• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST MICHELIN POWER RS 2017
Circuit de Losail (Qatar), le 31 mars 2017

Essai du pneu moto Michelin Power RS

Essai du pneu moto Michelin Power RS

Michelin fait gomme neuve sur sa gamme sport-route avec le Power RS, successeur du Pilot Power 3. MNC a testé ce nouveau pneu moto sur lequel le manufacturier français place de grosses ambitions sur le circuit de Losail, au Qatar.

Imprimer

Présenté en automne dernier lors du GP d’Australie 2016, le Michelin Power RS remplace le Pilot Power 3 sur le concurrentiel segment sport-route, composé des motos sportives et des roadsters à fort potentiel. Pour le Bibendum, l’organisation de cette présentation pendant une course MotoGP suivi d’un lancement presse sur le circuit du Qatar - où vient de débuter la saison de Grands Prix 2017 - n’a rien d'innocent : le manufacturier clermontois entend tirer profit de son lourd investissement en tant que fournisseur officiel de la catégorie reine du sport moto.

Rappelons qu’en succédant à Bridgestone en 2016, Michelin avait demandé - et obtenu - que les MotoGP passent de 16,5 à 17 pouces afin de tendre des passerelles entre les pneus des prototypes de compétition et ceux des motos de série. Ce nouveau pneu Power RS est le premier à illustrer cette démarche : autant dire qu'il revêt un caractère exceptionnel pour le pneumaticien, qui n’hésite pas à en parler comme d’une révolution aussi importante que son invention du premier pneu moto radial en 1987 !

Power RS : ce que promet Michelin...

“Il y aura un avant et un après”, annonce Michelin avec aplomb en introduisant son nouveau pneu moto Power RS sur le circuit du Qatar. Décrit comme un “pneu routier à usage sportif”, ce RS (pour “Racing Street”) entend replacer le Bibendum au sommet de ce segment majeur, au sein duquel s’affrontent les Pirelli Diablo Rosso 3, les Continental Sportattack 3, les Bridgestone S21, les Metzeler M7RR et les Dunlop Sportsmart 2 (gonflé au Max depuis peu).

Pour y parvenir, Michelin a déployé une partie importante de ses colossaux moyens consacrés chaque année à la recherche et à l’innovation (plus de 700 millions d’euros, tous secteurs d’activités confondus !). Le fruit de ces investissements se traduit sur le Power RS par son inédite architecture ACT+ (“Adaptive Casing Technology”), dont la particularité repose sur sa différenciation de la rigidité de la carcasse du pneu arrière, plus élevée sur les épaules et légèrement moindre au centre.

Cette technologie unique, objet de deux brevets et de deux ans de mise au point, repose sur une carcasse constituée d’une seule nappe, dont l’angle diffère. Proche de 90° à son sommet, cet angle confère la rigidité nécessaire à une bonne stabilité à haute vitesse, sur (auto)route comme sur circuit. Le croisement de la nappe dans les flancs jusqu’à l’épaule (angle à environ 75°) se porterait quant à lui garant d’une rigidité optimale du pneu arrière en courbes. 

Le Power RS profite aussi de mélanges de gomme de dernière-génération, évidemment dérivés de ceux éprouvés par Michelin en MotoGP, dont des élastomères mis au point dans ses unités de production de pneus “racing”. A l’avant officient deux types de gommes différentes : plus tendre sur les épaules et plus résistante au centre (technologie 2CT). A l’arrière, la bande centrale plus dure passe en dessous des zones “Soft” dans le but d’améliorer la stabilité, notamment en phase d’accélération sur l’angle (technologie 2CT+).

Cette zone centrale reçoit par ailleurs un composé à forte teneur en silice quand les parties latérales font la part belle au noir de carbone. Cette technologie devenue classique est utilisée par la plupart des pneumaticiens pour réunir grip et faible temps de chauffe sur l’angle à l’endurance ainsi que la traction sur le mouillé recherché au centre.

Enfin, le profil du Power RS évolue légèrement afin d’améliorer l’empreinte au sol. Peu visibles à l’extérieur, ces évolutions seraient surtout concentrés à l’intérieur (pas facile à vérifier, ça, sauf en le découpant !). “La précision de l’accord entre les profils extérieur et intérieur du pneu avant permet de contrôler les épaisseurs de gomme dans la bande de roulement pour en faire le meilleur pneu avant du marché”, affirme le Bibendum. Rien que ça !

Michelin Power RS : ce que MNC a pu constater

Très sûr de lui, le manufacturier clermontois assure que ses tests en interne démontrent une nette supériorité de son Power RS sur la concurrence, tout en révélant un gain de quelque “3,5 sec au tour” sur le précédent Power 3 (test réalisé sur le sec avec une S1000RR 2015 en 120/190). Faute de ladite concurrence pour comparer, MNC devra se contenter de son ressenti sur le circuit de Losai au Qatar, posé en plein désert à une demi-heure de la capitale Doha. 

