• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
ARAGON
Paris, le 19 septembre 2011

Grand Prix moto d'Aragon : déclarations, classements et analyses

Grand Prix moto d'Aragon : déclarations, classements et analyses

Après chaque course MotoGP, retrouvez les déclarations et les résultats des principaux protagonistes de la catégorie reine, ainsi que l'analyse de leurs réussites (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du GP d'Aragon 2011.

Imprimer

Introduit au calendrier du championnat du monde Moto GP en 2010, le circuit d'Aragon (Espagne) réunit tous les ingrédients d'un bon spectacle : un tracé complet et rapide, des infrastructures modernes et une position géographique favorable. Mais cette année, l'étape espagnole en a fait voir de toutes les couleurs aux pilotes de la catégorie reine...

Le bitume d'Alcañiz, particulièrement abrasif, a ainsi mis à mal l'endurance des pneus arrière Bridgestone en un temps record, tandis que des coupures d'électricité à répétition ont perturbé les essais libres du vendredi...

Et comme si ça ne suffisait pas, les conditions climatiques sont passées d'estivales en essais (soleil et presque 30°c dans l'air) à automnales (couvert et seulement 19°C) pour les courses !

Imperturbable, Casey Stoner s'est pourtant montré totalement hermétique à ces complications et a conclu cette quatorzième épreuve de la saison Moto GP 2011 comme il l'avait démarrée : en conquérant et sans faire de quartier (lire nos résumés des courses Moto GP, Moto2 et 125 à Aragon).

Casey Stoner, Honda-Repsol (1er en qualifs et 1er en course) : "Tout le monde était un peu inquiet avant la course parce qu'il y avait de plus en plus de vent et que les conditions étaient très différentes de celles que nous avions eues durant le reste du week-end. C'était un peu préoccupant et nous devions aussi penser à bien chauffer les pneus durs pour nous assurer que tout se passe bien au départ de la course".

Transferts Moto GP : le point sur 2012

Du côté des pilotes officiels, rien (ou presque) ne bouge en 2012 : comme prévu, Ducati reconduit Rossi et Hayden et Yamaha conserve Lorenzo et Spies, tandis que Stoner et Pedrosa porteront toujours les couleurs du HRC. Pour Dovizioso, le choix se résume à trois options : un "rétrogradage" chez Gresini ou LCR avec le soutien de Honda ou un transfert chez Yamaha au sein du team Tech3. L'Italien donnera sa réponse au Motegi d'après Hervé Poncharal qui continue l'aventure avec Cal Crutchlow et qui prépare déjà l'avenir : le team manager français vient de contractualiser son pilote Moto2 Bradley Smith pour qu'il puisse rouler en MotoGP chez Tech3 en 2013 ! Simoncelli est quasiment sûr de conserver son guidon chez Fausto Gresini qui se bat actuellement pour conserver deux pilotes en 2012. Chez Honda-LCR, Elias n'est évidemment plus en odeur de sainteté et si Lucio Cecchinello s'intéresse de près à Dovizioso, Alvaro Bautista, John Hopkins et Randy de Puniet figureraient eux-aussi sur la liste du team manager italien. Du côté de chez Ducati AB Cardion, Abraham est d'ores et déjà assuré de conserver son guidon dans cette structure montée par son père, tandis qu'Aspar parle d'engager deux Ducati : a priori une pour Barbera qui ne démérite pas et l'autre pour Julian Simon, son actuel top-pilote en Moto2. Chez Pramac, la situation est encore un peu confuse mais il semble que le team n'engagerait qu'une Ducati en 2012 : reste à savoir qui la pilotera (De Puniet ? Elias ? Aoyama ?)... Mêmes incertitudes chez Suzuki qui affirme avoir des vues sur plusieurs pilotes pour pallier le très probable départ de Bautista, mais qui n'a toujours pas présenté son prototype 1000 cc 2012 ! Enfin, hormis le team NGM Forward Racing qui fera rouler Colin Edwards (lire MNC du 3 septembre 2011), aucune autre structure de type "Claiming Rules Team" (châssis proto et moteur dérivé de la série) n'a encore officiellement validé son engagement pour 2012.

