• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTO GP 2012 - ALLEMAGNE
Paris, le 9 juillet 2012

Grand Prix d'Allemagne Moto GP : déclarations et analyses

Grand Prix d'Allemagne Moto GP : déclarations et analyses

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations et les résultats des principaux pilotes de la catégorie reine, ainsi que l'analyse de leurs réussites et de leurs échecs par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du GP d'Allemagne 2012.

Imprimer

Moyennement palpitante depuis son début (lire MNC du 2 juillet 2012 : le MotoGP sur la mauvaise pente ?), la saison 2012 de MotoGP gagne en intensité peu avant sa première moitié grâce à deux dernières courses riches en rebondissements.

Ainsi le GP des Pays-Bas et le GP d'Allemagne ont-ils relancé la donne : alors que Lorenzo semblait s'envoler au championnat, le Majorquin se fait striker par Bautista à Assen et aborde le Sachsenring avec des béquilles en plus mais un moteur en moins (lire MNC du 2 juillet 2012 : Bautista sanctionné, Lorenzo agacé).

A ce moment, on se dit que le champion du monde 2010 est mal parti : un temps en retrait à cause de soucis d'adéquation entre la partie-cycle de sa RCV et le nouveau Bridgestone avant, Stoner est revenu à son meilleur niveau et pointe à égalité avec le n°99 au championnat...

Moyennement compétitif au Sachsenring, Lorenzo s'apprête donc à dérouiller lorsque le deuxième rebondissement de l'été lui ouvre de nouvelles perspectives : son rival Australien s'auto-élimine dans les derniers instants d'une course magistralement remportée par Pedrosa! Voila désormais les trois hommes forts du championnat séparés par seulement 20 points avant le prochain rendez-vous en Italie la semaine prochaine.

Malgré la pluie qui s'est abattue juste avant le Grand Prix Moto3, les spectateurs allemands n'ont donc pas regretté le déplacement au Sachsenring, d'autant plus que leur compatriote Sandro Cortese s'est imposé dans cette catégorie !

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (3ème en qualifs et 1er en course) : “Je suis vraiment très heureux de cette victoire. Nous avons enfin réussi et c'est génial pour moi mais surtout pour toute l'équipe, qui n'a jamais abandonné, pour ma famille et aussi pour mes fans, qui me poussent et qui me soutiennent en permanence, même lorsque la victoire nous échappe et que nous ne faisons que des deuxièmes ou troisièmes places".

"Les podiums que nous avons eus cette saison sont très importants mais je voulais offrir une victoire à mon team. Elle est arrivée aujourd'hui, sur un circuit que j'aime beaucoup. La course a cependant été très difficile. Casey a aussi fait une superbe course, il m'a mis énormément de pression à la fin. Je savais que j'étais assez rapide et que nous devions nous battre pour la victoire jusqu'au dernier virage. Je me suis appliqué pour freiner tard et fort, fermer les portes et remporter la victoire".

L'analyse Moto-Net.Com : Enfin ! Il l'a tient enfin sa première victoire, Dani Pedrosa ! Six fois sur le podium lors des sept premières courses, le Catalan parvient à grimper sur la plus haute marche à sa huitième tentative, huit mois après sa dernière victoire signée au GP du Japon 2011.

Auteur du meilleur départ et du meilleur tour en course (1'22.304), le probable futur coéquipier de Marc Marquez s'est construit son succès à la force du poignet droit. D'abord en dépassant Stoner après presque vingt tours passés dans son sillage. Puis en lui résistant durant les dix dernières boucles, ce qui n'a rien d'un mince exploit puisque les deux hommes disposent de la même moto et des mêmes pneus !

Contraint d'utiliser des trajectoires plus protectrices pour fermer les portes, le "jockey Espagnol" a opposé une sacrée résistance au "roc Australien". Tant et si bien que celui-ci a fini par partir à la faute, après une première alerte assez chaude quelques tours auparavant. Débarrassé de son rival, le n°26 a pu "tranquillement" filer vers sa troisième victoire de rang au Sachsenring et son seizième succès en MotoGP.

