• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Paris, le 12 juin 2013

Premier essai MV Agusta F3 800 : maxi Supersport

Premier essai MV Agusta F3 800 : maxi Supersport

Développée en même temps que le 3-cylindres MV Agusta 675, la version 800 cc du Tre Pistoni a été dévoilée cet hiver sur la Brutale. Aujourd'hui, c'est la F3 800 qui entre en piste sur le circuit de Misano (Italie). Premier essai !

Imprimer

F3 800 EAS : la maxi Supersport

Lancée début 2012, la MV Agusta F3 675 est rejointe cette année par sa soeur - presque - jumelle, la F3 800. "Le choix de présenter dans l'ordre la F3 675, la Brutale 675, la Brutale 800 et enfin la F3 800 est uniquement dicté par le marketing, car ces quatre motos ont toutes été développées en même temps", nous révèle Giovanni Castiglioni, directeur général de MV Agusta.

MV Agusta F3 800 : disponibilité, coloris et tarif

  • Disponibilité : immédiate
  • Coloris : Blanc "Pearl" et Noir, Rouge et Argent ou Noir "Matt"
  • Tarif : 13 990 € sortie d'usine

Extrêmement proche de la "première" F3 (moteur, partie cycle et électronique sont communs : lire notre Point technique en avant-dernière page), la nouvelle F3 800 débarque sur un segment de marché qui diminue comme peau de chagrin : les motos sportives n'ont plus la cote, surtout en France, aujourd'hui premier marché moto en Europe.

Pour autant, Giovanni Castiglioni croit fermement au potentiel de son nouveau (top) modèle et ne craint nullement la cannibalisation avec la F3 675. "C'est un faux problème selon moi", coupe court l'héritier de Claudio Castiglioni...

"Le constat est très simple : que le client parte avec une F3 675 ou une F3 800, cela reste au final une vente MV Agusta", nous expose le jeune big boss italien. "L'essentiel est qu'il ne choisisse pas la moto d'un concurrent. La 800 est pour nous le moyen d'augmenter notre marge, celle du concessionnaire... et pour le client ? Il bénéficie grâce à elle de 20 chevaux supplémentaires par rapport à la 675. Tout le monde est content !" Capito ?

Toujours d'après Giovanni Castiglioni, cette nouvelle MV Agusta est "la moto offrant un compromis idéal, parfaite pour aller s'amuser sur circuit. Je suis même convaincu qu'elle pourra intéresser les clients de 1000 cc".

Les chiffres avancés par le constructeurs plaident en sa faveur. Affichant sur la balance - de MV Agusta - le même poids que sa petite soeur (173 kg à sec), la F3 800 dispose logiquement d'un rapport poids/puissance bien meilleur: 1,17 contre 1,35.

Certes, les nouvelles F4 2013 font encore mieux : en se basant sur les chiffres du constructeur, Moto-Net.Com a calculé que les Superbike de Varese bénéficient d'un rapport encore inférieur à 0,98 pour les F4 version standard et R, voire 0,95 pour le haut de gamme RR (lire notre Essai MNC du 16 janvier 2013 : MV Agusta F4 2013, le prestige des sens).

"Personnellement, je craquerai plutôt pour une 10000 car j'ai toujours préféré les grosses motos", avoue volontiers le DG de MV. "Mais vous le verrez demain sur le circuit de Misano : la F3 800 est vraiment rapide. Rapide et agile, ce qui compte pour faire un bon chrono !"

En attendant de pouvoir juger sur pièce et sur piste, jetons un coup d'oeil aux deux modèles (un noir et un blanc, à cadre rouge donc) exposés dans l'hôtel, sur leur béquille de stand...

Les demoiselles de Varese

Esthétiquement, c'est simple : la toute nouvelle MV Agusta revêt exactement la même tenue que sa frangine 675. Heureusement, un petit "800" souligne le nom du modèle "F3" sur le flanc de carénage : juste de quoi flatter l'égo de ses possesseurs, avides de se démarquer des pilotes du "petit" modèle.

