• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
COMPARO
Paris, le 17 avril 2014

S1000R, Monster 1200, Superduke R et Z1000 : les Quatre Fantastiques !

S1000R, Monster 1200, Superduke R et Z1000 : les Quatre Fantastiques !

En 2014, la BMW S1000R, la Ducati Monster 1200 et la KTM 1290 Superduke R attaquent simultanément l'hégémonique et nouvelle Z1000 de Kawasaki ! Laquelle de ces quatre fantastiques motos sortira victorieuse de ce combat ? Moto-Net.Com compte les points...

Imprimer

Les roadsters à l'attaque des petites routes

Sixièmes rapports engagés, compteurs calés à 70 km/h, mains droites prêtes à essorer : "un, deux... gaz !" Instantanément, la Z1000 bondit devant ses adversaires comme un élastique ! La S1000R suit à une demi-longueur, tandis que la Superduke R et la Monster mettent plus de temps à allonger la foulée.

Plusieurs tests de reprises en face à face permettent de valider cette première confrontation : pour fausser compagnie à ses petits camarades lors d'une balade, comme ça sans prévenir, la Kawasaki est la meilleure arme. Il faut dire que le "Big Zed" mouline sacrément en 6ème !

Lorsque la LED des 6000 tr/min de son compte-tours s'illumine, la Kawasaki circule à l'allure encore légale - sur autoroute - de 130 km/h. Sur les KTM et Ducati, rouler au même régime est déjà passible de prison puisque les bicylindres prennent environ 30 km/h aux 1000 tours sur le dernier rapport !

La démultiplication de la BMW est calquée sur celle de la Kawa, mais les bas régimes de l'Allemande sont un poil moins velus que ceux de la Japonaise. D'entrée de jeu donc, "Fantastique San" marque un point, très important dans ce milieu de gros bras...

En tombant deux ou trois vitesses en revanche, le rapport de force est totalement inversé : la "Chose" KTM dégomme ses adversaires, profitant alors pleinement de son impressionnant couple de 121 Nm disponible dès 4000 tr/min, pour un poids tout à fait contenu (211 kg tous pleins faits).

Le bicylindre autrichien a beau laisser 80 chevaux à la frontière française, il oblige son pilote à bien se caler au fond de la selle et à se cramponner au guidon. Seul regret au sujet du "treize-cent centimètres cubes" : il temporise à environ 6500 tr/min, pile là où la cavalerie de la version "Full" passait justement du trot au galop !

Moins gêné par le bridage en France - et moins gênant, du coup -, le bicylindre italien est lui aussi bien plus démonstratif sur les 3ème et 4ème rapports. Le Testastretta se révèle quasiment aussi performant que le LC8, et frappe plus fort que les 4-cylindres.

Toujours au coude au coude mais reléguées au second plan cette fois, la Z1000 et la S1000R doivent s'incliner face à leurs rivales plus réactives. La BMW dispose néanmoins d'un atout non négligeable qui lui permet de se distinguer de la Kawasaki : le son !

Volumineuse et rocailleuse, la voix du petit mais costaud échappement Béhème rend les accélérations de la "Torche" plus grisantes que celles de la Kawa. Si les Japonais ont bien oeuvré pour augmenter la sonorité rauque de la boîte à air, ils ont délibérément mis les quatre échappements en sourdine. A ce stade de l'essai, on le regrette presque.

La Superduke R n'a pas de leçons à recevoir en termes de chant, pas plus que la Monster 1200 qui, si elle n'est pas la plus efficace au chrono, l'est assurément au "sono" : en plus d'être "Visible", la Miss Ducati est audible, et de très loin !

La Superduke R frappe le plus fort

À l'accélération comme à la décélération, le "double canon" feule et pétarade comme nul autre. L'Italienne ne cesse jamais de chanter à tue-tête... Certains motards la trouveront sans doute casse-tête à la longue, mais pour attaquer sur petites routes, la bande-son est raccord !

Niveau partie cycle, la Ducati ravira également les plus "sportifs" puisque sur un tarmac parfaitement plat elle se montre de loin la plus incisive. Un léger appui sur le large guidon (83 cm, le plus large de tous, voir la fiche Aspects pratiques et équipement) suffit à faire fondre la moto vers la corde.

La réactivité du train avant du petit gros monstre est telle que les premiers virages sont souvent pris bien plus à l'intérieur qu'on ne le calculait en déclenchant le mouvement. Mieux vaudra faire preuve de retenue lors de la découverte de la moto !

Ce principe de précaution vaut également lorsqu'on entame pour la première fois, une portion de route moins bien revêtue, car l'Italienne passe alors de bigrement dégourdie à terriblement nerveuse. Le pilote doit redoubler d'attention : lecture attentive du tarmac et contournement des bosses et creux sont impératifs.

