• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP 2008 - LAGUNA SECA
Paris, le 21 juillet 2008

Le Grand Prix des Etats-Unis tour par tour

Le Grand Prix des Etats-Unis tour par tour

Premier coup de théâtre de cette manche américaine : Dani Pedrosa ne disputera pas la course suite à ses blessures contractées en Allemagne. Dépité, l'espagnol devra-t-il céder sa deuxième place au général à l'intraitable Casey Stoner ? Tour par tour !

Imprimer

Sept courses en dix semaines : tel est l'infernal programme concocté par les organisateurs des Grands Prix Moto cette saison ! Un véritable marathon dont le départ fut donné mi-mai en France et qui s'achève ce week-end après la course outre-Atlantique.

Cette véritable épopée à travers la France, l'Italie, l'Espagne, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l'Allemagne et enfin les Etats-Unis a joué un rôle de juge de paix dans une saison qui ne manquait déjà pourtant pas de piquant : tour à tour Lorenzo, Capirossi, Hopkins et désormais Pedrosa ont connu les affres de la souffrance physique, incompatible malheureusement avec la lutte au plus haut niveau du sport moto...

De ce "jeu" des chaises musicales, quels sont les pilotes qui ont su passer entre les gouttes pour s'afficher en haut du classement à la veille du break estival ? Casey Stoner et Valentino Rossi, pardi ! Alors que le premier signe une ahurissante remontée au général à grands coups de pole positions, de records du tour et de victoires nettes et sans bavures, le second gère sa place de leader au championnat, sans parvenir pourtant à ralentir le rythme effréné du champion en titre...

"Comment arrêter Stoner ? En le descendant !", a même plaisanté Rossi, interrogé par une chaîne de télévision espagnole sur la façon dont il comptait battre le pilote Ducati lors de la course dimanche !

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

Si le prodige de Tavullia vient de re-signer pour deux ans supplémentaires chez Yamaha et continue d'aborder son sourire d'éternel ado devant les caméras, son extrême concentration dans les box et l'admirable - mais vain - acharnement qu'il a déployé depuis les premiers essais libres à l'ultime séance qualificative de ce Grand Prix des Etats-Unis révèlent un tournant dans cette incroyable saison : l'infernal trio magique Stoner / Bridgestone / Ducati est de retour et l'ensemble est même encore plus rapide qu'en 2007 !

Et le champion ne s'en cache pas : si rien ne vient enrayer cette mécanique bien huilée, Stoner pense être en mesure de gagner toutes les courses à venir ! La venue de Tom Cruise et de son épouse dans son box aurait-elle donné la grosse tête à l'australien ?! Peut-être pas tant que ça ! Car dès les premières séances libres vendredi, Casey et sa Ducati en pneus course pulvérisent le record du tracé de près de trois dixièmes ! Un scénario invraisemblable, tant la mainmise du n°1 l'an dernier sur ce même tracé avait dégoûté la plupart de ses concurrents...

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

Collant huit dixièmes au local Nicky Hayden, Stoner semble comme intouchable : surgissant de son box comme un taureau enragé dès l'ouverture de la pit lane, le "boulet rouge" parcourt la moitié du circuit pour faire chauffer ses pneus et claque un chrono dès son second tour de piste !

"Stoner rentre dans les virages comme s'il ne voulait pas en ressortir !", confiait récemment avec admiration Sylvain Guintoli qui, classé 14ème à l'issue de la première journée, devance des pilotes comme Pedrosa, Toseland, De Puniet, le wild card Kawasaki James Hacking et Anthony West.

Valentino Rossi complète la première ligne provisoire devant Alex de Angelis, Chris Vermeulen, Shinya Nakano et Colin Edwards, qui souffre de douleurs au cou.

L'américain partage avec ses compatriotes Ben Spies, James Hacking et surtout Nicky Hayden la triste certitude que ce dimanche, l'hymne américain ne devrait pas retentir... ce qui ferait 35 GP sans qu'un pilote américain ne parvienne à imposer.

Pourtant, le "Kentucky Kid" se bat durant toute la séance qualificative : passant outre des Michelin une fois encore dominés aux States, le n°69 tire tout ce qu'il peut de sa RCV à rappel de soupapes pneumatique pour finalement échouer à la troisième place sur la grille... mais à 0.730 seconde du temps de "l'ovni" Stoner : 1'20.700, soit plus d'une seconde et deux dixièmes plus vite que sa pole de 2007 !

Zoom sur...

Valentino Rossi, qui prolonge avec Yamaha pour deux saisons supplémentaires : "après tant d'années passées dans la moto, il me fallait une motivation spéciale pour prolonger de deux ans avec Yamaha. J'avais d'autres propositions, mais la confiance et la loyauté de l'écurie, ainsi que les efforts de la marque pour me procurer la meilleure moto et le meilleur environnement possible m'ont convaincu de rester avec eux", explique le septuple champion du monde de 29 ans.

