• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP - SILVERSTONE (12 SUR 18)
Paris, le 2 septembre 2013

Déclarations et analyse du GP de Grande-Bretagne MotoGP

Déclarations et analyse du GP de Grande-Bretagne MotoGP

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations des principaux pilotes de la catégorie reine et l'analyse de leurs succès (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du Grand Prix moto d'Angleterre 2013 à Silverstone.

Imprimer

Le millésime 2013 du GP d'Angleterre s'est disputé du début à la fin sous le soleil. Le revêtement bosselé de la piste a été un point déterminant de ce week-end, le 12ème de la saison (lire nos résumés des courses MotoGP, Moto2 et Moto3 à Silverstone).

Le réglage n'a pas été facile pour tous les pilotes et les chutes ont été nombreuses tout au long des séances, et même en course. Ainsi, Marc Marquez a connu sa première blessure de sa splendide saison de rookie en MotoGP. Mais cette alerte ne l'a pas empêché de disputer avec un Lorenzo très constant et rapide tout au long du week-end l'un des plus beaux duels de la catégorie, la décision se faisant au tout dernier virage...

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory (2ème en qualifs et 1er en course) : "Je suis vraiment très content, c'est l'une des plus belles victoires de ma carrière. C'est très riche en émotions, très important aussi pour le championnat. Honnêtement, je ne pense pas au championnat, je pense à savourer cette victoire qui a été si difficile à obtenir. Ensuite, on va se concentrer sur Misano, où nous aurons quelques nouveautés sur la moto qui devraient nous permettre de nous améliorer. Misano est l'un des meilleurs circuits pour mon style de pilotage, j'y ai toujours été sur le podium dans ma carrière MotoGP ! Donc j'espère pouvoir y lutter pour la victoire, car c'est important dès maintenant, dans l'optique du championnat, d'améliorer la moto, gagner autant de courses que possible et préparer la prochaine saison".

L'analyse Moto-Net.Com : Jorge Lorenzo a dû avoir le nez qui s'allongeait en prétendant qu'il ne pensait pas au championnat... Un gagnant comme lui ne pense qu'à gagner, que ce soit la course ou le championnat, même avec 39 points de retard sur son plus dangereux rival !

Cependant, quand "Jorgueil" dit qu'il prépare la prochaine saison, il reconnaît implicitement qu'il va être plus que difficile d'emporter le titre à la régulière cette année...

Reste que le Majorquin s'est rassuré à Silverstone : il a gagné devant Marquez, et de haute lutte ! La suite devrait pouvoir lui sourire, comme il le souligne, car Misano lui réussit bien et la Yamaha devrait bénéficier entre-temps de quelques améliorations... Et c'est tant mieux car quand les tracés comportent des lignes droites plus importantes, le déficit de la Yamaha devient difficile à combler, comme on l'a vu depuis le début de la saison.

Lorenzo a bien du mérite à tenir la dragée haute à Marquez et Pedrosa dans ces conditions car sur la Yamaha, il faut quand même un pilote comme Lorenzo, capable d'aligner des tours hyper rapides comme d'autres enfilent des perles, pour résister à un Marquez qui dispose non seulement de la meilleure moto, mais d'un sacré talent !

Marc Marquez, Honda Repsol (1er en qualifs, 2ème en course) : "Ce matin, après le warm-up, j'ai cru que mon week-end se finissait là parce qu'avec mon épaule luxée, la douleur était très forte. Mais la clinique mobile a fait un très bon travail et a considérablement réduit la douleur. J'étais très fatigué et j'avais beaucoup de mal, en particulier dans les changements d'angle. J'étais donc très content de pouvoir lutter avec Jorge dans ces conditions jusqu'au dernier virage ! Je vais maintenant me concentrer sur la convalescence de mon épaule. A Misano, on verra bien sur place, mais a priori j'y ai toujours fait du très bon travail. Ce sera intéressant car Dani y est très fort aussi"...