En effet, le franchissement d'un nid de poule ou d'une vive saillie se traduit invariablement par une série de mouvements brusques remontant des jantes jusqu'au guidon et s'accompagne d'une soudaine montée d'adrénaline dans tout le corps du pilote !

En cela, la Monster 1200 ne s'adresse pas aux petites natures. Sur départementale fatiguée, elle incite même les motards moins aguerris à rendre les gaz en sortie de courbe et à rentrer moins fort en entrée. Bref, en un mot comme en cent, MNC n'ira pas quatre chemins et sera tout à fait clair, franc et direct : la Ducati incite à rouler moins vite.

Également composé de - gros - tubes en acier, le châssis orange et blanc de la KTM paraît aussi rigide que le rouge, mais bénéficie de suspensions WP plus efficaces et mieux accordées que le duo Kayaba et Sachs monté sur la Ducati "standard". Ainsi, sur le bosselé, des soubresauts surviennent mais s'interrompent plus rapidement.

Ce qu'on apprécie en outre sur la Katoche, c'est le fait de pouvoir modifier très facilement les réglages hydrauliques de la fourche, via ses petites molettes présentes en haut de chaque tube. En réceptionnant la Superduke, Moto-Net.Com a ainsi pu revenir en un clin d'oeil à un réglage medium, pour un compromis optimum !

Plus fort que la KTM, le système électronique de la BMW permet de jongler entre trois modes qui portent bien leur nom : Soft, Normal ou Hard... C'est ce dernier que MNC a sélectionné pour juger la capacité de la S1000R à avionner. Et elle ne nous a pas déçus !

La S1000R envoie sur orbite

Dans les portions rapides, la S1000R est la plus impressionnante : entre son moteur qui vocifère presque aussi fort que la Ducati "herself" et son train avant qui reste parfaitement collé à la route (la loi des "sans" chevaux aurait du bon, finalement ?!), la "Torche" Béhème fuse comme nulle autre.

Elle passe si bien dans les courbes, même un peu dégradées, que son pilote - c'est le mot juste ! - regrette vite de ne pas être sur un circuit pour pouvoir exploiter davantage le formidable potentiel de cette sportive "roadsterisée", équipée dans notre cas d'un shifter...

Plus rassurante que la Ducati pour les débutants - mais pas moins bouleversante ! -, la BMW paraîtra plus naturelle que la KTM pour les adeptes de roadsters sportifs grâce à sa position de pilotage plus inclinée vers l'avant, donnant l'impression de mieux contrôler la roue avant.

Cette sensation de parfaite gestion de la direction est sans doute amplifiée par la stabilité du train avant. En contrepartie, celle-ci rend l'Allemande moins joueuse que l'Autrichienne et l'Italienne... Dans le sinueux, la bombe de Munich exige de se cracher un peu plus dans les gants et d'aller au charbon.

Paradoxalement, la Z1000 se révèle plus agile que la S1000R. Sous ses airs de brute épaisse et malgré son poids supérieur (220 kg pour la Kawa contre 207 kg pour la BM, la plus légère des quatre Fantastiques !), la Japonaise permet de suivre la Superduke R plus facilement dans les petits enchaînements.

En début de parcours, MNC aurait volontiers adouci ses suspensions afin qu'elles gomment les imperfections de la route (comme la BMW en mode Soft, par exemple !) plutôt que de les répercuter toutes dans le bas du dos via la minuscule selle... mais le temps nous a manqué pour sortir le tournevis.

Le rythme du roulage augmentant, Moto-Net.Com a toutefois pu s'apercevoir que le compromis des réglages effectués en usine aurait difficilement pu être amélioré. L'amortisseur, surtout, finit par se tasser en sortie de courbe et peut perdre le fil sur du bitume fripé : sa détente ne gagnerait donc pas forcément à être libérée.

A contrario, la traction de la Kawasaki aurait intérêt à être contrôlée ! Posté sur le "Fantastic" élastique nippon, le motard y réfléchit à deux fois avant d'ouvrir en grand sur les petites routes en sortie de virage... surtout à la sortie de l'hiver !

Le tirage excessivement court de la commande des gaz sur la Verte ne fait que confirmer notre avis : amené à rouler en ville et par tous les temps - en France en tout cas, peut-être pas au Japon ? -, le roadster d'Akashi devrait s'inspirer de sa jumelle Z1000SX, équipée de série du KTRC... et de l'ABS !

T'attaquais toi ?

Car sans même chercher à attaquer - oui enfin, pas à toc en tout cas... -, l'utilisateur de maxi roadsters actuels a tôt fait de dépasser les limites de grip des petites routes serpentant dans les sous-bois ou des ruelles parcourant nos villes encombrées. On a beau se méfier...

