• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
#AMERICASGP 2023
Paris, le 17 avril 2023

Bilan, déclarations et résultats MotoGP du GP des Amériques 2023

Bilan, déclarations et résultats MotoGP du GP des Amériques

Honda renoue enfin avec le succès sans Marc Marquez grâce à Alex Rins, solide vainqueur du Grand Prix des Amériques à Austin devant le remarquable Luca Marini et le tenace Fabio Quartararo. Nouvelle erreur pour Pecco Bagnaia, grandissime favori sur sa - trop parfaite ? - Ducati. Bilan, temps forts, déclarations et classements.

Imprimer

Quel contraste dimanche soir entre le stand Ducati et le box Honda-LCR. Du côté de l'équipe championne du monde en titre, l'abattement se disputait à une légitime exaspération suite à la nouvelle chute du favori Francesco Bagnaia… Chez LCR en revanche, joie et fierté irradiaient littéralement après la victoire d'Alex Rins !

Et pour cause : Rins, nouvellement arrivé dans le team de Lucio Cecchinello, ramène la structure italienne au premier plan après plusieurs années de vaches maigres. LCR n'était pas monté sur le podium depuis le GP d'Australie 2019, tandis que son apparition sur la plus haute marche remontait à la saison précédente et la victoire de Cal Crutchlow au GP d'Argentine 2018.

Ce succès, justement, était par ailleurs le dernier signé par un pilote Honda autre que Marc Marquez : Alex Rins met fin à cinq longues années de disette sur la RC213V, jusqu'ici jamais victorieuse sans le n°93. Rappelons que des pointures comme Jorge Lorenzo s'y sont cassés les dents - et pas mal d'autres os… - durant cette période la plus sombre de Honda-Repsol. 

Rins remplit son COTA

Trois épreuves seulement ont suffi à l'ancien pilote Suzuki, alors même que la dernière victoire de Marc Marquez remontait à déjà un an et demi : c'était au GP Prix d'Émilie Romagne en octobre 2021. Bouffée d'air bienvenue pour la HRC, surtout en l'absence de résultats de ses têtes d'affiche : Marquez était forfait à Austin à cause de sa fracture à la main, tandis que Mir finit la course principale à plat ventre…

Marc Marquez, longtemps imbattable sur le Circuit of the Americas, voit donc l'un de coéquipiers lui contester le statut de "King of the COTA" : Rins s'était déjà imposé sur la Suzuki GSX-RR en 2019 après la chute du n°93, mais aussi avant cela en Moto3 et en Moto2 ! L'espagnol est le seul à pouvoir se vanter d'un tel palmarès toutes motos confondues.

Ironie du sport : le n°42 regrettait justement de ne pas recevoir assez de soutien du HRC avant de signer sa sixième victoire en MotoGP. "Je me sens sous-exploité", déclarait-il vendredi soir, après avoir essuyé un refus à sa demande de tester le châssis de Joan Mir pour le comparer à celui de Marc Marquez qu'il avait brièvement récupéré suite au forfait du n°93 en Argentine. 

"Après avoir essayé le châssis de Marc, je leur ai demandé de me laisser également tester celui de Mir, qui est différent, pour avoir une idée générale. (..). Mais ils ont refusé, alors qu'ils ont pourtant des unités de rechange", s'agace-t-il, tout en assurant que la Honda pouvait faire bien mieux que les résultats obtenus de ces dernières années. 

"Sans vouloir sous-estimer les autres pilotes Honda, j'ai dit que la moto avait du potentiel quand je l'ai pilotée pour la première fois à Valence et elle en a encore", avait annoncé Alex Rins avant de mettre des résultats sur ses mots : le pilote-LCR s'est adjugé la 2ème place de la course Sprint avant de remporter l'épreuve principale.

Ravi mais lucide, Alex Rins sait que son aisance à Austin ne se reproduira pas sur tous les circuits, mais qu'importe : l'espagnol s'est malgré tout emparé d'une tondeuse pour raser la tête de ses mécanos suite à un pari sur sa victoire avec la Honda !