L'analyse Moto-Net.Com : Marquez a montré une nouvelle facette à ses rivaux à Silverstone... Certes, il est parti à la faute et s'est blessé, mais sa prestation en course est un message très fort : on le savait rapide sur le sec, on le savait rapide sur le mouillé, on sait maintenant qu'il est également dur au mal et que même blessé et diminué physiquement, il ne lâche jamais prise !

Le petit sourire qu'il arbore en parlant de Dani Pedrosa, c'est presque de la diplomatie envers son coéquipier : on a l'impression qu'il n'en pense pas un traître mot et qu'il se sent très à l'aise dans le rôle de leader du team Repsol...

Alors certes, il n'a pas (encore) battu le record de cinq victoires d'affilée pour sa première saison, mais il a "Marquez" les esprits en se battant jusqu'au bout avec un très rapide Lorenzo pour la victoire, ne cédant que d'un cheveu dans le dernier virage.

Dani Pedrosa, Honda Repsol (5ème en qualifs, 3ème en course) : "Ma performance était bonne, mais je n'ai pas fait une bonne qualification et je n'ai pas pris non plus un très bon départ en course. J'ai trop sollicité mes pneus en attaquant pour combler le retard pris au début. En fin d'épreuve, je perdais du terrain car je n'avais plus assez de grip. Je faisais de mon mieux, mais ce n'était pas assez. Je suis donc un petit peu déçu, bien entendu. A Misano, je ferai la meilleure course que je pourrai et j'essaierai de gagner".

L'analyse Moto-Net.Com : Dani Pedrosa est très déçu de ne pas s'être mêlé à la lutte pour la victoire, c'est évident. Il a répondu à l'interview de fin de course du bout des lèvres, en particulier sur le sujet Misano qu'il a éludé en une petite phrase qui sentait le dépit...

Le petit espagnol semble résigné à rester le Poulidor du MotoGP, ayant eu successivement sur sa route des clients comme Rossi, Stoner, Lorenzo... et maintenant - alors qu'il pensait devenir enfin le leader du team officiel Honda Repsol - ce diable de Marquez !

Pourtant, à Silverstone, il a montré qu'il était capable de rouler dans des chronos très rapides, meilleurs même que Marquez et Lorenzo en début de course ! En réalité, Pedrosa a raté Silverstone d'abord par ses essais, ensuite par son départ. Il a buté sur Rossi durant le premier tour, puis sur Bradl les deux suivants, avant de rouler plus vite que Lorenzo et Marquez du 4ème au 7ème tour, soit "seulement" quatre tours.

Avec Lorenzo et Marquez pour adversaires, il faut partir fort dès le départ et tenir un rythme très élevé toute la course. Au 14ème tour, quand Lorenzo en remet une couche en descendant ses temps, Pedrosa ne suis pas alors qu'il roule de nouveau plus vite que ses adversaires dans les 16ème et 17ème tours. Visiblement, ce n'est pas sur le plan du pilotage que Pedrosa doit chercher la solution, mais bien dans son mental...

Valentino Rossi, Yamaha Factory (6ème en qualifs, 4ème en course) : "Pour moi, ce résultat est un eu plus positif encore qu'à Brno. Chaque fois que je venais ici j'avais de mauvais résultats, aussi cette fois nous avons travaillé dans une nouvelle et meilleure direction. La 4ème place est meilleure qu'à Brno, mais ça reste une 4ème place. Malheureusement j'ai pris un bon départ mais les autres pilotes, entre le second et le septième tour, étaient nettement plus rapides que moi. La seconde moitié de la course n'était pas si mauvaise. Nous allons continuer à travailler dur, nous n'abandonnerons jamais et nous ne sommes pas si loin maintenant. Nous avons un rythme constant et nous sommes proches, mais nous devons aller un petit peu plus vite. On a encore du travail pour améliorer notre rythme. Nous avons fait une modification entre le warm-up et la course qui m'a donné de meilleures sensations de l'avant".

L'analyse Moto-Net.Com : Valentino Rossi a en effet entamé la course avec un bon rythme, très proche de celui des leaders, et de surcroît avec un assez bon départ qui lui a permis de gagner deux positions. Le problème est qu'il les a reperdus rapidement en se faisant doubler par Pedrosa et Bautista dans les deuxième et troisième tours...

