• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP 2010 - LE MANS
Paris, le 24 mai 2010

Déclarations, classements et analyses du Grand Prix de France

Déclarations, classements et analyses du Grand Prix de France

Chaque lundi suivant un Grand Prix, retrouvez désormais les déclarations des principaux acteurs de la catégorie reine, les classements de la course et du championnat et l'analyse du Grand Prix par l'équipe de Moto-Net.Com !

Imprimer

Après l'avoir vécu en direct tout le week-end (lire MNC du 23 mai 2010 : victoire de Lorenzo devant Rossi) , retour sur un Grand Prix de France placé sous le signe du soleil et qui s'est révélé riche d'enseignements sur cette incroyable saison 2010 : outre la victoire nette et sans bavure d'un Jorge Lorenzo désormais aussi véloce que mature, les 82 270 spectateurs présents autour du Circuit Bugatti ont notamment pu assister à la nouvelle déconfiture de Casey Stoner et de Ben Spies, sans oublier la solide course de Randy de Puniet !

Jorge Lorenzo, Fiat-Yamaha (2ème aux qualifs, 1er en course) : "Je suis très heureux de gagner deux courses de suite, c’est la première fois pour moi en MotoGP et ça me permet d’être encore plus confiant. J’ai enfin réussi à prendre un bon départ, j’en suis très content et je suis facilement passé devant Pedrosa. Doubler Valentino n’a pas été facile, parce qu’il freinait très tard. Je devais donc rester très patient, ce que je n’aurais peut-être pas réussi il y a un an ! J’ai finalement pu passer devant lui mais je ne m’attendais pas à pouvoir partir comme ça !"

Analyse MNC : Tapi dans l'ombre de son nonuple champion du monde de coéquipier vendredi et samedi (lire MNC du 23 mai 2010 : compte rendu des essais libres et qualificatifs), Lorenzo a su retenir ses penchants naturels pour l'esbroufe en s'appliquant à régler sa M1 pour la course, pendant que Rossi cherchait à se rassurer sur sa vélocité en signant le meilleur chrono des qualifs. Une stratégie intelligente et surtout payante pour le pilote majorquin, puisqu'elle lui a permis d'être le seul à maintenir une cadence en dessous des 1'35 jusqu'au 16ème tour de course.

Résultat : Jorge signe son premier doublé en MotoGP et sa seconde victoire d'affilée au Mans ! Un véritable carton plein, d'autant qu'il corrige Valentino Rossi à la régulière, avec ses propres choix techniques sur sa M1 : de quoi justifier son petit sourire satisfait et légèrement narquois après la course !

Valentino Rossi, Fiat-Yamaha (1er aux qualifs, 2ème en course) : "J’ai pris un très bon départ, mais je savais dès le début que nous manquions de rythme par rapport à Lorenzo et nous avons eu des problèmes inattendus en course, surtout au niveau de l’adhérence en sortie de virage et à l’accélération. J’ai essayé de rester devant Lorenzo, mais ce n’était pas possible et je ne pouvais plus le doubler une fois qu’il était devant. Félicitations à lui parce qu’il a été très fort aujourd’hui ! Honnêtement, je n'ai pas été ralenti par ma blessure à l'épaule en course, hormis dans les six ou sept derniers tours où je me manquais un peu de puissance sur le freinages, mais à ce moment-là la course était déjà finie pour moi".

Analyse MNC : Déterminé à prendre sa vengeance sur le Bugatti, Valentino Rossi avait le sourire conquérant avant la course : certes, son épaule blessée le préoccupait encore un peu, mais il comptait sur l'adrénaline et le plein soutien du public manceau pour se transcender. Mais ce n'est pas son épaule qui lui causera finalement le plus de soucis, mais bel et bien son coéquipier Jorge Lorenzo... ce qui est bien plus compliqué à soigner !

En course, le style fluide et extrêmement rapide en entrée de virage - typé 250 cc - du majorquin a pris le dessus sur le pilotage plus marqué "2-temps" (gros freinage jusqu'à la corde, redressement rapide de la moto et accélération) du Docteur.

Beau joueur, Rossi reconnaît la supériorité de son rival sans se chercher d'excuses et précise à plusieurs reprises que ce n'est pas son épaule qui l'a empêché de gagner. Néanmoins, le n°46 n'a pas pu cacher qu'après ces deux victoires de Lorenzo, c'est désormais dans son camp que la pression sera la plus forte lors du prochain rendez-vous dans "son jardin" du Mugello d'ici 15 jours...

