• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST GANTS SPIDI RAINSHIELD
Paris, le 28 mars 2018

Essai longue durée des gants moto Spidi Rainshield

Essai longue durée des gants moto Spidi Rainshield

Le Journal moto du Net a testé pendant 18 mois les gants Rainshield du manufacturier italien Spidi. Polyvalents et confortables, ces gants de mi-saison en textile constituent un rempart intéressant contre l'humidité et les chocs, y compris en usage tout-terrain. Essai longue durée MNC.

Imprimer

Pas trop chauds mais quand même un peu, étanches mais respirants, protecteurs mais confortables : le cahier des charges d'une paire de gants de moto de mi-saison est d'une complexité infernale ! Mission impossible ? Pas pour Spidi, dont les gants Rainshield lancés fin 2015 entendent valoriser la longue expérience maison en la matière pour réunir toutes les qualités désirées. 

C'est en effet par la production de gants que Spidi a débuté son activité en 1977 sous l'impulsion de Renato Dalla Grana, un ancien de chez Dainese : son savoir-faire est par conséquent historique... même si l'étiquette "made in China" à l'intérieur des gants Rainshield révèle aussi une certaine maîtrise du savoir "faire-faire" !

Bien finis et d'allure sportive, ces Rainshield associent plusieurs matériaux : du textile maillé "Mesh" pour une ventilation maximale sur le dessus, du polyester et du robuste cuir synthétique sur le dessous. Du néoprène ainsi qu'une membrane étanche sont aussi employés pour réunir étanchéité et confort.

Confortables et bien pensés

Sur ce point, les gants Spidi font carton plein : la coupe parfaitement ajustée, la douceur de la doublure interne et la haute qualité des matières prodiguent une agréable sensation de confort. La préhension des commandes à moto est excellente grâce à leur épaisseur contenue et à l'élasticité du néoprène, gages aussi d'une bonne mobilité des doigts.

L'enfilage est enfantin grâce à la solide sangle rouge placée à l'intérieur de la manchette, sur laquelle on peut tirer pour remonter et ajuster le gant d'un seul mouvement (à gauche ci-dessous). Cette même sangle permet aussi d'accrocher les gants pour les faire sécher après un trajet sous la pluie ou un lavage (à la main uniquement). Pratique !

Une patte de serrage - recouverte d'une sorte de caoutchouc doux au toucher - solidarise efficacement le gant autour du poignet par le biais d'une solide bande velcro. En revanche, la solidité de cette attache laisse à désirer : la couture qui la relie au corps du gant est fragile, comme en témoigne la photo ci-dessous. 

Une double couture aurait évité ce problème d'autant plus préoccupant qu'il touche à la sécurité : en cas de chute suivie d'une glissade, c'est principalement sur ce serrage au poignet que repose le maintien du gant autour de la main. Si la languette cède, la friction du bitume peut "retrousser" le gant, au risque ensuite d'exposer directement la peau...

La protection de l'extérieur de la main est assurée par une coque rigide sur les phalanges supérieures et des renforts plastifiés sur les articulations des doigts. Plus exactement, sur trois doigts : le pouce et l'auriculaire sont étrangement dépourvus de protection solides, mais le "petit doigt" est recouvert d'une épaisse couche de textile renforcée.

A l'intérieur du gant, une plaque semi-rigide (à droite ci-dessus) recouvre l'extérieur de la paume, zone particulièrement exposée en cas de chute et de glissade. Dérivée des plaques dorsales Spidi, cette protection nommée "Warrior" jouit d'une étonnante flexibilité grâce à sa structure quadrillée : ses dessins s'écartent ou se rétractent en fonction des mouvements de la main, au bénéfice du confort.

Enfin, des empiècements en tissu renforcé complètent la protection de l'intérieur de la main. MNC apprécie que tous ces renforts soient soigneusement et solidement tenus en place par le biais d'une double couture : aucun risque de relâchement !

"Bouclier" anti-pluie... pas complètement étanche !

Au chapitre de la ventilation, les Rainshield sont irréprochables : MNC a pu les tester par de fortes chaleurs et aucun phénomène de transpiration n'est à déplorer. Le constat vaut aussi avec des trails sur des pistes surchauffées, où l'on apprécie une fois encore l'excellent "feeling" procuré par ces gants.

Cette aération au top tient au tissu ventilé "Mesh" et à la présence d'astucieuses fentes au sommet de la coque de protection. En contrepartie, l'isolation thermique n'est pas exceptionnelle : quand le fond de l'air passe de frais à froid, on le ressent très vite ! Sous-gants à prévoir en dessous de 10/12°C, en fonction de la configuration de sa moto (présence ou non de pare-mains, voire de poignées chauffantes).

