• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
PARDON, VOUS DISIEZ ?
Paris, le 12 février 2021

Un 10ème titre MotoGP obsède moins Rossi que sa rancune contre Marquez !

Un 10ème titre MotoGP obsède moins Rossi que sa rancune contre Marquez !

Valentino Rossi, qui s'apprête à fêter ses 42 ans le 16 février, prétend encore à une dixième couronne en Grands Prix moto mais n'en fait plus une obsession : trois et douze ans le séparent respectivement de sa dernière victoire et de son dernier titre... Plus sage, le vétéran du MotoGP s'énerve en revanche toujours aussi facilement contre Marc Marquez ! Ambiance.

Imprimer

Auteur de sa pire saison en 2020 (15ème), Rossi aborde un nouveau chapitre de sa longue carrière débutée en 1996 : le génie des Alpages passe du team officiel Yamaha à l'équipe satellite Petronas-SRT, tandis que Fabio Quartararo fait le parcours inverse... Ce rétrogradage renvoie dans une certaine mesure à sa première année en catégorie reine (2000), avec sa Honda NSR500 aux couleurs Nastro Azzurro.

21 ans après ses débuts flamboyants en classe reine, le nonuple champion du monde est parfaitement conscient de la difficulté à se maintenir au sommet : Valentino Rossi ne s'est plus imposé depuis le GP des Pays-Bas 2017 et n'est monté sur le podium qu'à une seule reprise la saison dernière, au GP d'Andalousie. 

Pourquoi ? "Parce que gagner c'est dur et que le niveau des pilotes est très élevé", avoue-t-il sans se voiler la face auprès de nos confrères italiens du Corriere della Sera.  "J'ai raté au moins trois opportunités ces dernières années, à chaque fois pour un tout petit quelque chose. Il y a eu aussi un peu trop de chutes et de difficultés techniques".

La saison passée s'est effectivement montrée particulièrement chaotique : deux abandons sur problèmes techniques (moteur à Jerez et électronique à Valence), deux forfaits à cause du Covid-19 (Aragon) et surtout trois chutes consécutives en Italie, en Catalogne puis en France ! Résultat : sept résultats blancs en quatorze courses (!), auxquels s'ajoutent aussi deux décevantes 12èmes places à Valence et au Portugal...

Et pourtant, le pilote le plus âgé du plateau MotoGP ne désespère pas d'accrocher une dixième étoile à son palmarès hors norme, quand bien même son dernier titre remonte déjà à 2009 et que la victoire est devenue insaisissable depuis trois ans... 

"Je cours parce que je pense réussir à le remporter (son 10ème titre, NDLR), mais ce n'est pas une obsession", décrit-il en modérant cet objectif qui paraît à ce stade difficilement réalisable faute de vitesse suffisante. 

"Je serais content d'obtenir de bons résultats, de me battre, de faire des podiums et d'être parmi les hommes forts", reconnaît-il avec lucidité, conscient de s'être progressivement écarté de la voie du succès indispensable à l'obtention de la couronne. 

Rossi court après la victoire... et son petit frère ?!

Mais à bientôt 42 ans et quelque 115 victoires au compteur (89 en 500/MotoGP), quel autre pilote peut se vanter d'être encore une sérieuse menace pour des rivaux deux fois plus jeunes ?! Exemple avec son demi-frère Luca Marini, qui fait à 24 ans ses débuts en MotoGP sur une Ducati Avinitia soutenue par sa propre structure Sky Racing VR46.

"Quand je le regarde, si sérieux, je me dis parfois qu'il semble être le seul quadragénaire de la famille", s'amuse le Docteur qui se montrait beaucoup plus fantasque au même âge. "Luca possède un talent énorme et a toujours cru dans ses capacités : je m'attends à ce qu'il fasse de très bons résultats, même s'il lui faudra du temps pour apprendre à piloter la Ducati".

Rossi parle en connaissance de cause dans la mesure où sa tentative de dompter la diva italienne s'était soldée par un cuisant échec en 2011 et 2012 ! Fort heureusement, la Desmosedici s'est depuis radicalement améliorée et homogénéisée, au point de désormais jouer aux avant-postes avec plusieurs types de pilotes différents.

