• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
DANS LA LIGNE DE MIR
Paris, le 4 septembre 2020

Les médecins ont-ils mal évalué le cas Marquez ?

Marquez estime que ses docteurs ont fait une erreur d'appréciation

Au repos forcé au moins jusqu'à mi-octobre suite sa deuxième opération, Marc Marquez doit se résoudre à laisser filer le titre MotoGP sans pouvoir se défendre... Amer, le pilote officiel Honda regrette une mauvaise appréciation du corps médical. Mise au point.

Imprimer

"C'est bizarre d'être chez moi, sans courir, après huit ans sans manquer aucune course : je dois maintenant me montrer patient et respecter mon corps", philosophe Marc Marquez, grand absent du championnat du monde MotoGP 2020 depuis sa grosse chute à Jerez (Espagne)... 

L'impétueux catalan s'était remis en selle seulement six jours après son opération de l'épaule droite, motivé par l'espoir de disputer le GP d'Andalousie sur le même circuit. Mais la douleur, trop forte, l'avait contraint à jeter l'éponge : deuxième résultat blanc pour le porteur de la couronne !

Mais cet incroyable scénario ne s'arrête pas là : le n°93 a ensuite endommagé la plaque en titane chargée de réduire sa fracture de l'humérus. A ce sujet, les versions diffèrent : la plaque pourrait avoir cédé face aux trop fortes sollicitations exercées par le n°93, mais son équipe prétend que l'ouverture d'une simple baie vitrée (!) en serait la cause...

Quoi qu'il en soit, le bilan est le même : Marquez est retourné sur le billard début août pour changer la plaque en question, ce qui l'a contraint à tirer un trait sur les Grands Prix de République tchèque, d'Autriche et de Styrie... Soit déjà cinq résultats blancs alors que la saison écourtée à cause du Covid-19 ne compte que 14 courses !

"Ils avaient tort", accuse Marquez

"La première opération s’était pourtant bien déroulée", se justifiait alors le Dr Xavier Mir, chirurgien attitré des stars du MotoGP. "Mais nous ne nous attendions pas à ce que la plaque posée soit insuffisante : le stress exercé à cet endroit a entraîné quelques dommages qui nécessitaient de la remplacer".

 

Cette explication laisse toutefois un goût amer à Marc Marquez, car selon lui les médecins lui avaient affirmé que la plaque supporterait toutes les contraintes nécessaires pour revenir sur sa MotoGP de 280 chevaux. "Ils nous ont dit que la plaque ne céderait pas, mais ils avaient tort", accuse-t-il.

Le chef de file Honda, qui a suivi une rééducation intensive en pensant que sa blessure ne s'aggraverait pas, admet s'en être remis aveuglément à Mir (le médecin, pas le pilote Suzuki !) : "si vous vous faites opérer de la jambe et que le médecin vous dit que vous pouvez marcher sans béquilles et que vous n'avez pas mal, qu'allez-vous faire ? Vous le faites, bien entendu !"

"Mais la plaque n'a pas tenu, c'était une erreur", déplore l'octuple champion du monde des Grands Prix qui ne tient pourtant pas rancune au chirurgien : "le docteur Mir m'a opéré mille fois sans encombre, seule cette intervention a mal tourné : je lui renouvellerai ma confiance sans problème".

Retour prévu mi-octobre, voire mi-novembre !

Dans la mesure où un os demande entre six et huit semaines pour se ressouder, Marc Marquez était toutefois conscient de mettre en péril son intégrité physique. Quand bien même sa plaque était censée supporter tous ses efforts, tous les corps mous (muscles) autour de sa fracture étaient encore "à vif" lors de son retour précipité.

 

D'autre part, il semble difficile d'imaginer qu'un médecin l'autorise à forcer sans compter dès sa sortie du bloc opératoire, surtout au regard des risques inhérents à la moto de haut niveau. Comment lui garantir quoi que ce soit alors que Marquez - pas spécialement adepte de la demi-mesure ! - pouvait à tout moment retomber sur son épaule et donc a minima tordre cette plaque ?

En tout état de cause, risque assumé ou erreur médicale, le n°93 est désormais sur la touche pour une longue durée : son retour n'interviendrait pas avant "deux à trois mois" afin qu'il puisse cette fois récupérer "à 100%", a prévenu le HRC mi-août. Ce qui nous amène au minimum au Grand Prix de France le 11 octobre, voire au Grand Prix d'Aragon le 18 octobre...

Marc Marquez accumulerait alors entre neuf et dix "zéros" et n'aurait plus qu'entre quatre et cinq courses pour marquer des points ! Autrement dit : le champion du monde va céder sa couronne sans même la défendre. "La saison est perdue", reconnaît-il avec fatalisme, même si certaines rumeurs avancent son retour à fin septembre...

"La saison est perdue" pour Marquez... et Honda !