Contrecarrant toutes les tentatives de ses adversaires pour se rapprocher de son rythme, Stoner surclasse Rossi de 0.447 secondes et Lorenzo - quatrième - apparaît déjà à près d'une seconde ! James Toseland signe une honorable cinquième place sur un circuit qu'il a déjà arpenté en WSBK, précédant d'une courte tête Randy de Puniet.

Colin Edwards pointe en septième position devant Chris Vermeulen, Andrea Dovizioso, Toni Elias (auteur de sa meilleure qualif'), Loris Capirossi, Shinya Nakano (victime d'une lourde chute en fin de séance), Ben Spies (qui disputera la course MotoGP juste avant d'enfourcher sa GSX-R pour disputer l'unique manche d'AMA Superbike sur le même circuit !) et Sylvain Guintoli.

A noter la chute à haute vitesse d'Alex de Angelis, qui pulvérise sa moto et se relève avec une fracture du pouce : "malheureusement, je suis tombé en testant le pneu course. J'ai essayé de repartir, mais la douleur dans mon pouce gauche était trop intense", regrette le pilote qui partira de la 16ème place sur la grille.

La course !

Départ : La pression est à son comble sur la ligne de départ : les mécaniciens de Rossi viennent l'encourager avec des tapes amicales sur l'épaule, tandis que celui-ci apparaît concentré et déterminé : le sourire est un peu contraint du côté du staff aux trois diapasons, qui ne croit guère que "Vale" puisse donner la réplique à Stoner aujourd'hui...

Dès l'extinction des feux, Casey Stoner surgit de sa première place et s'enfile dans le premier gauche avec quelques longueurs d'avance sur Nicky Hayden, Valentino Rossi, James Toseland et Jorge Lorenzo.

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

Mal partis, Randy de Puniet et Sylvain Guintoli apparaissent dans la deuxième partie du peloton, tandis que l'originale décoration dévoilée sur la ligne de départ par Colin Edwards ne semble pas lui savoir réussi : l'américain a perdu beaucoup de places au départ.

Peu coutumier du fait, Valentino Rossi fait preuve d'une rare agressivité dès le début de la course et réalise un intérieur imparable sur Nicky Hayden : forçant l'admiration, le Docteur semble bien déterminé à suivre le rythme du pilote à la Ducati, et pourquoi pas le passer pour l'empêcher d'aligner ses chronos records !

Juste derrière Hayden, Andrea Dovizioso voit Jorge Lorenzo essayer de le passer à l'intérieur d'un gauche rapide, mais le majorquin sollicite trop le pneu arrière pas encore à température et s'envole - une fois de plus – dans le bacs à graviers... Le n°48 se tient aussitôt la cheville gauche : le troisième et cinquième métatarses de son pied sont fracturés.

"Je suis très déçu aujourd'hui parce que j'étais très confiant pour la course suite aux qualifications d'hier", confie le jeune pilote. "En plus, j'étais en quatrième position et je me sentais particulièrement bien. Puis j'ai chuté... Mon pneu n'était pas à température, j'ai perdu l'arrière et ensuite, la seule chose dont je me rappelle, c'est que j'étais dans les graviers avec une douleur au pied"...

Cette grosse chute ne va pas faciliter le retour à la confiance pour le double champion du monde 250, qui s'est sans doute mis trop de pression en début de saison lorsque tout lui souriait : après tout, pour sa première année en 500 2-T, son illustre coéquipier n'a-t-il pas lui aussi connu une phase d'apprentissage, faite de chutes et de déboires ?

Un peu plus loin devant justement, Valentino Rossi fait parler toute cette expérience acquise en neuf saisons de catégorie reine : il surprend Stoner à l'entrée du fameux Cork Screw ! Déjouant tous les pronostics qui le donnaient battu et dominé pendant 32 tours, le n°46 puise dans sa maestria et son orgueil pour tenter de contrecarrer autant que possible le "rêve américain" de son rival !

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

Les deux hommes précédent Hayden, Dovizioso, Vermeulen, Toseland, Elias, De Puniet et le wild card Ben Spies. Sylvain Guintoli s'affiche dans le fond du classement, victime d'un tout droit dans le premier virage : "je suis bien parti, mais au niveau du premier virage j’ai touché la roue arrière d’un adversaire. Je suis sorti de la piste et j’ai perdu pas mal de terrain. J’ai bien essayé de remonter, mais je n’ai pas réussi à retrouver le rythme que j’avais aux essais", regrette le pilote drômois.

2ème tour : Valentino Rossi a bouclé le premier tour en tête, ce qui ne lui était plus arrivé depuis un bon moment ! Mais dans son sillage, Casey Stoner attend son heure pour déclencher une attaque et imprimer son rythme ahurissant jusqu'au drapeau à damiers ! Randy de Puniet et Toni Elias ont tour à tour passé James Toseland : le pilote espagnol semble avoir retrouvé des couleurs au guidon de sa Ducati et renoue avec le niveau qui est normalement le sien :

"Nous avons été compétitifs tout au long des trois journées et c'est très encourageant", se réjouit le n°24. "En fait, depuis que nous avons récupéré les dernières évolutions de chez Ducati, nous sommes beaucoup plus performants sur le sec et nous avons réussi à régulièrement rentrer dans le top 10".