Bagnaia regrette une moto trop parfaite 

Cette victoire de Rins intervient après un duel à distance avec Francesco Bagnaia, sur lequel le pilote Honda avait déjà mis la pression lors du Sprint : Rins était en mesure de contrer l'officiel Ducati, mais a perdu le contact samedi suite à une petite glisse. Les deux protagonistes ont remis le couvert dimanche, roue dans roue à l'extinction des feux…

"Pecco" - un cran au-dessus de tout le monde en vitesse pure - s'est vite échappé pour se soustraire à une possible attaque de son rival Honda, qui ne lâchait pas grand-chose au chrono. Et là, comme trop souvent sous la pression, Bagnaia est une nouvelle fois parti à la faute dans le septième tour alors qu'il tentait d'abaisser son rythme pour accroître son avance.

"Je ne sais pas ce qu'il s'est passé", s'interroge le champion en titre, qui semblait se diriger vers un nouveau cavalier seul après sa domination sans partage lors du Sprint. "J'étais en total contrôle et je suis tombé : je suis très en colère, pas contre moi parce que je suis sûr à 100% que ce n'était pas de ma faute".

"En Argentine, j'ai reconnu que j'étais un peu trop à la limite, mais pas aujourd'hui", enrage le n°1, déjà auteur d'un "zéro" quinze plus tôt à Termas de Rio Hondo. "Nous devons comprendre car on a la meilleure moto, mais si on tombe sans savoir pourquoi, c'est inutile. J'ai perdu 45 points en deux week-ends : nous devons remédier à cela".

La cause de ses pertes de l'avant inexpliquées selon le champion ? La trop grande stabilité de la GP23 ! En clair : l'italien reproche à Ducati d'avoir conçu une MotoGP tellement "parfaite" qu'elle en devient piégeuse tant elle met en confiance !

"Peut-être qu'il nous faut une moto plus instable : je préférerais être un dixième plus lent mais tout comprendre, mieux ressentir la limite. Actuellement, j'ai une énorme confiance en la moto et l'impression d'être imbattable. Je préférais avoir plus d'alertes, perdre un petit "filtre" pour être plus sur les pneus : cette moto est parfaite, mais si on chute sans savoir pourquoi quelque chose n'est pas parfait".

Seulement 13 pilotes à l'arrivée

MNC a une théorie : ce "quelque chose" d'imparfait, et si c'était le pilote ?! Blague à part, beaucoup d'adversaires du pilote Ducati aimeraient sans doute devoir composer avec une moto trop performante, à commencer par Fabio Quartararo qui se faisait humilier dans la longue ligne droite d'Austin sur sa Yamaha !

Le pilote niçois s'est cependant battu comme un beau diable pour reprendre au freinage ce qu'il perd à l'accélération et en V-max : belle réaction du n°20 après sa chute frustrante pendant la course Sprint. Fabio décroche la troisième marche du podium derrière Rins et Marini, auteur d'une irrésistible montée en puissance sur sa Ducati VR46. Quelle perf' du demi-frère de Valentino Rossi !

Ce podium inattendu s'explique aussi en partie par le spectaculaire nombre d'abandons dimanche : d'abord Jorge Martin qui a sorti Alex Marquez dans le premier tour, puis Aleix Espargaro et Raul Fernandez, piégés par des soucis mécaniques sur leur Aprilia au niveau du blocage des suspensions. Jack Miller est ensuite parti à la faute, suivi par Joan Mir, Brad Binder, Takaaki Nakagami et Stefan Bradl. Rins est le seul pilote Honda à l'arrivée !

L'origine des nombreuses chutes tient au caractère bosselé du bitume américain, qui suscite beaucoup de critiques des pilotes malgré un récent resurfaçage. La piste aussi utilisée pour les courses automobiles n'offre pas un grip constant, ce qui est par ailleurs probablement à l'origine de la chute "inexpliquée" du champion en titre Ducati…

Jonas Folger - qui remplace Pol Espargaro sur la GasGas-Tech3 - en profite pour marquer les points de la 12ème place malgré son rythme considérablement inférieur aux titulaires : le pilote d'essai KTM termine à plus d'une minute, devant le courageux Brad Binder qui est remonté sur sa RC16 pour les points de la 13ème place. 22 pilotes au départ, 13 à l'arrivée : vous avez dit "hécatombe" ?!