Car pour le HRC, l'heure est grave : en l'absence de son prodige, Honda connaît son pire début de saison en catégorie reine depuis... 1981 ! Après cinq courses, aucun pilote Honda n'a signé de pole position ni de podium : Takaaki Nagakami, 6ème au provisoire, est le meilleur représentant de la marque ailé sur sa RCV 2019 !

 

Son coéquipier Cal Crutchlow, blessé au poignet à Jerez, n'est que l'ombre de lui-même sur sa Honda semi-officielle : le britannique pointe au 21ème rang (!) avec seulement 7 points contre 70 pour le leader Fabio Quartararo. Le rapport est de un à dix !

Crutchlow ne s'en cache pas : la décision de Honda de l'évincer l'an prochain pour recaser Alex Marquez affecte sa motivation. L'anglais affirme par ailleurs que le HRC lui accorderait moins de soutien, comme s'il avait déjà quitté les murs... Il espère dorénavant récupérer l'Aprilia de Iannone, à moins que Dovizioso - en partance de chez Ducati - ne lui soit préféré !

Quant à Alex Marquez, justement, ses débuts sur la moto championne du monde sont catastrophiques : le tenant du titre Moto2 stagne en fond de peloton, aux essais comme en course. Résultat : le team Honda-Repsol pointe actuellement à la dernière place du classement par équipe avec 15 points contre 102 pour Yamaha Petronas-SRT !

Au final, cet épisode n'handicape pas que l'actuel meilleur pilote du plateau MotoGP : elle met également à genou le plus puissant des constructeurs japonais, qui se retrouve brutalement placé face aux limites de sa politique exclusivement tournée vers son champion...

Qui pour succéder au roi ?

Charge maintenant aux rivaux de Marc Marquez d'en profiter, ce qui n'est pour l'instant pas encore totalement assumé : le championnat se cherche clairement un nouveau leader. Fabio Quartararo, parti en trombe avec ses deux victoires à Jerez, a plus de mal à assumer ce statut, tandis qu'Andrea Dovizioso qui le suit fonctionne à l'alternatif : 11ème à Brno puis vainqueur en Autriche !

 

Quant aux pilotes officiels Yamaha, ni Viñales ni Rossi ne constituent à ce stade une menace sérieuse : l'espagnol - très solide à Jerez - ne pointe plus qu'au 5ème rang après avoir raté les trois courses suivantes, tandis que l'italien est englué à la 7ème position en raison d'un évident manque de vitesse. 

Les deux équipiers sont par ailleurs confrontés à d'inquiétants problèmes mécaniques sur leur M1 qui handicape leurs performances : Rossi a dû abandonner sur casse lors de la manche d'ouverture, Morbidelli l'a imité la course suivante et l'un des cinq moteurs de Viñales a dû être renvoyé au Japon. 

Yamaha a donc abaissé le régime maxi des M1 pour éviter d'autres incidents, bridant d'autant leurs chances de résister aux véloces Ducati et KTM. Des motos Oranges qui sont désormais arrivées à maturité, comme le soulignent leurs deux victoires en trois courses : Binder en République tchèque et Oliveira en Autriche !

Classement provisoire MotoGP 2020

  1. Fabio QUARTARARO Yamaha FRA (70 points)
  2. Andrea DOVIZIOSO Ducati ITA (67 points)
  3. Jack MILLER Ducati AUS (56 points)
  4. Brad BINDER KTM RSA (49 points)
  5. Maverick VIÑALES Yamaha SPA (48 points)
  6. Takaaki NAKAGAMI Honda JPN (46 points)
  7. Valentino ROSSI Yamaha ITA (45 points)
  8. Joan MIR Suzuki SPA (44 points)
  9. Miguel OLIVEIRA KTM POR (43 points)
  10. Pol ESPARGARO KTM SPA (35 points)
  11. Franco MORBIDELLI Yamaha ITA (32 points)
  12. Johann ZARCO Ducati FRA (30 points)
  13. Alex RINS Suzuki SPA (29 points)
  14. Danilo PETRUCCI Ducati ITA (25 points)
  15. Alex MARQUEZ Honda SPA (15 points)
  16. Aleix ESPARGARO Aprilia SPA (15 points)
  17. Iker LECUONA KTM SPA (13 points)
  18. Francesco BAGNAIA Ducati ITA (9 points)
  19. Bradley SMITH Aprilia GBR (8 points)
  20. Tito RABAT Ducati SPA (7 points)
  21. Cal CRUTCHLOW Honda GBR (7 points)
  22. Michele PIRRO Ducati ITA (4 points)

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?
Essai vidéo du scooter à trois-roues Kymco CV3

Kymco passe à la "puissance 3" avec son nouveau et ambitieux CV3, premier scooter à trois-roues propulsé par un bicylindre en plus d'être généreusement équipé : suffisant pour inquiéter la référence MP3 ? Réponses dans notre vidéo, en complément de notre essai complet à lire sur MNC.
Essai scooter à trois-roues CV3 : Kymco Met la Puissance 3 !