"Notre départ a été moyen, j'ai tiré à gauche et j'ai réussi à éviter Dani, mais Ben est ensuite venu par l'extérieur et je me suis retrouvé troisième ou quatrième dans le premier virage. J'étais cependant bien placé et j'étais surtout très à l'aise sur la moto. Je voulais passer devant le plus tôt possible parce que la moto avait été parfaite tout au long du week-end et que la victoire ne dépendait que de nous. Je voulais donc passer devant et creuser l'écart".

"J'ai doublé Dani dès que j'ai pu et j'ai tenté de m'échapper, Dani est resté avec moi durant les premiers tours mais j'ai petit à petit creusé l'écart et après je n'ai eu qu'à gérer la course. Je crois que tout le monde a eu des soucis avec les pneus mais la moto était fantastique et ça ne me dérange pas quand ça glisse un peu ! Un grand, grand merci à toute l'équipe, c'était vraiment spécial pour nous de remporter cette centième victoire pour Repsol Honda !"

Analyse Moto-Net.Com : Alors qu'il assure ne pas placer le circuit d'Aragon parmi ses préférés, Stoner semble pourtant intouchable à Alcañiz : auteur de la pole et de la victoire en 2010 avec la Ducati GP10 (lire MNC du 20 septembre 2010), le n°27 a appliqué la même recette avec la Honda RC212V, améliorant au passage le record du tour en course : 1'49.046 contre 1'49.521 pour Pedrosa en 2010 !

Avec cette nouvelle démonstration (8,162 sec d'avance à l'arrivée !), Stoner consolide son accès au titre mondial 2011 et offre de surcroît à Honda-Repsol son 100ème succès en catégorie reine. Auteur de déjà neuf pole positions et de huit victoires en 14 courses, le n°27 réalise une campagne proche de l'exceptionnelle saison 1997 de son compatriote Mick Doohan (12 pole et 12 victoires !), qui avait justement signé la première victoire d'une Honda-Repsol en catégorie reine en 1995 !

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (2ème en qualifs et 2ème en course) : "Depuis les essais, nous savions que Casey était très rapide ici et qu'il allait aussi l'être pour la course. Je perdais plusieurs dixièmes dans le premier secteur et je n'arrivais par à rattraper mon retard sur les autres sections du circuit".

"A partir de la mi-course je glissais tout le temps et je me suis bien amusé, mais c'était dommage de ne pas être plus proche de Casey. J'ai eu des soucis avec mon pneu arrière durant toute la course. Ma priorité était de contrôler mon avance sur Spies et Jorge afin de finir sur le podium. J'ai fini deuxième lors des trois dernières courses mais je voudrais continuer à progresser sur les prochaines".

Analyse Moto-Net.Com : Sur le papier, Dani Pedrosa semblait le seul en mesure de répliquer à la domination de Stoner ce week-end : physiquement en forme et toujours sur-motivé sur ses terres, le petit Catalan dispose en outre de la même (excellente) moto que son coéquipier.

Deux Honda supplémentaires au Motegi

Honda a décidé d'aligner ses deux pilotes d'essais, les Japonais Shinichi Ito et Kousuke Akiyoshi, lors du prochain Grand Prix au Japon le 2 octobre. Ito disposera d'une wildcard pour le team officiel HRC (aux côtés de Stoner, Pedrosa et Dovizioso), tandis que Akiyoshi rejoindra Toni Elías chez Honda-LCR. Le HRC espère ainsi apporter "soutien et espoir à l'Est du Japon".

Hélas, si "Pedro" a bel et bien été le plus sérieux adversaire de Stoner, il ne l'a finalement jamais inquiété : relégué à 0,296 sec en qualifs, le protégé d'Alberto Puig ne s'est pas approché à moins de quatre dixièmes du meilleur tour de Stoner en course (1'49.454 contre 1'49.046). Légitimement déçu, Dani Pedrosa repart d'Aragon le moral dans les chaussettes : que Stoner déclare s'amuser du patinage de sa RCV alors que lui s'est démené comme un beau diable sans parvenir à garder le contact a de quoi miner le talentueux espagnol...

Jorge Lorenzo, Fiat-Yamaha (4ème en qualifs et 3ème en course) : ""Nous avons été en difficulté dès le début de la course. On a perdu plusieurs places et nous avons dû revenir petit à petit. Nous ne pouvions pas faire mieux que le podium, c'est le meilleur résultat que nous pouvions faire aujourd'hui !"