En lutte dans le fond du classement, Alex de Angelis est 15ème devant l'autre wild card James Hacking et le malheureux Sylvain Guintoli.

3ème tour : Démontrant que le lion n'est pas mort et que son pari Bridgestone n'était pas qu'un coup de tête, Valentino Rossi continue de maintenir le bouillant Casey Stoner au prix d'un rythme élevé, mais aussi de superbes trajectoires protectrices : l'italien rentre en courbe milieu de piste et ressort aussi vite que son rival, qui profite des dix mètres de large de la piste californienne pour soigner ses trajectoires !

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

Véritablement au dessus du lot, les deux pilotes Bridgestone ont déjà plus d'une seconde et demie d'avance sur Hayden et Dovizioso en Michelin : comme en 2007, le facteur pneumatique joue à plein sur les 3 675 m du tracé US et la firme auvergnate peut se préparer à souffrir en termes de chrono...

4ème tour : Sortant du dernier droit dans les tuyères de la Yamaha officielle, Casey Stoner déborde Rossi dans la ligne droite de 966 m et inscrit sa Ducati en première position dans le premier gauche du circuit ! Dans le même temps, Chris Vermeulen fait parler son affection pour l'atypique circuit américain et dépasse à son tour Andrea Dovizioso. Déterminé à ne pas laisser l'australien partir, le Doctor soigne son adversaire au freinage d'un gauche en descente et reprend le leadership de l'épreuve : surpris par cette opposition à laquelle il ne s'attendait certainement pas, le champion du monde n'a pas suffisamment fermé la porte et le n°46 en a profité !

Pour autant, le combatif pilote rétorque aussitôt dans la montée menant au Cork Screw et déborde virilement Rossi par l'extérieur : mais le Docteur n'abdique pas et plonge sous les roues de Stoner dans ce virage au dévers prononcé ! Mal placé pour aborder le changement d'angle, l'italien se rate et part légèrement dans le sable au-delà du vibreur ! Ne voulant rien céder, le pilote Yamaha ne coupe même pas les gaz et réussit le tour de force de se sortir de cette situation quasi désespérée en conservant la tête de la course ! Incrédule, Stoner doit en effet écarter généreusement suite au retour brutal de Vale sur la piste ! Quel spectacle de la part des deux pilotes !

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

5ème tour : Comme si la course ne se résumait qu'à un duel entre eux, Rossi et Stoner abordent la ligne droite des stands (qui présente par ailleurs une courbure continue sur la gauche) côte à côte. Et comme au tour précédant, le n°1 profite de l'accélération et de la motricité démoniaques de sa GP8 pour passer son rival par l'extérieur ! Nicky Hayden suit à près de 2,4 secondes (!) bouchonnant quelque peu Chris Vermeulen dont les Bridgestone semblent lui permettre un rythme supérieur.

Brillant 5ème, Dovizioso se tient à l'affût d'une erreur de la part des deux hommes, devançant d'une seconde Toni Elias, James Toseland et Randy de Puniet qui n'a pas pu contenir les assauts de l'anglais. Nakano, Capirossi, Spies et Melandri sont en lutte pour la neuvième place, ce qui représente une excellente performance pour l'américain comme pour le Hérisson de Ravenne !

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

Poursuivant son vigoureux bras de fer contre l'australien, Valentino Rossi dépasse la Ducati à la faveur d'un freinage très appuyé dans un long gauche et parvient à reprendre la tête de la course ! Stoner tente de résister et de passer son rival à la réaccélération, mais une légère glisse de son pneu arrière l'en dissuade !

6ème et 7ème tours : Roues dans roues, Rossi et Stoner passent la ligne avec 3,6 secondes d'avance sur Hayden, Vermeulen et Dovizioso : la M1 de Rossi a par ailleurs effectué le meilleur tour en course en 1'22.046, soit déjà cinq dixièmes plus vite que le meilleur tour en course 2007 !

Dès la boucle suivante, c'est au tour de Casey Stoner de signer le meilleur tour, tandis que Chris Vermeulen se fait de plus en plus pressant sur Nicky Hayden ! Le n°7 déborde l'américain au freinage du premier gauche, mais celui-ci réussit à mieux soigner sa sortie de virage, passe l'australien par l'intérieur et récupère sa seconde place ! Dovizioso - qui n'en perdait pas une miette - profite de cette bagarre pour se faufiler à l'intérieur de la Suzuki dans le droit suivant ! Agacé de se faire passer alors qu'il roule légèrement plus vite que ses adversaires, l'ex champion du monde Supersport rétorque aussitôt et passe la Honda n°4 au freinage du droit avant le Cork Screw !

