• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
BOL D'OR 2018
Paris, le 17 septembre 2018

Bol d'Or 2018 : Déclarations, analyses et classements

Bol d'Or 2018 : Déclarations, analyses et classements

A l'issue d'un Bol d'Or 2018 aux multiples rebondissements, le premier visage du championnat du monde d'endurance 2018/2019 se dessine avant les 24H Motos en avril 2019... Retour sur les principaux faits marquants, déclarations des pilotes, analyses des team managers et classements EWC et Superstock.

Imprimer

Freddy Foray, Josh Hook et Mike di Meglio ont offert hier à Honda sa première victoire au Bol d'Or depuis 22 ans ! La Honda n°1 FCC TSR Honda France championne du monde en titre devance la Yamaha n°7 du YART - sur qui reposent tous les espoirs de la marque aux diapasons depuis le départ du GMT en Mondial Supersport - et une Yamaha privée, celle du team Wepol Racing.

Du côté des favoris, la Suzuki n°2 et la Kawasaki n°11 terminent respectivement 5ème et 7ème après avoir longtemps joué la victoire... Déclarations et classement.

Revivez le Bol d'Or 2018 sur MNC Live

Déclarations Bol d'Or 2018

Honda n°1

Mike di Meglio, pilote de la Honda n°1 FCC TSR Honda France (vainqueur) : "Grâce à l'esprit d'équipe, on a réussi ! Un grand merci à Technical Sports Racing, c'est une incroyable victoire au Bol d'Or ! Merci à mes coéquipiers Freddy Foray et Josh Hook, qui ont fait un travail formidable".

Josh Hook, pilote de la Honda n°1 FCC TSR Honda France (vainqueur) : "Nous avons eu de la chance, tous les tops teams ont souffert de problèmes mécaniques pendant la course. Chez nous c'est arrivé assez tôt, ce qui nous a permis de remonter dans le classement".

Yamaha n°7

Niccolò Canepa, pilote de la Yamaha n°7 du YART (2ème) : "Je n'ai pas de mots pour décrire cette première course incroyable ! C'est la course la plus dingue de ma carrière ! Après ma chute, j'ai cru que la course était finie pour nous. Mais l'équipe a reconstruit la moto à une vitesse folle et on a attaqué tout le temps, à chaque tour (le transfuge du GMT a effectué le meilleur tour en course en 1'55.487, NDLR). L'objectif était de finir la course dans le top 10 ! Je ne pensais vraiment pas me retrouver en première position après 23h40 de course et me battre pour la victoire ! C'est une belle façon de rejoindre le Yamaha Austria Racing Team ! Merci à Broc Parkes, Marvin Fritz, Max Neukirchner et toute l'équipe ! C'est assurément l'une des plus belles courses de ma carrière ! L'équipe a réalisé un superbe travail qui nous a permis de terminer deuxièmes".

Bol d'Or 2018 : Déclarations, analyses et classements

Broc Parkes, pilote de la Yamaha n°7 du YART (2ème) : "C'est dommage que le safety car soit intervenu en fin de course car les leaders n'avaient plus d'essence. Un tour de plus et on les aurait doublés... Mais pour être honnête, à 17h samedi je pensais qu'on allait rentrer à la maison ! Revenir comme on l'a fait pour disputer l'arrivée, c'est génial. L'équipe a vraiment bien travaillé quand on a eu ce problème, c'était plus grave que prévu mais ils ont bossé hyper vite et nous ont permis de revenir dans la course, on n'a jamais abandonné et ça a payé”.

Marvin Fritz, pilote de la Yamaha n°7 du YART (2ème) : "Mes coéquipiers ont fait un super travail, tout le monde a super bien roulé. Après la chute de Niccolò, notre R1 a été réparée super rapidement. Heureusement, la course était neutralisée donc on a pu repartir en 27ème position. On était si loin que notre but était juste de finir, mais la course a radicalement changé de visage. J'ai pris mon premier départ en endurance hier, c'est quelque chose de vraiment particulier. Puis j'ai pu faire l'arrivée aussi, donc je remercie l'équipe pour ça”.

Mandy Kainz, team manager du YART (2ème) : "En endurance tout le monde a des problèmes, donc on s'y attendait. Personne ne rencontre aucune difficulté sur une course de 24 heures ! La chute de Niccolò a percé la moto qui a perdu presque toute son huile. Après la chute on n'avait plus d'électronique pour gérer le contrôle de traction, l'antiwheeling, etc., donc c'est une sacré performance pour les garçons. L'équipe aussi a fait un travail fantastique en réparant la moto aussi vite que possible. Sans le dernier safety car, on aurait pu se rapprocher du leader pour viser la victoire, nos pilotes étaient frais et prêts à se battre. On est très content de terminer deuxièmes après une première partie de course éprouvante. On s'est battu pour remonter aux avant-postes et on démarre cette nouvelle saison 2018/19 sur une note positive. C'est un super début de championnat pour nous et un très bon résultat pour Yamaha”.

Yamaha n°13

Danny Webb, pilote de la Yamaha n°13 de Wepol Racing, ancien team BMW Penz13 (3ème) : "Je n'en reviens pas de ce résultat en championnat du monde d'endurance. Le team n'a reçu les motos que trois semaines avant le Bol d'Or et c'était la première fois qu'on roulait ensemble ce week-end ! Je peux clairement affirmer que ni le team ni moi ne nous attendions à ça ! On découvre encore la moto car on a changé de marque et il nous reste du travail. Sur cette course on a utilisé un moteur d'origine qui développait 25 chevaux de moins que la moto du YART, mais c'est un début de saison vraiment exaltant ! Ce n'était pas facile, mais c'était un super week-end et je ne remercierai jamais assez toute l'équipe pour leurs efforts. Merci à mes sponsors personnels et à tous les fans pour votre soutien. On sera sur la première marche bientôt !"

Bol d'Or 2018 : Déclarations, analyses et classements

Suzuki n°2

Vincent Philippe, pilote de la Suzuki n°2 du SERT (5ème) : "Bravo à toute l’équipe ainsi qu’aux pilotes car ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes et ils nous ont offert du beau spectacle pendant les deux tiers de la course avant de rencontrer quelques mésaventures. Ce qu’il faut aussi retenir, c’est que tout ce travail permet au SERT de repartir de cette première épreuve de la saison avec une belle somme de points (4ème au championnat avec 41 points, NDLR) qui va leur permettre d’être dans la course au titre dès le prochain rendez-vous (les 24H Motos du Mans les 20 et 21 avril 2019, NDLR). Un grand merci à tous les partenaires et bien entendu à vous, toujours aussi présents et nombreux".