"Je n'étais pas en confiance à l'arrière et c'était impossible de rattraper Dani sur cette piste. C'est dommage, mais j'ai au moins eu un podium sur lequel je n'étais pas monté l'an dernier. Nous luttons toujours pour le championnat et c'est l'essentiel, nous irons au Japon avec nos espoirs intacts".

Analyse Moto-Net.Com : En arrivant à Aragon jeudi, Jorge Lorenzo est apparu gonflé à bloc, déclarant à qui voulait l'entendre qu'il était dans la meilleure position qui soit : celle du chasseur ! Vendredi, empêtré dans la mise au point de sa M1, le champion du monde en titre semblait déjà nettement moins sûr de lui et samedi, l'inquiétude prenait définitivement le pas sur son optimisme de façade...

Jamais dans le rythme de Stoner, le n°99 ne signe "que" le cinquième temps en course (1'50.056, à une seconde pleine du n°27) et termine à 14,209 sec du pilote Honda : clairement, Lorenzo n'a pas vu le jour. Véritable bête de course, il a cependant réalisé une fin de Grand Prix à la "Jorgueuil", tournant alors dans des chronos suffisamment compétitifs pour reprendre la troisième marche du podium à un Spies en perdition.

Écoeuré par l'incroyable santé des Honda, et notamment leur excellente motricité en fin de courbe, le Majorquin se veut rassurant pour la suite, même s'il sait pertinemment que Stoner a toujours été redoutable sur les circuits où se dérouleront les quatre dernières courses de la saison...

Depuis son arrivée en Moto GP en 2006, Stoner compte en effet une victoire et un podium au Japon (le 2 octobre), quatre victoires en Australie (le 16 octobre), trois victoires en Malaisie (le 23 octobre), ainsi qu'un succès et deux podiums à Valence (le 6 novembre) ! Lorenzo aura donc fort à faire pour combler son écart de 44 points sur le pilote HRC...

Marco Simoncelli, Honda-Gresini (6ème en qualifs et 4ème en course) : "Je ne suis pas très bien parti, mais j'ai tout de suite réussi à entrer dans un bon rythme : grâce à quelques dépassements, je me suis rapidement porté en troisième position. Et puis, vers le dixième tour, mon pneu arrière a nettement flanché. Ses performances sont restées stables pendant cinq tours, puis elles se sont une nouvelle fois effondrées. Heureusement, Spies était dans une situation pire que la mienne et j'ai réussi à obtenir la quatrième place".

"Je suis satisfait de ce résultat, que j'ai obtenu en serrant les dents, et je suis convaincu que l'erreur que j'ai commise n'a pas compromis mes chances de monter sur le podium. Quand les performances des pneus se sont affaissées, Lorenzo était plus rapide que moi et je n'ai donc aucun remord".

Analyse Moto-Net.Com : Quatrième meilleur chrono en course (1'49.450) et quatrième à l'arrivée : d'un point de vue mathématique, "Sic" n'a effectivement pas failli. Cependant, le chevelu italien a beau s'en défendre, le podium était à sa portée : il venait d'ailleurs d'y monter "virtuellement" avant de faire une brève - mais fatale pour la suite de sa course - incursion dans un dégagement de la piste !

Désormais huitième au championnat avec 106 points, Marco Simoncelli semble toujours buter sur cette petite marche qui l'empêche de valider ses excellentes performances...

Ben Spies, Fiat-Yamaha (3ème en qualifs et 5ème en course) : "Je savais que je n'allais pas faire long feu étant donné la vitesse à laquelle Casey et Dani roulaient, mais je me sentais assez bien en début de course. Vers le quatrième ou cinquième tour, j'avais l'impression de creuser l'écart sur la quatrième place. J'étais vraiment à l'aise et j'avais l'impression que nous pouvions nous battre pour le podium. Puis vers le sixième ou septième tour, le pneu est devenu beaucoup moins performant et il a continué à baisser".

"En général, les pneus baissent soudainement en performances puis restent réguliers après. Je n'étais pas confiant à l'arrière et je n'avais pas de motricité. Je suis frustré parce qu'avant tout allait bien et que la moto fonctionnait aussi très bien".

Analyse Moto-Net.Com : Brillamment parti à l'extinction des feux, Ben Spies a fait illusion quelques tours avant de passer la main. Pas assez rapide pour réellement concurrencer Stoner et Pedrosa, le Texan a en outre été trahi par son pneu arrière, ce qui a directement profité à son coéquipier en fin de course.

Le n°11 repart néanmoins d'Aragon avec la satisfaction du devoir accompli, puisqu'il a signé le troisième temps des qualifs et le troisième meilleur tour en course (1'49.593).

Valentino Rossi, Ducati (13ème en qualifs et 10ème en course) : "La course a été difficile, mais objectivement nous aurions pu faire un peu mieux. Nous avons utilisé les réglages d'hier matin, avec lesquels nous avions fait de bons chronos sur pneu usé. Malheureusement, le pneu glissait beaucoup plus pour la course. Il était déjà très usé lorsque je revenais sur Nicky et son groupe. Nous ne sommes pas au niveau où nous devrions être".

"Nous travaillons sur plusieurs fronts, avec des solutions qui apportent des améliorations à court terme, et d'autres qui devraient nous aider sur le long terme. Nous verrons bien ce qu'ils en disent du côté de l'usine. Pour l'instant nous sommes assez loin, le temps reste notre principal ennemi et nous allons donc poursuivre le travail de développement pendant les prochaines courses".

Analyse Moto-Net.Com : Chez Ducati, on ne s'en cache pas : les belles ambitions du début de saison sont à oublier et les GP servent désormais à tester de nouvelles solutions en "conditions réelles" afin de préparer la revanche pour 2012 (lire notamment MNC du 16 septembre 2011).

Cette stratégie explique pourquoi Rossi est parti de la voie des stands à Aragon (lire MNC du 18 septembre 2011) : alors que les pilotes n'ont que six moteurs à disposition pour disputer les 18 Grands Prix, Ducati a été contraint d'en construire un septième pour la manche espagnole. Car sur les six blocs Ducati déjà "plombés" depuis le début de la saison 2011, seul celui utilisé par Rossi à Misano s'adapte aux fixations de la nouvelle GP11.1 (avec de l'aluminium sur sa boucle avant).

Résultat : Rossi n'a désormais que deux V4 pour disputer les quatre dernières courses, ce qui devrait heureusement largement suffire. En revanche, si un des deux blocs "lâche" et que Ducati doit lui fournir un huitième, le n°46 sera à nouveau contraint de partir de la pit lane dix secondes après le départ de la course !

Des nouvelles d'Abraham et de Capirossi

Victimes d'une lourde chute à Aragon, Karel Abraham et Loris Capirossi ne se sont pas relevés totalement indemnes : comme indiqué hier dans nos comptes rendus de courses, le Tchèque a subi une légère commotion cérébrale et a dû passer la nuit à l'hôpital. Il est rentré chez lui ce matin et devrait être totalement remis pour la prochaine course au Japon. La participation de "Capi-T-Rex" au Grand Prix du Japon est en revanche nettement moins certaine : présentant lui aussi une légère commotion et une contusion au coude, le n°65 s'est surtout à nouveau luxé son épaule droite qui le fait souffrir depuis déjà plusieurs saisons...

Malgré ses déboires et sa nouvelle chute en essais, la motivation du n°46 et sa volonté de gagner seraient pourtant restées intactes, d'après son fidèle lieutenant Alessio Salucci, plus connu sous le surnom d'Uccio.

"Vale a toujours eu des problèmes de feeling avec la Ducati, une moto qui n'est pas sincère, qui ne te prévient pas", a reconnu le plus vieil ami du nonuple champion du monde. "Avec les nouvelles pièces de châssis, c'est une nouvelle moto", a cependant assuré Uccio. "La différence entre une moto normale et une Ducati, c'est que celle-ci manque de châssis à l'avant, mais avec cette modification la progression au cours du week-end s'est améliorée et ça rend Valentino heureux"

"Filippo (Preziosi, le créateur des Desmosedici, NDLR) a compris ce que demande Valentino et, en l'espace de deux mois, ils ont réalisé ce premier changement qui représente une énorme charge de travail. Cela démontre que Preziosi et toute l'équipe Ducati suivent Valentino", se réjouit l'Italien qui assure que Rossi se serait "mis en tête de gagner avec cette moto. Et en général, quand il veut quelque chose, il y arrive"...

Randy de Puniet, Ducati-Pramac (10ème en qualifs et 12ème en course) : " Je repars une fois de plus sur une déception. J'aurais pu être parmi les cinq ou six premiers et au lieu de ça je finis douzième. Quand Abraham est tombé, je n'ai pas eu d'autre choix que de quitter la piste et après ça j'ai rattrapé une bonne partie de mon retard et j'ai récupéré plusieurs places".

"J'avais quasiment rattrapé le groupe qui était devant moi lorsque j'ai fait une petit erreur et je n'ai pas pu faire plus. Nous avons été très malchanceux, c'est le moins qu'on puisse dire"...

Analyse Moto-Net.Com : Pour son 100ème départ en catégorie reine, Randy s'est une fois de plus trouvé au mauvais endroit au mauvais moment : obliger de tirer tout droit pour éviter d'être emporté par la chute d'Abraham, le Français a perdu tous les bénéfices de son inattendue vélocité dès le premier virage.

Car à Aragon, Randy de Puniet a renoué avec la vitesse qu'on lui connaissait : sixième, puis troisième en essais libres, le n°14 a fait sensation avec sa Ducati satellite, pour le plus grand bonheur de son manager qui s'active frénétiquement pour lui trouver un (bon) guidon pour la saison 2012 !

Hélas, longuement retardé par sa sortie de piste, Randy termine finalement à une décevante 12ème place qui ne reflète certainement pas son véritable potentiel : espérons qu'il parviendra à transformer l'essai dans quinze jours au Japon !

Classement général provisoire Moto GP 2011 après Aragon

Position-Pilote-Moto-Nationalité-Points

  • 1 Casey STONER Honda AUS 284
  • 2 Jorge LORENZO Yamaha SPA 240
  • 3 Andrea DOVIZIOSO Honda ITA 185
  • 4 Dani PEDROSA Honda SPA 170
  • 5 Ben SPIES Yamaha USA 146
  • 6 Valentino ROSSI Ducati ITA 139
  • 7 Nicky HAYDEN Ducati USA 114
  • 8 Marco SIMONCELLI Honda ITA 106
  • 9 Colin EDWARDS Yamaha USA 90
  • 10 Hiroshi AOYAMA Honda JPN 87
  • 11 Hector BARBERA Ducati SPA 77
  • 12 Alvaro BAUTISTA Suzuki SPA 67
  • 13 Cal CRUTCHLOW Yamaha GBR 52
  • 14 Karel ABRAHAM Ducati CZE 50
  • 15 Toni ELIAS Honda SPA 47
  • 16 Randy DE PUNIET Ducati FRA 33
  • 17 Loris CAPIROSSI Ducati ITA 29
  • 18 John HOPKINS Suzuki USA 6
  • 19 Kousuke AKIYOSHI Honda JPN 3
  • .

    .

    Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Identifiez-vous pour publier un commentaire.

    .

    Les derniers essais MNC

    Essai vidéo DesertX : le trail Ducati qui va faire des Euros !

Ducati investit le tout-terrain avec une nouvelle moto aussi belle qu'ambitieuse : le trail DesertX et son énergique bicylindre de 937 cc ! MNC l'a poussée dans ses retranchements sur route, pistes et petits chemins dans un essai vidéo ultra-complet pour découvrir les qualités et les défauts de cette inédite italienne en 21 et 18 pouces. 
    Essai vidéo MT-10 2022 : la nouveauté Yamaha en fait-elle trop ?

Yamaha ajoute des muscles et de la technologie supplémentaires à sa MT-10, qui n'en manquait déjà pas ! Plus puissant, plus sophistiqué et toujours aussi "torturé" stylistiquement, le roadster d'Iwata ne devient-il pas too much ? Essai vidéo MNC.
    Essai MP3 530 hpe Exclusive : Piaggio remodèle son best-seller

Meilleure vente de scooter Piaggio en France, le MP3 500 connaît une importante évolution en 2022. Un plus gros moteur, un nouveau look et des fonctionnalités inédites (caméra de recul !?) doivent permettre au MP3 530 hpe Exclusive de séduire les scootomobilistes avides de nouveautés... à tout prix ?
    Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?