La mise en action de Rossi s'améliore, mais pour approcher de plus près les Lorenzo et Marquez qui sont très rapides dès le premier tour - et même Pedrosa -, il reste du travail à accomplir. Un premier tour en 2'03 quand les trois leaders du championnat sont en petit 2'02, c'est insuffisant.

Ensuite, quand il améliore son rythme au 6ème tour, il bute durant quatre tours sur Bradl. Il lui faut ensuite jusqu'au 16ème tour pour retrouver un rythme plus proche de celui des leaders, sur lesquels il perd en moyenne une demi-seconde au tour.

Là aussi, comme pour Pedrosa, la solution n'est sans doute pas dans la technique de la moto. Rossi reste un excellent pilote et notamment un très bon finisseur. Il lui manque de mieux se placer aux essais, ce qui nécessite d'être très rapidement dans les meilleurs chronos. En course, c'est aussi la mise en action qui pêche : comme on l'a déjà constaté, il faut partir fort et rouler vite dès le début de course pour espérer rester dans le rythme...

Alvaro Bautista, Honda Gresini (8ème en qualifs, 5ème en course) : "J'ai aimé cette course, parce qu'en partant du troisième rang il fallait que je double quelques pilotes. J'ai adoré quand vers la fin j'ai retrouvé de nouveau Valentino et qu'on a fait une belle bagarre tous les deux. A la fin, j'étais une nouvelle fois derrière lui d'un rien, mais de toute façon je suis content parce que ma performance d'aujourd'hui était très bonne. J'étais en confiance avec ma moto et malgré un week-end perfectible en essais et qualifications, nous avons été très forts en course. J'en suis très content".

L'analyse Moto-Net.Com : Alvaro Bautista monte en puissance car même s'il n'a, comme il le souligne, pas très bien réussi aux essais, il s'est montré très rapide en course, avec en particulier une mise en action très rapide et un rythme tout de suite élevé, point clé de la MotoGP moderne.

Bautista, en partant du troisième rang, a d'abord réussi un très bon départ, 6ème dès le premier tour. Mais le plus important à souligner est qu'il a roulé les deux premiers tours dans le même rythme que Lorenzo himself ! Et ce tout en dépassant Rossi dans le troisième tour, excusez du peu !

Il a ensuite été ralenti par Bradl, mais il a rapidement dépassé l'allemand pour redescendre de nouveau ses temps, presque au niveau des leaders. Il a été très consistant jusqu'au 15ème tour, là où l'incontournable Rossi est parvenu à descendre ses temps, ce qui nous a donné la belle bagarre entre les deux en fin de course.

Il faudra suivre Bautista dans les saisons suivantes : s'il se qualifie mieux et parvient à maintenir son rythme de course jusqu'au bout, il peut tenir la dragée haute au moins à des Crutchlow ou Pedrosa, voire mieux !

Stefan Bradl, Honda LCR (4ème en qualifs, 6ème en course) : "J'ai eu le sentiment que nous faisions la même course qu'à Brno le week-end dernier parce que nous avons rencontré les mêmes problèmes. Nous luttons sur le bord du pneu et sortons difficilement des courbes. C'est très frustrant pour moi car je suis vraiment fort au freinage. Nous devons analyser comment avoir une meilleure vitesse en essais sur pneus usés, et pas seulement en course. Bien entendu, nous espérions un meilleur résultat aujourd'hui mais nous n'avons pas le temps de nous plaindre : nous devons travailler encore plus dur pour trouver la solution en vue du GP de Misano".

L'analyse Moto-Net.Com : Bradl tourne de plus en plus vite en qualifications, mais il peine à trouver le bon feeling en course, en particulier avec des pneus usés. Mais ce n'est visiblement pas le seul point à améliorer pour qu'il puisse rester au contact d'un Bautista ou d'un Rossi en course.

