• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Paris, le 4 octobre 2017

Contact avec la gamme Harley-Davidson Softail 2018

Contact avec la gamme Harley-Davidson Softail 2018

Moto-Net.Com a brièvement testé quatre des huit nouveaux modèles Softail de la gamme Harley-Davidson 2018 : Fat Bob, Fat Boy, Street Bob et Low Rider. Cette courte prise de contact révèle de vraies améliorations sur ces motos désormais propulsées par le nouveau twin à huit soupapes, le Milwaukee-Eight. En selle !

Imprimer

Page 1 - La gamme Softail 2018 contracte ses muscles

Quand certains constructeurs moto agitent le chiffon de la nouveauté chaque année, chamboulant parfois leurs gammes à grands renforts de "all new concepts" pas si nouveaux que ça, Harley-Davidson prend son temps. Dernier exemple en date ? Le renouvellement de sa gamme Softail 2018, la première "vraie" refonte depuis... 1984 ! 34 ans entre deux générations de motos : qui dit mieux ?!

Et pendant cette loooongue période, la Motor Company s'est intéressée aux retours de ses clients concernant les évolutions attendues sur les Softail, mais aussi - de manière très pertinente - à l'avis des motards "non harleyistes". Histoire d'identifier les raisons de leur manque d'appétence pour l'une de ses motos d'apparence dépourvue de suspension arrière...

Sans véritable surprise, tous ont désigné les mêmes voies à suivre : que les Softail gagnent en légèreté, en dynamisme et en performances... mais sans sacrifier leur look caractéristique ! Rien de vraiment nouveau, puisque quiconque a déjà roulé sur un Softail est sans doute arrivé aux mêmes conclusions. Mais pour la firme de Milwaukee, il s'agissait d'une vraie révolution...

Ainsi, les bikers veulent des motos capables d'assurer dans les virolos après avoir frimé en terrasse ? Des customs plus "fit" (en forme) que "fat" (gros), plus "européens" en somme ? A la bonne heure ! Harley s'est donc retroussé les manches pour les alléger de 10 à 16 kg (!) selon les modèles, dont entre 6 et 8 kg juste sur le cadre. Celui-ci fait au passage un bond de géant en termes de rigidité, avec "+65%" par rapport à la génération précédente. Finis les châssis "ondulants" !

Les suspensions ont aussi fait l'objet d'un profond remaniement avec l'intégration discrète d'un mono-amortisseur - deux combinés précédemment - qui prend place dans l'épine dorsale du cadre. L'aspect "rigide" propre aux Softail est savamment préservé grâce à cet élément réglable en précharge via une molette déportée sous la selle.

Les repose-pieds sont redessinés pour améliorer la garde au sol, tandis qu'un éclairage par LED et une nouvelle instrumentation font leur apparition. Sont désormais renseignés - avec défilement depuis le commodo gauche - le régime moteur, la vitesse, le kilométrage total, deux trips, l'heure, le rapport engagé et un trip de réserve. 

Une prise USB planquée derrière le côté gauche de la colonne de direction - pas le plus facile d'accès, mais l'intention est là ! - et un démarrage sans clé via une télécommande transpondeur complètent ces avancées pratiques. 

Plus de punch et moins de poids

Enfin, cette refonte s'articule autour de la greffe du nouveau moteur Milwaukee-Eight sur tous les Softail, un an après son introduction dans la gamme "Touring". Ce bicylindre à quatre soupapes par cylindre (contre deux pour l'ancien Twin Cam 103) est disponible uniquement dans sa version "107 Ci" (cubic inches) sur quatre des huit modèles Softail : Street Bob, Low Rider, Softail Slim et Deluxe. 

L'Heritage Classic, la Breakout, la Fat Boy et la Fat Bob peuvent de leur côté recevoir au choix le "107" (1745 cc) ou le "114" (1868 cc). Entre les deux, une dizaine de chevaux et de Newton-mètres de couple d'écart : 86 ch à 5020 tr/mn et 145 Nm à 3500 tr/mn pour le Milwaukee-Eight 107 contre 94 ch à 5020 tr/mn et 155 Nm à 3000 tr/mn pour le 114.

Les plus observateurs des lecteurs MNC auront noté que certains modèles précités appartenaient auparavant à la gamme "Dyna", comme le Fat Bob, le Street Bob ou le Low Rider. "Les qualités des Softail et Dyna ont été associées entre elles pour 2018, d'où ce transfert et la disparition de l'appellation Dyna", nous révèle Xavier Crépet, directeur marketing et communication Harley-Davidson pour l'Europe du Sud-Ouest.

Dernier détail important : ce V-twin à 45° à double balancier d'équilibrage est refroidi par air et huile - via un radiateur entre les montants du cadre acier -, et non partiellement refroidi par eau comme l'est le Milwaukee-Eight des "Touring". 

La raison tient à l'encombrement : impossible de dissimuler sur les Softail un radiateur et ses ventilateurs, quand les volumineuses Electra, Road Glide Ultra et autres CVO - sans oublier le trike Tri Glide - peuvent les intégrer dans les carénages autour des pare-cylindres ! A la clé aussi : un gain de poids substantiel.

MNC a donc pris successivement les commandes du Fat Bob, du Fat Boy, du Street Bob et du Low Rider 2018 lors d'une petite (!) boucle d'une demi-heure (!!) autour du siège de la filiale française de Harley-Davidson, à Créteil (94). Un itinéraire bien trop court et pas assez varié pour réaliser nos habituels essais complets et détaillés, mais suffisant pour en rapporter quelques sensations en pages suivantes.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

 
  • Modèles d'origine
  • Parcours : seulement 30 mn sur chaque moto !
  • Routes :  à proximité de Créteil, donc essentiellement sur autoroutes urbaines
  • Pneus : Dunlop D408 et Michelin Scorcher
  • Conso moyenne : non mesurée
  • Problèmes rencontrés : RAS
 
 
 
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.