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

8ème et 9ème tours : Casey Stoner tente de passer son rival par tous les côtés mais le bougre résiste, empêchant l'australien de se servir de toute la piste pour faire parler sa poudre rouge ! Désormais, le doute n'est plus permis sur la stratégie de Rossi : sachant pertinemment que Stoner est plus rapide au tour, la star italienne compte profiter de son avantage au freinage pour passer le champion du monde et lui ôter la moindre chance de s'échapper... Si la technique est habile, reste à savoir combien de temps Rossi et sa M1 parviendront à contenir les assauts de leur poursuivant, sans réaliser d'erreur et en tournant dans des chronos diaboliques !

Car derrière, la sanction est terrible : prenant près d'une seconde au tour (!), Hayden, Vermeulen et Dovizioso apparaissent déjà à huit secondes des leaders ! C'est une autre course dans la course et comme le reconnaîtra le team manager de Ducati, Livio Suppo, "Casey et Valentino sont clairement au dessus du reste du plateau et seul Dani Pedrosa peut prétendre faire partie de ce petit groupe d'initiés"... Certes, mais en attendant, le retrait du pilote HRC risque de lui coûter cher au championnat : que Stoner ou Rossi s'impose, et Pedrosa perd sa seconde place et de nombreux points au général...

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

10ème et 11ème tours : Seuls pilotes à tourner en dessous des 1'22 (soit dans les chronos de la pole record de Stoner en 2007 !), Vale et Casey dominent le rendez-vous américain de la tête et des épaules, accentuant tour après tour leur avance sur Hayden, Vermeulen et Dovizioso, eux-mêmes à 2,5 secondes de James Toseland et Randy de Puniet ! L'anglais et le français s'expliquent une seconde devant Shinya Nakano, Loris Capirossi, Marco Melandri, Colin Edwards, Toni Elias - qui a sérieusement rétrogradé -, les deux pilotes invités Ben Spies et James Hacking, Anthony West, Alex de Angelis et Sylvain Guintoli.

Brillant 10ème (au vu de son début de saison), Marco Melandri ne transformera pas son bon début de course : l'italien part à la faute, sort dans les graviers sans chuter et parvient à repartir... avant-dernier ! De son côté, son coéquipier tente de passer Rossi au freinage du gauche qui commande la ligne droite des stands : la Ducati se déporte à l'intérieur, son pilote écrase la poignée de frein, mais rien n'y fait : le pilote Yamaha freine encore plus tard et conserve sa position !

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

12ème et 13ème tours : Sous les yeux des grands noms d'Hollywood comme Tom Cruise ou Jason Lee, venus assister au spectacle en tant que "guest stars", Stoner et Rossi continuent de faire le show : utilisant toutes les ressources de sa GP8 pour tenter de passer l'italien, le champion en titre ponctue ses manoeuvres de glisses de l'arrière et de joyeux "rodéos" en sortie de courbes !

Derrière les deux hommes, Chris Vermeulen s'est enfin défait du tenace Nicky Hadeyn et en quelques tours : l'australien à la Suzuki ont déjà collé deux secondes à l'américain et à Andrea Dovizioso qui le suit de près ! Randy de Puniet a repassé James Toseland qui se voit recollé par un Shinya Nakano retrouvé.

Le pilote français du team LCR a maintenant le champ libre pour essayer de combler l'écart de 3,5 secondes qui le sépare de Dovizioso et d'Hayden : toute la partie motarde de l'Hexagone croise les doigts pour que le parisien ne prenne pas de risques inconsidérés durant sa remontée !

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

14ème et 15ème tours : Mettant à profit la santé moteur de sa Ducati, Casey Stoner déborde une nouvelle fois Valentino Rossi sur la ligne droite des stands, mais l'australien s'emporte et rentre trop fort dans le premier gauche : contraint d'élargir, le pilote voit son rival reprendre aisément le leadership pendant que lui s'efforce de revenir sur la bonne trajectoire ! Non seulement le duel tant attendu entre Rossi et Stoner trouve son apogée en terre américaine, mais l'italien semble avoir réussi à mettre suffisamment de pression sur les épaules du "roc" australien pour le contraindre à commettre ses premières erreurs en course depuis Jerez en début de saison...

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

16ème et 17ème tours : De nouveau concentré, le champion du monde en titre profite d'avoir le champ libre devant lui pour signer des chronos ultra rapides et vite revenir au contact de son rival ! Comment le Doc parvient-il à contenir l'australien, alors qu'il vient de signer le record de la piste en 1'21.488 (soit plus d'une seconde plus vite que le précédant record en course !) ? C'est un mystère, mais clairement, Rossi signe là l'une de ses plus belles batailles, à la volonté, à la virtuosité, de celles qui l'ont propulsé au rang des pilotes de légende ! Et que Stoner y participe en dit long sur le talent du bonhomme ! Oubliées les allégations sur les pneumatiques : les deux hommes sont désormais à armes égales et même si la moto rouge bénéficie d'une meilleure accélération, la M1 menée par Rossi lui rend la monnaie de sa pièce au freinage !