Comme il le dit lui-même, il entre très fort en courbe grâce à un freinage très consistant, ce qui a bien failli coûter la 4ème place à un Rossi sensiblement plus rapide mais qui a peiné à trouver l'ouverture derrière l'allemand. Mais en sortie de courbe, Bradl "bouchonne" car il ne sort pas aussi bien que ses adversaires et finit par le payer.

C'est sans doute dans la mise au point de la moto qu'il y a une amélioration à trouver pour y remédier, mais peut-être Bradl devrait-il essayer de gérer un meilleur mix entre ses entrées et sorties de courbe, en entrant un tout petit peu moins fort de façon à rester plus stable en confiant ensuite pour ressortir plus fort ?

Cal Crutchlow, Yamaha Tech 3 (3ème en qualifs, 7ème en course) : "Honnêtement, je suis heureux que ce week-end soit terminé et que j'ai finalement terminé la course ! C'est certainement la course la moins facile que j'ai jamais faite et je suis déçu de ne pas avoir pu me battre. Mais après mes chutes, je n'avais plus de force dans tout mon bras droit et je manquais également de grip au départ quand mes pneus étaient froids. Malheureusement, c'est ce qui arrive quand on tombe trois fois dans le week-end. Je ne me suis pas donné le temps de faire des tours à la limite pour bien mettre la moto au point. Le seul point positif est que nous avons été plus rapides que l'an passé. Mais c'est incontestablement moins que ce que j'espérais en arrivant sur le circuit vendredi. Félicitations à Jorge, Marc et Dani parce qu'ils ont fait un incroyable show, ils avaient une vitesse fantastique. J'aurais aimé être en tête avec eux, mais maintenant j'aspire juste à quelques jours de repos avant que nous allions à Misano, où j'espère me battre de nouveau aux avant-postes".

L'analyse Moto-Net.Com : Cal Crutchlow a bien expliqué sa relative contre-performance car quand on chute trois fois, surtout avec à chaque fois une moto très abimée voire détruite, il reste trop peu de temps pour parfaire la mise au point et il est impossible de faire une simulation de course à la façon d'un Lorenzo.

De plus, sans qu'il soit blessé, il a été assez secoué pour perdre de ses moyens physiques, et ça ne pardonne pas à ce niveau ! Sans doute Crutchlow s'est-il mis un surcroît de pression pour briller devant son public : tout le monde l'attend au tournant et lui souhaite de monter sur le podium, de préférence sur la plus haute marche, mais ce week-end a démontré que pour lui, la marche à franchir reste très haute pour égaler le leader de chez Yamaha. En tout cas, pour y parvenir avec sa moto il faut faire le week-end parfait en essais, en qualifs et en course, comme l'a fait Lorenzo !

Bradley Smith, Yamaha Tech 3 (12ème en qualifs, 9ème en course) : "Je suis très content de mon départ. J'avais décidé de courir avec le pneu arrière le plus tendre, car nous manquions un peu de grip durant tout le week-end. J'espérais que le soleil allait chauffer, mais malheureusement les températures sont restées froides et après trois tours nous savions que cette course serait difficile. Le pneu arrière dur aurait probablement été le bon choix, mais je n'ai pas eu assez de temps pour le valider samedi. Nous avons fait ce que nous avons pu et même si je ne voulais pas finir derrière Nicky Hayden, j'ai décidé qu'il était plus sûr de terminer la course après qu'Andréa Dovizioso a chuté juste devant moi. Au final, c'était un week-end difficile, mais rouler devant 75 000 Anglais aujourd'hui a été un incroyable feeling !"

L'analyse Moto-Net.Com : Bradley Smith fait honneur à la confiance d'Hervé Poncharal, le boss du team français Tech 3. En effet, s'il reste loin derrière les performances d'un Cal Crutchlow, il progresse régulièrement et se bat maintenant régulièrement avec les deux Ducati officielles, et régulièrement dans le top 10.

Bien sûr, le potentiel du petit anglais reste probablement en deçà de la cinquième ou sixième place, mais il se bat bien et sa progression mérite le respect. Après tout, tenir la dragée haute à des pilotes aussi expérimentés que des Dovizioso ou Hayden, ce n'est pas donné à tout le monde !

Aleix Espargaro, Power Electronics Aspar (12ème en qualifs, 10ème en course, 1er CRT) : "Je n'étais pas assez concentré ce week-end, j'ai fait une très grosse erreur peu après la sortie des stands ! J'ai fait une grosse chute et j'ai eu malgré tout de la chance, car je n'avais pas trop mal. En particulier, je tiens à remercier le personnel de la clinique mobile qui a fait un très bon travail : je n'avais aucune douleur durant la course (un doigt cassé et un traumatisme à la nuque), et je me sentais bien mieux que ce que j'espérais. Mais nous étions trop loin, et même en roulant à 100% de mes moyens et en finissant 10 secondes devant le deuxième CRT, il n'y avait pas moyen de suivre les MotoGP. Mais je continue de travailler. Vous savez, dans ce sport, on doit être à 100% parfait. J'ai peut-être trop pensé à mon avenir, sans être assez concentré sur les choses importantes. Je veux vraiment revenir à une meilleure concentration, retrouver ma motivation et j'espère que pour les prochaines courses les choses seront plus faciles et j'essaierai de battre quelques MotoGP".

L'analyse Moto-Net.Com : Voilà un garçon qui, non content de rouler blessé et de remporter la victoire dans sa catégorie avec 10 secondes d'avance sur son suivant à moto équivalente, s'avoue en baisse de motivation et promet de mieux faire la prochaine fois !

Si on compare avec son coéquipier Randy de Puniet, pourtant un habitué des qualifications rapides comme il l'avait montré sur la Honda LCR, on constate qu'Espargaro roule régulièrement entre une seconde et 1,5 s plus vite au tour. Ce n'est qu'à partir du 15ème tour que l'espagnol du team Aspar baisse le rythme et que son coéquipier parvient à rouler dans les mêmes temps.

On a hâte de voir ce que donnerait le jeune espagnol sur une MotoGP. Et nul doute que lui aussi, ce qui explique ce qu'il appelle une contre-performance... qui force le respect ! Comme Marquez, Espargaro sait se transcender en course pour oublier les problèmes rencontrés en essais - et même les blessures -, pour rouler à 100% de ses moyens et s'imposer à nouveau dans sa catégorie !

Nicky Hayden, Ducati Team (9ème en qualifs, 8ème en course) : "Bien entendu, il est agréable de me battre avec un autre pilote que mon coéquipier en course ! Mais j'espérais vraiment que nous pourrions faire un meilleur week-end que ça. Ce matin, nous avons trouvé une amélioration et j'avais un peu plus de grip. Mais j'ai fait une chute, sans gravité mais qui a presque détruit ma moto. J'ai donc dû prendre ma moto de réserve, avec laquelle je n'avais pas autant confiance. Alors oui, c'était bien de ne pas chuter et de terminer la course, mais... Pour Misano, j'aime bien le tracé, ce n'est pas mon favori mais c'est un GP italien et je roule sur une moto italienne. Je vais donc essayer d'y aller en me faisant plaisir, et en essayant de faire quelque chose de bien. Ce n'est pas facile, mais nous continuons à attaquer dur. Nous avons une journée d'essais au Mugello et nous allons essayer de gagner un peu quelque part !"

L'analyse Moto-Net.Com : Hayden, ancien champion du monde MotoGP, doit bien ronger son frein au guidon de la Ducati, et ce d'autant plus que son avenir le verra quitter l'écurie officielle Ducati pour laisser la place à Crutchlow. On sent bien qu'il aimerait briller davantage, mais que les moyens dont il dispose ne lui permettent que de lutter avec son coéquipier, ou pilote notoirement de deuxième plan comme Bradley Smith. Il y a plus riant, non ?

Et la satisfaction de terminer devant son coéquipier à Silverstone ne doit rien à la régulière, puisque - fait rare - c'est Dovi qui est parti à la faute en course. Terminer devant Bradley Smith, mais à 36 secondes du vainqueur du jour, il n'y a pas de quoi sabrer le champagne...