Bol d'Or 2018 : Déclarations, analyses et classements

Gregg Black, pilote de la Suzuki n°2 du SERT (5ème) : "Malheureusement, malgré les belles performances des pilotes et l'homogénéité de nos chronos, la mécanique en a décidé autrement et ce n'est pas encore cette fois-ci que les efforts seront récompensés. Toutefois nous marquons des points précieux en terminant 5ème, nous avons pu prouver que nous étions présents lors de cette manche. Le podium et même la victoire étaient largement accessibles, mais la chance n'a encore pas été de notre côté. Les soucis mécaniques ont dicté notre course bien que nous ayons eu la ténacité de ne jamais abandonner. Merci à toute l'équipe, les mécanos, mes partenaires, sponsors et à vous tous qui nous suivez !"

Dominique Méliand, team manager du SERT (5ème) : "On a progressé, même si cette cinquième place est frustrante. La moto s'améliore à chaque séance d'essai et à chaque course. Ici, on a prouvé que la victoire était clairement à notre portée. Mais il y a encore de nombreux éléments nouveaux sur la moto et le développement suit son cours. On a maintenant six mois de préparation pour la prochaine manche. Pour faire encore mieux, on va tout analyser. Vous pouvez nous faire confiance !

Bol d'Or 2018 : Déclarations, analyses et classements

BMW n°56

Julian Puffe, pilote de la BMW n°56 du German Endurance Racing Team Gert56 (6ème, vainqueur Superstock) : "C'est incroyable, mais on l'a fait ! Je n'arrive pas à y croire...  Après 24 heures de course, nous avons franchi la ligne d'arrivée vainqueurs de la catégorie Superstock ! Merci à mon équipe Gert56 pour leur incroyable travail ainsi qu'à mes sponsors, ma famille et mes assistants qui ont rendu tout cela possible ! Et bien sûr aussi à mes coéquipiers (Stefan Kerschbaumer et Filip Altendorfer, NDLR) qui ont maintenu un très bon rythme. Beaucoup de travail, de combat et de souffrance ont été récompensés !"

Kawasaki n°11

Gilles Stafler, team manager du team Kawasaki SRC n°1 (7ème) : "Ce Bol se termine sur une note amère... Nous avons mené une grande partie de la course sans trop de soucis mais ils sont arrivés dans les deux dernières heures, nous faisant perdre le podium et certainement la victoire. Merci à tous de votre soutien, nous reviendrons plus forts encore !"

Bol d'Or 2018 : Déclarations, analyses et classements

Pierre Scomo, directeur de la compétition Kawasaki France (7ème) : "Je tiens avant tout à féliciter les pilotes qui ont parfaitement fait le job, mais aussi et surtout les mécaniciens qui ont fait preuve de dextérité et d'opiniâtreté. Malgré cette légitime déception (due à un épineux souci électronique), nous avons engrangé de précieux points attribués à notre pole position (5 points, NDLR), puis ceux des intermédiaires de la 16ème heure où nous étions en tête (10 points, NDLR). De fait, nous occupons au nouveau classement provisoire la 5ème place avec 40 points. Par ailleurs, nous avons tous été ravis et agréablement surpris de l'intégration de David Checa. A lui comme aux deux autres pilotes ainsi qu'à toute l'équipe, nous leur devons une revanche et ce, dès la seconde épreuve qui aura lieu en avril 2019 à l'occasion des mythiques 24H du Mans".

Yamaha n°65

Geoffroy Dehaye, pilote de la Yamaha n°65 de Motobox Kremer Racing (9ème) : "C'est une joie immense de finir dans le top 10 après tant d'efforts donnés pendant ces dernières 24 heures. C’est le résultat d'une équipe entière qui s'est donnée à fond sans relâche. Merci à tous sans exception, des cuisiniers aux mécanos en passant par les panneauteurs, les osteos/Kinés et bien sûr mes copilotes (Christopher Kemmer et Gregory Ortiz, NDLR) et le boss !"

Bol d'Or 2018 : Déclarations, analyses et classements

"Bravo pour ce super top 9 au Bol !", a par ailleurs commenté Eric de Seynes, le big boss de Yamaha : "vous avez super bien roulé, vous n'avez fait aucune erreur et à l'arrivée vous êtes là ! Bravo à tous de montrer l'exemple de ce qu'un team privé peut réaliser avec passion et engagement".

Kawasaki n°24

Jimmy Maccio, pilote de la Kawasaki n°24 de BMRT 3D Maccio Racing (13ème, 4ème Superstock) : "Difficile de cacher ma déception... Honnêtement j’y croyais et j’étais convaincu que nous pourrions décrocher un podium, et pour le coup la victoire. Un souci technique dès le départ nous relègue dernier avec 7 tours de retard dès la première heure... Sans parler de la chaîne qui casse dans la nuit, ou de la durite d’eau qui a sauté en plein ravitaillement, ce qui nous fera passer 1 heure de plus que nos concurrents dans le box... Nous avions une très bonne moto grâce au travail des mécanos, une véritable arme grâce à Romain Mangé, mais encore une fois c’est la course qui aura eu le dernier mot. Nous avons pu marquer de gros points pour le championnat. Mes coéquipiers on fait un super boulot, je tiens à remercier infiniment l’équipe technique et le staff de pour ce beau boulot. Quant au 3D BMRT Maccio Racing, je suis fier de l’avoir fait, mais le Maccio Racing version Jimmy Maccio changera de nom dès que possible. Je me suis fait un nom, un palmarès, une histoire. J’aurais donc mon nom à moi, tout simplement".

Yamaha n°333

"Nous terminons donc à la 15ème place", conclut l'équipe Yamaha Viltaïs Pierret Experiences (finalement 14ème, NDLR), championne du monde Superstock en 2017 et qui découvre cette année la catégorie EWC au guidon de sa Yamaha n°333.

"Cette première course en EWC s'est révélée très intense. L'équipe était venue avant tout pour apprendre et le scénario des 24 heures lui a apporté beaucoup d'enseignements. Le défi était de taille : préparer une moto en quelques semaines à peine. Il est pleinement réussi. Un grand coup de chapeau à nos mécanos et à leurs chefs, Cyprien (Bouju, NDLR) et Mario (Kupper, NDLR). Une pensée particulière pour notre pilote absent, Axel Maurin (blessé lors des essais qualificatifs, NDLR). Prends soin de toi et à très vite !"