Au rayon des "aides au pilotage", BMW, Ducati et KTM se fournissent chez Bosch et ils ont bien raison : les interventions sont extrêmement douces, pour ne pas dire imperceptibles. On reste ainsi pleinement concentré sur la trajectoire de sa moto et celles des autres usagers. C'est aussi ça, la sécurité à deux-roues.

Moto-Net.Com n'a eu besoin d'aucune assistance en revanche pour départager les "Quatre Fantastiques" en ce qui concerne leur freinage : le titre de meilleure freineuse est décerné à la S1000R, notamment grâce à son mordant supérieur.

À peine touche-t-on le levier droit de la BMW qu'elle commence déjà à ralentir sensiblement. Puis, plus on tire dessus, plus la décélération est forte, jusqu'à devenir phénoménale et non adaptée à un usage sur route ! Heureusement, le contrôle de la puissance est évident. Un must !

La KTM arrive en deuxième position grâce à son freinage tout aussi vigoureux, mais un peu plus timide à l'attaque du levier. L'écart entre la "Torche" et la "Chose" est ténu et il se peut que dans un premier temps, les motards préfèrent la Katoche, moins réactive et surprenante lors des premières prises de frein.

Si la Z1000 s'incline ici face à la Superduke R, ce n'est qu'en raison d'un frein arrière plus faiblard. À l'avant en revanche, "Mr Fantastique" n'a rien à envier à son acolyte, les actions au levier étant impeccablement transmises aux pistons des puissants étriers avant.

Sur la Ducati enfin, le frein arrière est très décevant, à tel point que les ingénieurs italiens auraient mieux fait de l'enlever - oui, tout bonnement ! - afin de grignoter de précieux grammes à la pesée ! Bien trop dure, la pédale prive le pilote de tout ressenti et ne lui permet pas de doser correctement.

En tentant de solliciter davantage l'étrier arrière (à deux pistons comme sur la KTM, simple sur la BMW et la Kawasaki, voir nos fiches techniques en dernière page), le pilote finit par réveiller l'ABS ! Or le frein avant de la "belle" Ducati laisse lui aussi sceptique...

Même en ayant noté que sa Monster 1200 "standard" n'héritait pas des mêmes étriers que la Panigale - contrairement à la "S" -, Moto-Net.Com s'attendait à ce que la machine de Bologne sèche ses adversaires sur ce point précis. Il n'en est rien.

Mais fini de jouer : nos "Quatre Fantastiques" doivent maintenant se rendre à la base secrète de Moto-Net.Com pour la délibération finale du jury... Les roadsters se dépêchent - c'est leur spécialité ! - de rentrer en empruntant l'autoroute, direction le centre de Paris...

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

  • Equipement :
    • Ducati, Kawasaki et KTM d'origine
    • BMW : packs Sport et Dynamic, alarme
  • Pneumatiques :
    • BMW : Pirelli Diablo Rosso Corsa
    • Ducati : Pirelli Diablo Rosso 2
    • Kawasaki : Dunlop Sportsmart D214
    • KTM : Continental Sport Attack 2
  • Kilométrage au départ :
    • BMW : 1 350 km
    • Ducati : 2 240 km
    • Kawasaki : 2 180 km
    • KTM : 7 100 km
  • Parcours : 300 km
  • Routes : petites routes, autoroutes, ville
  • Consommations moyennes sur l'essai
    • BMW : 6,6 l/100km
    • Ducati : 6,1 l/100km
    • Kawasaki : 6,3 l/100km
    • KTM : 5,8 l/100km
  • Problèmes rencontrés : RAS

POINTS FORTS BMW S1000R

  • Tempérament moteur de feu
  • Partie-cycle de Superbike
  • Equipement pléthorique

POINTS FAIBLES BMW S1000R

  • Agilité en retrait
  • Rayon de braquage maxi
  • Niveau sonore en ville

POINTS FORTS DUCATI MONSTER 1200

  • Moto bellissima
  • Testastretta 11° souple et puissant
  • Safety pack ABS DTC de série

POINTS FAIBLES DUCATI MONSTER 1200

  • Frein(s) décevant(s)
  • Raffut des pots incessant
  • Inadaptée aux grands

POINTS FORTS KAWASAKI Z1000 2014

  • Facile et très efficace
  • Grand méchant look
  • Tarif de base mini

POINTS FAIBLES KAWASAKI Z1000 2014

  • Confort trop limité (selle et suspensions)
  • Pas de contrôle de traction
  • ABS en sus, coloris biton aussi

POINTS FORTS KTM 1290 SUPERDUKE R

  • Force de frappe du LC8
  • Poids et agilité surprenants
  • Ergonomie au top pour tous

POINTS FAIBLES KTM 1290 SUPERDUKE R

  • Bicylindre moins agréable en ville
  • Bridage particulièrement frustrant
  • Tarif le plus élevé
Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !