• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
VICTORY EST MORT, VIVE INDIAN !
Paris, le 10 janvier 2017

La fin de Victory Motorcycles marque une nouvelle étape pour Indian

La fin de Victory Motorcycles marque une nouvelle étape pour Indian

Après l'annonce de la fin des activités de Victory Motorcycles, quelles sont les perspectives pour Indian, la deuxième marque phare du géant américain Polaris ? Les explications de Pierre Audoin, responsable Indian et Victory pour la France.

Imprimer

"C'est un moment émouvant, comme pour Buell, Voxan et bien d'autres", nous confie Pierre Audoin à propos de l'arrêt de Victory (lire MNC du 9 janvier 2017 : pourquoi Polaris arrête les activités de Victory Motorcycles). "Victory a une histoire courte mais riche et peut devenir une marque mythique après sa mort", estime le responsable pour la France de cette marque américaine créée de toutes pièces en 1998 par le groupe Polaris, à qui appartient aussi la marque de motos customs Indian Motorcycle.

Or cet arrêt de Victory devrait pleinement profiter à Indian, rachetée par le géant américain en 2011. "C'est une décision rapide, mais la gestion des deux marques était devenue trop compliquée. Indian a décollé plus vite que prévu, alors qu'avec Victory on butait toujours sur le manque de notoriété", poursuit le responsable français.

Les marques naissent et meurent, certaines plus vite que d'autres, mais force est de constater que Victory n'a pas réussi à s'imposer auprès du grand public malgré les qualités de ses motos (relire notamment notre Essai MNC de la Cross Country Tour). On se souvient en effet que pendant l'entre-deux guerres, la France comptait à elle seule près d'une centaine de constructeurs moto aujourd'hui disparus... mais pas oubliés !

Une chance pour les concessionnaires

"Ma priorité est de préserver la considération accordée au clients Victory", assure Pierre Audoin : "les rassemblements sont maintenus, la Victory Riders Association demeure, on soutient les concessionnaires et les clients, nous assurons naturellement le SAV et les pièces détachées seront disponibles pendant dix ans. C'est une marque pour laquelle le taux de satisfaction des clients est extrêmement élevé".

"Ce n'est jamais facile, mais ce n'est pas comme si on arrêtait le réseau", poursuit le responsable. Car parmi les 24 concessionnaires en France, "nous avons la chance de ne pas avoir de 100% Victory comme en Allemagne ou aux Etats-Unis", explique Pierre Audoin. "Le glissement se fera progressivement pour leur permettre de se concentrer sur Indian". Ils ne devraient donc pas subir de manque à gagner en ces temps déjà difficiles, "et même au contraire puisqu'ils pourront se concentrer à 100% sur des motos qui se vendent et gagner en efficacité, comme ce sera le cas à l'usine", prévoit Pierre Audoin (Polaris a immatriculé 773 Indian en France l'an dernier contre 360 Victory, NDLR).

Relais de croissance

"Indian vend aujourd'hui trois fois plus que Victory et sa marge de croissance est importante", souligne encore Pierre Audoin, à tel point que "malgré les investissements faramineux réalisés depuis 2011 (notamment le développement d'un tout nouveau moteur en 2013, NDLR), Indian est une marque rentable (30 000 ventes aux Etats-Unis) qui représente pour Polaris le plus fort relais de croissance".

Indian Scout FTR750

D'autant que l'usine de Spirit Lake (Iowa) ne compte pas s'arrêter au custom et s'apprête à investir de nouveaux segments de la production moto : la Scout FTR750 (ci-dessus) dévoilée à Sturgis pour disputer des courses de flat track face à la Harley-Davidson XG750R servira à coup sûr de modèle pour une prochaine moto de série, sans oublier le nouveau Ride Command sur lequel Indian fonde de grands espoirs pour 2017... A suivre naturellement sur MNC : restez connectés !

.

  • En savoir plus...

Les derniers articles parus

Bilan annuel de la sécurité routière : la mortalité routière se stabilise en 2016

L'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) vient de publier ses premières estimations qui font apparaître une stabilité globale de la mortalité routière en 2016, notamment chez les motards.
Interview Pierre Audoin (Indian/Victory) : la notoriété d'Indian a fait un réel bon

Avec 773 et 360 immatriculations, Indian et Victory affichent des hausses de +15,7% et +15% sur le marché moto français. Pierre Audoin, responsable des marques américaines en France, établit pour Moto-Net.Com leur bilan 2016 et dévoile les objectifs d'Indian en 2017 suite à l'arrêt de Victory. Interview.
Interview Eric Antunes (KTM) : nos 1290 Super Duke ont surperformé

Avec 7218 immatriculations, KTM affiche un bond de +22,3% sur le marché moto français (+29,4% pour Husqvarna). Éric Antunes, président de la marque autrichienne en France, établit pour Moto-Net.Com son bilan 2016 et dévoile ses objectifs pour 2017. Interview.
Interview Guillaume Vuillardot (Suzuki) : une évolution fondamentale de stratégie

Avec 7760 immatriculations, Suzuki affiche une chute de -22,1% sur le marché moto français. Guillaume Vuillardot, directeur commercial de la marque japonaise en France, établit pour Moto-Net.Com son bilan 2016 et dévoile ses objectifs pour 2017. Interview.
Interview Maxime Loiseau (MV Agusta) : la stratégie de la direction italienne en 2017 est de vendre moins, mais de vendre mieux

Avec 388 immatriculations, MV Agusta affiche une chute de -38,3% sur le marché moto français. Maxime Loiseau, responsable de la marque italienne en France, établit pour Moto-Net.Com son bilan 2016 et dévoile ses objectifs pour 2017. Interview.
Marché français moto et scooter : le bilan annuel 2016

Le marché français du motocycle est en hausse pour la troisième année consécutive : 151 761 motos et scooters de plus de 50 cc ont été immatriculés en 2016 (+7,5% Vs 2015). Enthousiasmants, ces résultats spectaculaires sont toutefois à modérer... Chiffres, graphiques et analyse : voici le bilan annuel complet de Moto-Net.Com.
Pas de salon de la moto à Paris cette année : quelles pistes pour 2018 ?

Le prochain Salon de la moto de Paris, qui aurait dû se tenir en fin d'année, n'aura pas lieu. Les constructeurs examineront vendredi une proposition de l'organisateur pour un salon au Bourget en mars 2018, qui si elle n'est pas retenue pourrait ouvrir la voie à un salon mixte auto-moto sur le modèle du salon de Bruxelles. Quels sont les enjeux dans un contexte économique difficile ? Qu'en pensent les principaux constructeurs ? Explications.
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.