Quant à l'étanchéité, elle repose sur une membrane utilisée sur les vêtements imperméables Spidi : l'OutDry. Comme le Gore-Tex, cette matière est à la fois étanche et respirante : la pluie ne la traverse pas mais la transpiration, si ! Magique ? Oui : son efficacité en conditions humides est étonnante, suffisante en tout cas pour faire barrage à des averses.

En cas de pluie continue en revanche, l'imperméabilité du "bouclier" (shield = bouclier, rain = pluie) est remise en cause : l'eau s'inflitre sur le dessus à travers les petites mailles jusqu'à la membrane étanche. Une désagréable sensation d'humidité - puis, inévitablement, de froid - s'installe alors autour de la main, plus ou moins vite selon l'intensité de la pluie. 

Verdict : 8/10

Les Rainshield Spidi remplissent honorablement leur contrat : vendus au prix de 99,90 euros, ces gants confortables et polyvalents sont d'excellents alliés pour rouler du printemps au début de l'automne avec des motos routières, des sport-GT et des (maxi) trails. 

Leur conception soignée et leur look réussi comptent aussi parmi leurs atouts, de même que leur capacité à essuyer une averse (mais pas beaucoup plus). Seuls regrets : la fragilité de leur languette de serrage au poignet et l'absence d'inserts en silicone au bout de l'index pour faciliter la manipulation de l'écran tactile d'un téléphone ou d'un GPS. 

Points forts gants Spidi Rainshield

  • Excellente sensibilité sur les commandes
  • Confortables et rassurants (coques rigides)
  • Polyvalence

Points faibles Spidi Rainshield

  • Fragilité de la simple couture de la patte de serrage
  • Pas d'inserts en silicone pour retour tactile téléphone
  • Etanchéité limitée à des averses

Fiche technique des gants moto Spidi Rainshield

  • Matériaux : polyester, néoprène, cuir synthétique. Membrane étanche "Spidi OutDry" en polyuréthane
  • Protection : Plaque semi-rigide Warrior dans la paume, coques sur le dessus de la main et trois phalanges. Renforts en textiles. Homologation CE (niveau 1)
  • Entretien : lavage à la main uniquement 
  • Lieu de fabrication : Chine
  • Tailles : du S au XXXL
  • Coloris : noir ou noir et jaune
  • Prix : 99,90 euros

.

.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

La Yamaha n°1 en pole des 24H Motos 2024, la Honda n°55 en tête des STK

Auteur d'un nouveau record du tour sur le circuit Bugatti, Nicolo Canepa hisse avec Karel Hanika la R1 du YART en tête de la grille de départ des 24 Heures Motos 2024 ! Les champions devancent le SERT et la Honda officielle. Une autre Fireblade, la 55 de National Motos, devance la BMW Tecmas et la Honda RAC41 en catégorie Superstock. Chronos !
Manifestations contrôle technique : forte mobilisation contre le CT2RM

Plusieurs dizaines milliers de motards - 38 000 selon le ministère de l'intérieur - ont participé aux manifestations de la Fédération française des motards en colère (FFMC) contre le contrôle technique moto et scooter, qui est officiellement entré en vigueur ce lundi 15 avril.
Essai Metzeler Roadtec 02 : le pneu supersport-GT

Capacités sportives et qualités routières : voilà le délicat compromis auquel propose de répondre le nouveau pneu Metzeler Roadtec 02 et son intrigante bande de roulement décrite comme adaptative. Moto-Net.Com l'a testé sur plusieurs types de motos pour vérifier si les promesses sont tenues. Essai complet, vidéo incluse.
Dunlop veut briller ce week-end aux 24 Heures Motos 2024 !

Le championnat du monde d'Endurance 2024 débute ce week-end avec les 24 Heures Motos au Mans. Fournisseur unique du plateau Superstock, le manufacturier britannique Dunlop - et son usine française ! - vise aussi la victoire en catégorie reine EWC avec deux machines de pointe : la BMW n°37 et la Yamaha n°99.
Pourquoi Fabio Quartararo resigne avec Yamaha jusqu'en 2026 ?

La décision de Fabio Quartararo de prolonger chez Yamaha deux saisons supplémentaires interpelle au regard du manque de compétitivité de la M1. Le niçois de 24 ans s'en explique par les moyens déployés pour revenir au sommet du MotoGP, tandis qu'Aprilia ne lui aurait pas fait d'offre…
MotoGP 2024 8 commentaires
  • En savoir plus...