Andrea Dovizioso, Honda-Repsol (7ème aux qualifs, 3ème en course) : "Je suis content d’être sur le podium ici ! C’était très important pour moi parce que je voulais confirmer que le résultat au Qatar n’était pas un coup d’éclat. Nous avons beaucoup progressé durant l’hiver et c’est un nouveau pas en avant ! Je voulais un bon résultat pour l’équipe, pour les remercier et aussi parce que Dani avait remonté dix secondes de retard pour me doubler dans le tout dernier tour l’an dernier. Je suis aussi très content d’aller au Mugello en étant troisième au championnat".

Analyse MNC : Bosseur et discret, Andrea Dovizioso confirme ce qui apparaît comme une évidence depuis les essais hivernaux : certes, la Honda RCV212 n'est pas parfaite et reste plus délicate à piloter que la Yamaha M1, mais l'italien est vraisemblablement plus à même d'en prendre son parti que son chef de file Dani Pedrosa. Il faut dire que "Dovi" a une certaine habitude en la matière, tant sa carrière en 250 a démontré sa pugnacité et sa capacité à compenser un matériel - déjà une Honda ! - en retrait face aux Aprilia.

Nicky Hayden, Ducati (5ème aux qualifs, 4ème en course) : "Je suis très heureux de ma quatrième place, car après avoir lutté en tête de course j'ai rapidement perdu du terrain. Mais je n'ai pas baissé les bras et petit à petit, j'ai réussi à redevenir plus rapide, même si ça n'a pas suffi pour monter sur le podium. Terminer quatrième sur ce circuit est acceptable, mais ça ne sera pas suffisant au Mugello donc nous avons encore du travail ! Je suis vraiment désolé pour Casey et son équipe, car ils ont travaillé dur... Cependant, Casey est un pilote incroyablement rapide, donc soyez sûrs qu'il va revenir très fort !"

Analyse MNC : Petit à petit, Nicky fait son nid chez Ducati ! Avec trois course terminées au pied du podium, l'américain s'avoue peut-être un peu déçu de ne pas réussir à taxer les Yamaha et les Honda pour la gagne, mais le Kid du Kentucky n'en reste pas moins le meilleur pilote Ducati et pointe à la 5ème du classement provisoire ! Un sacré motif de satisfaction, d'autant que Casey Stoner, sur lequel reposait de nouveau tous les espoirs chez les Rouges sombre à la treizième place au général suite à sa nouvelle chute en course...

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (3ème aux qualifs, 5ème en course) : "Je ne peux évidemment pas être satisfait de la façon dont la course s'est terminée pour moi. J'ai perdu deux positions dans le dernier tour et ça n'a rien d'agréable... Pourtant, j'avais bien commencé la course et je courais pour une très bonne place jusqu'à ce je commette quelques erreurs en essayant de suivre les leaders. En fin de course, j'ai rencontré un souci avec mon frein arrière qui m'empêchait d'entrer en courbe comme je le voulais. Andrea puis Nicky m'ont passé... Ceci dit, félicitations à Andrea pour son podium : il a fait une très belle course".

Analyse MNC : Quatrième du championnat derrière son coéquipier Andrea Dovizioso, Dani Pedrosa l'avait plutôt mauvaise à l'issue de la course du Mans... Insaisissable dans le paddock, peu amène en conférence, le (sur)protégé d'Alberto Puig tance Honda pour que des solutions soient trouvées rapidement, car il continue à subir sa moto : malgré un style toujours aussi pur, les trajectoires du catalan sont parasitées par des soucis de stabilité en entrée de virages.

Mais Dani a de nouveau baissé les bras en fin de course, lorsqu'il a fallu se battre : réduisant la cadence après s'être fait dépasser par Dovizioso, le n°26 s'est du coup retrouvé aux prises d'un Nicky Hayden qui, lui, ne lâche rien tant que le drapeau à damiers n'est pas baissé...

Randy de Puniet, Honda-LCR (6ème aux qualifs, 7ème en course) : "Ce Grand Prix a été particulièrement spécial et difficile pour moi dans la mesure où j’avais à coeur de signer une belle performance devant mes fans... C’est mon meilleur résultat ici au Mans en catégorie reine, mais ça ne m’empêche pas d’être relativement déçu. Mon départ n’a pas été des plus réussis et je me suis retrouvé au milieu du paquet, puis je me suis progressivement mis dans le rythme après quelques tours pour pointer au huitième rang. Stoner est parti à la faute, ce qui m’a fait gagner une place, mais ensuite je n’ai pas été vraiment en mesure de combler mon retard avec un pneu avant qui glissait énormément. J’ai évité la chute à plus de dix reprises ! Je n’ai pas voulu prendre de risques inconsidérés en préférant assurer ma septième place, qui ne s’avère finalement pas être une si mauvaise opération".