Un cran en dessous de Stoner et de Lorenzo depuis le début de la saison, voila désormais Pedrosa en seconde position au championnat, à seulement quatorze petites longueurs de son compatriote ! Franchement, qui aurait parié sur un pareil revirement de situation avant le rendez-vous allemand ?

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory (5ème en qualifs et 2ème en course) : "Tout peut complètement changer en une course. Aux Pays-Bas, nous étions passés d'un avantage de vingt-cinq points à zéro, nous avions perdu un moteur et nous étions très, très déçus. Aujourd'hui nous avons eu de la chance que Casey chute, malheureusement pour lui".

"J'aurais été satisfait de la troisième place parce que ma moto et mon train arrière n'étaient pas au point. La course a été très dure. Je termine toujours deuxième ici ! J'aurais préféré ne pas chuter à Assen et que Casey ne chute pas ici mais ce sont des choses qu'on ne contrôle pas, c'est la course. Nous avons eu un peu de mal ce week-end, avec une météo instable, et nous ne pouvons qu'être contents de notre résultat".

L'analyse Moto-Net.Com : Pauvre Jorge Lorenzo ! En tête du championnat avec 25 points d'avance, il perd tout le bénéfice de ses - louables - efforts à cause de Bautista et se retrouve en Allemagne à égalité avec Stoner et la cheville chiffonnée. Pour ne rien arranger, le pilote Yamaha perd aussi un moteur : suite à sa sortie de piste, le 4-cylindres de sa M1 a commencé à prendre feu, ce qui ne lui laisse plus que cinq blocs pour finir la saison (les pilotes MotoGP n'ont le droit d'utiliser que 6 moteurs dans l'année, 12 pour les CRT).

Puisqu'il n'est absolument pas responsable de sa chute, le Majorquin a bien tenté d'obtenir une dérogation afin de bénéficier d'un moteur supplémentaire : "pas question", ont répondu la plupart de ces adversaires. Résultat, c'est avec des béquilles et le moral en berne que "Cali-renzo" a abordé le huitième rendez-vous du calendrier : c'est pô juste !

Pour ne rien arranger, Bridgestone l'a aiguillé vers un mauvais choix pneumatique : parti en pneus slicks durs sur les conseils du manufacturier japonais, l'officiel Yamaha n'a jamais été en mesure de descendre sous les 1'23 en course (meilleur tour en 1'23.057), contrairement à ses deux rivaux du HRC !

Là encore, le n°99 a de quoi nourrir des regrets puisque ses chronos réalisés en essais montrent qu'il était tout à fait capable d'égaler les performances des Honda officielles (1'22.647 en essais libres 1 et 1'22.950 au warm up). Bridgestone aurait-il pêché par excès de prudence suite aux soucis rencontrés a Assen (lire MNC du 8 juillet 2012) ?

Toujours est-il que Lorenzo n'a pas "vu le jour" dimanche après-midi, et a vécu une course en solitaire sans jamais menacer les Honda. Mais alors qu'il s'était résigné à passer sous le drapeau à damiers - loin - derrière les RC213V officielles, voila que la résistance de Pedrosa vient à bout des nerfs de Stoner dans les derniers instants !

Courtoisement désolé pour l'Australien, le Majorquin n'a pas caché sa joie devant ce revirement : contrairement à ce qu'il commençait à craindre, la chance, cet ingrédient essentiel dans la quête du titre, ne l'a donc abandonné !

Andrea Dovizioso, Yamaha-Tech3 (8ème en qualifs et 3ème en course) : "Je suis vraiment très heureux de finir une fois de plus sur le podium, c'est génial de le faire ici parce que c'est une piste qui ne me réussissait pas vraiment jusqu'ici. C'était pareil à Assen la semaine dernière et ces deux podiums montrent que nous faisons de l'excellent travail avec Monster Yamaha Tech3".

