaire, adaptée et proportionnée au danger existant.

Enfin, vous considérez que l'arrêté est illégal car l'analyse sur la dangerosité du dispositif serait erronée dès lors que le conducteur de ce type de véhicule ne subit aucune distraction en le conduisant en raison de l'autonomie totale du radar embarqué.

Cependant, la simple présence d'un écran entrant dans le champ de vision du conducteur est une source de distractions. En effet, les véhicules équipés de caméras embarquées en fonctionnement disposent d'un écran au niveau du conducteur. Les informations s'affichant sur cet écran amènent inévitablement le conducteur à détourner son regard de la route, ce qui engendre une perte d'attention.

Or, comme le rappelait le Secrétaire d'État aux Transports dans une réponse publiée le 03/06/2010 au JO du Sénat, "une seconde de distraction peut avoir des conséquences dramatiques

Beaucoup d'accidents corporels ont pour origine un défaut d'attention du conducteur". La présence de caméras embarquées provoque une perte d'attention, elle représente donc nécessairement un danger pour le conducteur ainsi que pour tout autre usager de la route.

Contrairement à ce que vous affirmez, l'autonomie du radar n'exclut pas la dangerosité du dispositif. En effet, la seule présence d'un écran est une source de distraction, et ce, indifféremment de l'autonomie du dispositif. L'autonomie du radar ne permet donc en aucun cas de déduire à l'absence de dangerosité du dispositif. Le danger résulte de la présence de l'écran et de la distraction visuelle en résultant et non pas de l'autonomie ou non du radar.

Il apparait incontestable que le conducteur d'un véhicule munis d'un système de caméras embarquées en fonctionnement subit une distraction et une perte d'attention, source de danger. De ce fait, votre argument est infondé.

Par conséquent, l'arrêté litigieux est légal en tout point. Compte tenu de l'ensemble de ces éléments, je ne peux répondre favorablement à votre demande de retrait de l'arrêté N°A/2018/39.

Jean-Bernard DUFOURD
Maire de Naujac-Sur-Mer

"Bravo monsieur le maire, de même pour Le Caule-Sainte-Beuve où mon mon arrêté court toujours", a déclaré Chantal Benoît, la maire de ce village de Seine-Maritime : "ne lâchons rien et restons debout pour défendre nos habitants !"

Les maires contre les voitures-radar privées

Les élus contre les 80 km/h

Tout ce qu'il faut savoir sur les 80 km/h

 

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Un bien bel exposé avec des arguments qui se tiennent et une logique incontournable, (si ce n'est entre autres, pour leur sécurité pourquoi les gendarmes étaient deux par véhicule ?). Bravo M. Jean-Bernard DUFOURD, bon courage face au Préfet qui rappelons le est le représentant de l'état...

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Annulation des Grands Prix MotoGP de Grande-Bretagne et d'Australie

Le championnat du monde des Grands Prix moto 2020 ne fera pas étape sur les circuits de Silverstone (Royaume-Uni) et de Phillip Island (Australie) suite à l'annulation pure et simple des GP de Grande-Bretagne et d'Australie à cause du Covid-19... Explications.
Les assureurs ne souhaitent pas rembourser les deux mois de confinement...

Suite à la demande d'UFC-Que Choisir visant à obtenir le remboursement de 2,2 milliards d'euros aux assurés auto (50 euros) et moto (29 euros) en raison des économies liées au confinement, la présidente de la Fédération française de l'assurance (FFA) a pris sa plus belle plume pour répondre à l'association que oui, mais non... Explications.
Nouveau casque Arai Concept-X : chic et classique

Le nouveau casque moto Concept-X est la réponse du manufacturier japonais Arai à l'actuelle mode du néo-rétro. Développé sur la base du Renegade-V, ce casque intégral en fibres évolue dans un segment "vintage chic" avec un prix de 579,99 euros. Présentation.
Prix du nouveau scooter 3-roues Yamaha Tricity 300

Dévoilé à Milan cet automne, le nouveau scooter Tricity 300 accessible aux titulaires du permis auto rejoint la gamme 3-roues Yamaha aux côtés du scooter Tricity 125 et de la moto Niken.
Reprendre la moto avec l'aide des motards de la gendarmerie

Pendant que la France passe progressivement du rouge à l'orange et au vert à la faveur du déconfinement, les bleus organisent des journées de reprise de la moto pour ne pas voir tout en noir...
La stratégie du réseau Kawasaki face au coronavirus

Comment le réseau de concessions moto Kawasaki réagit-il à la crise du Covid-19 ? Quelles sont les actions mises en place pour relancer l'activité depuis le déconfinement ? Réponses dans notre entretien MNC avec Antoine Coulon, responsable marketing de Kawasaki France. Interview.
La stratégie du réseau Honda moto France face au coronavirus

Deux options sont possibles face à un obstacle en tout-terrain : ralentir pour l'enrouler ou mettre plein gaz pour le survoler. Offensif et proactif, Honda France opte clairement pour la seconde stratégie afin d'aider son réseau à surmonter les conséquences du Covid-19. Entretien MNC avec Fabrice Recoque, directeur de la division moto de Honda France. 
Pratique 4 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, d'annonces gratuites, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...