Les moments forts du Grand Prix des Amériques 2023

Samedi : qualifs et course Sprint

  • Pecco Bagnaia - dominateur pendant les essais - signe la pole position du GP des Amériques devant Alex Rins et Luca Marini. Fabio et Johann se qualifient respectivement 7ème et 9ème. 
  • Fabio Quartararo subit dans la plus longue ligne droite du championnat (1,2 km) : sa Yamaha est dernière V-max des qualifications à 335,4 km/h contre 343,9 km/h pour la Ducati de Bezzecchi. En course, l'écart grimpe encore : 345 km/h pour la M1 contre 356,74 km/h pour l'Aprilia de Viñales.
  • Bagnaia s'impose sans concurrence lors de la course Sprint, mais Alex Rins - deuxième - était rudement menaçant. Martin complète le podium devant Alex Espargaro.
  • Alex Marquez, dans le rythme durant les essais, part à la faute… après avoir vomi dans son casque au freinage ! Le pilote espagnol est arrivé malade aux États-Unis, tout comme Jorge Martin… qui le fera par ailleurs tomber dans le premier tour le lendemain. Quand ça veut pas… 
  • Fabio Quartararo part à la faute pendant le Sprint alors qu'il roulait seul à la sixième place : "j'avais un bon rythme, mais peut-être que je suis trop agressif pour suivre les autres", regrette-t-il, se disant "frustré et énervé".
  • Première course en dedans pour Johann Zarco, qui recule de la 7ème à la 11ème place après quelques erreurs et un souci avec son variateur d'assiette. "C'était dur, je me suis épuisé à essayer de les accrocher", confesse le n°5, physiquement éprouvé à l'arrivée.

Dimanche : course principale

  • Pecco Bagnaia prend le meilleur départ devant Alex Rins - qui lui oppose une belle résistance dans les premiers enchaînements - et Luca Marini, avant d'imprimer un gros rythme pour s'échappe. La victoire semblait lui tendre les bras…
  • Jorge Martin embarque Alex Marquez dans sa chute au premier tour : de quoi méditer ses propos incendiaires sur Marc Marquez après l'accrochage dont il fût victime au Portugal suite à l'erreur du pilote Honda…
  • Aleix Espargaro part à la faute alors que son Aprilia laissait échapper des étincelles : son variateur d'assiette est resté bloqué en position basse, dysfonctionnement qui s'est déjà produit la saison dernière sur la RS-GP.
  • Jack Miller s'envole sur la KTM dans le 7ème tour : cinquième chute du week-end pour l'australien, qui était virtuellement sur le podium après avoir remonté la bagatelle de dix places ! Trop pressé, "Jackass" ?
  • Pecco Bagnaia part à la faute quelques instants plus tard, pour la deuxième fois d'affilée pendant la course principale. L'italien s'est fait piéger dans le virage 3 alors qu'il cherchait à accroître son avance sur la Honda de Alex Rins, distancé mais toujours menaçant.
  • Fabio Quartararo - bien parti - se retrouve sur la deuxième place avec deux secondes de retard sur Rins, qui reprend un gros rythme après une courte baisse de régime liée à sa surprise de se retrouver soudain seul en tête !
  • Luca Marini passe la surmultipliée pour dépasser le pilote officiel Yamaha, avec des chronos à ce moment équivalents à Rins. L'aisance avec laquelle sa Ducati déboîte la M1 dans la ligne droite en dit long sur le retard pris par la marque d'Iwata dans ce domaine…
  • Marco Bezzecchi, leader au provisoire, sauve la sixième place : le pilote Ducati-VR46 conserve la tête du championnat après sa victoire en Argentine ! L'italien devance Bagnaia et Rins, revenu à la troisième position avec son succès américain.
  • Nouvelle course en demi-teinte pour Johann Zarco : le cannois est 7ème à plus de 12 sec du leader - son meilleur résultat à Austin - après avoir cédé sous la pression de Maverick Viñales et Miguel Oliveira, très consistants en fin de course. 

Déclarations MotoGP du GP des Amériques 2023

Alex Rins, Honda-LCR (2ème qualifs, 2ème sprint, 1er principale) : "La course a tout simplement été incroyable. Je suis tellement heureux aujourd’hui : c’est l’accomplissement d’une chose incroyable. Nous avons réussi à enchaîner des chronos rapides et stables avec une gestion des pneumatiques parfaitement cohérente. Ce fut un Grand Prix plutôt bon dans sa globalité et la satisfaction prédomine ce dimanche car le rythme était plus élevé que la saison passée avec une moto qui demeure plus ou moins la même. Nous allons donc poursuivre dans cette voie-là sur les prochaines épreuves et je tenais bien évidemment pour conclure à adresser mes plus sincères remerciements à l’équipe bien entendu, à ma famille, à mes partenaires et à toutes les personnes qui croient en moi".

