• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
ESPACE PARTICIPATIF
Paris, le 6 mars 2018

Contre la baisse de la vitesse à 80 km/h, le Sénat compte sur vos contributions !

Contre la baisse de la vitesse à 80 km/h, le Sénat compte sur vos contributions !

La baisse de la vitesse à 80 km/h sur les routes prévue par le premier ministre à partir du 1er juillet 2018 a finalement eu un avantage : mettre en évidence le rôle des parlementaires au Sénat et à l'Assemblée nationale ! Dans le cadre du groupe de travail sur la sécurité routière, les sénateurs ont notamment ouvert un espace participatif pour recueillir les contributions des Français. Explications.

Imprimer

L'objectif de l'espace participatif ouvert sur le site du Sénat est de permettre aux élus "d'évaluer, sans a priori, l'utilité et l'efficacité pour la lutte contre l’insécurité routière de certaines mesures annoncées par le gouvernement, parmi lesquelles la réduction à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur certaines routes, et de formuler toute proposition pour renforcer l’efficacité de la lutte contre l’insécurité routière".

"Avant de rendre leurs conclusions fin avril 2018, et soucieux d’associer à leur réflexion l’ensemble de la société civile, les sénateurs membres du groupe de travail vous proposent de leur adresser votre contribution grâce à cet espace participatif", expliquent Michel Raison (Les Républicains, Haute-Saône), Jean-Luc Fichet (PS, Finistère) et Michèle Vullien (Union centriste, Rhône).

Deux questions

  1. Que pensez-vous de la mesure, annoncée par le gouvernement le 9 janvier 2018, consistant à réduire de 90 km/h à 80 km/h la vitesse maximale autorisée sur les routes à double sens sans séparateur central, en dehors des routes à deux fois deux voies et des routes à trois voies ?
  2. Parmi les autres mesures annoncées par le gouvernement le 9 janvier 2018, lesquelles vous semblent les plus utiles pour lutter efficacement contre l’insécurité routière ? Quelles mesures, autres que celles annoncées par le gouvernement le 9 janvier 2018, jugez-vous utiles pour lutter efficacement contre l’insécurité routière ?

Mépris et manque de courtoise républicaine

Les sénateurs dénoncent également une campagne publicitaire du gouvernement sur la limitation de la vitesse à 80 km/h dans "plus de 300 supports de la presse quotidienne nationale, régionale, hebdomadaire et télévisuelle", qui illustre selon eux le "mépris du gouvernement" à l'égard du Parlement.

Les membres du groupe de travail du Sénat sur la sécurité routière s’étonnent en effet du "lancement d’une coûteuse campagne de presse officielle prétendant montrer aux Français "pourquoi il est nécessaire de baisser la vitesse maximale autorisée" sur certaines routes".

Michel Raison, Jean-Luc Fichet et Michèle Vullien déclarent "regretter vivement ce manque de courtoisie républicaine qui fait fi des travaux actuellement en cours au Parlement pour analyser le bien-fondé de cette décision" tandis que le président de la commission des lois Philippe Bas (Les Républicains, Manche) et le président de la commission de l’aménagement du territoire Hervé Maurey (Union centriste, Eure) estiment que "ce mépris affiché pour la fonction de contrôle du Parlement illustre une nouvelle fois la méthode précipitée du gouvernement, alors que la sécurité routière mérite des décisions réfléchies et concertées".

Auditions des associations

Le groupe de travail poursuit par ailleurs ses auditions afin d'y voir plus clair sur les tenants et les aboutissants de cette mesure phare du CISR du 9 janvier : après avoir entendu le délégué interministériel à la sécurité routière, ils recevront cet après-midi des représentants de la Fédération française des motards en colère (FFMC), de 40 millions d'automobilistes, de l'automobile club des avocats (ACDA) et de la Ligue des conducteurs (LDC).

Pour la FFMC, le chargé de mission sécurité routière Marc Bertrand expliquera "qu'une autre sécurité routière est possible, fondée sur la prévention, l’éducation et le partage de la route, pas sur la surveillance, les menaces et l’arbitraire".