Les premiers tours de pneu avec le Power RS s’effectuent sur une KTM RC 390 sur une courte piste d’essais tracée pour les besoins de l’essai derrrière les hospitalities du circuit. Michelin souhaite de cette manière rappeler le très large éventail de possibilités en termes de dimensions disponibles, composé de 13 références pour des motos de 300cc à 1000cc. En clair, le Power RS serait presque universel.

Cette entrée en matière dévoile instantanément une remarquable aisance du Power RS, qui se révèle bien supérieur aux montes pneumatiques souvent “économique” installées sur les petites cylindrées. Temps de chauffe réduit, précision de placement, stabilité au freinage et en courbes : le RS sublime les nombreux qualités de l'amusante petite sportive autrichienne, en plus de lui apporter une excellente motricité malgré la poussière recouvrant le bitume. 

Un test de freinage d’urgence réalisé sur le mouillé confirme le haut niveau d’adhérence de la gomme clermontoise, avec toujours en toile de fond ce caractère vif et prévisible au niveau de l’avant. L’atelier suivant, organisé sur le “vrai” circuit et sa longue ligne droite de 1068 m de long, consiste à enchaîner quelques tours sur des Superbike chaussées d’abord en Pilot Power 3, puis en Power RS. 

Au guidon d’une BMW S1000RR, volontairement choisie par MNC pour sa nature assez physique, la différence de maniabilité saute aux yeux : la mise sur l’angle est beaucoup plus aisée avec le RS. Au point d’en rater ses premiers virages en passant de l’une à l’autre, tant le train avant gagne en vivacité avec le Power RS ! 

De sucroît, le verrouillage ressenti avec le Pilot Power 3 lors d’entrées en courbe sur les freins disparaît presque totalement avec le Power RS. En plus d’être plus facile à piloter, la moto devient aussi plus précise, et gagne surtout en stabilité et en motricité à l’accélération. Même si les 199 ch de la S1000RR le mettent à rude épreuve, le niveau de grip surprend pour un pneu route. Surtout sur un circuit aussi rapide, par ailleurs très éprouvant pour les pneus car balayé par le sable du désert avoisinnant.

En passant ensuite sur plusieurs autres motos (Aprilia RSV4 RF, Kawasaki ZX-10R, Yamaha R1-M), cette excellente motricité se vérifiera de la même manière à chaque sortie. L’arrière ne distille aucun mouvement de carcasse rédhibitoire et sa déformation progressive sur l’angle est parfaitement perceptible au guidon. Cette caractéristique pousse à lui en demander toujours avec beaucoup de confiance, jusqu’à tutoyer ses limites.

Celles-ci apparaissent au fil des sessions, quand l’usure du pneu se manifeste par des dérobades parfois marquées, notamment avec une moto “pointue” comme la ZX-10R qui ne s’exprime que passé 7000 tr/mn. Ce phénomène et son essoufflement de performances quand il chauffe constituent ses seuls défauts. Mais ce sont des faiblesses pardonnables et compréhensibles pour un pneu à vocation routière, fut-il à tempérament sportif comme ce Power RS.

L’avant décroche pour sa part de manière très prévenante, douce et facile à corriger. Là encore, même en situation “critique”, sa très grande agilité se fait apprécier. Vif mais pas tombant, le pneu avant jouit d’une stabilité sur l’angle irréprochable et ne s’écrase pas trop sur de violents freinages. Une réussite, à la hauteur du discours dythyrambique de Michelin !

En termes de longévité, Michelin annonce un gain de “25%” sur ses rivaux d’après des tests réalisés par Dekra… mais commandités et rémunérés par le Bibendum. Prudence, donc, quand à l’interprétation de ces résultats toujours très flatteurs pour les différents pneumaticiens. 

Interrogé par MNC, le responsable du développement du Power RS chiffre cette durée de vie à “6700 km” pour l’avant et “6000 km” pour l’arrière (estimations variables selon le type de moto et la conduite), soit “10%” de moins à l’arrière que le précédent Pilot Power 3. “C’est la contrepartie de sa hausse sensible de performances”, nous avoue-t-il avec honnêteté.

Verdict : une véritable évolution

MNC a de son côté relevé une usure prononcée sur les pneus des motos les plus puissantes, assez rapidement marqués à l’avant comme à l’arrière. Rien d’alarmant toutefois compte-tenu de l’abrasion de la piste et des conditions d’essai extrêmes : deux groupes d’essayeurs ont enchaîné trois sessions de 20 minutes chacun - soit six en tout - sans laisser les pneus refroidir. Loin donc d’une utilisation normale où un pilote s’arrête entre chaque sortie !

Surtout qu’au final, la dégradation des performances s’est montrée remarquablemenent réduite et surtout régulière. Certes, l’adhérence manquait lors des derniers tours, mais les pertes de grip sont toujours restées plutôt progressives. Soumis à de pareilles contraintes, rares seraient les pneus sport-route à s’en sortir avec autant d'honneur ! 