Dovizioso en retrait(e) ? "C'est absurde" 

A l'aube de sa 26ème saison en catégorie reine, Valentino Rossi porte en tout cas un regard avisé sur ce milieu où il a grandi (et vieilli !), y compris sur les récents mouvements observés pendant l'intersaison...

 

Le départ d'Andrea Dovizioso de chez Ducati, notamment, l'interpelle alors que son compatriote se dirige vers une année sabbatique : "pour moi, c'est absurde : Dovi" est rapide et expérimenté ", tranche-t-il. "Mais il faudrait lui poser la question : peut-être qu'il n'avait plus envie. Si c'est son choix, alors tout va bien".

Autre absence regrettable à ses yeux : celle de Davide Brivio, team manager de Suzuki qui part rejoindre Alpine en Formule 1. Le n°46 est d'autant mieux placé pour en parler que Brivio a été son manager dans les années 2000, avant de rejoindre la marque d'Hamamatsu : l'italien est même l'un des artisans du transfert de Rossi du HRC à Yamaha en 2004 !

"Je suis déçu qu'il ne soit plus en MotoGP", admet Rossi. "C'est un manager qui a élevé le niveau général et une personne que j'ai toujours eu plaisir à croiser dans le paddock. Mais je suis content pour lui car son nouveau poste constitue sans doute un point d'arrivée pour ceux qui font ce métier."

"Si Marquez guérit, il sera aussi fort qu'avant"

Cette longue interview aborde enfin le sujet inévitable de cette intersaison : la convalescence prolongée de Marc Marquez, qui a manqué toute la saison dernière après s'être blessé au bras lors de la course d'ouverture en Espagne et dont la date de retour sur la Honda est encore incertaine.

 

Opéré à trois reprises à l'humérus droit, Marquez doit composer avec une rééducation particulièrement longue car perturbée par une infection : cela fait presque sept mois que l'octuple champion du monde n'est pas monté sur sa RC213V, ce qui ne manque pas de questionner sur son niveau à son retour...

"Je suis vraiment désolé qu'il ne puisse pas courir", compatit Rossi assez sportivement, avant de délivrer un avis à la fois inquiétant et encourageant : "s'il guérit - ce que pour le moment personne ne sait, pas même lui -, il sera à nouveau aussi fort qu'avant". A condition qu'il guérisse, donc...

Interrogé sur l'acharnement de Marquez à vouloir revenir aussitôt sa première intervention, Valentino Rossi pointe une "erreur" de son rival mais s'interroge aussi sur les conditions de la validation de son retour. Et comme beaucoup d'observateurs, le transalpin désigne une part de responsabilité du corps médical et des dirigeants.

Marc Marquez avait beau faire des pompes quelques jours après sa fracture, Rossi avoue ne pas comprendre "comment ils ont pu autoriser que ça arrive". Et se dit d'autant plus surpris que Dorna avait mis "des verrous" pour éviter ces prises de risques excessifs "après le retour express de Lorenzo", quand le majorquin avait repris le guidon deux jours après s'être cassé la clavicule au GP des Pays-Bas 2013. 

"Mais dans le cas de Marquez, tous ces verrous ont sauté d'un coup : qui sait pourquoi ?", s'interroge le pilote italien peu convaincu par les explications officielles. Le nouveau coéquipier de Morbidelli "oublie" cependant un peu vite qu'il a lui-même pris d'énormes risques pour revenir à la compétition après sa double fracture tibia-péronné de la jambe droite en 2017

"Ce que m'a fait Marquez n'est pas pardonnable"

Mais qu'on ne s'y trompe pas : Valentino Rossi se montre davantage préoccupé par Marc Marquez lui même, qui blessé ou pas incarne toujours à ses yeux le responsable du beau gâchis de la fin de saison 2015, quand le tristement célèbre "clash de Sepang" avait mis le feu aux poudres entre ces deux immenses champions.

"Lui pardonner ? Impossible : ce qu'il m'a fait n'est pas pardonnable", affirme-t-il sans chercher à cacher son ressentiment derrière des propos politiquement corrects en réaction aux complications préoccupantes auxquelles doit faire face Marquez. L'espagnol est blessé ? Rossi ne fera pas semblant de pleurer sur son sort !