Dans leur anthologique baston, les deux pilotes ont collé près de quatorze secondes à Vermeulen, qui possède lui-même trois secondes de répit sur Hayden et Dovizioso ! Randy de Puniet est revenu à trois secondes de l'italien, précédant de quelques encablures Toseland, Nakano, Spies, Hacking, Elias, Edwards, Capirossi et Sylvain Guintoli qui est rentré dans les points.

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

Se battant fermement pour la troisième marche du podium, Dovizioso et Hayden jouent plus qu'une bonne place finale : le premier attire la convoitise du HRC qui verrait bien le talentueux et régulier italien remplacer leur champion du monde qui semble bien en peine de reproduire ses performances de 2006.

Toutefois, il se murmure que la structure Scot Racing - intégrée cette année au sein du team JIR - pourrait voler de ses propres ailes en 2009, en faisant - pourquoi pas ? - rouler "Dovi" sur une RCV satellite bénéficiant de toutes les évolutions du team officiel... Une solution intéressante pour le jeune vice champion du monde 250, tant on se souvient des performances de premier ordre de Sete Gibernau, puis de Marco Melandri, lorsqu'ils bénéficiaient du même statut au sein du team Gresini !

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

18ème et 19ème tours : Ben Spies, James Hacking et Toni Elias sont à la lutte pour la neuvième place et pour l'instant, c'est le pilote Suzuki qui mène la danse... L'américain a d'ailleurs signé la pole position en AMA Superbike avec sa GSX-R en 1'23.8, juste avant d'enfourcher sa GSV-R de MotoGP : outre la motivation du jeune américain pour rouler deux fois dans la même journée sur ce tortueux circuit, il est intéressant de noter que la pole du protégé de Kevin Schwantz est à plus de trois secondes de celle réalisée par Casey Stoner et sa GP8, qui cube quand même près de 200cc de moins que la "Gex" engagée en championnat américain !

Continuant leur duel au sommet, Rossi et Stoner continuent à aligner des chronos records, malgré le flanc droit du pneu passablement marqué de la M1 : certes, le sens "anti horaire" de la piste fait qu'il y a beaucoup plus de virages à gauche qu'à droite, mais l'on ne peut s'empêcher de songer au souci rencontré par le n°46 sur ce même tracé avec ses Michelin, il y a deux saisons...

20ème et 21ème tours : Casey Stoner essaie une nouvelle fois de dépasser son rival dans la ligne droite des stands, mais Rossi reste milieu de piste et freine au tout dernier moment ! Collé à sa roue, Stoner continue de mettre la pression à l'italien et tandis que la Ducati réagit avec sa brutalité habituelle aux sollicitations de son pilote, la Yamaha du Doctor continue de mener la course sans mouvements intempestifs : le natif de Tavullia semble avoir retrouvé tout son génie et fait étalage d'une agressivité, d'une vélocité et d'une maîtrise qui rappellent ces saisons où il enfilait les titres comme des perles...

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

Décidément peu à l'aise avec sa ZX RR, Anthony West est non seulement dominé par James Hacking qui découvre la catégorie, mais part dans les graviers : "je comprend que Kawasaki songe à me remplacer", admet d'ailleurs avec lucidité le sympathique australien...

22ème, 23ème et 24ème tours : Alors que Randy de Puniet continue de grappiller dixièmes après dixièmes sur Andrea Dovizioso, Casey Stoner décide de porter une nouvelle attaque : reprenant pour quelques mètres la tête de la course, l'australien se voit illico repassé par l'obstiné Valentino Rossi qui aura répliqué avec une hargne et un talent rares à chacune des attaques du brillant australien !

Cette volonté aurait-elle eu raison de la concentration du champion du monde en titre ? Toujours est-il que lors du freinage du dernier gauche avant la ligne droite des stands, l'arrière de la Ducati balaie la piste de droite à gauche et force son pilote à redresser in extremis pour ne pas embarquer Valentino Rossi ! Casey Stoner part jardiner dans les graviers mais - second coup de théâtre de la course ! - dans sa précipitation, le pilote de 22 ans braque trop sèchement dans les graviers et chute à basse vitesse !

C'est un nouveau tournant dans la course, voire dans le championnat : Stoner a craqué sous la pression de Rossi, même si évidemment l'intéressé ne l'entend pas de cette oreille : "Valentino a freiné un peu plus tôt que d'habitude au dernier virage. J'ai dû le contourner et je suis sorti de piste, puis j'ai commis une erreur et j'ai perdu l'avant (...). Il y a ce qu'on appelle des dépassements serrés, des manoeuvres agressives et ensuite des comportements qui dépassent cette ligne", lâche avec amertume le pilote Ducati à l'issue de la course...

"Je suis désolé que Casey pense que mes manoeuvres n'étaient pas correctes, mais je ne suis pas d'accord avec lui", rétorque Rossi : "je suis passé devant dans le freinage, je freine toujours aux mêmes endroits et nous ne nous sommes pas touchés. Evidemment ce fut une course disputée et j'ai été assez agressif, mais tout en restant fair-play !"