Honda n°26

Sébastien Fraga, pilote de la Honda n°26 du team Zuff Racing (15ème, 5ème Superstock) : "Et voilà, on est parti 41ème et on termine 16ème au général, 6ème en catégorie Superstock ! (finalement 15ème et 5ème, NDLR) C'était une superbe course de toute l’équipe ! Encore merci au Zuff Racing Team de m’avoir fait confiance pour ce Bol d'Or !"

Honda n°55

Gaëtan Gouget, pilote de la Honda n°55 de National Motos (18ème) : "On l'a fait ! On a passé la ligne d'arrivée ! Nous sommes partis de la 23ème position et après quelques heures de courses nous avons atteint la 13ème place. Malheureusement, durant la nuit nous avons rencontré un problème électrique. Peu de temps après, je me fais percuter par un concurrent... Heureusement je ne chute pas, mais cette collision entraîne de nombreux problèmes et nous retombons à la 27ème position. Emeric Jonchiere, Stéphane Egéa et moi-même avons alors tout donné pour remonter. Je prends le guidon pour passer la ligne d'arrivée et nous terminons à la 18ème place ! Je tiens à remercier tout le team National Motos Honda pour avoir tout donné jusqu'au bout. Merci à Laurent Brian de B12 Motorsports pour avoir été à mes cotés durant toute la course, ainsi que mon père Régis Claude Gouget. Et merci à tous pour vos messages qui m'ont fait vraiment plaisir !"

Suzuki n°34

Dylan Mille, pilote de la Suzuki n°34 de JMA Motos Action Bike (19ème, 7ème Superstock) : "Tout d’abord je voudrais remercier toute les personnes présentes ainsi que toutes les personnes qui m’ont soutenu, ça fait vraiment plaisir. Par la suite je voudrais remercier mes coéquipiers Guillaume Montessuit et Sebastien Lager qui ont assuré. Vous avez été au top ! Mon équipe a fait un travail remarquable car la course n’a pas été de tout repos... Entre un embrayage en début de matinée, des plaques phares et deux trois bricoles, mais l’essentiel est là : nous avons fait le travail et vous pouvez être fier de vous. Nous marquons nos premiers points en championnat du monde. La Suzuki GSX-R1000 a marché à merveille ! Mention spéciale à ma copine qui a tenue le choc pendant 24 heures pour que je sois dans les meilleures dispositions. Et un énorme merci à mes partenaires et à toute ma famille, qui subit ce rythme depuis bien longtemps pour enfin avoir une concrétisation !"

Jean-Marc Adam, team manager de la Suzuki n°34 JMA Motos Action Bike (19ème, 7ème Superstock) : "Nous l’avons fait ! Nous avons enfin terminé cette mythique course du Bol d'Or. Toutes les émotions nous envahissent, mais c’est tellement bon... Enfin ! L'année dernière nous étions contraints d’abandonner la course suite à plusieurs problèmes techniques et croyez-moi, commencer la toute première saison d’une équipe par un échec, c’est très dur... Mais nous avons rien lâché ! Nous avons travaillé sans relâche durant toute la saison précédente. On a aussi beaucoup appris pendant les 24 Heures du Mans où nous avons subi un second échec. Les 8H du Slovakia Ring et les 8H d'Oschersleben nous ont davantage réussi (deux fois 24ème, NDLR) et nous ont surtout redonné confiance en nos capacités et nos performances. L'objectif principal pour ce Bol d'Or était de finir la course sans tomber : c'est chose faite et c'est magique ! Nous sommes partis de la 37ème position et nous avons franchis la ligne d’arrivée 19ème".

Yamaha n°14

Louis Bulle, pilote de la Yamaha n°14 de Maco Racing Team (22ème) : "On était dans le top 6-7 jusqu'à 5h du matin, mais deux cailloux dans les radiateurs sont venus ruiner notre course et nous faire perdre 1h30 au stand... Un grand merci à mes coéquipiers Anthony Dos Santos et Julian Mayer pour avoir été au top toute la semaine ! Et un big up pour le Yamaha Maco Racing Team, avec qui j’ai toujours autant de plaisir à partager ces moments ! Rendez-vous ce dimanche pour le titre à Albi !"

Suzuki n°37

"C'est avec une grande satisfaction que nous avons passé le drapeau à damiers de ce 82ème Bol d'Or en 23ème position", se réjouit l'équipe privée basée en Indre-et-Loire. "Nous sommes très heureux du résultat car suite à une panne mécanique, nous avons passé 50 minutes au stand aux alentours de 20h. Puis nous sommes repartis de la 48ème position à 21h et nous avons fait une superbe remontée jusqu’au bout de l’épreuve !"

Suzuki n°50

Grégory Fastré, pilote de la Suzuki n°50 du team Motors Events (24ème, 10ème Superstock) : "Un Bol d'Or compliqué, mais l'arrivée a été franchie pour cette première course en catégorie Stock ! L'équipe reviendra encore plus motivée au Mans !"

Marc Mothré, team manager de la Suzuki n°50 du team Motors Events (24ème, 10ème Superstock) : "Encore une course compliquée du fait de la jeunesse de cette moto, mais on n'a rien lâché malgré les yoyos de places liés aux petit soucis. Pourtant le team est toujours performant et les pilotes ne lâchent rien, avec des chronos toujours dans le top 10. Le bilan est mitigé, heureux d’avoir terminé mais un peu déçu de n'être que 10ème de la catégorie Superstock. Merci aux pilotes Grégory Fastre, Baptiste Guittet et Kev Coghlan pour n'avoir jamais rien lâché, même en grognant un peu".

Suzuki n°212

Marc Mothré, team manager de la Suzuki n°212 du team Motors Events (30ème, 13ème Superstock) : "La 212 n'a pas été à l'abri de petits soucis techniques, comme pour la 50 (radiateurs d'eau percé, etc.). Au bout du compte, si la place de 20ème au général était envisageable, avec un total de 1h42 d ‘arrêt au stand ce fut difficile. Mais comme pour la 50, l'esprit du WERC a boosté les pilotes et le staff. Merci et bravo à Kevin Jacob , Simon Potillion , Valentin Hirth, Nicolas Deser, Philippe Dobe William, Manu, Théo, Thierry, Flo, André, Patou et Laurent pour leur opiniâtreté à ne jamais baisser les bras et leur bonne humeur permanente".

