• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
#AMERICASGP DÉCLARATIONS
Paris, le 11 avril 2022

Déclarations des pilotes MotoGP après le "Bestial" GP des Amériques

Déclarations des pilotes MotoGP après le "Bestial" GP des Amériques

Le GP des Amériques 2022 est marqué par la splendide victoire d'Enea "Bestia" Bastianini via une parfaite gestion de son effort. Autres faits notables : la "remontada" de Marquez - dernier à 6ème ! - et la lenteur de la Yamaha de Quartararo, qui rend 15 km/h aux Ducati. Déclarations des pilotes.

Imprimer

Enea Bastianini, Ducati-Gresini (5ème en qualifs, 1er en course, 1er au provisoire) : "Nous avions exactement ce plan pour la course. Mais au début, je galérais un peu dans le premier secteur : j'ai choisi de ne pas prendre trop de risques et d'essayer de suivre Martin. Puis, quand Alex Rins est arrivé par l'arrière au risque de créer une collision, je me suis dit qu'il était temps de pousser plus fort".

 "J'ai dépassé Jorge puis Jack, car j'ai vu que j'avais un petit "plus". J'ai fait quelques erreurs lors de mon premier tour en tête, mais ensuite j'ai réussi à trouver un bon rythme. C'est une victoire fantastique, qui résulte d'un travail d'équipe incroyable. Nous pouvons être rapides sur toutes les pistes, même si je continue à appréhender cette saison comme un débutant ("Bestia" est dans sa 2ème saison de MotoGP, suite à son titre Moto2 en 2020, NDLR).

 

Alex Rins, Suzuki Factory (7ème en qualifs, 2ème en course, 2ème au provisoire) : "Je suis si heureux ! Je ne m'attendais pas à monter sur le podium, car dans les premiers tours j'étais un peu en difficulté. Puis j'ai essayé de pousser davantage les pneus, de freiner plus tard, de faire de bons dépassements".

"Quand je suis arrivé en 3ème position, j'ai commis quelques erreurs et je me suis dit que terminer la course était le plus important. Puis, à deux tours de l'arrivée, je me sentais mieux et mon rythme était bon : j'étais alors capable de dépasser Jack et d'obtenir la 2ème place. Ce résultat est excellent, et je veux dédier ce podium à Suzuki, mais aussi au peuple ukrainien et à ceux du monde entier qui souffrent".

Jack Miller, Ducati-Factory (2ème en qualifs, 3ème en course, 7ème au provisoire) : "Honnêtement, je ne pense pas que j'aurais pu faire mieux aujourd'hui. Je savais que je n'avais pas le rythme pour m'échapper et laisser le groupe derrière moi. Quand Enea m'a dépassé, j'ai essayé de le suivre, mais à un moment il a élargi et j'ai fait la même erreur".

"Je savais que Rins était très proche derrière moi, donc j'ai essayé de me défendre… mais à la fin il m'a dépassé ! Je suis vraiment content de ce résultat, même si je suis déçu d'avoir frôlé la victoire. L'équipe et moi avions besoin de cette troisième place, donc je suis content". 

 Joan Mir, Suzuki Factory (8ème en qualifs, 4ème en course, 4ème au provisoire) : "Je suis super content car c'est mon meilleur résultat à Austin, piste très difficile à rouler. Donc finir 4ème est une bonne chose. Nous avons réussi à faire une belle course et mes performances avec la moto se sont améliorées course après course, grâce à mon équipe".

"J'ai commencé de manière prudente et j'ai pu accélérer mon rythme, dépassant finalement pas mal de monde pour terminer 4ème. Je suis excité d'aller au Portugal avec les améliorations que nous avons trouvées. Commencer la tournée européenne signifie beaucoup de courses et de pression, mais nous sommes exactement là où j'espérais être."

 

Francesco Bagnaia, Ducati-Factory (3ème en qualifs, 5ème en course, 12ème au provisoire) : "Après les essais libres 4 et le warm-up, je m'attendais à maintenir un rythme plus régulier en course, mais ce n'était pas le cas. Jack a été formidable car il a été rapide dès le départ avec les mêmes spécifications que moi, alors que j'ai eu du mal dans les premiers tours".

"Aujourd'hui, l'objectif était d'être dans le top 5 : mission accomplie. Mais j'espérais me battre un peu plus avec les autres : au lieu de cela, j'ai surtout dû me défendre ! Ce week-end va nous aider à comprendre où nous devons nous améliorer pour être plus compétitif dans les prochains Grands Prix".

Marc Marquez, Honda-HRC (9ème en qualifs, 6ème en course et 13ème au provisoire) :  "D'un côté, je suis déçu parce qu'il est clair que nous avions la vitesse aujourd'hui. Je n'aime pas dire ça après coup, mais sans ce souci technique au départ nous avions le rythme pour jouer la victoire ou en tout cas terminer sur le podium".

"J'ai vu une alerte sur le tableau de bord lors de la mise en grille et la moto n'avançait pas jusqu'au premier virage, comme si le limiteur de la voie des stands était enclenché alors que ce n'était pas le cas. Nous ne savons pas encore précisément ce qu'il s'est passé, mais heureusement tout est revenu à la normal au premier virage quand le holeshot device (dispositif qui bloque mécaniquement les suspensions au départ, NDLR) s'est désactivé".

"Le souci s'est résolu tout seul, mais j'étais dernier ! J'ai récupéré beaucoup de positions et j'ai fait une belle course malgré quelques erreurs, qui sont assez normales à l'attaque comme ça. On voit que la vitesse est là : on peut repartir d'ici avec beaucoup de confiance, ce qui est important. À la fin, nous avons eu une très belle bataille avec Fabio que j'ai battu même si j'étais détruit physiquement car j'ai tout donné dès le premier tour !

 Fabio Quartararo, Yamaha-Factory (6ème en qualifs, 7ème en course, 5ème au provisoire) : "Au début de la course, j'ai eu un peu le même problème qu'en Argentine mais beaucoup moins prononcé. Cela m'a fait manquer d'adhérence par rapport aux autres, mais je pense que je m'en suis plutôt bien sorti. Au début, c'est plus difficile de défendre sa position car tout le monde est proche, mais je pense que nous avons fait une bonne course. En tout cas, j'ai beaucoup apprécié !".

"Nous nous sommes battus avec détermination, même si c'était pour la sixième place, j'ai apprécié la bataille avec Marc (Marquez, NDLR). Nous avons eu pas mal de difficultés ce week-end, et c'est évidemment dur de voir les autres motos dépasser comme ça dans la ligne droite (sa Yamaha évoluait entre 333 et 337 km/h alors que la Ducati 2021 de Bastianini est montée à 350,6 km/h pendant les essais, NDLR !)".

"Au final, cette course m'a été bénéfique : j'apprends beaucoup plus de ce genre d'épreuves que lors de certaines victoires. J'ai beaucoup appris aujourd'hui, poussé à la limite, et j'en suis heureux. Maintenant, nous allons en Europe avec - je pense - de meilleures pistes pour nous. Je vais juste faire de mon mieux pour me battre pour le championnat".

Jorge Martin, Ducati-Pramac (1er en qualifs, 8ème en course, 10ème au provisoire) : "Une course très difficile… J'ai bien commencé depuis la pole et j'ai vraiment tout donné : malheureusement, ça n'était pas assez et c'est très décevant. J'étais super fort dans les virages 1 et 4, mais j'ai vite fini les pneus et tout ce que j'avais à donner".

"Nous devons comprendre où nous pouvons nous améliorer, notamment en termes de vitesse de pointe et à l'accélération : je perdais 8 ou 9 km/h par rapport à un autre pilote Ducati (sa GP22 était effectivement la Ducati la plus lente en course, mais avec seulement 1 km/h d'écart sur Miller qui a terminé 2ème : 339,6 km/h contre 340,6 km/h, NDLR). Il faut étudier les données des autres pilotes Ducati pour comprendre ce qu'ils font de différent".

Johann Zarco, Ducati-Pramac (4ème en qualifs, 9ème en course, 8ème au provisoire) : "Je suis plutôt content de mon résultat, car c'était une course très difficile qui a demandé beaucoup d'efforts physiques. J'ai eu de bonnes sensations tout le week-end, mais en course j'ai rencontré quelques difficultés avec le pneu arrière et, après cela, il m'a été impossible de remonter".