    A lire aussi sur le Journal moto du Net

    Nouvelle S1000RR 2023 : dans l’inspiration de la M1000RR et innovante

La BMW S1000RR 2023 évolue après sa révision complète de 2019 et profite des avancées de son aînée M1000RR : les ailettes, notamment, sont de sortie. Un peu plus puissante et toujours aussi légère, la Superbike BMW profite aussi d’assistances inédites contrôlant les glisses de l’arrière. Du jamais vu !
    Brixton en quête de triomphe chez les gros cubes avec sa Cromwell 1200

125cc, 250, 500 et aujourd’hui 1200 : la cylindrée des motos Brixton ne cesse d’augmenter ! Avec sa charmante Cromwell 1200, la petite marque de l’importateur autrichien KSR compte faire une entrée remarquée chez les gros cubes aux lignes vintage, bien aidée par son prix ultra serré : 9999 euros. Présentation.
    Nouveaux coloris pour les Honda CB1000R, CMX500 Rebel et Monkey en 2023 

Alors que de nombreux motards attendent le retour des Hornet et Transalp - aussi "fracassant" que celui de Marquez ? hum -, Honda temporise à nouveau en dévoilant de nouveaux coloris sur son maxiroadster CB1000R, son custom "mid-size" CMX500 Rebel et sur son mini Monkey.
    Pratique 2 commentaires
    Zéro Motorcycles veut court-circuiter les maxitrails avec sa DSR/X

Avec ses 137 km d’autonomie sur voie rapide et environ 3 heures nécessaires à la recharge, la DSR-X est loin d’être une grande voyageuse. Mais pour un usage quotidien, le maxitrail de Zero Motorcycles pourrait bien donner du fil - électrique ! - à retordre à ses rivaux thermiques. Présentation et vidéo.
    Trail 4 commentaires
    Bluroc (ex-Bullit) se jette à l’eau avec son inédite Tracker 125

C’est une grande première pour Bluroc : la petite marque belge de motos propose une 125 cc dont le monocylindre est refroidi par eau ! Avec ses 15 chevaux et une partie-cycle plus affûtée, la Tracker doit donc mettre à l’amende ses frangines Legend, Hero ou Spirit... et ses rivales ? Présentation.
    Horaires et enjeux du GP de Thaïlande MotoGP 2022

Annulé ces deux dernières années, le Grand Prix moto de Thaïlande redémarre ce week-end sur le Chang International Circuit à Buriram avec un invité surprise sur la Suzuki : Danilo Petrucci ! Horaires et enjeux du GP de Thaïlande MotoGP, 17ème course du championnat du monde 2022 après laquelle il ne restera que trois épreuves pour savoir qui sera champion du monde MotoGP 2022... Attention au décalage horaire : demandez le programme en heure française !
    Arabie saoudite, Inde et Kazakhstan : trois nouveaux Grands Prix MotoGP !

Le promoteur du championnat du monde MotoGP, Dorna Sports, révèle la signature d'accords avec l'Arabie Saoudite, l'Inde et le Kazakhstan pour y disputer des Grands Prix dès 2023. Explications.
    MotoGP 2023 5 commentaires

    Soutenez le Journal moto du Net

    Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

    ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

    Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

    Calendrier MotoGP 2022

    Plateau : Les pilotes et leurs motos 2022

    GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

    Courses 2022

    GP moto du Qatar 6 mars : GP du Qatar
    GP moto d'Indonésie 20 mars : GP d'Indonésie
    GP moto d'Argentine  3 avril : GP d'Argentine
    GP moto des Amériques 10 avril :  GP des Amériques
    GP moto du Portugal 24 avril : GP du Portugal
    GP moto d'Espagne 1er mai : GP d'Espagne
    GP de France moto 15 mai : GP de France
    GP moto d'Italie 29 mai : GP d'Italie
    GP moto de Catalogne 5 juin : GP de Catalogne
    GP moto d'Allemagne 19 juin : GP d'Allemagne
    GP moto des Pays-Bas 26 juin : GP des Pays-Bas
    GP moto de Finlande10 juillet : GP de Finlande
    GP moto de Grande-Bretagne 7 août : GP de Grande-Bretagne
    GP moto d'Autriche 21 août : GP d'Autriche
    GP moto de San Marin 4 septembre : GP de San-Marin
    GP moto d'Aragon 18 septembre : GP d'Aragón
    GP moto du Japon 25 septembre : GP du Japon
    GP moto de Thaïlande 2 octobre : GP de Thaïlande
    GP moto d'Australie 16 octobre : GP d'Australie
    GP moto de Malaisie 23 octobre : GP de Malaisie
    GP moto de Valence 6 novembre : GP de Valence


    SAISON 2022   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

    • En savoir plus...