Suzuki n°20

Margaux Wanham, pilote de la Suzuki n°20 de Flam Racing (31ème, 14ème Superstock) et seule femme engagée sur ce Bol d'Or : "On a terminé ! C'était une arrivée pleine d'émotions... Le moteur nous a lâchés à peine une heure avant la fin des 24 heures... Nous n'allions quand même pas signer l'abandon si proches de la fin ! Arnaud (Curtolo, NDLR) a donc poussé la moto sur le tour du circuit par les voies de sécurité, aidé par les commissaires, et il a pu franchir le drapeau à damiers sous les applaudissements de tout le public et des équipes ! Nous terminons à la 31ème place et encore en pleurs pour ma part ! Que d'émotions... Pour le moment place à la décompression et au repos ! On l'a bien mérité ! Merci à toute notre équipe qui a été extraordinaire et à notre team manager Laura qui a été exceptionnelle".

Fabien Lambert, pilote de la Suzuki n°20 de Flam Racing (31ème, 14ème Superstock) : "Ca y est, cette fichue ligne est une fois de plus franchie... Ce fut compliqué, difficile, éreintant mais tellement bon... Je crois que cette édition 2018 montre à quel point il faut aimer notre sport et être une vraie équipe pour en arriver là. Nous l'avons franchie, certes non sans mal, pas de la plus facile des façons, mais peut être l'une des plus belles : sans jamais rien lâcher ! Merci à mes coéquipiers, Arnaud Curtolo et Margaux Wanham, qui ont assuré avec des chronos de fous. C'était un plaisir de partager avec vous ces instants magiques"...

Yamaha n°38

Eddy Ferre, pilote de la Yamaha n°38 de FGN Racing (33ème, 16ème Superstock) : "Ce Bol d'Or, c’était juste magique pour un mec comme moi qui a attaqué la compétition en 2015 en Promo découverte... Si l'on m'avait dit que trois ans après je ferais une course de 24 heures, j’aurais signé direct ! Jje tiens à remercier tout ceux qui ont rendu ça possible, tout le team a été vraiment au top ! Que se soit les mécanos, le team manager, le cuisinier, les ostéos, les panneauteurs... On s'est tous donné à fond. Mention spéciale pour mon Julo qui s'est surpassé pour relever le défi qu'il s’était fixé. Gros respect, franchement. Mention à Ludo et Fabienne sans qui rien n’aurait été possible et un gros merci à Fred qui m’a reboosté au moment où j’avais un coup de moins bien. Il a su me redonner l’énergie au petit matin. Tout le boulot qu’il a abattu les deux mois avant la course, c'est un vrai roc à son âge ! C'était une magnifique aventure pour moi".

Julien Ferre, pilote de la Yamaha n°38 de FGN Racing (33ème, 16ème Superstock) : "Malgré la maladie et tous les traitements, je désirais faire ce Bol et le finir... C'est chose faite après des mois de sport, de régime et de souffrance, j'ai trouve la force grâce à toutes les personnes qui mon soutenu. Je tiens à remercier mes frères Benjamin et surtout Eddy dit le renard qui ma soutenu et boosté pour tout ces footings et ces tours de VTT pendant la préparation physique... Merci à Fred Protat qui a tout mis en œuvre pour que je roule cette année, pour ce Bol il a remis le cuir et fait un boulot formidable avec mon frère pour amener tout ça au bout"...

BMW n°9

Alexis Masbou, pilote de la BMW n°9 de Tecmas Racing (37ème) : "C'est très déçus que l'on clôture ce Bol d'Or... Nous nous sommes battus toute la course pour remonter et faire face aux nombreux contretemps rencontrés, mais malheureusement ça n'a pas suffit. Merci à Tecmas Racing Team pour m’avoir donné l’opportunité de rouler en EWC et pour le sérieux travail réalisé tout au long de la semaine. Je remercie également mes coéquipiers Maxime (Bonnot, NDLR) et Camille (Hedelin, NDLR) qui n’ont rien lâché et j’en profite pour souhaiter un prompt rétablissement à Camille !"

Bol d'Or 2018 : Déclarations, analyses et classements

Camille Hedelin, pilote de la BMW n°9 de Tecmas Racing (chute) : "Une durite d'eau s'est fait la malle et je suis bien monté en l'air... Bilan : fracture radius cubitus opérée cet après-midi et et triple fracture du bassin... Merci pour vos nombreux messages !"

Michel Augizeau, team manager de la BMW n°9 de Tecmas Racing (37ème) : "La fin de ce Bol aura été très compliqué pour notre belle S1000RR #9. Suite à la probable casse d’un collier de durite du circuit de refroidissement, Camille Hedelin a lourdement chuté dans le virage de la Sainte Baume. Trop loin de la course aux points, nous avons décidé de ne prendre aucun risque supplémentaire. Nous passerons tout de même la ligne d’arrivée, car notre esprit de la course ne nous permet pas d’agir autrement. On pense fort à Camille, sa fracture du poignet subira une opération chirurgicale demain. Merci à vous tous ! Vos encouragements nous ont permis de garder la tête haute. Pensée à Paul, qui a donné de sa personne pour que la n°9 puisse reprendre la piste, bon rétablissement à toi".

Kawasaki n°33

Chris Leesch, pilote de la Kawasaki n°33 de Coyote Louit Moto (non qualifié à l'arrivée) : "On ne repart pas avec le résultat escompté ni mérité, mais on a vécu une expérience incroyable qu'on n'oubliera jamais ! Après un départ en pole position on menait la catégorie Superstock dans le top 10 scratch, comme prévu, puis on a cassé le moteur après 2h30 de course. On n'y croyait pas, la course était terminée avant d'avoir réellement commencé... Le team a tout de même fait des efforts incroyables pour réparer le moteur, ce qui nous a coûté plus de 32 heures d'immobilisation, mais au moins on pouvait essayer de finir la course. A partir de là, on n'a pas arrêté d'attaquer en se battant sur tous les fronts (surchauffe moteur, problème de boîte de vitesses, etc.) avec de bons chronos réguliers qui nous auraient permis de nous battre pour la victoire dans des conditions normales. A la fin, notre objectif principal était de continuer à faire rouler la moto et de survivre jusqu'à la ligne d'arrivée. Mais juste après mon dernier relais, quand on croyait qu'enfin on avait presque réussi, mon coéquipier Enzo Boulom a fait une énorme chute, il s'est blessé et la moto a pris feu... On a tout vu en direct sur l'écran et on n'en croyait pas nos yeux. Quand les commissaires ont ramené la moto, il restait 6 minutes de course... Au prix d'un effort colossal de toute l'équipe, tous ceux qui étaient dans le box nous ont aidés à réparer les dégaâts, juste pour faire repartir la moto. Kevin Manfredi a alors pu franchir la ligne d'arrivée. On méritait vraiment beaucoup mieux que ça, mais on peut tous être fiers de ce qu'on a fait ensemble".

