• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
HEP PAS SI VITE
Paris, le 21 janvier 2024

Il y a 10 ans : Manuel Valls veut limiter les routes à 80 km/h...

Il y a 10 ans : Manuel Valls veut limiter les routes à 80 km/h...

Souvenez-vous, il y a 10 ans jour pour jour, MNC publiait : "Après le périph' passé de 80 à 70 km/h, les routes nationales et départementales pourraient bientôt être limitées à 80 km/h au lieu de 90". Dix ans plus tard, la vitesse a bel et bien été abaissée à 80... avant de repasser à 90 km/h faute d'avoir prouvé son efficacité !

Imprimer

Moto-Net.Com réédite cet article de 2014 en lien direct avec ces récentes publications :

Il y a dix ans, donc, sur le Journal moto du Net...

Comme pour l'affaire des "quenelles", c'est de nouveau le ministre de l'intérieur qui s'y colle : interrogé ce matin par BFMTV, Manuel Valls a donné son feut vert pour expérimenter dans "plusieurs départements" (sans préciser combien) la limitation à 80 km/h sur les nationales et départementales.

"J'espère à partir de cette année 2014, peut-être à partir de la rentrée", a-t-il indiqué, ajoutant que "moi je crois qu'il faut expérimenter, il faut un travail pédagogique vis-à-vis de nos concitoyens. Beaucoup de concitoyens, d'automobilistes ont le sentiment qu'on les bride, qu'on les punit en permanence, qu'on les empêche de rouler (oh, vraiment, NDLR ?), moi je veux les convaincre que ce type de mesure peut être utile, donc on va sans doute l'expérimenter".

Alors que la mortalité sur les routes française est au plus bas (3250 tués en 2013, soit une baisse record de -11% par rapport à 2012, déjà en baisse record de -8% !), le ministre attend désormais de recevoir  les propositions du Conseil national de la sécurité routière et du comité des experts qui travaillent sur la question...

"Osons l'affirmer, c'est faux"

En attendant, l'association 40 millions d'automobilistes souligne que "la déclaration de Manuel Valls semble être profondément influencée par les préceptes de quelques lobbies anti-voitures reprenant des formules mathématiques antiques pour soutenir une baisse du nombre d'accidents. Considérant qu'1 km/h de vitesse moyenne en moins permet instantanément d'abaisser la mortalité de 4%, voilà sans doute pourquoi Manuel Valls, qui souhaite atteindre des objectifs de sécurité routière ambitieux, apporte une écoute attentive à leurs arguments".

"Osons l'affirmer, c'est faux", poursuit l'association qui a demandé un rendez-vous au ministre de l'intérieur et lancera en février une "grande opération de réinformation visant à rétablir la vérité sur les chiffres de l'accidentalité et sur l'inefficacité de cette mesure".  Car "si nous suivons ce théorème absurde, c'est aux endroits où la vitesse est la plus élevée que nous devrions observer le plus d'accidents. Et bien évidemment, ce n'est pas le cas", note 40 millions d'automobilistes : "mieux encore, 2012 a connu une réaugmentation des vitesses moyennes constatées sur nos routes françaises. Selon ce même théorème, nous aurions dû assister à une reprise à la hausse de l'accidentalité. Bien au contraire, l'année 2012 c'était soldée sur une baisse remarquable du nombre d'accidents".

"Quand on parle de vitesse, il s'agit de lutter contre la vitesse non adaptée aux conditions de circulation et cela n'est jamais décelé par une machine automatique", rappelle encore une fois l'association.

"Le ras-le-bol, c'est maintenant !"

De son côté, la Fédération française de motocyclisme (FFM) se demande "comment l'usager de la route peut encore supporter une telle répression, alors que l'industrie automobile et motocycliste est déjà au plus mal, que la population est déjà sévèrement réprimandée financièrement ou judiciairement pour de petites infractions"...

L'instance sportive de la moto en France proclame que "le ras-le-bol, c'est maintenant", car "même si pour l'instant il n'est question que d'un test limité à quelques départements, on peut penser que le ministre de l'Intérieur a déjà des idées bien arrêtées à ce sujet et prépare une baisse effective sur l'ensemble du territoire"...