"Nous avons bien sûr eu de la chance de finir troisièmes grâce à la chute de Casey mais ça prouve qu'il était crucial pour moi de rester en tête de la bataille avec Cal et Ben durant toute la course. Maintenant nous allons au Mugello avec le plein de confiance et notre objectif sera de nous battre pour un autre podium".

L'analyse Moto-Net.Com : Troisième podium en huit courses pour Dovizioso avec la Yamaha Tech 3 : à ce train là, l'Italien pourrait envisager d'égaler sa meilleure saison MotoGP réalisée l'an passé avec la RCV officielle (7 podiums) !

De plus en plus à l'aise au guidon de la M1, Andrea Dovizioso espère bien que ces résultats plaideront en sa faveur auprès de Yamaha où il compte occuper le statut de pilote officiel l'an prochain aux côtés de Lorenzo. Mais pour l'instant, la partie est loin d'être gagnée pour le n°4...

D'une part, parce que Ben Spies n'est pas encore totalement rayé des tablettes des dirigeants japonais : selon Lin Jarvis, le directeur du team, le Texan peut encore sauver son guidon si ses résultats s'améliorent. En outre, "Dovi" n'est pas le seul à briguer la moto du n°11 : son coéquipier Cal Crutchlow vise exactement la même cible, tandis que Lorenzo a récemment déclaré qu'il n'aurait rien contre un retour de Valentino Rossi à ses côtés en 2013 !

Pas certain que son actuelle quatrième place au classement provisoire suffise à lui assurer une promotion, Andrea Dovizioso espère en savoir plus après le Grand Prix d'Italie, qui se déroulera sur le circuit du Mugello la semaine prochaine.

Ben Spies, Yamaha Factory (2ème en qualifs et 4ème en course) : "Ça a été une course frustrante mais je suppose que je peux être content d'être dans le Top 5. Nous avions le potentiel pour faire mieux mais j'ai tout donné avec le set-up que j'avais".

"Je manquais de grip et d'accélération, j'avais donc décidé de suivre Dovi et Cal. Je voyais que Cal était de plus en plus impatient, qu'il voulait doubler Dovi, et j'espérais que sa manoeuvre me laisse la place pour passer. J'avais un bon rythme mais je ne pouvais pas les passer au freinage".

L'analyse Moto-Net.Com : Yamaha a beau assurer que la confiance accordée à Ben Spies n'est pas altérée par son incompréhensible manque de compétitivité, on ne voit pas très bien comment il pourrait conserver son guidon dans ces conditions...

Une fois de plus battu par une M1 satellite, le n°11 n'est pas passé loin de terminer derrière les deux Yamaha Tech 3 : sans le tout-droit de Crutchlow dans la dernière partie de course, c'était la position qui lui tendait les bras.

Malgré quelques coups d'éclats (2ème en qualifs), Ben Spies n'est plus ce pilote capable de gagner des Grands Prix que le MotoGP a découvert avec des yeux émerveillés en 2010. Pour certains, le coéquipier de Lorenzo a la ressource nécessaire pour inverser la tendance : on ne devient pas champion du monde Superbike dès sa première saison par hasard ! Mais pour d'autres, c'est déjà trop tard...

Stefan Bradl, Honda-LCR (6ème en qualifs et 5ème en course) : "Cette course aura été particulièrement éprouvante et difficile à gérer dès son entame car je devais me battre en permanence pour maintenir l'écart avec les pilotes qui me suivaient. J'ai de nouveau réussi à prendre un bon départ avant d'être en mesure de pouvoir rester dans la roue des pilotes Yamaha pendant un petit moment".

"Mais après trois ou quatre tours seulement, je sentais bien que notre vitesse de passage en courbe était insuffisante, tout comme l’adhérence sur l'angle maximal dans les virages à gauche qui nous faisait défaut. La moto s'est alors mise à patiner et glisser".