Kevin Manfredi, pilote de la Kawasaki n°33 de Coyote Louit Moto (non qualifié à l'arrivée) : "Après un week-end pareil, le résultat aurait dû être différent... Ce n'est certainement pas les 24 heures que nous voulions, mais cette course nous a permis de prouver notre caractère et notre détermination ! Nos chronos en qualification et notre rythme en course parlent d'eux-mêmes : on méritait au moins le podium et c'est injuste qu'autant de malchance ait pu se concentrer sur nous ! Après avoir cassé le moteur, les mécaniciens l'ont ouvert, réparé et refermé, puis on a eu un problème d'embrayage, quelques soucis électriques et une chute dans la nuit... Sans perdre espoir, on a attaqué continuellement avec un rythme incroyable, comme les top teams en Superbike. Mais à 10 minutes de la fin, suite à une nouvelle chute, la moto prend feu ! Il a manque 2 minutes à la fin de cette aventure, mais on l'a fait, tous ensemble. Merci à ma deuxième famille, l'équipe 33 !"

Suzuki n°62

Michael Fudala, pilote de la Suzuki n°62 de GSM Racing (non qualifié à l'arrivée) : "Malgré la réparation du moteur en un temps record, le team a appris qu'on ne pouvait plus être classés faute d'avoir réalisé au moins 75% du nombre de tours effectués par le premier. Mais notre team manager a pris la décision de continuer quand même jusqu'au bout, pour voir le drapeau à damier, mais avec un moteur bridé à 11000 tours la chasse au chrono est finie, on se promène ! C’est dommage, mais au vu des nombreuses équipes déjà hors course, on est quand même content d'être encore en course !"

Kawasaki n°3

Equipe de la Kawasaki n°3 d'AM Moto Racing Compétition (non qualifiée à l'arrivée) : "En début de soirée, Anthony Aliern alors en course est rentré précipitamment au stand suite à un blocage de roue. L’équipe de mécaniciens s’est empressée de démonter l’embrayage et la boîte de vitesses pour essayer de trouver la cause de l'incident mais malheureusement, après inspection, rien n’a été trouvé et c’est donc sans doute un des pistons qui a serré. Lors de la chute de 19h00, la moto est restée longtemps couchée et a sans doute déjaugé. En d’autres termes, le moteur n’a pas été correctement lubrifié au moment de rentrer au stand, ce qui a fragilisé la mécanique avec pour conséquence, in fine, un serrage moteur. La machine ne repartira pas... La déception est grande au sein du team, d’autant que cette fameuse chute est due à un fait de course (fuite d'huile mal signalée) et non à une défaillance de la machine ou une erreur de pilotage. Tous auront donné le meilleur d’eux-mêmes pour repartir en course dans les meilleures conditions possibles".

Yamaha n°96

Robin Mulhauser, pilote de la Yamaha n°96 de Moto Ain (abandon) : "Je suis évidemment très déçu de terminer ma saison ainsi, mais heureux d'avoir retrouvé de si bonnes sensations, une bonne vitesse et surtout un super team. Ce n'était simplement pas notre course. J'étais à l'aise sur la moto et lors de mon seul et unique relais, j'ai fait le deuxième meilleur chrono de la catégorie Superstock... Mais ça ne compte plus maintenant. Sur une course de 24 heures, nous savions que le podium et la victoire étaient jouables malgré le fait que nous n'avions pas réalisé la pole position dans notre catégorie. Malheureusement, dès le premier relais un bruit suspect s'est rapidement fait entendre par mon coéquipier, puis par moi-même. Le team a tout fait pour trouver des solutions, je suis parti 49ème pour mon relais, super motivé, je suis remonté en 20ème position, mais la mécanique en a décidé autrement et c'est finalement la boîte de vitesses qui a lâché... Je remercie toute l'équipe de Moto Ain pour leur travail cette semaine et tous ceux qui nous ont aidés. Les 24H Motos du Mans seront pour nous !"

Bol d'Or 2018 : Déclarations, analyses et classements

Julien Pilot, pilote de la Yamaha n°96 de Moto Ain (abandon) : "Une semaine de travail acharné pour 1h45 de course... L'endurance est souvent un sport ingrat et c'est ce qui fait la valeur de la victoire. Je me focalise déjà sur mon prochain objectif : gagner les 24 Heures du Mans ! Merci à l'équipe pour le travail accompli et merci à tous ceux qui me suivent et me soutiennent !"

Roberto Rolfo, pilote de la Yamaha n°96 de Moto Ain (abandon) : "1h45 de course, voilà combien de temps a duré notre Bol d'Or... C'est un triste épilogue, un problème technique nous a obligés à abandonner. Le pire, c'est de rester dans le paddock ce soir et d'essayer de dormir avec en fond sonore les autres pilotes qui continuent à rouler"...

"C'est avec une immense déception que nous abandonnons après seulement 1h45 de course sur une panne mécanique", confirme l'équipe. "Nous sommes extrêmement fiers de notre team qui n'a pas demérité et qui a réalisé un excellent travail. Il y a des pannes qu'on ne peut malheureusement pas prévoir. Bravo à nos pilotes qui ont travaillé à nos côtés avec passion et professionnalisme. Nous partons avec un goût amer, mais nous sommes des guerriers alors rendez-vous aux 24 Heures du Mans"...

Suzuki n°72

Louis Rossi, pilote de la Suzuki n°72 du Junior Team Suzuki Le Mans Sud (abandon) : "Déception pour l’équipe et moi-même, car après avoir fait une course sur un sacré rythme, nous avons dû abandonner à quelques encablures du drapeau à damier suite un gros souci mécanique (casse moteur, NDLR)... Un grand merci à mes coéquipiers et à toute l’équipe pour leur travail incroyable et leur combativité ! Dommage, mais on a quand même pu montrer notre potentiel. La suite aux 24 Heures Motos !"