"Quand je repense à ces jours-là, j'ai les mêmes sensations qu'à l'époque", s'étrangle encore le pilote italien qui continue à penser que Marquez l'a volontairement privé du titre en faveur de Jorge Lorenzo. "Six ans ont pourtant passé, mais il me semble difficile que ça puisse changer".

Rossi-Marquez : retour sur un conflit historique 

Rappelons que ce contentieux remonte au Grand Prix de Malaisie 2015, quand l'italien avait accusé l'espagnol d'avoir sciemment ralenti la course précédente en Australie pour avantager Lorenzo. Rossi - en lice pour le titre - estimait que Marquez cherchait à se venger de leurs confrontations musclées en Argentine et aux Pays-Bas... 

 

"J'ai revisionné la course à plusieurs reprises, examiné les chronos et c'est très clair", affirmait-il. "Chaque fois que je l'ai passé, il m'a redoublé et ralenti le rythme afin de laisser à Lorenzo du temps pour s'échapper. Tout en sachant qu'au final, il avait le potentiel pour remporter la course : Jorge a un nouvel allié qui s'appelle Marquez".

La tension qui en résulte est par ailleurs exacerbée par l'inévitable rivalité générationnelle entre ces deux immenses champions : Marc Marquez - titré en 2013 et 2014 - possède toutes les qualités pour succéder à Valentino Rossi, mais le pilote Yamaha n'est absolument pas disposer à céder son royaume à son cadet de 14 ans ! 

Leur mésentente passe à la dimension supérieure pendant cette fameuse course à Sepang (Malaisie), durant laquelle le n°93 et le n°46 jouent longuement au chat et à la souris en multipliant les dépassements agressifs. Leur prévisible accrochage au septième tour aboutit à la chute de Maquez, volontairement tassé par Rossi qui, excédé par la situation, le défiait ouvertement du regard...

La manoeuvre discutable s'accompagne par ailleurs d'un geste polémique de la jambe gauche de l'officiel Yamaha, que certains interprètent comme un coup de pied pour pousser la Honda hors de la piste. Chacun y va de sa propre expertise à grands renforts de ralentis vidéo et les choses s'enveniment : c'est le clash de Sepang !

Au final toutefois, Rossi perd gros : il est lourdement sanctionné par la direction de course qui le contraint à s'élancer de la dernière place lors de la finale à Valence (Espagne). Autrement dit : ses dernières chances d'accéder au titre se sont envolées en même temps que la RCV orange et noire dans le virage 14 du tracé malais.

Poignée de mains, mais pas de pardon !

Soutenu par Yamaha, le Docteur tentera de contrer la procédure au tribunal arbitral du sport (TAS), en vain... Affligé par ce revers, Valentino Rossi n'adressera plus la parole à Marc Marquez jusqu'au GP de Catalogne 2016, où les deux hommes se serrent la main sur le podium alors que l'Espagne et le paddock pleurent la mort de Luis Salom pendant les essais.

 

Cette trêve relative ne durera pas longtemps : Marquez percute Rossi au GP d'Argentine 2018 pendant sa folle remontée, provoquant la chute du n°46 ! L'italien fulmine et refuse d'accepter les excuses de l'impétueux catalan qui reconnaît pourtant ses torts : le pilote Yam' accuse carrément Marquez de "détruire le MotoGP" !

Un an plus tard, au même endroit, Valentino Rossi tendra cependant la main à son jeune rival sur le podium du GP d'Argentine 2019 : "le temps remet les choses en place", se réjouit alors Marc Marquez, heureux d'observer ce comportement positif "pour le sport en général".

Les déclarations de Valentino Rossi sur son incapacité à lui pardonner l'épisode de 2015 révèlent toutefois que la hache de guerre est loin d'être enterrée pour la star transalpine... Restez connectés !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Essai Yamaha MT-09 2021 : moi, moche et méchant !