"Ça m’a alors mis en difficulté dans la mesure où je ne pouvais plus attaquer comme voulu, et j'ai malheureusement été contraint de rendre légèrement la main à mi-course en les laissant partir. J'ai ensuite dû faire face à la pression des autres pilotes jusqu'au drapeau à damier, ce qui n'a pas été une mince affaire".

"Je devais à tout prix éviter de me faire passer par Rossi, Hayden et Barbera dans les trois derniers tours. Je suis en définitive vraiment ravi de l'issue de la course car j'ai réussi à contenir leurs attaques, et cette cinquième place est une superbe récompense pour de nombreuses personnes ici lors de mon Grand Prix national: ma famille, mon équipe et bien évidemment mes supporters".

L'analyse Moto-Net.Com : A domicile, le rookie Stefan Brald n'a pas déçu : brillant animateur d'une séance qualificative disputée sous la pluie, le pilote LCR a confirmé sur le sec en course avec une flatteuse cinquième place.

La performance est d'autant plus remarquable que le tenant du titre Moto2 a du défendre sa place quasiment toute la course face à trois adversaires nettement plus expérimentés : Rossi, Barbera et Hayden. Ravi de sa prestation après un Grand Prix d'Assen gâché par une chute en début de course, le n°6 pointe à la neuvième place au général avec trois points d'avance sur Ben Spies.

Valentino Rossi, Ducati (9ème en qualifs et 6ème en course) : "Aujourd’hui, en course, ça s’est un peu mieux passé. Ce week-end, on a décidé de travailler sur des réglages similaires à ceux de Barcelone et de l’Estoril, pour moins souffrir avec le pneu arrière. Même si on a peu tourné sur le sec, ces réglages se sont avérés assez efficaces. Cela m’a permis de garder un rythme régulier et plutôt rapide jusqu’à la fin. Notre retard sur les Honda est très grand, mais les Yamaha étaient plus proches aujourd’hui".

"Quand je me suis rendu compte que je n’avais pas un rythme suffisant pour me détacher du groupe dans lequel j’étais, j’ai attendu le bon moment pour attaquer et j’ai fini par presque tous les passer. J’étais presque au coude à coude avec Bradl pour essayer de le dépasser quand les commissaires ont exposé les drapeaux jaunes pour la chute de Stoner (les dépassements sont interdits sous drapeaux jaunes, NDLR)".

"Je finis sixième, c’est mon meilleur résultat cette année sur le sec, on va donc continuer dans cette direction. La moto est un peu plus difficile à piloter, mais au moins j’arrive à freiner fort et à aller au bout avec un bon rythme".

L'analyse Moto-Net.Com : Transparent aux essais, aussi bien sur le mouillé en qualifs que sur le sec au warm-up, Valentino Rossi a vécu une première partie de course du même tonneau. A la lutte avec son coéquipier Nicky Hayden et Hector Barbera, le n°46 semblait se diriger vers un résultat modeste et un Grand Prix sans relief...

Mais c'était sans compter sans le génie et la hargne qui habitent le nonuple champion du monde ! Soudainement bien plus incisif, le n°46 a remonté son groupe avec ce panache qui fait que les tribunes des Grands Prix continuent à majoritairement s'habiller de jaune.

Bien qu'il ne signe que le troisième meilleur temps des pilotes Ducati derrière Hayden et Barbera (1'23.293 contre 1'23.267 pour le n°69 et 1'23.291 pour le n°8), l'Italien réalise sa meilleure course de l'année sur le sec. Certes, la performance reste modeste pour un pilote de son calibre : Rossi termine tout de même à 28,050 sec du vainqueur...

D'un autre côté, la pugnacité du n°46 lui permet de conforter sa 6ème place provisoire et d'inscrire de gros points au championnat. Mais aussi auprès d'Audi, le nouveau propriétaire de Ducati dont le big boss avait fait le déplacement au Sachsenring pour "prendre le pouls" du service course de la marque de Bologne !