Honda n°111

Gregory Leblanc, pilote de la Honda n°111 de Honda Endurance Racing (abandon) : "C'est forcément avec beaucoup de déception que je vous écris ces lignes concernant mon résultat sur le 82ème Bol d’Or. Comme souvent en pareille situation, la casse d’une petite pièce a eu de grosses conséquences sur notre course pour finalement entraîner notre abandon. Tout le team a été bien sûr très déçu de cette issue, d’autant que nous avions réalisé mes coéquipiers et moi une très belle entame de course au guidon de notre Honda CBR 1000 RR SP2. Au moment de notre problème, nous avions même pris les commandes de la course avec un peu moins d'un tour d’avance et j’étais vraiment confiant dans nos chances de bien figurer après deux tours d’horloge. Comme souvent, notre rythme de course était l’un des plus homogènes et notre consommation la plus performante des machines officielles. Malheureusement, la réussite n’était pas de notre côté"...

Bol d'Or 2018 : Déclarations, analyses et classements

"D'un point de vue plus personnel, la déception est d’autant plus grande que physiquement je n’avais absolument aucune séquelle de mon accident", poursuit le coéquipier de Sébastien Gimbert et Erwan Nigon qui se remet d'une grosse blessure. "Mon rythme de course était au moins égal à celui des pilotes qui terminent sur les deux premières marches du podium. Il faut maintenant se remettre au travail pour le prochain rendez vous. Cette performance tronquée m’a donné le goût de la revanche et nous reviendrons encore plus forts aux 24 Heures du Mans !"

Sébastien Gimbert, pilote de la Honda n°111 de Honda Endurance Racing (abandon) : "C'est dommage, malgré une moitié de course parfaite... On avait une bonne stratégie et un bon rythme en course. Au moment de notre problème mécanique à la mi-course, nous sommes en tête du Bol d'Or, mais la dure réalité de l’endurance a encore frappé et quand je rentre la moto au box, je me doute que nos chances viennent de s’envoler. Il s'est avéré que c'était un problème de boulon. Les mécaniciens ont bossé dur et on a repris la piste avec Greg. Il a bien commencé, puis Erwan a pris le relais mais on a commencé à avoir des problèmes de puisssance. C'était trop pour continuer car le Bol d'Or est très rapide et on ne pouvait pas prendre de risques. Pourtant j’y croyais. Notre équipage était homogène et la consommation de la moto nous permet des relais plus longs. A nous de ne pas commettre d’erreurs, le podium était envisageable. Mon rêve était bien sûr de gagner ici... Avant la course j'avais dit que c'était mon dernier Bol, mais maintenant je suis obligé de revenir l'année prochaine !"

Erwan Nigon, pilote de la Honda n°111 de Honda Endurance Racing (abandon) : "C'est toujours dommage d'abandonner, surtout quand on a mené la course, mais c'est de l'endurance et ce n'est pas facile ! La bonne nouvelle c'est qu'on a bien roulé, on avait un bon rythme en course et on a plein d'informations qu'on pourra utiliser pour progresser. L'équipe a fait un travail formidable, ils ont bossé vraiment dur pour nous permettre de repartir ce matin, donc je veux les remercier. Même si on termine trop tôt, on a de quoi être satisfait et on repart plus fort".

Jonny Twelvetrees, team manager de la Honda n°111 de Honda Endurance Racing (abandon) : "On avait très bien commencé la semaine, les réglages étaient bons, les pilotes avaient de bonnes sensations et la moto consommait peu, donc tout le monde était optimiste pour la course. Comme à notre habitude, on a commencé rapidement et on est monté dans le top 3, puis on a pris la tête de la course. Là, on a cru qu'on pouvait suivre notre tableau de marche et viser la victoire. Mais malheureusement, parmi les choses qui vont de pair avec l'endurance, il y a les problèmes mécaniques. C'est ce qui s'est produit avec un boulon de culasse. De retour dans le box, il s'est avéré qu'il était très difficile à démonter et on a dû déposer le moteur. On a pensé à l'abandon, mais on a décidé qu'on devait tout faire pour rester dans la course tant que c'était encore possible. On a donc fait les réparations et repris la piste. Hélas, la moto a commencé à avoir des problèmes avec Erwan. Avec tout le travail qu'on avait déjà effectué, c'était très difficile de faire un diagnostique. On a estimé qu'il fallait abandonner. Ce n'était pas une décision facile à prendre car les mécaniciens avaient beaucoup travaillé. Tous les pilotes ont été super, les mécanos aussi. On a prouvé qu'on avait les capacités de gagner, peut-être la prochaine fois avec un peu plus de chance. Je félicite également le team F.C.C. TSR Honda France qui a gagné, c'est un superbe résultat pour eux et c'était une course fantastique à regarder à la fin".

Kawasaki n°18

Florent Tourné, pilote de la Kawasaki n°18 du team Sapeurs pompiers (abandon) : "Je tiens à remercier toutes l’équipe du Team 18 Sapeurs-Pompiers pour leur accueil et leur confiance. Malheureusement pour nous, après un super début de course en bagarre avec la n°4 pour le podium en stock, nous abandonnons à 2h15 sur casse mécanique... Félicitations à mes coéquipiers, Robin Camus et Kike Ferrer, pour leur super rythme en course. Félicitations également aux mécanos et à tout le staff qui ont tout donné pour nous. Rendez-vous pour de nouvelles aventures !"

Bol d'Or 2018 : Déclarations, analyses et classements

Enrique Ferrer, pilote de la Kawasaki n°18 du team Sapeurs pompiers (abandon) : "Tout se passait bien jusqu'à ce que nous soyons contraints à l'abandon sur panne de moteur (bielle cassée, soupape cassée et piston HS, NDLR). Mais je suis satisfait même si on n'a pas pu terminer car on a tourné avec des temps incroyables qui nous ont menés à la troisième position en Superstock. Merci à l'équipe 18 Sapeurs-Pompiers et à la prochaine j'espère !"

Yamaha n°36

Matthieu Lussiana, pilote de la Yamaha n°36 de 3Art moto Team 95 (abandon) : "Merci à toute l équipe pour cette super aventure humaine".

William Herbillon, team manager de la Yamaha n°36 de 3Art moto Team 95 (abandon) : "Notre passage en EWC se fait un peu dans la douleur, mais nous avons beaucoup de pistes pour trouver des solutions cet hiver".

Kawasaki n°40

Hervé Cheron, pilote de la Kawasaki n°40 de Fast Team Racing (abandon) : "Je souhaite un très bon rétablissement à Manu (Dagault, victime d'une chute très impressionnante en fin de course, NDLR), qui heureusement pour lui s'est "juste" luxé la hanche. Merci à l'équipe pour ce superbe Bol d'Or. Malgré un résultat final qui n'est pas celui espéré, nous avons pris notre pied pendant ces 22 heures de course où nous avons lutté contre la concurrence ! Dans nos têtes nous finissons 7ème stock de cette épreuve et ça en restera là. Merci à l'équipe, à ma femme, à ma famille et aux copains et rendez-vous en avril pour les 24H".