Analyse MNC : Prudent en France sur un circuit qui ne lui a jamais réussi en MotoGP, Randy est progressivement monté en puissance durant le week-end pour signer une satisfaisante septième place derrière le "revenant" Marco Melandri. Certes, le tricolore et ses fans auraient aimé voir la Honda LCR aux avant-postes en course, mais avec ce résultat Randy consolide sa sixième position au classement général provisoire et sa place de premier pilote satellite !

Casey Stoner, Ducati (4ème aux qualifs, chute en course) : "J’avais attaqué pendant tout le week-end et la moto ne présentait aucune faiblesse. Nous aurions pu l’améliorer dans les sorties de virage, mais nous n’avions eu aucun problème avec le train avant et n’avions aucune raison d’en avoir. Dans le virage j’ai perdu l’avant en arrivant à la moitié, or ce n’est pas un virage dans lequel on attaque... Nous devons trouver ce qui s’est passé et jusqu’ici nous ne faisons pas le début de championnat que nous voulons. C’est très difficile, voire impossible pour nous. Nous n’avons plus qu’à penser à la prochaine course. Je suis extrêmement déçu. Nous avions vraiment une belle occasion de défier Jorge. Il allait évidemment être l’homme à battre, mais nous aurions pu essayer. Il a surpassé les autres aujourd’hui et je lui tire mon chapeau. J’aurais aimé être devant"...

Analyse MNC : Trois courses, deux chutes et une modeste cinquième place derrière son coéquipier à Jerez : Casey Stoner n'est pas du genre à se lamenter publiquement, mais sa mine pincée et son regard éteint en disaient long au soir de la course française...

Présent lors de toutes les séances d'essais, le duo "Stoner-Ducati" semblait pourtant en mesure de se battre en tête avant qu'une perte de l'avant ne mette fin aux prétentions du champion du monde 2007, actuellement 13ème du championnat... L'australien a semble-t-il confondu vitesse et précipitation... à moins que l'offre supposée de Livio Suppo pour qu'il rejoigne le HRC en 2011 ne l'ait suffisamment déconcentré pour qu'il commette l'irréparable en course ?

Ben Spies, Yamaha (12ème aux qualifs, chute en course) : "C'était un week-end dur... Je me fais mal à la cheville en chutant aux essais et ce manque d'entraînement n'a pas aidé. J'ai besoin d'autant de temps que possible pour m'habituer à un circuit et rater une heure n'est pas bon pour moi. J'ai fait un bon départ et après les deux premiers tours, j'avais un rythme convenable. Capirossi et Colin ont commencé à revenir un peu sur moi et je me sentais confiant. Mais j'ai levé les yeux et j'ai vu que Capirossi aait perdu l'avant au troisième virage et aussitôt je suis tombé en perdant l'avant moi-aussi ! C'était une chute bizarre, mais heureusement je n'ai pas de nouvelle blessure. Maintenant, je peux me reposer pour aller au Mugello en étant à 100%. Les deux dernières courses ont été difficiles, mais je reste confiant et je continue à penser que je peux être plus proche des hommes de tête lorsque les choses iront dans le bon sens".

Analyse MNC : Malgré tout son talent, le champion du monde Superbike ne peut réaliser de tours de passe-passe en découvrant un circuit et en courant avec une blessure : soumis à une intense pression, Ben Spies a péché par excès de zèle en course alors qu'il lui reste encore beaucoup à découvrir.

Entre la chute de sa poule aux oeufs d'or et celles de ses pilotes en Moto2, Hervé Poncharal, team manager Tech3, n'a pas connu un Grand Prix de France des plus réjouissants...

Résultats du GP de France 2010

  1. 99 Jorge LORENZO SPA Fiat Yamaha Team Yamaha 158.0 44'29.114
  2. 46 Valentino ROSSI ITA Fiat Yamaha Team Yamaha 157.7 +5.672
  3. 4 Andrea DOVIZIOSO ITA Repsol Honda Team Honda 157.6 +7.872
  4. 69 Nicky HAYDEN USA Ducati Marlboro Team Ducati 157.5 +9.346
  5. 26 Dani PEDROSA SPA Repsol Honda Team Honda 157.3 +12.613
  6. 33 Marco MELANDRI ITA San Carlo Honda Gresini Honda 156.8 +21.918
  7. 14 Randy DE PUNIET FRA LCR Honda MotoGP Honda 156.3 +29.288
  8. 40 Hector BARBERA SPA Paginas Amarillas Aspar Ducati 156.1 +33.128
  9. 41 Aleix ESPARGARO SPA Pramac Racing Team Ducati 156.1 +33.493
  10. 58 Marco SIMONCELLI ITA San Carlo Honda Gresini Honda 156.1 +33.805
  11. 7 Hiroshi AOYAMA JPN Interwetten Honda MotoGP Honda 156.0 +34.346
  12. 5 Colin EDWARDS USA Monster Yamaha Tech 3 Yamaha 155.9 +37.123
  13. 36 Mika KALLIO FIN Pramac Racing Team Ducati 154.9 +55.061