"C’est la première fois que je viens sur une course MotoGP et j’apprécie énormément, je suis fasciné", a commenté Rupert Stadler, le président du directoire d'Audi AG (à gauche avec une veste marron sur la photo ci-contre, aux côté du boss de Dorna, Carmelo Ezpeleta et du patron de Ducati, Gabriele Del Torchio).

Interrogé sur ses intentions, l'Allemand a précisé qu'il était encore "trop tôt" pour parler de l’avenir et de l'influence du rachat d'Audi sur les orientations du programme compétition Ducati. "Nous allons d’abord analyser la situation et nous déciderons ensuite", a-t-il précisé.

De son côté, Valentino Rossi s'est montré très satisfait de sa prise de contact avec les dirigeants de la marque appartenant au groupe Volkswagen : "ce fut une rencontre très positive" » a-t-il indiqué. "Ils sont très optimistes, ils ont l’intention de poursuivre le projet MotoGP et ils ont aussi envie de le faire avec moi".

Requinqué par son tête à tête avec Stadler, le Docteur s'est montré beaucoup plus souriant qu'à Assen - où il a ouvertement remis en cause l'approche de la course de Ducati. Regrettant alors que son employeur ne réponde pas à ses demandes techniques, le transalpin a fait savoir ce week-end qu'il testerait finalement une évolution châssis lors des tests prévus après le Grand Prix du Mugello : visiblement, son "coup de gueule" des Pays-Bas a été entendu à Bologne !

Cal Crutchlow, Yamaha Tech3 (4ème en qualifs et 8ème en course) : "Je suis vraiment déçu et je pense que je méritais mieux. Mon erreur a été de ne pas passer Andrea plus tôt parce que j'avais le rythme pour être avec Lorenzo. J'attendais les cinq derniers tours pour attaquer mais je suis malheureusement parti trop large dans le premier virage".

"J'ai fait une erreur mais je suis reparti en piste et j'ai fait de mon mieux pour reprendre deux places, ce qui n'est pas si mal. Je ne sais pas pourquoi mais j'avais l'impression que la moto d'Andrea accélérait mieux que la mienne et qu'il était plus rapide sur la ligne droite".

"J'ai une fois de plus montré de quoi je suis capable. J'ai fait le troisième meilleur tour en course et nous sommes donc suffisamment rapides pour être dans le Top 5 à chaque course"

L'analyse Moto-Net.Com : Ravi de la petite parade organisée jeudi en compagnie de Phil Read (photo ci-contre) et des Bradl père et fils (lire MNC du 6 juillet 2012), Cal Crutchlow était moins souriant après course. Relégué à la 8ème position suite à une erreur au freinage de la ligne droite des stands, le Britannique manque l'occasion de marquer les gros points qui lui semblaient acquis.

Ainsi qu'il le souligne lui-même, le n°35 aurait probablement du dépasser son coéquipier plus tôt... mais encore fallait-il pouvoir le faire ! Car si Cal Crutchlow estime qu'il était plus compétitif qu'Andrea Dovizioso en Allemagne, il n'a pourtant jamais réussi à le déborder malgré un temps conséquent passé dans le sillage du n°4...

Randy de Puniet (CRT), ART-Aspar (14ème en qualifs et 11ème en course) : "Aujourd'hui j'ai fait une bonne course, qui concluait un très bon week-end pour nous. J'ai pris un excellent départ et j'ai très vite rattrapé mon coéquipier. Je n'ai pas eu de mal à prendre le dessus et j'ai même pu rester derrière les motos d'usine durant quelques tours".

"Je me suis ensuite fait distancer mais je maintenais un bon rythme. Álvaro Bautista m'a doublé un peu plus tard, j'en ai profité pour me mettre dans sa roue et aller un peu plus vite. C'est certainement mon meilleur week-end depuis le début de la saison, surtout au niveau de la course".

"J'étais seul durant la majorité de la course et ce n'était pas facile de rester concentré. Je termine premier des CRT pour la deuxième fois d'affilée, nous faisons du bon travail et je me sens à l'aise sur la moto. Nous sommes sur la bonne voie et nous allons essayer de continuer comme ça".