"J'ai essayé de rester avec le groupe de tête, mais c'était difficile d'aller beaucoup plus vite : j'ai aussi commis quelques erreurs qui m'ont fait perdre beaucoup de temps. La fin de course a été vraiment, vraiment, compliquée à cause des mouvements de la moto : mon corps souffrait aussi. Au regard de ces moments compliqués, je suis effectivement content d'avoir terminé la course à cette position". 

 Brad Binder, KTM-Factory (17ème en qualifs, 12ème en course, 6ème au provisoire) :  "Le plan de course s'est plutôt bien déroulé : nous avions fait le bon choix avec les pneus, car l'option tendre a duré jusqu'à la fin. Mais je ne suis pas content du tout de terminer 12ème ! Ça a été un week-end difficile mais nous sauvons néanmoins quelques points… Voyons ce que nous pouvons faire au prochain Grand Prix".

Pol Espargaro, Honda-Repsol (12ème en qualifs, 13ème en course, 11ème au provisoire) : "Physiquement, c'était peut-être la course MotoGP la plus difficile de ma vie... S'il y avait eu une dizaine de tours de plus à faire, je pense sincèrement que j'aurai abandonné tellement je me sentais faible. Mais j'ai vu que nous étions dans les points, alors je me suis accroché pour terminer pour moi et pour l'équipe".

"J'étais lent et les changements de direction rapides étaient presque impossibles. J'ai fini épuisé… Maintenant, nous pouvons rentrer à la maison, récupérer et nous préparer pour les courses en Europe. Le potentiel de la moto est bien supérieur à ce que nous avons montré et de notre place au classement (le meilleur tour en course de Marquez en 2'03.553 est une seconde plus rapide que celui d'Espargaro en 2'04.508, NDLR).

 

Franco Morbidelli, Yamaha-Factory (19ème en qualifs, 16ème en course, 15ème au provisoire) : "C'était une course délicate. Nous avons trouvé un réglage différent pendant le warm-up, mais nous n'avons pas pu l'essayer : je l'ai donc éprouvé pendant la course. Je me sentais plutôt bien, la base était bonne, mais des ajustements étaient nécessaires".

"Le côté positif est que j'ai pu doubler plusieurs pilotes : nous continuerons à travailler, à essayer de comprendre ce dont nous avons besoin, pour revenir plus forts à Portimao".

La prochaine course MotoGP, le Grand Prix du Portugal, est prévu dans les "montagnes russes" de Portimao du 22 au 24 avril.

Résultats et classement du GP des Amériques 2022

 

 

Classement provisoire MotoGP après le GP des Amériques

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Il y a 20 ans : Essai V-Strom 650, une moto d'initiés

Souvenez-vous, il y a 20 ans jour pour jour, MNC publiait : "Les trails de moyenne cylindrée sont en pleine mutation. Suzuki tente de renouveler le genre avec une offre alléchante : le formidable bicylindre de la SV 650 dans une partie cycle dérivée de l'excellente DL 1000". Aujourd'hui, le succès de ces motos ne se dément pas avec les Ténéré 700, Transalp 750 et V-Strom... 800 DE et SE !
Essai vidéo KTM 990 Duke 2024

La 990 Duke débarque chez KTM avec ses 123 ch et ses 103 Nm à 14 949 euros. La remplaçante de la 890 parvient-elle à justifier ce prix excessivement élevé ? Réponses dans notre test vidéo !
Essai KTM 1390 Super Duke R : Katapulte Taille Maxi

La "Bête" reprend encore du muscle et de la sophistication pour délivrer un message sans équivoque : son bicylindre porté à 1350 cc de 190 ch va porter de méchants coups à la concurrence maxi-roadsters ! MNC a brièvement tenté de dompter la nouvelle 1390 Super Duke R sur le circuit d'Alméria (Espagne)... et sous la pluie !
Kawasaki Eliminator 500 : notre essai en vidéo

Avec sa selle et son tarif tous deux aux ras des pâquerettes, l’Eliminator 500 affiche de hautes ambitions : concurrencer la Rebel 500 qui domine en France le segment des petits customs principalement destinés aux motards débutants (permis A2). Moto-Net.Com a testé la nouvelle Kawasaki... Voici notre compte-rendu en vidéo !
Nouveautés 2024 1 commentaire

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Le permis de conduire se dématérialise en 2024

Le célèbre papier rose cartonné peut désormais se doubler d'une version numérique, à télécharger sur son téléphone via l'application officielle France Identité. Ce permis de conduire dématérialisé se déploie progressivement en France depuis le 14 février. Explications.
Triumph Daytona 660 au prix de 9795 euros : good deal ?

