• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST GANTS SPIDI RAINSHIELD
Paris, le 28 mars 2018

Essai longue durée des gants moto Spidi Rainshield

Essai longue durée des gants moto Spidi Rainshield

Le Journal moto du Net a testé pendant 18 mois les gants Rainshield du manufacturier italien Spidi. Polyvalents et confortables, ces gants de mi-saison en textile constituent un rempart intéressant contre l'humidité et les chocs, y compris en usage tout-terrain. Essai longue durée MNC.

Imprimer

Pas trop chauds mais quand même un peu, étanches mais respirants, protecteurs mais confortables : le cahier des charges d'une paire de gants de moto de mi-saison est d'une complexité infernale ! Mission impossible ? Pas pour Spidi, dont les gants Rainshield lancés fin 2015 entendent valoriser la longue expérience maison en la matière pour réunir toutes les qualités désirées. 

C'est en effet par la production de gants que Spidi a débuté son activité en 1977 sous l'impulsion de Renato Dalla Grana, un ancien de chez Dainese : son savoir-faire est par conséquent historique... même si l'étiquette "made in China" à l'intérieur des gants Rainshield révèle aussi une certaine maîtrise du savoir "faire-faire" !

Bien finis et d'allure sportive, ces Rainshield associent plusieurs matériaux : du textile maillé "Mesh" pour une ventilation maximale sur le dessus, du polyester et du robuste cuir synthétique sur le dessous. Du néoprène ainsi qu'une membrane étanche sont aussi employés pour réunir étanchéité et confort.

Confortables et bien pensés

Sur ce point, les gants Spidi font carton plein : la coupe parfaitement ajustée, la douceur de la doublure interne et la haute qualité des matières prodiguent une agréable sensation de confort. La préhension des commandes à moto est excellente grâce à leur épaisseur contenue et à l'élasticité du néoprène, gages aussi d'une bonne mobilité des doigts.

L'enfilage est enfantin grâce à la solide sangle rouge placée à l'intérieur de la manchette, sur laquelle on peut tirer pour remonter et ajuster le gant d'un seul mouvement (à gauche ci-dessous). Cette même sangle permet aussi d'accrocher les gants pour les faire sécher après un trajet sous la pluie ou un lavage (à la main uniquement). Pratique !

Une patte de serrage - recouverte d'une sorte de caoutchouc doux au toucher - solidarise efficacement le gant autour du poignet par le biais d'une solide bande velcro. En revanche, la solidité de cette attache laisse à désirer : la couture qui la relie au corps du gant est fragile, comme en témoigne la photo ci-dessous. 

Une double couture aurait évité ce problème d'autant plus préoccupant qu'il touche à la sécurité : en cas de chute suivie d'une glissade, c'est principalement sur ce serrage au poignet que repose le maintien du gant autour de la main. Si la languette cède, la friction du bitume peut "retrousser" le gant, au risque ensuite d'exposer directement la peau...

La protection de l'extérieur de la main est assurée par une coque rigide sur les phalanges supérieures et des renforts plastifiés sur les articulations des doigts. Plus exactement, sur trois doigts : le pouce et l'auriculaire sont étrangement dépourvus de protection solides, mais le "petit doigt" est recouvert d'une épaisse couche de textile renforcée.

A l'intérieur du gant, une plaque semi-rigide (à droite ci-dessus) recouvre l'extérieur de la paume, zone particulièrement exposée en cas de chute et de glissade. Dérivée des plaques dorsales Spidi, cette protection nommée "Warrior" jouit d'une étonnante flexibilité grâce à sa structure quadrillée : ses dessins s'écartent ou se rétractent en fonction des mouvements de la main, au bénéfice du confort.

Enfin, des empiècements en tissu renforcé complètent la protection de l'intérieur de la main. MNC apprécie que tous ces renforts soient soigneusement et solidement tenus en place par le biais d'une double couture : aucun risque de relâchement !

"Bouclier" anti-pluie... pas complètement étanche !

