• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
NOUVEAUTÉS KAWASAKI 2023
Paris, le 7 février 2023

Admission d'air variable pour la Kawasaki Ninja ZX-10RR

Admission d'air variable pour la Kawasaki Ninja ZX-10RR

Kawasaki installe un système d'admission d'air variable sur le 4-cylindres en ligne de sa Ninja ZX-10RR, version hautes performances de sa Superbike. Ce nouveau dispositif est intégré de série… mais ne s'active qu'avec le kit racing optionnel non homologué route. Présentation et mise en concurrence MNC.

Imprimer

Lancée en 2018, la ZX-10RR est la version aux petits oignons optimisée de l'hypersport d'Akashi : ses bielles, pistons et arbres à cames spécifiques boostent ses haut-régimes, tandis que ses jantes forgées Marchesini en Pirelli Diablo Supercorsa SP ainsi que sa transmission revue améliorent sa vivacité. 

Kawasaki ajoute un inédit dispositif d'admission d'air variable sur son 4-cylindres de 998 cc pour agir sur la pression de l'air selon le régime moteur. Ce système repose sur des pipes d'admission en deux parties dans le but de faire varier la longueur du conduit pour l'accorder aux besoins du moteur.

A bas et moyens régimes, les deux pièces sont solidaires pour former une grande trompe : l'air aspiré vers le moteur parcourt une longue distance, ce qui favorise le couple. A haut régimes, la partie supérieure se soulève et libère l'accès vers la base inférieure : l'air se faufile dans ce conduit court, cette fois aux bénéfices de la puissance pure.

Ce dispositif n'est pas nouveau : Yamaha l'avait notamment intégré sur sa R1 en 2007, puis sur sa R6 l'année suivante. Aprilia l'a également utilisé sur ses premières générations de RSV4 à partir de 2009, ainsi que MV Agusta. Certains l'ont depuis abandonné : son apport réel ne compense pas toujours son poids et son encombrement supplémentaires…

Kawasaki reste discret sur les bénéfices de cette technologie appelée "Variable Admission Intake" (VAI) qui, en règle générale, ne fait pas grimper la puissance : la ZX-10RR 2023 devrait - selon MNC - continuer à sortir 204 ch en statique et 214 ch en dynamique (Ram-Air). Son couple de 118 Nm actuellement sera a priori mieux réparti.

Le constructeur ne communique pas davantage à propos de l'impact potentiel sur le poids, qui s'élève à ce jour à 206 kg tous pleins faits. Bien que certainement limité, ce surpoids serait pourtant intéressant à connaître puisque ce nouveau dispositif d'admission variable est installé de série… mais accessible en option avec un kit de pièces réservées à la piste !

"Les pipes d'admission sont maintenues en position "haute" sur la nouvelle ZX-10RR, ce qui suffira amplement à de nombreux pilotes", estime Kawasaki. "Pour activer le système VAI, les pilotes devront se procurer le kit racing spécifique : le VAI n'est pas activé de série et n'est pas disponible pour ceux qui souhaitent posséder et utiliser une Ninja ZX-10RR sur la voie publique".

Pour résumer : cette admission d'air variable est incluse - donc payée - sur toutes les ZX-10RR, mais son exploitation est conditionnée par des pièces optionnelles supplémentaires non homologuées route. Espérons que cette fonctionnalité "de-série-mais-dispo-en-option" ne fasse pas trop s'envoler le prix de la Superbike Verte : 29 599 euros fin 2022…

Et la concurrence ?

 La ZX-10RR est confrontée à la svelte YZF-R1 M (202 kg) et son savoureux 4-cylindres "Crossplane" de 200 ch à 27 999 €. Autre sérieuse rivale : la CBR1000RR-R SP à 26 399 euros et son rapport poids/puissance particulièrement expéditif : 201 kg pour 217,6 ch, la plus forte puissance chez les japonais.

Suite au retrait de la Suzuki GSX-R1000 à cause des normes, les autres adversaires de la ZX-10RR viennent d'Europe et notamment d'Italie pour la "bellisima" RSV4 1100 Factory et son démonstratif V4 de 217 ch pour 202 kg. L'Aprilia est au prix, bien placé, de 25 999 €.

La Ducati Panigale V4S sort 215,5 ch de son puissant V4 pour seulement 198,5 kg. Sensationnelle, mais chère : 31 890 € dans sa version "S", voire 40 890 € pour la "SP2" !

La S1000RR "à partir de" 20 740 € paraît presque bon marché en comparaison, surtout au regard de ses 210 ch pour 197 kg dans sa version standard : plus puissante et plus légère que la ZX-10RR.

Le Pack "M" optionnel fait encore grimper ses performances et son prix, tandis que la nouvelle M1000RR taquine les 314 km/h de série avec son aérodynamisme chiadé et ses pièces prestigieuses, au prix de 33 620 euros.

 

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

La Yamaha n°1 en pole des 24H Motos 2024, la Honda n°55 en tête des STK

Auteur d'un nouveau record du tour sur le circuit Bugatti, Nicolo Canepa hisse avec Karel Hanika la R1 du YART en tête de la grille de départ des 24 Heures Motos 2024 ! Les champions devancent le SERT et la Honda officielle. Une autre Fireblade, la 55 de National Motos, devance la BMW Tecmas et la Honda RAC41 en catégorie Superstock. Chronos !
Manifestations contrôle technique : forte mobilisation contre le CT2RM

Plusieurs dizaines milliers de motards - 38 000 selon le ministère de l'intérieur - ont participé aux manifestations de la Fédération française des motards en colère (FFMC) contre le contrôle technique moto et scooter, qui est officiellement entré en vigueur ce lundi 15 avril.
Essai Metzeler Roadtec 02 : le pneu supersport-GT

Capacités sportives et qualités routières : voilà le délicat compromis auquel propose de répondre le nouveau pneu Metzeler Roadtec 02 et son intrigante bande de roulement décrite comme adaptative. Moto-Net.Com l'a testé sur plusieurs types de motos pour vérifier si les promesses sont tenues. Essai complet, vidéo incluse.
Dunlop veut briller ce week-end aux 24 Heures Motos 2024 !

Le championnat du monde d'Endurance 2024 débute ce week-end avec les 24 Heures Motos au Mans. Fournisseur unique du plateau Superstock, le manufacturier britannique Dunlop - et son usine française ! - vise aussi la victoire en catégorie reine EWC avec deux machines de pointe : la BMW n°37 et la Yamaha n°99.
Pourquoi Fabio Quartararo resigne avec Yamaha jusqu'en 2026 ?

La décision de Fabio Quartararo de prolonger chez Yamaha deux saisons supplémentaires interpelle au regard du manque de compétitivité de la M1. Le niçois de 24 ans s'en explique par les moyens déployés pour revenir au sommet du MotoGP, tandis qu'Aprilia ne lui aurait pas fait d'offre…
MotoGP 2024 8 commentaires
  • En savoir plus...