Perdant près de seize secondes dans sa sortie de piste, Casey Stoner démontre quand même de quel bois un champion du monde est fait en repartant rapidement, tête dans le guidon, pour au moins essayer de sauver les points de la deuxième place : les deux hommes possédant un écart conséquent sur leurs rivaux et la Ducati n'étant pas endommagée, l'australien peut continuer à défendre ses chances !

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

25ème tour : L'équipe du septuple champion du monde panneaute le pilote Yamaha de la chute de son rival, mais Rossi continue à envoyer du gros gaz : non seulement il souhaite se prémunir de toute remontée potentielle de son adversaire, mais l'italien ne veut pas d'une course sans panache et tente de maintenir son important écart sur Stoner !

Juste derrière Chris Vermeulen, Andrea Dovizioso a dépassé Nicky Hayden et possède même quelques encablures d'avance sur le double vainqueur sur ce tracé ! Randy de Puniet est progressivement revenu sur les deux pilotes et même si la jonction n'est pas encore à sa portée, on ne peut que féliciter le n°14 de ne pas avoir, une fois de trop, confondu vitesse et précipitation !

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

26ème et 27ème tours : Valentino Rossi contient toujours la remontée de Stoner, qui tourne désormais près de quatre dixièmes moins vite que l'italien. Sa chute lui dicte la prudence, mais ce revirement de scénario paraît presque invraisemblable tant l'australien avait dominé toutes les séances d'essais...

Confirmant la bonne santé des Yamaha sur le tracé américain, James Toseland apparaît toujours à une encourageante septième place devant Shinya Nakano, Ben Spies, Toni Elias, James Hacking, Sylvain Guintoli, Alex de Angelis, Colin Edwards et Loris Capirossi.

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

28ème, 29ème et 30ème tours : Bravant sa fracture du pouce, Alex de Angelis continue de pousser pour tenter de revenir sur Sylvain Guintoli, moins à l'aise que sous le déluge allemand (lire Moto-Net.Com du 14 juillet 2008). Une manche outre-Rhin qui avait vu Chris Vermeulen monter sur le podium : l'australien devrait, cette année encore, monter de nouveau sur le podium américain. De son côté, Valentino Rossi file vers sa première victoire à Laguna Seca !

Dernier tour : C'est l'effervescence du côté du box du septuple champion du monde : les yeux rivés sur l'écran, manager, mécanos et dirigeants de l'écurie montent sur le muret pour saluer leur pilote, qui passe debout en wheeling la ligne d'arrivée ! Stoner est lui aussi applaudi par le staff Yamaha, puis Chris Vermeulen passe la ligne devant Andrea Dovizioso, Nicky Hayden, Randy de Puniet, Toni Elias, Ben Spies, James Toseland, Shinya Nakano, James Hacking, Sylvain Guintoli, Alex de Angelis, Colin Edwards, Loris Capirossi, Marco Melandri et Anthony West.

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

Valentino Rossi réalise son tour d'honneur dans un état de grâce, le point levé et félicitant sa M1 ! Conscient de sa performance, l'italien ira même jusqu'à embrasser le bitume du Cork Screw, puis la première marche du podium qui se refusait à lui depuis plusieurs GP !

Au championnat, le n°46 fait donc une excellente opération : Pedrosa absent sur cette course, Rossi peut partir en vacances serein : avec 212 points contre 187 pour Stoner, il possède une avance d'un Grand Prix sur l'australien ! Celui-ci précède Pedrosa de 16 points et relègue le quatrième (Jorge Lorenzo) à 73 points ! Dovizioso réalise lui aussi une excellente opération et voit sa régularité récompensée d'une belle 5ème place au général devant Colin Edwards, Chris Vermeulen, Nicky Hayden, James Toseland, Shinya Nakano, Loris Capirossi, Toni Elias, Alex de Angelis, Randy de Puniet et Sylvain Guintoli qui repasse 15ème.

Le Grand Prix des Etats-Unis MotoGP tour par tour

Ils s'expliquent :

Valentino Rossi (1er) : "C'est fantastique ! C'est le première fois que je gagne ici et la course a vraiment été incroyable ! Mon équipe a effectué quelques modifications au dernier moment qui m'ont permis d'aller beaucoup plus vite. J'ai pris un bon départ, et ensuite nous nous sommes bien battus avec Casey, je me suis vraiment fait plaisir. C'est une victoire importante, avec beaucoup d'émotion, et maintenant nous pouvons profiter de la trêve pour nous reposer, parce que le championnat est très long"...

Casey Stoner (2ème) : "J'ai fait une erreur dans la seconde moitié de la course : je suis parti un peu trop large et en essayant de rétablir la trajectoire, j'ai perdu le contrôle de l'avant. Après ça, la course était terminée... J'ai vraiment apprécié la course, mais je pense que certaines manoeuvres n'étaient pas très correctes... Je cours depuis de nombreuses années et j'ai piloté dans différentes catégories, et pour moi certaines manoeuvres étaient un peu limite aujourd'hui. J'aurais préféré avoir un duel un peu plus fair-play, mais nous sommes tout de même satisfaits de notre résultat. Nous sommes toujours dans la course au titre et nous ne sommes pas si loin !"