Dimensions et tarifs Michelin Power RS

Outre ses fortes ambitions (le Power RS est la “nouvelle référence des pneus.sport-route”, martèle Michelin), l’autre particularité de cette nouveauté est d'être déclinée en treize dimensions (4 avant et 9 arrière), ce qui lui permet de trouver place sur les jantes de motos allant de 300 à 1000 cc. On trouve même un impressionnant arrière en 240/45/17, digne d'un dragster (liste ci-dessous) ! 

Déjà disponible en magasins, le Power RS succède au Pilot Power 3, qui reste disponible en seconde ligne à un tarif inférieur. En revanche, le Power Supersport Evo disparaît, poussé vers la sortie par la compétitivité en hausse du RS.

Le Michelin Power RS s’affiche à environ 270 € le train en dimensions 120/190 mm dans les magasins spécialisés type Dafy Moto.

Dimensions disponibles Michelin Power RS 

Avant

  • 110-70 - 17 
  • 120-60 -17
  • 120-70 - 17

Arrière

  • 140-70 - 17
  • 150-60 - 17
  • 160-60 - 17
  • 180-55 - 17
  • 180-60 - 17
  • 190-50 - 17
  • 190-55 - 17
  • 200-55 - 17
  • 240-45 - 17

.

.

.

Les derniers essais MNC

Essai Rocket 3 Storm R et GT 2024 : Triumph vous décomplexe

Certains motards sont complexés… et rassurés de savoir qu'ils ont la plus grosse, la plus démesurée, la plus imposante des motos : la Rocket 3 ! Or Triumph ajoute quelques chevaux au plus énorme moulin de la production, qui n’était pourtant déjà pas timide ! Âmes sensibles et constitutions fragiles s’abstenir : voici l'essai MNC… par Stéphane Lacaze !
Yamaha XSR 900 GP : notre essai complet en vidéo

Dans l'aspiration de la nouvelle MT-09 2024 et dans l'inspiration de l'YZR500 des années 80-90, l'inédite XSR900GP cible les motards nostalgiques qui aiment les sportives aux formes généreuses, nouvelles technologies, performances raisonnables… sponsors qui tuent et demi-guidons qui fatiguent ! Essai complet et bonus instrumentation.
Yamaha XSR900GP : le Petit test MNC en 5 minutes

En attendant notre essai vidéo complet de l'inédite XSR 900 GP, découvrez notre formule allégée : le Petit test Moto-Net.Com ! Cinq minutes suffisent pour vous placer aux demi-guidons de la nouvelle sportive - de route - Yamaha en allant directement à l'essentiel.
Essai Eliminator 500 : remake tout gentil du Muscle Bike Kawasaki

Eliminator 2, le retour ! Quarante ans après la sortie de son premier Muscle Bike, Kawasaki propose un petit custom partageant la même mécanique que les Z et Ninja 500. Sous ses airs de brute pas trop épaisse, l'Eliminator 500 drague les nouveaux motards (permis A2) et cible la Rebel de Honda. Essai !

A lire aussi sur le Journal moto du Net

La saison MotoGP 2024 sera la dernière d'Aleix Espargaro

Aleix Espargaro a décidé de raccrocher le cuir à la fin de cette saison MotoGP 2024. Le pilote espagnol de 34 ans vient de l'annoncer en amont du Grand Prix de Catalogne, sur le circuit auprès duquel il a grandi et sur lequel il a remporté une mémorable et troisième victoire sur l'Aprilia n°41, devant son coéquipier Maverick Vinales.
Quelles sont les meilleures motos maxitrails 2024 à plus de 16 000 euros ?

A la recherche d'une moto baroudeuse neuve à partir de 16 000 euros ? Plusieurs maxitrails se dressent sur votre chemin ! La sélection Moto-Net.Com avec leurs caractéristiques, prix, qualités et défauts mais aussi nos essais et nos avis. Suivez le guide MNC de la catégorie reine des trails.
Horaires du Grand Prix de Catalogne MotoGP 2024

Exceptionnellement décalé en septembre, le GP de Catalogne 2023 avait été dominé par les deux Aprilia officielles ! Cette année, le deuxième Grand Prix espagnol (sur quatre !) retrouve sa date traditionnelle... et sera gagné par une Ducati ? Martin est favori chez lui devant Bagnaia, Marquez et Bastianini, mais Vinales, Acosta et Binder sont chauds aussi.
Catalogne 2 commentaires
Essai vidéo du pneu moto Pirelli Scorpion Trail 3

Moto-Net.Com teste le nouveau pneu Pirelli Scorpion Trail 3 destiné aux motos trails aux tendances sportives. Notre vidéo de l'essai.
Ça roule pour le marché français des - grosses - motos en avril 2024

En avril, remonte les files ! Malgré la mise en œuvre du contrôle technique, la prolifération et diversification des radars, certaines interdictions de rouler ou de stationner gratuitement, les français perçoivent encore et toujours la moto comme une solution, et non comme un problème. La preuve ? Ils en achètent toujours plus ! Bilan.
  • En savoir plus...