"Freiner la privatisation des autoroutes"

Quant à la Fédération française des motards en colère (FFMC), elle "dénonce cette surenchère réglementaire qui consiste à toujours surveiller, culpabiliser et finalement contraindre les usagers, plutôt que de travailler à d’autres alternatives". La FFMC cite notamment les propositions suivantes :

  • "donner enfin des moyens à la formation, éternel parent pauvre de la sécurité routière"
  • "freiner la privatisation des autoroutes, réseaux les plus sûrs, mais hélas les plus chers"
  • "prendre en compte les spécificités de circulation des usagers en 2RM, catégorie la plus fragile, pourtant laissée volontairement de côté par le comité des experts qui ne considèrent pas ces usagers comme assez nombreux, contrairement à la masse des automobilistes sur lesquels sont basés leurs calculs et leurs théories sécuritaires"

L'association rappelle aussi que "la sécurité routière, ça devrait être le partage de la route, l’apaisement des comportements, l’anticipation... mais avec une sécurité routière à l‘Intérieur, c’est encore et toujours la méthode forte et la répression qu’on retrouve à l’extérieur ! Avec cette annonce, le ministre met les usagers de dexu-roues motorisés au pied du mur alors qu’en tant que représentant des usagers 2RM, la FFMC participait aux discussions engagées par ce même ministre… si la discussion est terminée, si elle n’a servi qu’à faire joli, si le bâton est à nouveau de sortie, alors il ne restera aux Motards en colère que ses moyens d’expressions traditionnels".

Intéressant, non ?

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

24 Heures Motos 2024 : une parade et moins de pétarades

Pour la première fois en 47 éditions, les motos engagées aux 24 Heures du Mans 2024 vrombiront dans les rues du Mans, le mercredi 17 avril entre 15 et 16 heures. A l'inverse, le public sera prié de la mettre en sourdine chaque nuit entre minuit et 8 heures du matin. Explications.
Le marché moto et scooter en France résiste bien en mars 2024

Malgré une météo délicate et un calendrier désavantageux à négocier, les motos et scooters se tirent plutôt bien de ce troisième mois de l'année 2024 : MNC observe un recul de -4 % des 125, un repli de -1,4 % des gros cubes…. et un effondrement de -27,3% des 3-roues. Bilan !
Horaires du Grand Prix des Amériques MotoGP 2024

Certes l'an dernier à Austin, Marc Marquez était absent et de nombreux pilotes n'avaient pas vu le drapeau à damier : Bagnaia, Martin, A.Espargaro, Miller, Binder, etc. Mais le podium composé de Rins sur Honda (remplacé par Zarco en 2024...), Marini sur Ducati et Quartararo sur Yamaha faisait plaisir à voir. Il est enthousiasmant même, pour cette année. Programme !
MotoGP 2024 1 commentaire
Comment remplir un constat amiable après un accident de moto ?

Un constat européen d'accident - ou constat amiable - doit être transmis à son assureur dans les cinq jours après un accident de circulation afin de déterminer les responsabilités. Les conseils Moto-Net.Com et de la Mutuelle des Motards pour bien remplir ce formulaire crucial pour la prise en charge des dégâts. Suivez le guide !
Fabio Quartararo reste sur la Yamaha M1 d'usine en 2025 et 2026 !

Depuis quelques semaines, la rumeur enflait dans le paddock MotoGP : Fabio Quartararo pourrait passer chez Aprilia l'an prochain… L'annonce est tombée ce matin : Fabio Quartararo est fidèle à son employeur Yamaha ! Les Bleus restent soudés et convaincus qu'ils peuvent redevenir champions. Explications.
MotoGP 2024 16 commentaires
Essai Metzeler Roadtec 02 : le pneu supersport-GT

Capacités sportives et qualités routières : voilà le délicat compromis auquel propose de répondre le nouveau pneu Metzeler Roadtec 02 et son intrigante bande de roulement décrite comme adaptative. Moto-Net.Com l'a testé sur plusieurs types de motos pour vérifier si les promesses sont tenues. Essai complet, vidéo incluse.
Fin des vignettes et cartes vertes, le mémo assure le relais

Ce n'était pas un poisson d'avril : depuis hier, les motards - scootéristes, automobilistes, etc. - n'ont plus à poser le papillon vert sur leur véhicule, ni à plier l'attestation annuelle dans leur portefeuille. Il faut en revanche conserver un "mémo véhicule assuré" à sortir en cas de pépin. Explications.
  • En savoir plus...