Luca Marini, Ducati-VR46 (3ème qualifs, 7ème sprint et 2ème principale) : "Il y a beaucoup de choses à dire, mais la première est que ce podium est génial ! Je suis très satisfait de ma course et de mon week-end en général. Après mon erreur au freinage au départ de la course sprint (il a élargi au premier virage après un freinage raté, NDLR), j'ai essayé de faire attention parce que je savais que j'avais un rythme très fort. Je me sens super bien depuis le début de l'année, mais les étoiles ne s'étaient jamais alignées : cette fois nous avons fait en sorte que ce soit le cas".

Fabio Quartararo, Yamaha Factory (7ème qualifs, 19ème sprint, 3ème principale) : "C'était vraiment dur : j'avais du mal, mais j'ai pu me battre dans les premiers tours, sans cela je savais que le podium serait impossible. J'ai fait de mon mieux et je suis vraiment content parce que je reviens après quelques courses vraiment difficiles. Vous savez, l'équipe travaille si dur : ils essaient de me garder calme… et ce n'est pas une tâche facile. Ça fait du bien d'être de retour dans le parc fermé et j'espère y revenir prochainement !".

Johann Zarco, Ducati-Pramac (9ème qualifs, 11ème sprint, 7ème principale) : "Je suis content du rythme de course et des sensations, d’avoir pu me battre et de tenir le rythme de ces 20 tours hyper difficiles. C'était chaud : il y a eu des chutes, notamment de Jorge (Martin, NDLR) ou encore la moto d'Aleix Espargaro qui faisait des étincelles. À partir du 5 ou 6ème tour, j’ai eu un feeling que je n’avais pas eu avant : l’arrière de la moto accrochait, j’ai pu maintenir un rythme meilleur que ce que je pensais. Les sensations étaient meilleures que samedi : c'est positif sur cette piste qui semble toujours me "repousser" (cette 7ème place est son meilleur résultat à Austin, NDLR).

La prochaine course MotoGP, le Grand Prix d'Espagne, est prévu dans quinze jours le dimanche 30 avril à Jerez. Cette quatrième manche sera la première étape européenne et doit par ailleurs marquer le retour de Marc Marquez et d'Enea Bastianini.  Restez connectés !

Grille de départ MotoGP du GP des Amériques 2023

Classement du Sprint MotoGP du GP des Amériques 2023

Classement course principale MotoGP du GP des Amériques 2023

Classement provisoire MotoGP du GP des Amériques 2023

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Il y a 20 ans : Essai V-Strom 650, une moto d'initiés

Souvenez-vous, il y a 20 ans jour pour jour, MNC publiait : "Les trails de moyenne cylindrée sont en pleine mutation. Suzuki tente de renouveler le genre avec une offre alléchante : le formidable bicylindre de la SV 650 dans une partie cycle dérivée de l'excellente DL 1000". Aujourd'hui, le succès de ces motos ne se dément pas avec les Ténéré 700, Transalp 750 et V-Strom... 800 DE et SE !
Essai vidéo KTM 990 Duke 2024

La 990 Duke débarque chez KTM avec ses 123 ch et ses 103 Nm à 14 949 euros. La remplaçante de la 890 parvient-elle à justifier ce prix excessivement élevé ? Réponses dans notre test vidéo !
Essai KTM 1390 Super Duke R : Katapulte Taille Maxi

La "Bête" reprend encore du muscle et de la sophistication pour délivrer un message sans équivoque : son bicylindre porté à 1350 cc de 190 ch va porter de méchants coups à la concurrence maxi-roadsters ! MNC a brièvement tenté de dompter la nouvelle 1390 Super Duke R sur le circuit d'Alméria (Espagne)... et sous la pluie !
Kawasaki Eliminator 500 : notre essai en vidéo

Avec sa selle et son tarif tous deux aux ras des pâquerettes, l’Eliminator 500 affiche de hautes ambitions : concurrencer la Rebel 500 qui domine en France le segment des petits customs principalement destinés aux motards débutants (permis A2). Moto-Net.Com a testé la nouvelle Kawasaki... Voici notre compte-rendu en vidéo !
Nouveautés 2024 1 commentaire