Le constructeur anglais rescucite une appellation emblématique en 2024 avec sa nouvelle Daytona 660, sur la base de son excellent roadster Trident 660. Son prix contenu à 9795 euros comptera également parmi les qualités de la Triumph face à ses concurrentes. Panorama.
Sportive 1 commentaire
Yamaha espérait être plus proche aux essais du Qatar

Malgré des progrès palpables, Yamaha dresse le constat de l'écart encore conséquent de sa nouvelle M1 2024 sur la concurrence au terme des derniers essais d'intersaison sur le circuit de Losail. Le directeur technique de l'équipe officiel espérait avoir davantage recollé Ducati et les autres marques européennes. Explications.
MotoGP 2024 3 commentaires
Il y a 20 ans : Essai V-Strom 650, une moto d'initiés

Souvenez-vous, il y a 20 ans jour pour jour, MNC publiait : "Les trails de moyenne cylindrée sont en pleine mutation. Suzuki tente de renouveler le genre avec une offre alléchante : le formidable bicylindre de la SV 650 dans une partie cycle dérivée de l'excellente DL 1000". Aujourd'hui, le succès de ces motos ne se dément pas avec les Ténéré 700, Transalp 750 et V-Strom... 800 DE et SE !
Petites mises à jour 2024 pour la grande Triumph Tiger 1200

Lancée en 2012, totalement refondue en 2022 et habilement customisée l'été dernier, la Tiger 1200 connaît une série de mises à jour pour 2024 visant à améliorer son moteur, le confort des versions Pro et la garde au sol des modèles GT. Le maxitrail Triumph en profite aussi pour revoir la coloration de ses pelages... Présentation.
Les couleurs et objectifs de Johann Zarco chez Honda-LCR

L'équipe LCR a dévoilé les nouvelles livrées 2024 de ses Honda RC213V satelittes dont l'une revient à Johann Zarco, nouveau venu dans la structure de Lucio Cecchinello. Le cannois de 33 ans, rassuré par les tests hivernaux, ambitionne d'évoluer dans le Top 10 et de décrocher quelques podiums.
Essai KTM 1390 Super Duke R : Katapulte Taille Maxi

La "Bête" reprend encore du muscle et de la sophistication pour délivrer un message sans équivoque : son bicylindre porté à 1350 cc de 190 ch va porter de méchants coups à la concurrence maxi-roadsters ! MNC a brièvement tenté de dompter la nouvelle 1390 Super Duke R sur le circuit d'Alméria (Espagne)... et sous la pluie !

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en créant votre compte MNC, vous commentez tous nos nos articles et nos essais , cliquez sur les publicités de nos partenaires (ça n'engage à rien !) et préservez notre indépendance !

ACTUALITÉ MNC LIVE  |   JE M'INSCRIS !

Calendrier MotoGP 2023

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2023

GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

Pré-saison 2023

  Calendrier MotoGP 2023

Courses 2023

GP moto du Portugal 26 mars : GP du Portugal
GP moto d'Argentine  2 avril : GP d'Argentine
GP moto des Amériques 16 avril :  GP des Amériques
GP moto d'Espagne 30 avril : GP d'Espagne
GP de France moto 14 mai : GP de France
GP moto d'Italie 11 juin : GP d'Italie
GP moto d'Allemagne 18 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 25 juin : GP des Pays-Bas
GP moto du Kazakhstan 9 juillet : GP du Kazakhstan
GP moto de Grande-Bretagne 6 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 20 août : GP d'Autriche
GP moto de Catalogne 3 septembre : GP de Catalogne
GP moto de San Marin 10 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Inde 24 septembre : GP d'Inde
GP moto du Japon 1er octobre : GP du Japon
GP moto d'Indonésie 15 octobre : GP d'Indonésie
GP moto d'Australie 22 octobre : GP d'Australie
GP moto de Thaïlande 29 octobre : GP de Thaïlande
GP moto de Malaisie 12 novembre : GP de Malaisie
GP moto du Qatar 19 novembre : GP du Qatar
GP moto de Valence 26 novembre : GP de Valence


SAISON 2023   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...