Résultats de la course MotoGP du GP de Grande Bretagne 2013

  1. Jorge LORENZO Yamaha 173.2 40'52.515
  2. Marc MARQUEZ Honda 173.2 +0.081
  3. Dani PEDROSA Honda 173.1 +1.551
  4. Valentino ROSSI Yamaha 172.2 +13.233
  5. Alvaro BAUTISTA Honda 172.2 +13.298
  6. Stefan BRADL Honda 171.7 +20.227
  7. Cal CRUTCHLOW Yamaha 171.3 +26.299
  8. Nicky HAYDEN Ducati 170.7 +35.993
  9. Bradley SMITH Yamaha 170.6 +36.119
  10. Aleix ESPARGARO ART 169.5 +53.196
  11. Andrea IANNONE Ducati 169.1 +59.058
  12. Michele PIRRO Ducati 169.0 +1'00.710
  13. Hector BARBERA FTR 168.9 +1'01.690
  14. Colin EDWARDS FTR Kawasaki 168.9 +1'01.843
  15. Danilo PETRUCCI Ioda-Suter 168.4 +1'08.833
  16. Randy DE PUNIET ART 168.4 +1'09.063
  17. Claudio CORTI FTR Kawasaki 167.9 +1'16.474
  18. Hiroshi AOYAMA FTR 167.9 +1'16.535
  19. Michael LAVERTY PBM 166.9 +1'32.057
  20. Yonny HERNANDEZ ART 166.6 +1'36.224
  21. Bryan STARING FTR Honda 165.0 +2'00.635

Non classés

  • Andrea DOVIZIOSO Ducati 170.8 2 tours
  • Lukas PESEK Ioda-Suter 158.2 19 tours

Classement provisoire MotoGP après le GP de Grande Bretagne 2013

  1. Marc MARQUEZ Honda 233
  2. Dani PEDROSA Honda 203
  3. Jorge LORENZO Yamaha 194
  4. Valentino ROSSI Yamaha 156
  5. Cal CRUTCHLOW Yamaha 136
  6. Stefan BRADL Honda 113
  7. Alvaro BAUTISTA Honda 103
  8. Andrea DOVIZIOSO Ducati 96
  9. Nicky HAYDEN Ducati 88
  10. Aleix ESPARGARO ART 68
  11. Bradley SMITH Yamaha 66
  12. Michele PIRRO Ducati 44
  13. Andrea IANNONE Ducati 41
  14. Colin EDWARDS FTR Kawasaki 27
  15. Hector BARBERA FTR 27
  16. Danilo PETRUCCI Ioda-Suter 22
  17. Randy DE PUNIET ART 20
  18. Ben SPIES Ducati 9
  19. Claudio CORTI FTR Kawasaki 7
  20. Yonny HERNANDEZ ART 7
  21. Alex DE ANGELIS Ducati 5
  22. Karel ABRAHAM ART 5
  23. Hiroshi AOYAMA FTR 4
  24. Michael LAVERTY PBM 3
  25. Bryan STARING FTR Honda 2
  26. Javier DEL AMOR FTR 1

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Rocket 3 Storm R et GT 2024 : Triumph vous décomplexe

Certains motards sont complexés… et rassurés de savoir qu'ils ont la plus grosse, la plus démesurée, la plus imposante des motos : la Rocket 3 ! Or Triumph ajoute quelques chevaux au plus énorme moulin de la production, qui n’était pourtant déjà pas timide ! Âmes sensibles et constitutions fragiles s’abstenir : voici l'essai MNC… par Stéphane Lacaze !
Yamaha XSR 900 GP : notre essai complet en vidéo

Dans l'aspiration de la nouvelle MT-09 2024 et dans l'inspiration de l'YZR500 des années 80-90, l'inédite XSR900GP cible les motards nostalgiques qui aiment les sportives aux formes généreuses, nouvelles technologies, performances raisonnables… sponsors qui tuent et demi-guidons qui fatiguent ! Essai complet et bonus instrumentation.
Yamaha XSR900GP : le Petit test MNC en 5 minutes