Chris Vermeulen (3ème) : "C'était difficile de partir de la troisième ligne et ces deux-là se sont rapidement échappés. J'ai dû lutter contre Hayden et Dovizioso durant quelques tours, et une fois devant nous étions plus rapides que les autres. Mais ces deux-là étaient trop rapides pour nous aujourd'hui ! Ce nouveau podium sur le sec prouve que Suzuki progresse, alors je suis impatient de courir à Brno !"

Le MotoGP Circus s'octroie maintenant une trêve estivale de quelques semaines, avant de se retrouver le 17 août à Brno (République tchèque). D'ici là, l'actualité continue sur le Journal moto du net : restez connectés !

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Tous vos commentaires sur les déclarations de Stoner sont pertinentes, mais elles proviennent, comme les miennes, de téléspectateurs assis confortablement derrière leurs postes de TV ! Or, je crois juste de faire remarquer à chacun que ce sont des déclarations faites à chaud, au terme d'un mano a mano somptueux, celui qu'on attendait depuis longtemps, au cours duquel, contrairement à tout ce que l'on nous annonçait, le petit Australien a dû s'incliner. C'est aussi, me semble-t-il le premier affrontement direct sur la durée de toute une course, entre ces deux grands champions. Compte tenu de l'ego et de la soif de victoire qu'il faut avoir à ce niveau, ce ne sont que des faits mineurs et révélateurs de la frustration légitime du perdant, détails dont les journalistes sont friands pour rêmplir leurs colonnes. La course restera un grand moment, peut-être le plus beau duel que j'aie vu depuis Spencer-Roberts ou un certain freinage de Schwantz à Hockenheim ! Vivement la prochaine course... à la TV ! Parce qu'une grille pareille, où presque tout le monde marque des points, c'est quant même se moquer du public, compte tenu du prix qu'on lui demande ! Moi je m'embarque pour Brands Hatch : vive le superbike ou des duels virils comme cela, on en voit dans toutes les courses !
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Au delà des qualités incontestables de pilote, je suis également scotché par la vision pragmatique de Valentino Rossi en matière de développement. Dès le deuxième ou troisième GP de la saison, il avait compris le point faible des Bridgestone, à savoir un pneu avant qualif, en dessous de la concurrence et avait demandé au manufacturier de revoir sa copie. Ce à quoi Casey Stoner avait répliqué que c'était totalement inutile. Au bout du compte, on s'aperçoit que lorsque Dany Pedrosa fait une bonne qualif et part tout seul devant, personne ne le revoit. Et que lorsque Stoner fait une bonne qualif, c'est également la même punition. Alors, caprice de star, que de réclamer ce nouveau pneu ? Une fois de plus, Rossi sait dans quelle direction travailler, et la course de Laguna Seca en est l'exemple parfait. Première ligne, bon départ, et le début des désillusions pour les rouges. Casey sait utiliser le matériel que l'on met à sa disposition, Valentino sait le faire évoluer. Résultat: un championnat relancé, alors qu'il donnait l'illusion depuis un ou deux gp, que l'histoire 2007 allait se renouveller. Ce doit être cruel, lorsque l'on est en pleine confiance, et en parfaite harmonie avec son matériel, de constater que l'on ne peut rien faire contre un pilote de la trempe de Valentino Rossi, lorsqu'il a décidé d'exploser la concurrence en confrontation directe. Ce qui sera intéressant, c'est de voir la réaction de Stoner dès Brno, avec un capital confiance légèrement émoussé. Un nouveau Valence ?
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Arf, je crois que tout est déjà dit ! La remarque de Stoner est le fruit de sa frustration, ça peut se comprendre, il était en train de tout péter (pole, record, 1er) depuis 3 GP, et archi bien parti pour refaire le coup ! Mais malgrés son pilotage et les performances dantesques de la Ducati à chaque bout droit, ce diable de Rossi (le seul du plateau !?) a réussi à contenir l'animal ! Sa stratégie de coller Stoner dès le départ sans rien lacher et lui mettre la pression a été payante... Bravissimo. A refaire à tous les autres GP car le titre se jouera ainsi. Sans quoi ayant pesté auparavant, je tenais à féliciter RMC d'avoir couvert le GP avec 2h d'emission (si si 2 heures je vous dis !!!). Que c'est rassurant de voir RDP sur ses roues finir enfin dans le top 6 même si une fois ne fait pas coutume. A confirmer donc !
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Quelle belle course ! Quelle baston !! Ce dimanche à Laguna-Seca, Rossi et Stoner étaient sur une autre planète... Je suis juste un peu déçu de la remarque de Stoner sur un manque de fair-play de la part de Rossi. Je n'ai rien vu d'irregulier dans ce freinage, on a vu bien plus "vicieux" comme manoeuvre par le passé... j'ai le sentiment que l'Australien a pris un coup au moral ce week-end....