L'analyse Moto-Net.Com : Victime de problèmes électroniques sur sa CRT à moteur et châssis Aprilia (soit finalement une "super Superbike" sur base de RSV4 !), Randy de Puniet avait fort à faire en course pour remonter de sa 14ème place sur la grille.

C'est pourtant ce que le Français est parvenu à faire, grâce notamment à Bautista qui lui a servi de "lièvre". Cette belle course lui permet de revenir sur son coéquipier Aleix Espargaro, qui occupe la place de premier pilote CRT (Claiming Rule Team) au classement avec 20 points marqués contre 19 pour Randy.

Au niveau performances, les résultats des CRT sont mi-figue mi-raisin : certes, Randy de Puniet et Colin Edwards terminent à moins de trente secondes de la dernière MotoGP prototype (la GP12 d'Hayden), ce qui constitue une belle prouesse compte tenu des différences de moyens techniques des teams et de sophistication entre les motos.

Pour autant, Randy termine à plus de 53 secondes du vainqueur et son tour le plus rapide est 1'765 sec plus lent que le meilleur tour en course posté par Pedrosa (1'22.304 contre 1'24.069).

Or, de par sa physionomie ramassée et son tracé tortueux, le Sachsenring est l'un des tracés où les CRT avaient le plus d'opportunités de talonner les MotoGP prototypes... La semaine prochaine sur la piste ultra-rapide du Mugello, ce sera une toute autre histoire !

Casey Stoner, Honda-Repsol (1er en qualifs et abandon en course) : "Je suis très déçu, j'avais prévu de tout miser dans le dernier virage, pas celui dans lequel je suis tombé ! J'étais très content de ma moto, je pensais être quelques dixièmes plus rapide que Dani et je pensais le rattraper. Dans le dernier tour, j'ai fait une erreur dans le premier virage, j'ai ensuite dû attaquer un peu plus pour rester au contact mais je suis revenu sur Dani exactement là où je le voulais et je n'avais ensuite plus qu'à attaquer dans le dernier virage".

"J'ai cependant essayé de tourner un peu différemment et j'ai perdu l'avant. J'avais déjà relâché les freins, j'étais hors de la zone de freinage et je suppose que le poids est revenu vers l'avant quand j'ai relâché les freins, ce qui a provoqué ma chute. Je suis frustré parce que j'ai pas pu repartir alors que j'aurais pu marquer quelques points".

"Ma moto pouvait repartir mais les commissaires de piste me l'ont refusé. C'est notre première chute en course, elle a été causée par ma propre erreur, ça faisait longtemps que ce n'était pas arrivé et je suis bien sûr déçu, mais nous avions le rythme pour gagner. Si nous continuons comme ça sur le reste de la saison, nous n'aurons pas à nous inquiéter pour le championnat"

L'analyse Moto-Net.Com : Contraint à l'abandon pour la première fois depuis le Grand Prix de Jerez 2011, Casey Stoner n'a pas été tendre envers les commissaires de piste, à qui il reproche de ne pas avoir tenter de l'aider à repartir. Soit peu ou proue la même attitude qu'en Andalousie l'an dernier (lire notamment MNC du 5 avril 2011)...

Surtout énervé contre lui-même, l'officiel Honda a certes commis une erreur de pilotage en entrant dans un gauche rapide, mais il s'agit de sa première "boulette" de la saison. Après tout, ce n'est que la deuxième fois qu'il n'apparaît pas sur un podium en 2012 avec sa quatrième place en Catalogne !

Une fois calmé, l'Australien s'est rapidement consolé car il ne repart d'Allemagne qu'avec six points de retard sur Pedrosa, et 20 sur Lorenzo. Or, le tenant du titre se montre confiant pour la suite de la saison : le nouveau châssis élaboré pour résoudre les problèmes de chattering de sa RCV semble performant en toutes circonstances, en témoignent sa pole position acquise sur le mouillé et sa domination sur le sec au warm up.