Une impression de pureté et de légèreté se dégage de pratiquement chaque partie de la moto : garde-boue avant ajouré, cadre tubulaire en acier, supports de repose-pieds en alu, jantes à cinq bâtons finement dédoublés - et à valves coudées ! -, sorties de pot toujours aussi craquantes, dosseret et sa minuscule selle passager... Il n'y a pas une faute de goût !

La plastique de cette Italienne est tout aussi admirable : les lignes de la face avant, du réservoir et du dosseret sont parfaitement galbées. De plus, les assemblages du carénage sont réalisés avec soin et les peintures semblent être de très bonne qualité.

Mais dans cette belle sommeille une bête... La seconde moitié du cadre - en alu moulé - et le monobras, d'aspect très robuste, indiquent que la F3 est parfaitement à même de gérer les 148 chevaux et 88 Nm que développe le "Tre Pistoni" dans sa configuration 798 cc (lire notre Point technique en avant-dernière page).

De même, l'adoption à l'avant de nouveaux étriers de frein siglé "Brembo" - en rouge ! - augmentent d'un cran la sportivité du top modèle italien. Pour notre essai, MV Agusta a poussé le curseur un peu plus loin en remplaçant la chausse de pneus d'origine (Pirelli Rosso Corsa) par des Supercorsa de la même marque... Diantre !

En achevant le tour de l'heureux propriétaire, MNC ne regrette qu'une chose : que le faisceau électrique et son agencement n'aient pas reçu plus d'attention de la part de l'usine.

Comme sur sa cousine Brutale 675 (lire notre Essai MNC du 10 juillet 2012 : Brutale 675, le plan de rigueur de MV Agusta), les fils et les cosses de la F3 800 ne sont même pas camouflés et les colliers de serrage noirs - censés les guider correctement ! - dénotent sur le cadre rouge des coloris noir et blanc... Dommage.

Le tableau de bord entièrement digital est à la fois complet et lisible. Les commandes au guidon servant à faire défiler les infos et naviguer dans les menus sont faciles à manier à travers de fins gants de piste, mais le constat aurait sans doute été moins positif en plein hiver avec des moufles...

Les motards les plus tatillons seront éventuellement déçus de ne pas pouvoir régler l'écartement du d'embrayage, alors que le levier de frein dispose lui de six crans qui satisferont grandes et petites mains. MNC et ses mains "normales" n'ont pas eu à se plaindre.

Les mêmes maniaques lecteurs attentifs noteront que les autres boutons des commodos (démarreur, coupe-contact, clignos, etc.) ont un aspect un peu basique qui ne correspond pas vraiment à la classe de la série F de MV Agusta. Ni à leur tarif !

Dernière question au staff MV Agusta avant de prendre la piste : le prix de ce nouveau jouet pour grand garçon ? "13 990 € sortie d'usine pour cette F3 800 qui dispose de série du système shifter "EAS" ou Electronic Assisted Shift", nous indique le constructeur italien.

Indépendamment des frais de conditionnement, de transport et de mise en route, cela correspond à une rallonge de 1400 € par rapport à la F3 675 EAS. Soit 70 euros le cheval supplémentaire (dans le monde libre, ou en France à partir de 2016) ou 82,35 € le Nm. En valent-ils le coût ? Essai !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

 
  • Modèle d'origine
  • Circuit : Misano
  • Sessions : 5 x 25 min
  • Pneus : Pirelli Diablo Supercorsa
  • Problèmes rencontrés : RAS
 
 
 

POINTS FORTS F3 800

 
  • Poids et agilité d'une Supersport
  • Gains en couple et puissance sensibles
  • Freinage démoniaque
  • Tarif bien placé (dans la gamme)
 
 
 

POINTS FAIBLES F3 800

 
  • Exigeante et physique sur piste
  • Ereintante sur route et en ville
  • Shifter et boite décevants
  • Look calqué sur la "petite" F3
 
 
 
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.