• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
LE FRANCILIEN DE LA MOTO
Paris, le 21 octobre 2021

Un salon de la moto à Paris en 2022, marchand, francilien et branché ?

Un salon de la moto à Paris en 2022, marchand, francilien et branché ?

Annulé en 2020 à cause de la pandémie de Covid-19, le Mondial de la Moto à Paris Porte de Versailles pourrait être de retour en 2022. Une majorité de filiales françaises y serait favorable, mais sous certaines conditions car selon la CSIAM, les grands salons d’antan sont terminés... Explications et réflexions.

Imprimer

Lors de son dernier point presse - le premier depuis février 2020 en raison de la crise sanitaire ! -, la CSIAM a évoqué la possible tenue d’un salon de la moto à Paris en 2022 : "nous avons eu une réunion à ce sujet il y a trois semaines et pas mal de nos adhérents y sont favorables", a indiqué son président délégué Thierry Archambault.

Selon la Chambre syndicale internationale de l'automobile et du motocycle (CSIAM, qui fédère et représente les intérêts des filiales françaises des constructeurs étrangers), les motards auraient toujours envie de se réunir autour de leur passion commune, de voir et toucher les dernières nouveautés... et de les acheter ?!

Les responsables des grandes marques moto et scooters le (ré)clament depuis de nombreuses années : le modèle économique du Mondial de la Moto est à revoir. Pour qu’il soit réellement "intéressant", le futur salon parisien devra certainement devenir marchand, mais sans être pénalisant.

Il est en effet hors de question de court-circuiter des concessionnaires parisiens rudement touchés par la crise sanitaire - ses confinements principalement - et toujours affectés par la normalisation du télétravail. Les ventes générées par la potentielle foire parisienne devront donc être supplémentaires. Mais comment savoir ?

Un salon pour doper les ventes

Il est quasiment impossible de quantifier et qualifier les retombées d’un salon. Les constructeurs se trouvent d’ailleurs dans le même embarras lorsqu’on leur demande d’estimer le manque à gagner en 2021 en raison des difficultés de production (pénuries de semi-conducteurs, plastique, faisceaux, etc.) et de la saturation des transports (maritimes surtout).

Ces tensions engendrent des surcoûts qui, pour le moment, ne sont pas sensibles pour les clients : "nous sommes constamment confrontés à ce type de problématique avec les changements du cours des monnaies", illustre Jean-Luc Mars, directeur de Triumph et précédent président de la branche moto de la CSIAM.

"Si une hausse intervient sur trois mois seulement, nous pouvons absorber l’écart... En revanche si la hausse dure trois ans, il y a des répercussions", complète-t-il. "En l’occurrence, nous observons déjà une réduction du tarif des containers en provenance de Chine car la production de certains produits là-bas sont également en baisse". Ouf ?!

"Le client qui recherche une moto actuellement en rupture de stock va contacter plusieurs concessionnaires autour de chez lui", illustre l’actuel président, Vincent Thommeret. À moins d’enregistrer les identités de tous les prospects et de tenir à jour une liste régionale - voire nationale -, une marque ne peut pas comptabiliser précisément les ventes loupées ou retardées.

Un salon de Paris... ou pas loin de Paris

L’augmentation des recettes n’est pas la seule condition nécessaire au retour - et au succès ! - d’un salon dans la capitale. Diminuer les coûts est une autre nécessité qui pourrait d’ailleurs mener le salon à s’affranchir d’une grosse contrainte : la mairie de Paris, de plus en plus hostile aux autos et aux motos.

La tendance dans l’auto

L’automobile aussi a vu ses salons annulés à cause du coronavirus. Le salon international de Genève 2022 en est la dernière victime : censé se dérouler en février 2022, il est repoussé à 2023 en raison des graves difficultés rencontrés par le secteur.

Le Mondial de l’Auto 2022 reste - pour l’heure - programmé du 17 au 23 octobre, sans sa section moto et scooter. Le site officiel traite en revanche les actualités vélos, trottinettes et drônes... plus tendance ?!

Les responsables français des marques de moto et scooter imaginent mal leurs clients se rendre à "leur" salon en métro ou en trottinette... A priori donc, le prestigieux et central mais onéreux et bancal Parc des expositions de Porte de Versailles où devait se dérouler le Mondial de la Moto 2020 ne part pas en pole position. À moins que...

À moins que le Mondial salon parisien décide de s’adresser en priorité ou en exclusivité aux Franciliens ! Dans ce cas, les organisateurs (à définir ultérieurement) pourraient axer leur événement sur la mobilité en Ile-de-France, un sujet porteur chez les médias - généralistes - et une problématique épineuse à laquelle doivent répondre les constructeurs.

Les ventes en France de deux-roues électriques - équivalents de nos motos et scooters, hors vélos, trottinettes ou gyropodes donc - n’ont progressé que de +13 % sur les neuf premiers mois 2021 (Vs 2020). Si "les cyclos sont portés par les flottes de livraisons, sharing ou BtoB", souligne la CSIAM, les particuliers sont bien moins branchés motos à pile. Et pour cause(s).

