• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Almeria (Espagne), le 27 janvier 2017

Essai Z900 : le roadster Kawasaki neuf sans aides !

Essai Z900 : le roadster Kawasaki neuf sans aides !

Fidèle à ses habitudes, Kawasaki a décidé de remplacer sa plébiscitée Z800 par une Z900 plus costaude : moteur plus gros, partie cycle plus légère et look plus moderne. L'électronique et certains périphériques en revanche ne sont pas plus sophistiqués. La "neuf cents Zed" est-elle sur la bonne voie ? Essai.

Imprimer

Page 1 - Kawasaki renouvelle son best-Zeller

La Kawasaki Z800, meilleure vente des Verts en France en 2016 et n°2 du marché moto derrière la Yamaha MT-07, tire sa révérence cette année. Pour la remplacer, Kawasaki a décidé d'employer une méthode qui, jusqu'à présent, lui a toujours souri : proposer une moto plus balaise que la précédente !

"Les Z sont l'une des plus longues dynasties dans l'histoire de la moto et les modèles de 900 cc sont également très importants pour Kawasaki avec des modèles iconiques tels que la Z1, la GPZ900R ou la ZX-9R", note en introduction de sa conférence de presse le porte-parole de Kawasaki Motors Europe.

Essai Z900 : le roadster Kawasaki tout neuf, sans aides

À les entendre, il était écrit qu'un jour, les Verts proposeraient une Z900. Or cette moto, dévoilée lors du dernier Salon Eicma de Milan, vient de nous être présentée à Almeria, dans l'extrême sud de l'Espagne, par de fraîches températures - en dessous de zéro le matin - mais sous un grand soleil.

Si la Z800 pouvait être intégrée - au chausse-pied - dans la catégorie des roadsters de moyenne cylindrée, ce n'est plus le cas de cette descendante qui cube 948 cc (lire notre Point technique, page 3). La nouvelle "Zed" s'insère donc entre les roadsters "mid-size" (de 650 à 800 cc) et les maxiroadsters maxisportifs (1000 cc et plus).

Essai Z900 : le roadster Kawasaki tout neuf, sans aides

Une autre moto japonaise partage cette situation et se pose comme la grande concurrente de la nouvelle Kawasaki : la MT-09 ! Le responsable du projet Z900, Seiji Hagio, le sait pertinemment et reconnaît, lors d'une table ronde avec les journalistes français, que la Yamaha et son 3-cylindres sont de redoutables rivaux...

Toutefois, "de notre point de vue, la MT-09 a un style plus "supermotard" pour évoluer à des vitesses réduites et offrir beaucoup de répondant au niveau des gaz", estime Hagio San. "La vision de Kawasaki est plus traditionnelle : notre Z900 est conçue pour les routes sinueuses et des vitesses un peu plus importantes, pour des motards un peu plus expérimentés. Les concepts sont différents, les clients aussi".

Essai Z900 : le roadster Kawasaki tout neuf, sans aides

En ce qui concerne la motorisation, le papa de la Z900 est très clair : "nous respectons les identités de chaque marque. Pour nous, le triple est avant tout l'identité de Triumph, la notre est le 4-cylindres. Le fait que Yamaha ait choisi le 3-cylindres nous a surpris"... et pris de court ? Pas en France.

L'an dernier sur notre territoire, la Z800 s'est vendue à 3740 exemplaires, contre 846 MT-09 (et 2383 Tracer 900 !). La "neuf cents Zed" a donc pour mission de maintenir cette - large - domination sur la "neuf cents MT", qui évolue elle aussi en 2017.

Essai Z900 : le roadster Kawasaki tout neuf, sans aides

Et force est de constater que la Verte part avec un léger handicap : proposée au même prix que la Yamaha ("juste en-dessous des 9000 euros", estime Kawasaki France, soit 8999 euros très certainement), la Kawasaki n'intègre pas de contrôle de traction malgré ses 125 chevaux et ses 98,6 Nm (lire la Fiche technique, page 4).

"Ce point a fait l'objet de nombreuses discussions chez Kawasaki", reconnaît Hagio San, "et au final nous avons décidé de nous passer du "Traction Control" car nous ne voulions pas interférer dans la relation qui lie le pilote et sa roue arrière". Convaincus, chers lecteurs ?

La Zed se passe des aides

Si le choix est parfaitement assumé, il prive néanmoins la Z900 d'une ligne sur son argumentaire de vente, loin d'être insignifiante : les malheureuses victimes de petites glissades sur une bande blanche, ou de gros high-sides à la sortie d'un sous-bois, connaissent la valeur d'une telle assistance (leviers cassés, habillages brisés, guidon tordu voire cadre fendu, sans parler des éventuels bobos du pilote)...

Pour Moto-Net.Com, l'absence de modes de cartographie - également proposés sur la Yamaha - est bien moins pénalisante : ce type d'assistance au pilotage relève bien souvent du gadget : à peine testé, aussi vite oublié, il est surtout moins indispensable sur un roadster de ce type que sur une Superbike de 200 ch homologuée pour la route.

Essai Z900 : le roadster Kawasaki tout neuf, sans aides

Contrairement à la Z1000 - qui reste au catalogue ! - et à la fameuse MT-09, la Z900 fait également l'impasse sur les phares à LED pourtant "dix fois plus endurants que les ampoules traditionnelles", se félicitaient les Verts lors du lancement de leur dernier maxiroadster en 2014 !

La remplaçante de la Z800 conserve donc un bon vieil ensemble ampoules/réflecteurs dont les lignes se modernisent : plus fluide et allongé, le tête de fourche se rapproche du "regard-qui-tue" de la Z1000 et se donne en supplément des faux-airs de sportives avec ses mini-spoilers.

Essai Z900 : le roadster Kawasaki tout neuf, sans aides

À l'arrière en revanche, au bout de la nouvelle coque particulièrement aiguisée, se poste un nouveau feu stop signé d'un "Z" qui veut dire roadster Kawasaki. La nouvelle Z650 dispose exactement du même élément. La jumelle Ninja 650 aussi, sauf que les LED de la petite sportive s'allument pour former un "X". Coquine !

On est également surpris de ne pas trouver d'étriers à fixation radiale sur la nouvelle Zed : des modèles Nissin classiques mordent les disques à pétales, traditionnels chez Kawa. Le maître-cylindre en revanche est très stylé et s'incorpore parfaitement au guidon. Un bon point pour le pilote qui a constamment cet élément sous le casque, à la différence des étriers !

Essai Z900 : le roadster Kawasaki tout neuf, sans aides

En poursuivant son inspection, le Journal moto du Net s'aperçoit que la Z900 ne prend pas la peine de s'équiper de valves coudées, mais se dote d'un petit sabot moteur qui cache partiellement la vaste chambre d'expansion. Grâce à cette dernière, le pot d'échappement reste très compact et offre une superbe vue sur le mignon étrier de frein arrière et sur son impressionnante disqueuse large disque à pétales !

Les habillages en plastique sont moins nombreux sur la Z900 que sur la Z800, mais les caches latéraux qui surplombent les repose-pieds du pilote et la boîte de vitesses sont encore de trop. Ils ne trompent d'ailleurs personne : le cadre, le vrai, peint en vert sur notre modèle d'essai, se trouve en-dessous.

Essai Z900 : le roadster Kawasaki tout neuf, sans aides

Cependant, Kawasaki n'a pas installé ces éléments en plastoc gris sans raison : les soudures du treillis tubulaire qui semblent grossières par endroit y sont sans doute pour quelque chose... Ce manque de soin est d'autant plus regrettable que le châssis est l'un des atouts de cette nouvelle "Zed" !

Plus léger que celui de la Z650 (lire notre Point technique, page 3), le tout nouveau cadre de la Z900 participe grandement à la chute de poids observée entre la Z800 et la Z900 : en tout, 19 kg ont été gagnés entre les deux modèles (210 Vs 229 kg), en dépit de la cylindrée augmentée de 140 cc.

Essai Z900 : le roadster Kawasaki tout neuf, sans aides

Il faut souligner que Sieji Hagio a travaillé de nombreuses années chez Kawasaki en tant qu'ingénieur châssis : sur la ZX-9R puis au sein du département cruisers, sur les deuxièmes générations d'ER-6n et Versys 650, sur la Ninja 250, etc. La Z900 est son premier projet "global" : elle se devait d'avoir un excellent cadre !

Interrogé sur le choix de l'acier plutôt que de l'aluminium, le responsable japonais indique que des études préliminaires avec un cadre périmétrique en alu avaient été menées : "les performances étaient comparables, mais le prix était plus élevé". Cela valait le "coût" sur la Z1000, mais pas sur la Z900 ? C'est ce que nous allons vérifier en page 2...

Le bras oscillant en revanche est en aluminium et n'attire aucune critique négative du point de vue esthétique et finition. De même, les supports de repose-pieds pilote et passager brillent - malgré leur discret coloris noir - par leur élégance et leur finesse.

Essai Z900 : le roadster Kawasaki tout neuf, sans aides

Les carters moteur bicolores se marient particulièrement au coloris biton de notre modèle d'essai. Sur cette version toujours, on goûte les liserés jaunes sur les jantes et écopes de radiateur qui soulignent la saveur acidulée de "notre" Z900 au cadre tout vert (noir sur les deux autres coloris).

Le support de plaque en plastique brut est joliment dessiné à la base, mais dépourvu de garde-boue au bout. Qui sait, les prochaines plaques d'immatriculations XXL offriront peut-être une protection convenable ? Notre roulage "inondé" de soleil ne nous a en tout cas pas permis de vérifier l'efficacité de notre plaque (allemande).

Essai Z900 : le roadster Kawasaki tout neuf, sans aides

Pour compléter ce petit tour du propriétaire, Moto-Net.Com jette un coup d'oeil sous la selle... ou sous les selles plutôt, puisqu'il est possible de déposer les deux éléments. Sous le pilote, on accède directement à la batterie et un peu plus difficilement à la trousse à outils, par ailleurs très complète. Sous le passager, on pourra glisser le gilet jaune réglementaire ainsi qu'un bloque-disque élémentaire, mais pas de U ni de chaîne.

Et "sur" la selle du pilote de Z900, que-est-ce que ça donne ? L'équipe Kawasaki nous a confié les clés de l'un de ses tout premiers exemplaires débarqués en Europe (les autres arriveront dans les concessions début février). Il n'attend que nous pour partir à l'assaut d'Almeria et de ses collines environnantes : en route(s) !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

 
  • Modèle d'origine
  • Parcours : 370 km
  • Routes : petites routes et autoroute
  • Pneus : Dunlop D214
  • Conso moyenne : 6,3 l/100km selon l'ordinateur de bord
  • Problèmes rencontrés : RAS
 
 
 

POINTS FORTS KAWASAKI Z900

 
  • Chassis affuté, poids en baisse (Vs Z800)
  • 4-cylindres aussi souple que rageur
  • Esprit "Zed" conservé
 
 
 

POINTS FAIBLES KAWASAKI Z900

 
  • Selle dure et amortisseur sec (en ville)
  • Pas d'antipatinage
  • Légers à-coups à mi-régime
 
 
 
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.