Pour 40 millions d'automobilistes, le président Daniel Quéro s'attachera à "démontrer qu'une limitation de vitesse abaissée n'a pas d'intérêt en termes de réduction de l'accidentalité routière, d'abord parce qu'une telle mesure n'agit pas sur les principales causes de mortalité sur la route - qui sont l'alcoolémie et les stupéfiants au volant - et parce qu'il existe de nombreux exemples, en France comme à l'étranger, qui contredisent le modèle mathématique qui voudrait que "1% de réduction de la vitesse moyenne permette une réduction de 4% de la mortalité routière", seul et unique argument avancé par le gouvernement pour justifier cette décision d'abaissement de la vitesse".

"Nous ne manquerons pas également de souligner le fait que cette baisse de la vitesse maximale autorisée provoquera sans aucun doute une forte augmentation du nombre d'amendes-radars et représente donc un surplus de recettes pour l'État estimé à près de 340 millions d'euros !", poursuit le délégué général de l'association,  Pierre Chasseray : "cela nourrit évidemment le sentiment de ras-le-bol généralisé dirigé contre la politique ultra-répressive mise en oeuvre par le gouvernement depuis des années, alors même que toute politique de sécurité routière devrait emporter l'adhésion de l'ensemble des usagers de la route".

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
plus sérieusement, il faut y aller les gars, il y a seulement 2 questions à répondre. Préalablement il faut tout de même aller sur le site du ministère pour s'imprégner des 18 mesures et répondre de manière pertinente. En tout cela prend 10mn, à vous.

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Le coronavirus brouille toujours les chiffres de l’accidentalité routière 

Déjà pas bien simple en temps normal, la lecture des chiffres de la sécurité routière est encore et toujours compliquée par la crise sanitaire et ses mesures restrictives (en termes de mobilité principalement). En mars 2021, la mortalité a augmenté de +20 % par rapport à l’an dernier, baissé de -28 % comparé à mars 2019...
Une F 900 "R Force" en exclusivité pour les - nouveaux - motards français

BMW Motorrad France a profité du salon du deux-roues de Lyon pour dévoiler une F900R Force, édition limitée (à 300 exemplaires) de son apprécié roadster. Proposée uniquement dans sa version A2 (bridée à 35 ou 70 kW), la moyenne cylindrée reçoit une décoration inspirée de la voltige aérienne. Briefing.
GP Portugal 2021 : une boîte qui coûte son troisième podium à Zarco ?

Johann Zarco a fait bondir ses fans de leur canapé quelques minutes trop tôt lors du GP du Portugal MotoGP 2021... Alors qu’il se battait pour monter sur un troisième podium - en trois courses cette année ! - le n°5 du team Ducati Pramac a hélas perdu l’avant... En confondant vitesse et précipitation ?
GP du Portugal 20 commentaires
GP Portugal 2021 : Quartararo maintient la M1 et son moral au top

Passé - un peu - à côté du Grand Prix d’ouverture 2021 au Qatar, Fabio Quartararo enchaîne deux succès sur deux circuits très différents : Losail et Portimao. Le bon 20 français du team Yamaha officiel prouve ainsi qu’avec sa nouvelle M1 et son nouveau mental, il peut gagner partout...
GP du Portugal 2 commentaires
Marché moto en mars 2021 : un an après, MNC fait le point avec la CSIAM

C’était écrit. Les ventes du marché français du motocycle ont explosé - doublé ! - le mois dernier, en comparaison du désastreux mois de mars 2020. En guise d’analyse, Moto-Net.Com a interrogé le nouveau représentant des constructeurs Vincent Thommeret, président de la branche moto de la CSIAM.
Ducati plus favorable aux carburants synthétiques qu'aux motos électriques

Rétropédalage à Bologne : Ducati ne produira finalement pas de motos électriques à court terme comme annoncé depuis 2019. Le constructeur italien s'intéresse davantage aux carburants de synthèse comme Porsche, autre marque du groupe Volkswagen propriétaire de Ducati. Explications.
R&D
Pas de contrôle technique moto en France en 2022, mais...

Un contrôle technique sur les motos et maxiscooters de plus de 125 cc à partir du 1er janvier 2022 ? Les motards - plus ou moins - en colère le rejettent en bloc. De toute manière, la France n’est pas prête : son Ministère des Transports propose d’autres contrôles à la place. Explications.
Sécurité routière 15 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...