Résultat du Grand Prix MotoGP d'Allemagne 2012

  1. Dani PEDROSA Honda 41'28.396
  2. Jorge LORENZO Yamaha +14.996
  3. Andrea DOVIZIOSO Yamaha +20.669
  4. Ben SPIES Yamaha +20.740
  5. Stefan BRADL Honda +27.893
  6. Valentino ROSSI Ducati +28.050
  7. Alvaro BAUTISTA Honda +28.246
  8. Cal CRUTCHLOW Yamaha +28.447
  9. Hector BARBERA Ducati +29.053
  10. Nicky HAYDEN Ducati +29.226
  11. Randy DE PUNIET ART +53.176
  12. Colin EDWARDS Suter +58.204
  13. Aleix ESPARGARO ART +1'04.654
  14. Yonny HERNANDEZ BQR +1'13.543
  15. James ELLISON ART +1'30.318
  16. Franco BATTAINI Ducati 1 Tour
  17. Danilo PETRUCCI Ioda 1 Tour
  18. Ivan SILVA BQR 1 Tour

Non classés

  • Casey STONER Honda 1 Tour
  • Mattia PASINI ART 26 Tours
  • Michele PIRRO FTR 27 Tours

Classement provisoire du championnat MotoGP 2012

  1. Jorge LORENZO Yamaha 160
  2. Dani PEDROSA Honda 146
  3. Casey STONER Honda 140
  4. Andrea DOVIZIOSO Yamaha 92
  5. Cal CRUTCHLOW Yamaha 85
  6. Valentino ROSSI Ducati 71
  7. Alvaro BAUTISTA Honda 67
  8. Nicky HAYDEN Ducati 65
  9. Stefan BRADL Honda 62
  10. Ben SPIES Yamaha 61
  11. Hector BARBERA Ducati 53
  12. Randy DE PUNIET ART 24
  13. Aleix ESPARGARO ART 23
  14. Michele PIRRO FTR 16
  15. Mattia PASINI ART 12
  16. James ELLISON ART 10
  17. Danilo PETRUCCI Ioda 9
  18. Colin EDWARDS Suter 8
  19. Yonny HERNANDEZ BQR 6
  20. Ivan SILVA BQR 5
  21. Karel ABRAHAM Ducati 4

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Yamaha R1 et R1M 2020 : sacré bon coup... et salé surcoût !

Yamaha profite du passage à la norme Euro5 pour perfectionner sa Superbike : la R1 "tout court" bénéficie de multiples améliorations qui doivent légitimer une infime hausse de tarif. La R1M évolue aussi... assez pour justifier l'envolée de son prix ? MNC a testé les deux motos sportives à Jerez (Espagne). Verdict.
Sportive 1 commentaire
Essai Kawasaki Ninja H2SX SE+ : compression intime

Coup de pied au cul et stimuli des parties intimes sont déjà au programme de la H2SX SE, unique moto routière à moteur compressé ! L'activité cérébrale n'est plus en reste avec sa nouvelle déclinaison SE+, qui intègre notamment un amortissement piloté, des modes de conduites et une instrumentation connectée. Essai.
Sportive 5 commentaires
Duel Royal Enfield Interceptor 650 Vs Triumph Street Twin : lutte de classe

La délicieuse authenticité de la nouvelle Royal Enfield Interceptor 650, premier bicylindre du constructeur depuis 1970, fait-elle ombrage à la redoutable maîtrise du néo-classique de l'onéreuse Triumph Street Twin ? Réponses dans notre duel MNC.
Tous les Duels 4 commentaires
Duel Africa Twin Vs V85 TT : la référence Honda ou le renouveau Moto Guzzi ?

Moto Guzzi se relance en 2019 sur le (tout) terrain des trails avec son inédite et originale V85 TT, une moto au look sympathique, aux performances raisonnables et au tarif raisonné. Un tiercé qui semble gagnant... y compris face à l'excellente Honda Africa Twin Honda ? La réponse dans ce nouveau duel MNC !