En attendant notre essai vidéo complet de l'inédite XSR 900 GP, découvrez notre formule allégée : le Petit test Moto-Net.Com ! Cinq minutes suffisent pour vous placer aux demi-guidons de la nouvelle sportive - de route - Yamaha en allant directement à l'essentiel.
Essai Eliminator 500 : remake tout gentil du Muscle Bike Kawasaki

Eliminator 2, le retour ! Quarante ans après la sortie de son premier Muscle Bike, Kawasaki propose un petit custom partageant la même mécanique que les Z et Ninja 500. Sous ses airs de brute pas trop épaisse, l'Eliminator 500 drague les nouveaux motards (permis A2) et cible la Rebel de Honda. Essai !

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Horaires du Grand Prix de Catalogne MotoGP 2024

Exceptionnellement décalé en septembre, le GP de Catalogne 2023 avait été dominé par les deux Aprilia officielles ! Cette année, le deuxième Grand Prix espagnol (sur quatre !) retrouve sa date traditionnelle... et sera gagné par une Ducati ? Martin est favori chez lui devant Bagnaia, Marquez et Bastianini, mais Vinales, Acosta et Binder sont chauds aussi.
Essai vidéo du pneu moto Pirelli Scorpion Trail 3

Moto-Net.Com teste le nouveau pneu Pirelli Scorpion Trail 3 destiné aux motos trails aux tendances sportives. Notre vidéo de l'essai.
Quelles sont les meilleures motos maxitrails 2024 à plus de 16 000 euros ?

A la recherche d'une moto baroudeuse neuve à partir de 16 000 euros ? Plusieurs maxitrails se dressent sur votre chemin ! La sélection Moto-Net.Com avec leurs caractéristiques, prix, qualités et défauts mais aussi nos essais et nos avis. Suivez le guide MNC de la catégorie reine des trails.
Ça roule pour le marché français des - grosses - motos en avril 2024

En avril, remonte les files ! Malgré la mise en œuvre du contrôle technique, la prolifération et diversification des radars, certaines interdictions de rouler ou de stationner gratuitement, les français perçoivent encore et toujours la moto comme une solution, et non comme un problème. La preuve ? Ils en achètent toujours plus ! Bilan.
Todd remporte la North West 200 malgré l'invincible Irwin

Les vedettes du MotoGP n'étaient pas les seules à rouler ce week-end : très loin du Mans, au nord-ouest, les stars des courses sur route disputaient la North West 200… Irwin y poursuit sa série de victoires en Superbike (11 !) mais Todd est déclaré pilote de l'édition 2024. "Congratulations" aussi à McGuinness et McWilliams qui s'offrent un podium à 52 et 60 ans !

Calendrier MotoGP 2024

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2024

GP moto du Qatar 10 mars : GP du Qatar
GP moto du Portugal 24 mars : GP du Portugal
GP moto d'Argentine  07 avril : GP d'Argentine (annulé)
GP moto des Amériques 14 avril :  GP des Amériques
GP moto d'Espagne 28 avril : GP d'Espagne
GP de France moto 12 mai : GP de France
GP moto de Catalogne 26 mai : GP de Catalogne
GP moto d'Italie 02 juin : GP d'Italie
GP moto du Kazakhstan 16 juin : GP du Kazakhstan (reporté)
GP moto des Pays-Bas 30 juin : GP des Pays-Bas
GP moto d'Allemagne 07 juillet : GP d'Allemagne
GP moto de Grande-Bretagne 04 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 18 août : GP d'Autriche
GP moto d'Aragon 01 septembre : GP d'Aragon
GP moto de San Marin 08 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Inde 22 septembre : GP d'Inde
GP moto d'Indonésie 29 septembre : GP d'Indonésie
GP moto du Japon 06 octobre : GP du Japon
GP moto d'Australie 20 octobre : GP d'Australie
GP moto de Thaïlande 27 octobre : GP de Thaïlande
GP moto de Malaisie 03 novembre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 17 novembre : GP de Valence

SAISON 2024   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...