Non classés :

  • 65 Loris CAPIROSSI ITA Rizla Suzuki MotoGP Suzuki 154.8 22 tours
  • 11 Ben SPIES USA Monster Yamaha Tech 3 Yamaha 153.9 22 tours
  • 27 Casey STONER AUS Ducati Marlboro Team Ducati 151.7 26 tours

Classement général provisoire

Position-Pilote-Moto-Nationalité-Points

  • 1-Jorge LORENZO-Yamaha-SPA-70
  • 2-Valentino ROSSI-Yamaha-ITA-61
  • 3-Andrea DOVIZIOSO-Honda-ITA-42
  • 4-Dani PEDROSA-Honda-SPA-40
  • 5-Nicky HAYDEN-Ducati-USA-39
  • 6-Randy DE PUNIET-Honda-FRA-26
  • 7-Marco MELANDRI-Honda-ITA-21
  • 8-Colin EDWARDS-Yamaha-USA-16
  • 9-Marco SIMONCELLI-Honda-ITA-16
  • 10-Hector BARBERA-Ducati-SPA-15
  • 11-Hiroshi AOYAMA-Honda-JPN-13
  • 12-Mika KALLIO-Ducati-FIN-12
  • 13-Casey STONER-Ducati-AUS-11
  • 14-Ben SPIES-Yamaha-USA-11
  • 15-Aleix ESPARGARO-Ducati-SPA-8
  • 16-Loris CAPIROSSI-Suzuki-ITA-7
  • 17-Alvaro BAUTISTA-Suzuki-SPA-6

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

24 Heures Motos 2024 : une parade et moins de pétarades

Pour la première fois en 47 éditions, les motos engagées aux 24 Heures du Mans 2024 vrombiront dans les rues du Mans, le mercredi 17 avril entre 15 et 16 heures. A l'inverse, le public sera prié de la mettre en sourdine chaque nuit entre minuit et 8 heures du matin. Explications.
Le marché moto et scooter en France résiste bien en mars 2024

Malgré une météo délicate et un calendrier désavantageux à négocier, les motos et scooters se tirent plutôt bien de ce troisième mois de l'année 2024 : MNC observe un recul de -4 % des 125, un repli de -1,4 % des gros cubes…. et un effondrement de -27,3% des 3-roues. Bilan !
Horaires du Grand Prix des Amériques MotoGP 2024

Certes l'an dernier à Austin, Marc Marquez était absent et de nombreux pilotes n'avaient pas vu le drapeau à damier : Bagnaia, Martin, A.Espargaro, Miller, Binder, etc. Mais le podium composé de Rins sur Honda (remplacé par Zarco en 2024...), Marini sur Ducati et Quartararo sur Yamaha faisait plaisir à voir. Il est enthousiasmant même, pour cette année. Programme !
MotoGP 2024 1 commentaire
Comment remplir un constat amiable après un accident de moto ?

Un constat européen d'accident - ou constat amiable - doit être transmis à son assureur dans les cinq jours après un accident de circulation afin de déterminer les responsabilités. Les conseils Moto-Net.Com et de la Mutuelle des Motards pour bien remplir ce formulaire crucial pour la prise en charge des dégâts. Suivez le guide !
Fabio Quartararo reste sur la Yamaha M1 d'usine en 2025 et 2026 !

Depuis quelques semaines, la rumeur enflait dans le paddock MotoGP : Fabio Quartararo pourrait passer chez Aprilia l'an prochain… L'annonce est tombée ce matin : Fabio Quartararo est fidèle à son employeur Yamaha ! Les Bleus restent soudés et convaincus qu'ils peuvent redevenir champions. Explications.
MotoGP 2024 16 commentaires
Essai Metzeler Roadtec 02 : le pneu supersport-GT

Capacités sportives et qualités routières : voilà le délicat compromis auquel propose de répondre le nouveau pneu Metzeler Roadtec 02 et son intrigante bande de roulement décrite comme adaptative. Moto-Net.Com l'a testé sur plusieurs types de motos pour vérifier si les promesses sont tenues. Essai complet, vidéo incluse.
Fin des vignettes et cartes vertes, le mémo assure le relais

Ce n'était pas un poisson d'avril : depuis hier, les motards - scootéristes, automobilistes, etc. - n'ont plus à poser le papillon vert sur leur véhicule, ni à plier l'attestation annuelle dans leur portefeuille. Il faut en revanche conserver un "mémo véhicule assuré" à sortir en cas de pépin. Explications.
  • En savoir plus...