Beauté et raffinement ne sont peut-être pas les qualités premières de la nouvelle MT-09, mais peu de motos rivales lui arrivent aux jantes forgées en matière de sensations. A 9499 euros, le turbulent roadster Yamaha - plus puissant, plus léger et mieux équipé - reste une "méchante" bonne affaire ! Essai.
Roadster 6 commentaires
La fièvre retombe en février 2021 sur le marché moto et scooter

En février 2020, les français étaient pris d’une fièvre acheteuse qui faisait grimper le marché moto au plus haut. Un mois plus tard hélas, un vilain virus venu de Chine grippait tout... Cette année, les ventes sont en baisse en février (-14%) mais remonteront nécessairement en mars. Bilan.
La Kawasaki SRC n°11 garde ses pilotes pour 2021 mais change de pneus

Champion du monde d’Endurance moto en 2018-2019 avec Pirelli, le team officiel Kawasaki SRC est tombé à la sixième place du championnat EWC 2020 avec Michelin. En 2021, les Verts choisissent Dunlop pour tenter de remporter le titre. Comme il y a 25 ans ! Explications.
Valentino Rossi dévoile ses nouvelles couleurs pour 2021... et ses dernières ?

Le team Yamaha Petronas SRT vient de présenter ses effectifs 2021, avec parmi eux un certain... Valentino Rossi, qui disputera sa 26ème saison en Grand Prix moto ! Le Doctor y rejoint son poulain Franco Morbidelli, vice-champion MotoGP 2020 : le n°46 peut et doit viser les podiums et la victoire... Explications.
MotoGP 2021 10 commentaires
Quelles modalités pour la nouvelle expérimentation de la circulation interfiles ?

Faut-il légaliser ou interdire la circulation interfiles des deux-roues motorisés en France ? Avant de se prononcer, la délégation à la Sécurité routière souhaite expérimenter une seconde fois cette pratique, à partir de juin prochain. Elle a reçu hier les fédérations de motards afin d’en discuter. Explications.
Sécurité routière 6 commentaires
La Pan America débarque en juin 2021 chez Harley, à partir de 16 000 euros

Héritage, genèse, puissance, poids, consommation, équipements des modèles standard et Special, date de sortie et tarifs : la Pan America n’aura plus de secret pour vous après avoir visionné sa présentation en vidéo par Harley-Davidson... et lu cet article de Moto-Net.Com, "of course" !
Trail 18 commentaires
Moto électrique : quel est le coût réel ?

Vous entendez beaucoup parler des motos électriques et autres solutions de mobilité urbaine, mais leur prix d'achat vous a toujours freiné ? Il faut dire que ces véhicules écolos sont loin d'être abordables au départ ! Mais il ne faut pas se fier au seul prix d'achat pour estimer le véritable coût d'un véhicule. Est-ce vraiment si intéressant ? On vous explique si la moto électrique vaut réellement le "coût" et pourquoi !
Pratique 9 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Calendrier MotoGP 2020

Reports et annulations : calendrier mis à jour

Pilotes MotoGP 2020 Plateau : Pilotes et équipes
Intersaison : Tests MotoGP
GP moto du Qatar 8 mars : GP du Qatar (MotoGP annulé)

Nouvelles dates

GP moto d'Espagne 19 juillet : GP d'Espagne
GP moto d'Andalousie 26 juillet : GP d'Andalousie (nouveau)
GP moto de République tchèque 9 août : GP de République tchèque
GP moto d'Autriche 16 août : GP d'Autriche
GP moto de Styrie 23 août : GP de Styrie
GP moto de San Marin 13 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Emilie Romagne 20 septembre : GP d'Emilie Romagne (nouveau)
GP moto de Catalogne 27 septembre : GP de Catalogne
GP de France moto 11 octobre : GP de France
GP moto d'Aragon 18 octobre : GP d'Aragón
GP moto d'Aragon 25 octobre : GP de Teruel (nouveau)
GP moto d'Europe 8 novembre : GP d'Europe (nouveau)
GP moto de Valence 15 novembre : GP de Valence
Nouveau GP moto du Portugal 22 novembre : GP du Portugal (nouveau)

Courses annulées

GP moto des Amériques  GP des Amériques
GP moto d'Italie  GP d'Italie
GP moto d'Allemagne  GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas  GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande  GP de Finlande
GP moto de Grande-Bretagne  GP de Grande-Bretagne
GP moto du Japon  GP du Japon
GP moto d'Australie  GP d'Australie
GP moto d'Argentine  GP d'Argentine
GP moto de Thaïlande  GP de Thaïlande
GP moto de Malaisie  GP de Malaisie

SAISON 2020   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...