"Nous vous donnons quelques nouvelles rassurantes de notre pilote Manu Dagault", confirme le team : "il n'a pas de fractures, une luxation de la hanche qui nécessite une remise en place et un problème à l'épaule pour le moment pas identifié. Il reste en surveillance à l'hôpital. Merci à toutes et tous pour votre soutien".

Classement à l'arrivée du Bol d'Or 2018

  1. 1 F.C.C. TSR Honda France Honda (EWC) 1
  2. 7 YART - YAMAHA Yamaha (EWC) 2
  3. 13 WEPOL Racing Yamaha (EWC) 3
  4. 8 Bolliger Team Switzerland Kawasaki (EWC) 4
  5. 2 Suzuki Endurance Racing Team Suzuki (EWC) 5
  6. 56 Gert56 German Endurance Racing Team BMW (SST) 1
  7. 11 TEAM SRC KAWASAKI FRANCE Kawasaki (EWC) 6
  8. 4 Webike Tati Team Trickstar Kawasaki (SST) 2
  9. 65 Motobox Kremer Racing #65 Yamaha (EWC) 7
  10. 21 MERCURY RACING BMW (EWC) 8
  11. 77 Wójcik Racing Team Yamaha (EWC) 9
  12. 44 No Limits Motor Team Suzuki (SST) 3
  13. 24 BMRT 3D MACCIO RACING Kawasaki (SST) 4
  14. 333 Yamaha Viltaïs Pierret Experiences Yamaha (EWC) 10
  15. 26 Zuff Racing Team Honda (SST) 5
  16. 777 Wójcik Racing Team 2 Yamaha (SST) 6
  17. 61 MOTOTECH EWC TEAM Yamaha (EWC) 11
  18. 55 National Motos Honda (EWC) 12
  19. 34 JMA MOTOS ACTION BIKE Suzuki (SST) 7
  20. 121 FALCON RACING Yamaha (SST) 8
  21. 35 TMC 35 Yamaha (SST) 9
  22. 14 MACO RACING Team Yamaha (EWC) 13
  23. 37 Space Moto Suzuki (EWC) 14
  24. 50 Motors Events Suzuki (SST) 10
  25. 64 ACRO RACING TEAM 64 Yamaha (EWC) 15
  26. 29 Glazik Moto - Sport Passion Endurance Suzuki (EWC) 16
  27. 156 PLAYERS Kawasaki (SST) 11
  28. 89 PHI ENDURANCE Kawasaki (EWC) 17
  29. 86 PITLANE ENDURANCE Yamaha (SST) 12
  30. 212 Team Dunlop Motors Events Suzuki (SST) 13
  31. 20 FLAM RACING #20 Suzuki (SST) 14
  32. 12 LCR ENDURANCE Yamaha (SST) 15
  33. 38 FGN RACING Yamaha (SST) 16
  34. 70 TeamGP Yamaha (SST) 17
  35. 74 SEIGNEUR MOTORSPORT RACING BMW (SST) 18
  36. 22 TEAM 202 Yamaha (SST) 19
  37. 9 TECMAS  BMW BMW (EWC) 18
  38. 17 TTS EXCENT Kawasaki (EXP) 1

Non qualifiés (moins de 516 tours, 75% du leader)

  • 33 Team 33 Coyote Louit Moto Kawasaki (SST)
  • 62 GSM RACING Suzuki (EWC)
  • 3 AM Moto Racing Competition Kawasaki (SST)

Abandons

  • 40 FAST TEAM RACING Kawasaki (SST)
  • 72 Junior Team LMS Suzuki Suzuki (SST)
  • 90 Team LRP Poland BMW (EWC)
  • 10 SET Racing Yamaha (EWC)
  • 93 Exteria Eko Racing Team BMW (SST)
  • 196 FSB MATT RACING Kawasaki (EWC)
  • 68 ATOMIC 68 Suzuki (SST)
  • 111 Honda Endurance Racing Honda (EWC)
  • 36 3ART- MOTO TEAM 95 Yamaha (EWC)
  • 18 Team 18 Sapeurs Pompiers Kawasaki (SST)
  • 76 Cottard Motosport Suzuki (SST)
  • 6 ERC-BMW Motorrad Endurance BMW (EWC)
  • 27 TRT27 BAZAR 2 LA BECANE Suzuki (SST)
  • 41 Rac 41 Honda (SST)
  • 66 sarazin motorsport by hall moto 02 Yamaha (SST)
  • 91 ENERGIE ENDURANCE 91 Kawasaki (SST)
  • 96 MOTO AIN Yamaha (SST)
  • 16 TEAM BROKE RACING Yamaha (EWC)

Classement au championnat du monde après le Bol d'Or

Catégorie EWC

  1. F.C.C. TSR Honda France (Honda) JPN : 51 points
  2. WEPOL Racing (Yamaha) GER : 43 points
  3. YART - YAMAHA (Yamaha) AUT : 41 points
  4. Suzuki Endurance Racing Team (Suzuki) FRA : 41 points
  5. TEAM SRC KAWASAKI FRANCE (Kawasaki) FRA : 40 points
  6. Bolliger Team Switzerland (Kawasaki) SUI : 37 points
  7. Gert56 German Endurance Racing Team (BMW) GER : 27 points
  8. Webike Tati Team Trickstar (Kawasaki) FRA : 19 points
  9. Motobox Kremer Racing #65 (Yamaha) GER : 13 points
  10. 10 MERCURY RACING (BMW) CZE : 11 points
  11. 11 Wójcik Racing Team (Yamaha) POL : 10 points
  12. 12 Yamaha Viltaïs Pierret Experiences (Yamaha) FRA : 10 points
  13. 13 No Limits Motor Team (Suzuki) ITA : 9 points
  14. 14 Honda Endurance Racing (Honda) GBR : 9 points
  15. 15 BMRT 3D MACCIO RACING (Kawasaki) FRA : 8 points
  16. 16 Zuff Racing Team (Honda) SUI : 6 points
  17. 17 Wójcik Racing Team 2 (Yamaha) POL : 5 points
  18. 18 MACO RACING Team (Yamaha) SVK : 5 points
  19. 19 MOTOTECH EWC TEAM (Yamaha) BEL : 4 points
  20. 20 National Motos (Honda) FRA : 3 points
  21. 21 Junior Team LMS Suzuki (Suzuki) FRA : 3 points
  22. 22 JMA MOTOS ACTION BIKE (Suzuki) FRA : 2 points
  23. 23 FALCON RACING (Yamaha) FRA : 1 point
  24. 24 SET Racing (Yamaha) SWE : 1 point