Un salon de la moto du futur

Selon la CSIAM, "le prix des produits actuellement sur le marché, l’offre quasi inexistante chez les marques leader et la législation pas encore "trop" dure envers les deux-roues classiques - quoique le stationnement sur Paris ne soient plus offert qu’aux électriques" freinent le "secteur"... S’ajoutent à cela des infrastructures insuffisantes et la question du réel intérêt de ce type de machines !

Sous sa casquette de directeur général de Yamaha Motor France cette fois, Vincent Thommeret rappelle que les Japonais ne sont toujours pas convaincus qu’un deux-roues électrique équivalent à un 50 cc et facturé 3000 euros soit plus vertueux et pertinent qu’un engin thermique qui dégage 35 g de CO2/km et se vend deux fois moins cher.

La CSIAM et ses adhérents qui souhaitent la neutralité technologique - ne pas tout miser sur l’électrique ! - suivent d’ailleurs de près les travaux de Bosch et de Porsche en matière de carburants de synthèse. "Les constructeurs moto sont pour certains en phase d’attente et d’observation car ils ne veulent pas miser sur le mauvais cheval et choisir une technologie trop vite dépassée", analyse M. Archambault.

"Il n’ y a pas d’offre car l’équation économique n’y est pas", rebondit le boss de Triumph France. "La moto électrique représente un investissement majeur de longue durée qui demanderait d’essuyer 40 % de pertes sur ces nouveaux produits durant 4 ou 5 ans". Inenvisageable pour les Anglais... et peine perdue pour Harley-Davidson et sa LiveWire ?

A suivre ntaurellement sur MNC : restez connectés !

.

.

.

Les derniers essais MNC

Instrumentations et démarrages des GSX-S1000GX et Tracer 9 GT+

En direct de son nouveau Duel de motos routières, Moto-Net.Com jette un coup d'oeil aux instrumentations de l'inédite GSX-S1000GX et de la récente Tracer 9 GT+. MNC jette aussi un "coup d'oreille" en démarrant le 4-cylindres Suzuki et le 3-cylindres Yamaha qui développent respectivement 152 et 119 ch...
Duel vidéo : Yamaha Tmax 560 Vs Honda X-ADV 750

Moto-Net.Com oppose les deux meilleures ventes dans la catégorie des maxi-scooters : le Yamaha Tmax 560 en version haut de gamme Tech Max et le Honda X-ADV 750. Lequel choisir en 2024 ? Réponses dans notre duel vidéo complet !
Triumph Rocket 3 Storm 2024 : notre essai complet en vidéo

La Rocket III est un festival à elle seule… Un festival de kilogrammes un peu, de chevaux beaucoup, de style passionnément, de newtons-mètres à la folie ! L'énorme Triumph reçoit pour 2024 un nouveau petit nom tempétueux et de légères mises à jour. Essai par notre correspondant à Cannes : Stéphane Lacaze !
Essai Rocket 3 Storm R et GT 2024 : Triumph vous décomplexe

Certains motards sont complexés… et rassurés de savoir qu'ils ont la plus grosse, la plus démesurée, la plus imposante des motos : la Rocket 3 ! Or Triumph ajoute quelques chevaux au plus énorme moulin de la production, qui n’était pourtant déjà pas timide ! Âmes sensibles et constitutions fragiles s’abstenir : voici l'essai MNC… par Stéphane Lacaze !

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Le point sur la grille provisoire MotoGP 2025

Sur 22 guidons disponibles en MotoGP l'an prochain, dix sont déjà attribués après sept courses disputées. Moto-Net.Com fait le point sur la situation du marché des transferts 2025 au terme du Grand Prix d'Italie.
Guides pratiques 2 commentaires
Les bleus, champions des ventes de gros cubes en mai 2024

Malgré les jours fériés en plein milieu de semaine et une météo déprimante, les concessionnaires moto et scooter ont connu un mois de mai 2024 pas aussi mauvais que redouté (-1,8%). Ce cinquième mois est même bon pour Yamaha qui se classe premier des ventes de grosses cylindrées... Bilan.
Essai vidéo du pneu moto Pirelli Scorpion Trail 3

Moto-Net.Com teste le nouveau pneu Pirelli Scorpion Trail 3 destiné aux motos trails aux tendances sportives. Notre vidéo de l'essai.
Instrumentations et démarrages des GSX-S1000GX et Tracer 9 GT+

En direct de son nouveau Duel de motos routières, Moto-Net.Com jette un coup d'oeil aux instrumentations de l'inédite GSX-S1000GX et de la récente Tracer 9 GT+. MNC jette aussi un "coup d'oreille" en démarrant le 4-cylindres Suzuki et le 3-cylindres Yamaha qui développent respectivement 152 et 119 ch...
Quelles sont les meilleures motos maxitrails 2024 à plus de 16 000 euros ?

A la recherche d'une moto baroudeuse neuve à partir de 16 000 euros ? Plusieurs maxitrails se dressent sur votre chemin ! La sélection Moto-Net.Com avec leurs caractéristiques, prix, qualités et défauts mais aussi nos essais et nos avis. Suivez le guide MNC de la catégorie reine des trails.
Guides pratiques 1 commentaire
  • En savoir plus...