Au chapitre de la ventilation, les Rainshield sont irréprochables : MNC a pu les tester par de fortes chaleurs et aucun phénomène de transpiration n'est à déplorer. Le constat vaut aussi avec des trails sur des pistes surchauffées, où l'on apprécie une fois encore l'excellent "feeling" procuré par ces gants.

Cette aération au top tient au tissu ventilé "Mesh" et à la présence d'astucieuses fentes au sommet de la coque de protection. En contrepartie, l'isolation thermique n'est pas exceptionnelle : quand le fond de l'air passe de frais à froid, on le ressent très vite ! Sous-gants à prévoir en dessous de 10/12°C, en fonction de la configuration de sa moto (présence ou non de pare-mains, voire de poignées chauffantes).

Quant à l'étanchéité, elle repose sur une membrane utilisée sur les vêtements imperméables Spidi : l'OutDry. Comme le Gore-Tex, cette matière est à la fois étanche et respirante : la pluie ne la traverse pas mais la transpiration, si ! Magique ? Oui : son efficacité en conditions humides est étonnante, suffisante en tout cas pour faire barrage à des averses.

En cas de pluie continue en revanche, l'imperméabilité du "bouclier" (shield = bouclier, rain = pluie) est remise en cause : l'eau s'inflitre sur le dessus à travers les petites mailles jusqu'à la membrane étanche. Une désagréable sensation d'humidité - puis, inévitablement, de froid - s'installe alors autour de la main, plus ou moins vite selon l'intensité de la pluie. 

Verdict : 8/10

Les Rainshield Spidi remplissent honorablement leur contrat : vendus au prix de 99,90 euros, ces gants confortables et polyvalents sont d'excellents alliés pour rouler du printemps au début de l'automne avec des motos routières, des sport-GT et des (maxi) trails. 

Leur conception soignée et leur look réussi comptent aussi parmi leurs atouts, de même que leur capacité à essuyer une averse (mais pas beaucoup plus). Seuls regrets : la fragilité de leur languette de serrage au poignet et l'absence d'inserts en silicone au bout de l'index pour faciliter la manipulation de l'écran tactile d'un téléphone ou d'un GPS. 

Points forts gants Spidi Rainshield

  • Excellente sensibilité sur les commandes
  • Confortables et rassurants (coques rigides)
  • Polyvalence

Points faibles Spidi Rainshield

  • Fragilité de la simple couture de la patte de serrage
  • Pas d'inserts en silicone pour retour tactile téléphone
  • Etanchéité limitée à des averses

Fiche technique des gants moto Spidi Rainshield

  • Matériaux : polyester, néoprène, cuir synthétique. Membrane étanche "Spidi OutDry" en polyuréthane
  • Protection : Plaque semi-rigide Warrior dans la paume, coques sur le dessus de la main et trois phalanges. Renforts en textiles. Homologation CE (niveau 1)
  • Entretien : lavage à la main uniquement 
  • Lieu de fabrication : Chine
  • Tailles : du S au XXXL
  • Coloris : noir ou noir et jaune
  • Prix : 99,90 euros

.

.

.

Les derniers essais MNC

Il y a 20 ans : Essai V-Strom 650, une moto d'initiés

Souvenez-vous, il y a 20 ans jour pour jour, MNC publiait : "Les trails de moyenne cylindrée sont en pleine mutation. Suzuki tente de renouveler le genre avec une offre alléchante : le formidable bicylindre de la SV 650 dans une partie cycle dérivée de l'excellente DL 1000". Aujourd'hui, le succès de ces motos ne se dément pas avec les Ténéré 700, Transalp 750 et V-Strom... 800 DE et SE !
Essai vidéo KTM 990 Duke 2024

La 990 Duke débarque chez KTM avec ses 123 ch et ses 103 Nm à 14 949 euros. La remplaçante de la 890 parvient-elle à justifier ce prix excessivement élevé ? Réponses dans notre test vidéo !
Essai KTM 1390 Super Duke R : Katapulte Taille Maxi