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Zarco au HRC en 2020 ? Aucune piste "concrète", répond l'ancien pilote KTM

Johann Zarco, mis à pied mardi par KTM un mois après avoir demandé sa rupture de contrat, est pourtant bien présent deux jours plus tard au GP d'Aragon... Ce qui alimente toutes les rumeurs sur l'avenir du talentueux pilote français, comme celle de le voir remplacer Jorge Lorenzo l'an prochain au HRC sur la MotoGP Honda officielle...
Pilotes et équipes 2020 9 commentaires
Quartararo fera-t-il chanter La Marseillaise dimanche au GP d'Aragon, 20 ans après celle de Laconi ?

Cette semaine marque un anniversaire très particulier pour les fans de Grands Prix moto : les 20 ans de la dernière victoire d'un pilote français en catégorie reine, signée par Régis Laconi en 1999... Fabio Quartararo - né la même année ! - peut-il lui aussi faire entonner La Marseillaise dimanche au GP d'Aragon ? MNC y croit !
GP d'Aragón 6 commentaires
Rupture Zarco / KTM : les dessous d'un (dés)accord perdant-perdant aux lourdes conséquences...

Mis à pied avant même la fin de sa première saison sur la MotoGP KTM, Johann Zarco se retrouve dos au mur pour 2020... Mais le constructeur autrichien aussi, rappelle KTM France interrogé par MNC ! Le point sur cette situation "Karrément Trop Mauvaise" pour les deux parties.
Pilotes et équipes 2020 27 commentaires
Essai Yamaha R1 et R1M 2020 : sacré bon coup... et salé surcoût !

Yamaha profite du passage à la norme Euro5 pour perfectionner sa Superbike : la R1 "tout court" bénéficie de multiples améliorations qui doivent légitimer une infime hausse de tarif. La R1M évolue aussi... assez pour justifier l'envolée de son prix ? MNC a testé les deux motos sportives à Jerez (Espagne). Verdict.
Sportive 1 commentaire
Tout ce qu'il faut savoir sur les nouvelles Yamaha R1 et R1M 2020

En complément de notre essai complet de la nouvelle R1 2020 sur le circuit de Jerez, MNC a interrogé le directeur de la division moto de Yamaha Motor Europe, Clément Villet. Interview vidéo.
Marché moto et scooter 2019 : chaude ambiance en juillet, tiède en août

Les fortes températures du mois de juillet 2019 semblent avoir déclenché chez les motards et scootéristes français un épisode de fièvre acheteuse (+20,2% Vs juillet 2018) qui est légèrement tombée en août (+0,8%). Moto-Net.Com revient en détail sur ce bel été. Bilan.
H2Z : le futur roadster Kawasaki à moteur compressé ?

Kawasaki révèle dans une vidéo de teasing l'arrivée d'un nouvelle moto dans sa série Z, qui sera motorisée par le 4-cylindres à compresseur de sa H2. Cette possible "H2Z" suralimentée risque de malmener les actuels gros bras dans la catégorie des roadsters sportifs...
Nouveautés 2020 6 commentaires

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Calendrier MotoGP 2019

Intersaison : Tests MotoGP
10 mars : GP du Qatar
31 mars : GP d'Argentine
14 avril : GP des Amériques
5 mai : GP d'Espagne
19 mai : GP de France
2 juin : GP d'Italie
16 juin : GP de Catalogne
30 juin : GP des Pays-Bas
7 juillet : GP d'Allemagne
4 août : GP de République tchèque
11 août : GP d'Autriche
25 août : GP de Grande-Bretagne
15 septembre : GP de San-Marin
22 septembre : GP d'Aragón
6 octobre : GP de Thaïlande
20 octobre : GP du Japon
27 octobre : GP d'Australie
3 novembre : GP de Malaisie
17 novembre : GP de Valence

SAISON 2019   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...