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Petites mises à jour 2024 pour la grande Triumph Tiger 1200

Lancée en 2012, totalement refondue en 2022 et habilement customisée l'été dernier, la Tiger 1200 connaît une série de mises à jour pour 2024 visant à améliorer son moteur, le confort des versions Pro et la garde au sol des modèles GT. Le maxitrail Triumph en profite aussi pour revoir la coloration de ses pelages... Présentation.
Il y a 20 ans : Essai V-Strom 650, une moto d'initiés

Souvenez-vous, il y a 20 ans jour pour jour, MNC publiait : "Les trails de moyenne cylindrée sont en pleine mutation. Suzuki tente de renouveler le genre avec une offre alléchante : le formidable bicylindre de la SV 650 dans une partie cycle dérivée de l'excellente DL 1000". Aujourd'hui, le succès de ces motos ne se dément pas avec les Ténéré 700, Transalp 750 et V-Strom... 800 DE et SE !
Bagnaia et Ducati maintiennent la cadence aux tests du Qatar

Le champion du monde MotoGP Francesco Bagnaia ouvre les tests au Qatar avec le meilleur temps devant son dauphin, Jorge Martin. Aleix Espargaro suit les Ducati sur son Aprilia, très en forme ce lundi, alors que Johann Zarco et Fabio Quartararo sont respectivement 9ème et 10ème. Résultats et classement de la première journée.
Essai vidéo KTM 990 Duke 2024

La 990 Duke débarque chez KTM avec ses 123 ch et ses 103 Nm à 14 949 euros. La remplaçante de la 890 parvient-elle à justifier ce prix excessivement élevé ? Réponses dans notre test vidéo !
Les couleurs et objectifs de Johann Zarco chez Honda-LCR

L'équipe LCR a dévoilé les nouvelles livrées 2024 de ses Honda RC213V satelittes dont l'une revient à Johann Zarco, nouveau venu dans la structure de Lucio Cecchinello. Le cannois de 33 ans, rassuré par les tests hivernaux, ambitionne d'évoluer dans le Top 10 et de décrocher quelques podiums.
Marché moto et scooter : le show et l’effroi en janvier 2024

À l’image de la météo en France, le marché français du motocycle a connu un premier mois de l’année 2024 extrêmement contrasté. Agréablement douillet pour certains constructeurs, sinistrement frisquet pour d’autres, janvier a été globalement négatif : -6,4 % par rapport à 2023... Bilan.
Bilans marché 1 commentaire
Yamaha Blu Cru Pro Days 2024 sur le circuit de Nogaro 

Le service compétition de Yamaha organise deux journées de roulage sur le circuit de Nogaro (32) réservées aux pilotes de vitesse à ses couleurs. Trois groupes seront formés le week-end du 16 et 17 mars, sous la houlette de l'école de pilotage H2S. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en créant votre compte MNC, vous commentez tous nos nos articles et nos essais , cliquez sur les publicités de nos partenaires (ça n'engage à rien !) et préservez notre indépendance !

ACTUALITÉ MNC LIVE  |   JE M'INSCRIS !

Calendrier MotoGP 2023

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2023

GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

Pré-saison 2023

  Calendrier MotoGP 2023

Courses 2023

GP moto du Portugal 26 mars : GP du Portugal
GP moto d'Argentine  2 avril : GP d'Argentine
GP moto des Amériques 16 avril :  GP des Amériques
GP moto d'Espagne 30 avril : GP d'Espagne
GP de France moto 14 mai : GP de France
GP moto d'Italie 11 juin : GP d'Italie
GP moto d'Allemagne 18 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 25 juin : GP des Pays-Bas
GP moto du Kazakhstan 9 juillet : GP du Kazakhstan
GP moto de Grande-Bretagne 6 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 20 août : GP d'Autriche
GP moto de Catalogne 3 septembre : GP de Catalogne
GP moto de San Marin 10 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Inde 24 septembre : GP d'Inde
GP moto du Japon 1er octobre : GP du Japon
GP moto d'Indonésie 15 octobre : GP d'Indonésie
GP moto d'Australie 22 octobre : GP d'Australie
GP moto de Thaïlande 29 octobre : GP de Thaïlande
GP moto de Malaisie 12 novembre : GP de Malaisie
GP moto du Qatar 19 novembre : GP du Qatar
GP moto de Valence 26 novembre : GP de Valence


SAISON 2023   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...