Kymco roule des mécaniques avec son nouveau scooter à trois-roues CV3 et son puissant bicylindre de 50,3 ch - architecture inédite chez les tripodes - pour se distinguer et tenter de surpasser la référence MP3 500. Pari réussi pour cette nouveauté taïwanaise accessible avec un permis voiture (B) ? Réponses dans notre essai MNC.
Kawasaki Z900RS SE et Z900 SE : le bilan de notre essai en vidéo

Outre des coloris 50th Anniversary proposés sur ses "roadzters" (sauce Sugomi ou néo-rétro), Kawasaki célèbre les 50 ans de la Z1 avec une paire d’éditions spéciales : la Z900RS SE et la Z900 SE dont Moto-Net.Com a pu tester le freinage avant Brembo et l’amortisseur arrière Öhlins. Bilan en vidéo.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Régulateur de vitesse moto universel Beracruise Skate Lock

Le français Philippe Beraka invente le premier régulateur de vitesse à aimants adaptable sur tous les accélérateurs de motos, scooters et quads. Simple à installer et à utiliser, ce Beracruise Skate Lock est sans entretien et inusable, en plus d'être à un prix accessible.
Pourquoi Fabio Quartararo sera pénalisé au GP de Grande-Bretagne 2022 ?

Non vraiment, Moto-Net.Com pose la question à la direction de course du MotoGP  : pourquoi Fabio Quartararo devrait-il réaliser un "Long Lap" lors du prochain Grand Prix MotoGP à Silverstone ? Parce que son dépassement sur Aleix Espargaro à Assen était trop ambitieux ! Vous n’êtes pas bien sérieux...
Pays-Bas 5 commentaires
Yamaha fulmine contre la sanction "injuste et incohérente" reçue par Quartararo

Le team officiel Yamaha ne digère pas - loin s'en faut - la pénalité de tour rallongé (Long Lap) que devra observer son leader Fabio Quartararo lors du prochain Grand Prix en Grande-Bretagne. Son directeur Lin Jarvis fustige le manque d'équité, d'objectivité et de cohérence des commissaires MotoGP : rien que ça !
Pays-Bas 2 commentaires
Réactions des pilotes MotoGP au fracassant Grand Prix des Pays-Bas 2022

Vainqueur magistral des deux derniers GP, Fabio Quartararo est tombé de son piédestal ce dimanche à Assen. Tombé deux fois ! Bagnaia, Bezzecchi, Vinales et Aleix Espargaro abordent la longue pause estivale plus sereinement que notre champion toujours leader au provisoire. Et que Zarco toujours troisième ? Réactions du Top 10 et plus.
Le constructeur anglais CCM lance une nouvelle moto : la Classic Tracker

Clews Competition Machines (CCM) - petite marque britannique aux origines tout-terrain - produit une gamme de séduisantes motos rétros à moteur monocylindre : dernière en date, la Classic Tracker. Présentation.
Piaggio succède à KTM à la tête de l'association européenne des constructeurs de motos (ACEM)

L'association européenne des constructeurs de motos confie sa présidence à Michele Colaninno, directeur général produits, marketing et innovation du groupe Piaggio. La diminution des émissions de carbone et l'électrification sont les enjeux majeurs de son mandat de deux ans.
HJC lance le casque modulable i100 avec mentonnière réversible 

Le nouveau casque i100 de HJC est le premier modulable de la marque coréenne doté d'une mentonnière basculable sur l'arrière. Équipements et aspects pratiques font aussi partie des arguments de cet ouvrable qui répond à la nouvelle norme ECE 22-06. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Calendrier MotoGP 2022

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2022

GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

Courses 2022

GP moto du Qatar 6 mars : GP du Qatar
GP moto d'Indonésie 20 mars : GP d'Indonésie
GP moto d'Argentine  3 avril : GP d'Argentine
GP moto des Amériques 10 avril :  GP des Amériques
GP moto du Portugal 24 avril : GP du Portugal
GP moto d'Espagne 1er mai : GP d'Espagne
GP de France moto 15 mai : GP de France
GP moto d'Italie 29 mai : GP d'Italie
GP moto de Catalogne 5 juin : GP de Catalogne
GP moto d'Allemagne 19 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 26 juin : GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande10 juillet : GP de Finlande
GP moto de Grande-Bretagne 7 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 21 août : GP d'Autriche
GP moto de San Marin 4 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Aragon 18 septembre : GP d'Aragón
GP moto du Japon 25 septembre : GP du Japon
GP moto de Thaïlande 2 octobre : GP de Thaïlande
GP moto d'Australie 16 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie 23 octobre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 6 novembre : GP de Valence


SAISON 2022   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...