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?
Essai vidéo du scooter à trois-roues Kymco CV3

Kymco passe à la "puissance 3" avec son nouveau et ambitieux CV3, premier scooter à trois-roues propulsé par un bicylindre en plus d'être généreusement équipé : suffisant pour inquiéter la référence MP3 ? Réponses dans notre vidéo, en complément de notre essai complet à lire sur MNC.
Essai scooter à trois-roues CV3 : Kymco Met la Puissance 3 !

Kymco roule des mécaniques avec son nouveau scooter à trois-roues CV3 et son puissant bicylindre de 50,3 ch - architecture inédite chez les tripodes - pour se distinguer et tenter de surpasser la référence MP3 500. Pari réussi pour cette nouveauté taïwanaise accessible avec un permis voiture (B) ? Réponses dans notre essai MNC.
Kawasaki Z900RS SE et Z900 SE : le bilan de notre essai en vidéo

Outre des coloris 50th Anniversary proposés sur ses "roadzters" (sauce Sugomi ou néo-rétro), Kawasaki célèbre les 50 ans de la Z1 avec une paire d’éditions spéciales : la Z900RS SE et la Z900 SE dont Moto-Net.Com a pu tester le freinage avant Brembo et l’amortisseur arrière Öhlins. Bilan en vidéo.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Régulateur de vitesse moto universel Beracruise Skate Lock

Le français Philippe Beraka invente le premier régulateur de vitesse à aimants adaptable sur tous les accélérateurs de motos, scooters et quads. Simple à installer et à utiliser, ce Beracruise Skate Lock est sans entretien et inusable, en plus d'être à un prix accessible.
Pourquoi Fabio Quartararo sera pénalisé au GP de Grande-Bretagne 2022 ?

Non vraiment, Moto-Net.Com pose la question à la direction de course du MotoGP  : pourquoi Fabio Quartararo devrait-il réaliser un "Long Lap" lors du prochain Grand Prix MotoGP à Silverstone ? Parce que son dépassement sur Aleix Espargaro à Assen était trop ambitieux ! Vous n’êtes pas bien sérieux...
Pays-Bas 5 commentaires
Yamaha fulmine contre la sanction "injuste et incohérente" reçue par Quartararo

Le team officiel Yamaha ne digère pas - loin s'en faut - la pénalité de tour rallongé (Long Lap) que devra observer son leader Fabio Quartararo lors du prochain Grand Prix en Grande-Bretagne. Son directeur Lin Jarvis fustige le manque d'équité, d'objectivité et de cohérence des commissaires MotoGP : rien que ça !
Pays-Bas 2 commentaires
Réactions des pilotes MotoGP au fracassant Grand Prix des Pays-Bas 2022

Vainqueur magistral des deux derniers GP, Fabio Quartararo est tombé de son piédestal ce dimanche à Assen. Tombé deux fois ! Bagnaia, Bezzecchi, Vinales et Aleix Espargaro abordent la longue pause estivale plus sereinement que notre champion toujours leader au provisoire. Et que Zarco toujours troisième ? Réactions du Top 10 et plus.
Le constructeur anglais CCM lance une nouvelle moto : la Classic Tracker

Clews Competition Machines (CCM) - petite marque britannique aux origines tout-terrain - produit une gamme de séduisantes motos rétros à moteur monocylindre : dernière en date, la Classic Tracker. Présentation.
Piaggio succède à KTM à la tête de l'association européenne des constructeurs de motos (ACEM)

L'association européenne des constructeurs de motos confie sa présidence à Michele Colaninno, directeur général produits, marketing et innovation du groupe Piaggio. La diminution des émissions de carbone et l'électrification sont les enjeux majeurs de son mandat de deux ans.
HJC lance le casque modulable i100 avec mentonnière réversible 

Le nouveau casque i100 de HJC est le premier modulable de la marque coréenne doté d'une mentonnière basculable sur l'arrière. Équipements et aspects pratiques font aussi partie des arguments de cet ouvrable qui répond à la nouvelle norme ECE 22-06. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Calendrier MotoGP 2022

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2022

GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

Courses 2022

GP moto du Qatar 6 mars : GP du Qatar
GP moto d'Indonésie 20 mars : GP d'Indonésie
GP moto d'Argentine  3 avril : GP d'Argentine
GP moto des Amériques 10 avril :  GP des Amériques
GP moto du Portugal 24 avril : GP du Portugal
GP moto d'Espagne 1er mai : GP d'Espagne
GP de France moto 15 mai : GP de France
GP moto d'Italie 29 mai : GP d'Italie
GP moto de Catalogne 5 juin : GP de Catalogne
GP moto d'Allemagne 19 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 26 juin : GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande10 juillet : GP de Finlande
GP moto de Grande-Bretagne 7 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 21 août : GP d'Autriche
GP moto de San Marin 4 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Aragon 18 septembre : GP d'Aragón
GP moto du Japon 25 septembre : GP du Japon
GP moto de Thaïlande 2 octobre : GP de Thaïlande
GP moto d'Australie 16 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie 23 octobre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 6 novembre : GP de Valence


SAISON 2022   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...