La "Bête" reprend encore du muscle et de la sophistication pour délivrer un message sans équivoque : son bicylindre porté à 1350 cc de 190 ch va porter de méchants coups à la concurrence maxi-roadsters ! MNC a brièvement tenté de dompter la nouvelle 1390 Super Duke R sur le circuit d'Alméria (Espagne)... et sous la pluie !
Kawasaki Eliminator 500 : notre essai en vidéo

Avec sa selle et son tarif tous deux aux ras des pâquerettes, l’Eliminator 500 affiche de hautes ambitions : concurrencer la Rebel 500 qui domine en France le segment des petits customs principalement destinés aux motards débutants (permis A2). Moto-Net.Com a testé la nouvelle Kawasaki... Voici notre compte-rendu en vidéo !
Nouveautés 2024 1 commentaire

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Le permis de conduire se dématérialise en 2024

Le célèbre papier rose cartonné peut désormais se doubler d'une version numérique, à télécharger sur son téléphone via l'application officielle France Identité. Ce permis de conduire dématérialisé se déploie progressivement en France depuis le 14 février. Explications.
Triumph Daytona 660 au prix de 9795 euros : good deal ?

Le constructeur anglais rescucite une appellation emblématique en 2024 avec sa nouvelle Daytona 660, sur la base de son excellent roadster Trident 660. Son prix contenu à 9795 euros comptera également parmi les qualités de la Triumph face à ses concurrentes. Panorama.
Sportive 1 commentaire
Yamaha espérait être plus proche aux essais du Qatar

Malgré des progrès palpables, Yamaha dresse le constat de l'écart encore conséquent de sa nouvelle M1 2024 sur la concurrence au terme des derniers essais d'intersaison sur le circuit de Losail. Le directeur technique de l'équipe officiel espérait avoir davantage recollé Ducati et les autres marques européennes. Explications.
MotoGP 2024 3 commentaires
Il y a 20 ans : Essai V-Strom 650, une moto d'initiés

Souvenez-vous, il y a 20 ans jour pour jour, MNC publiait : "Les trails de moyenne cylindrée sont en pleine mutation. Suzuki tente de renouveler le genre avec une offre alléchante : le formidable bicylindre de la SV 650 dans une partie cycle dérivée de l'excellente DL 1000". Aujourd'hui, le succès de ces motos ne se dément pas avec les Ténéré 700, Transalp 750 et V-Strom... 800 DE et SE !
Petites mises à jour 2024 pour la grande Triumph Tiger 1200

Lancée en 2012, totalement refondue en 2022 et habilement customisée l'été dernier, la Tiger 1200 connaît une série de mises à jour pour 2024 visant à améliorer son moteur, le confort des versions Pro et la garde au sol des modèles GT. Le maxitrail Triumph en profite aussi pour revoir la coloration de ses pelages... Présentation.
Les couleurs et objectifs de Johann Zarco chez Honda-LCR

L'équipe LCR a dévoilé les nouvelles livrées 2024 de ses Honda RC213V satelittes dont l'une revient à Johann Zarco, nouveau venu dans la structure de Lucio Cecchinello. Le cannois de 33 ans, rassuré par les tests hivernaux, ambitionne d'évoluer dans le Top 10 et de décrocher quelques podiums.
Essai KTM 1390 Super Duke R : Katapulte Taille Maxi

La "Bête" reprend encore du muscle et de la sophistication pour délivrer un message sans équivoque : son bicylindre porté à 1350 cc de 190 ch va porter de méchants coups à la concurrence maxi-roadsters ! MNC a brièvement tenté de dompter la nouvelle 1390 Super Duke R sur le circuit d'Alméria (Espagne)... et sous la pluie !

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en créant votre compte MNC, vous commentez tous nos nos articles et nos essais , cliquez sur les publicités de nos partenaires (ça n'engage à rien !) et préservez notre indépendance !

ACTUALITÉ MNC LIVE  |   JE M'INSCRIS !

  • En savoir plus...