Catégorie Superstock

  1. Gert56 German Endurance Racing Team (BMW) GER : 27 points
  2. Webike Tati Team Trickstar (Kawasaki) FRA : 19 points
  3. No Limits Motor Team (Suzuki) ITA : 9 points
  4. BMRT 3D MACCIO RACING (Kawasaki) FRA : 8 points
  5. Zuff Racing Team (Honda) SUI : 6 points
  6. Wójcik Racing Team 2 (Yamaha) POL : 5 points
  7. Junior Team LMS Suzuki (Suzuki) FRA : 3 points
  8. JMA MOTOS ACTION BIKE (Suzuki) FRA : 2 points
  9. FALCON RACING (Yamaha) FRA : 1 point

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Yamaha MT-03 2020 : A2 doigts d'une grande moto

Le roadster MT-03 adopte pour 2020 le "grand méchant look" propre aux motos Yamaha de la gamme Master of Torque (MT), ainsi qu'une nouvelle fourche inversée et une ergonomie revue. Cette évolution par petites touches renforce les nombreuses qualités de cette attachante moto naturellement compatible avec le permis A2. Essai.
Roadster 3 commentaires
Essai Yamaha MT-125 2020 : que de la gueule ?

La Yamaha MT-125 lancée en 2014 reçoit une nouvelle face avant menaçante inspirée de la MT-09 et le moteur à distribution variable découvert l'an dernier sur l'YZF-R125. De quoi légitimer son statut de roadster 125 cc le plus cher du marché ? MNC est allé vérifier à Malaga (Espagne) pour un premier essai. 
Essai Yamaha Tmax 560 2020 : roi de la jungle urbaine !

Avec le permis moto et 14 000 euros en poche dans une concession Yamaha, vous pouvez opter pour l'excitante sportive YZF-R6, le crapuleux roadster MT-10 de 160 ch... ou le nouveau Tmax 560 dans sa luxueuse version Tech Max ! MNC vous explique pourquoi choisir le scooter est loin d'être insensé... même pour un motard ! Essai.
Scooter 10 commentaires
Duel 790 Adventure Vs Ténéré 700 : Moto-Net.Com prend les paris, d'accord ? 

Invaincu sur le (Paris) Dakar depuis 18 ans, KTM lance cette année une nouvelle moto typée trail : la 790 Adventure. En face d'elle se dresse une autre grande nouveauté : la Ténéré 700 avec laquelle Yamaha compte s'imposer commercialement. MNC teste ces deux montures et livre son pronostic.
Tous les Duels 4 commentaires

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Johann Zarco annonce son arrivée chez Ducati Avintia en 2020

L'attendue signature de Johann Zarco dans le team satellite Avintia est rendue publique par l'ancien pilote KTM après plusieurs semaines d'intenses tractations. Le français prend la place de Karel Abraham sur une GP19 aux côtés d'Esteve Rabat, avec un contrat d'un an et l'espoir d'intégrer l'équipe officielle Ducati en 2021 ! Selon les informations MNC, l'annonce officielle sera faite demain mardi. Explications.
Pilotes et équipes 7 commentaires
Essai Yamaha MT-03 2020 : A2 doigts d'une grande moto

Le roadster MT-03 adopte pour 2020 le "grand méchant look" propre aux motos Yamaha de la gamme Master of Torque (MT), ainsi qu'une nouvelle fourche inversée et une ergonomie revue. Cette évolution par petites touches renforce les nombreuses qualités de cette attachante moto naturellement compatible avec le permis A2. Essai.
Roadster 3 commentaires
Essai Yamaha MT-125 2020 : que de la gueule ?

La Yamaha MT-125 lancée en 2014 reçoit une nouvelle face avant menaçante inspirée de la MT-09 et le moteur à distribution variable découvert l'an dernier sur l'YZF-R125. De quoi légitimer son statut de roadster 125 cc le plus cher du marché ? MNC est allé vérifier à Malaga (Espagne) pour un premier essai. 
Les chiffres du marché moto, scooter et 3-roues en novembre 2019

Le Journal moto du Net propose à ses abonnés Premium les chiffres du marché moto et scooter en novembre 2019. En attendant notre analyse complète mensuelle, découvrez dès maintenant nos graphiques ainsi que les 100 meilleures ventes en France par modèles.
Novembre 1 commentaire
Valentino Rossi et Lewis Hamilton échangent leur prototype à Valence

Valentino Rossi reprend le volant d'une Formule 1 ce lundi à Valence (Espagne) dans le cadre d'un échange inédit avec Lewis Hamilton : le Docteur s'installe dans le baquet de la Mercedes du champion du monde de F1, qui fait ses premiers tours de roue sur une MotoGP au guidon de la Yamaha M1 !
De Puniet et Rossi sur la Panigale ERC en endurance mondiale

Deux français et un tchèque sur une italienne dans une équipe allemande : le team ERC Endurance, qui passe sur Ducati pour les 8H de Sepang et le reste de la saison FIM EWC, vient d'annoncer son trio de pilotes.
8H de Sepang 2 commentaires
Tarifs motos de route KTM : hausses en 2020, avantages fin 2019

KTM nous communique les prix de ses motos de route pour 2020 avec trois nouveautés : 390 Adventure, 890 Duke R et 1290 Super Duke R. Pour leur garantir un peu de place dans ses concessions françaises, le constructeur autrichien accorde des avantages sur ses modèles 2018/2019. Explications.
Nouveautés 2020 2 commentaires
Clément Villet au comité exécutif de Yamaha Motor Europe

Le français Clément Villet, directeur de la division deux-roues au siège européen de Yamaha à Amsterdam depuis cinq ans, intègre le comité exécutif de Yamaha Motor Europe. Explications.
Audience TV MotoGP : Canal+ annonce une hausse de 66% en France !

Canal+ annonce avoir rassemblé en moyenne 412 000 spectateurs en France pour sa première année de diffusion exclusive du championnat du monde Moto GP. Cette audience impressionnante serait en hausse de 66% par rapport à la diffusion 2018 sur Eurosport, assure la chaîne cryptée... Explications.
MotoGP 2019 19 commentaires

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

  • En savoir plus...