• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MARQUE BRANCHÉE
Paris, le 21 octobre 2011

BMW expérimente et valide l'électrique

BMW expérimente et valide l'électrique

Il ne s'agit pour le moment que de voitures, mais les résultats de l'expérimentation Mini E menée par BMW dans Paris et d'autres grandes villes du monde laissent présager un avenir optimiste sinon radieux pour les scooters électriques... de la marque !

Imprimer

Inutile de se voiler la face : les scooters électriques font encore marrer beaucoup de motards. Et pourtant, l'époque où seuls les Chinois osaient caser une batterie de camion dans un vieux modèle de scooter est bel et bien révolue ! Les concepts que dévoilent les constructeurs sont de plus en plus crédibles et aboutis.

Certaines marques ont même franchi le cap de la commercialisation, comme par exemple Peugeot et son e-Vivacity (lire notre Essai MNC du 11 avril 2011 : e-Vivacity, une vraie alternative électrique ?), Yamaha et son EC-03 ou Zero Motorcycles et l'ensemble de sa gamme moto.

De son côté, BMW s'est démarqué de ses petits camarades en dévoilant en juillet un scooter - un gros, un "vrai" - : le E-Scooter, dérivé du Concept-C (lire MNC du 5 juillet 2011 : BMW E-Scooter, un concept prometteur de scooter électrique). D'après les Allemands, ce véhicule serait capable de rivaliser avec les maxi scooters actuels en termes de performances pures, en bénéficiant d'une autonomie 100 km "dans la circulation quotidienne" sans passer à la pompe prise !

Béhème récidivait récemment lors de "son" salon Automobile de Francfort, avec le "Concept e", "ébauche stylistique" de ce que pourrait-être - sera ? - le scooter électrique de BMW, ou plutôt de "BMW i", la marque 100 % électrique du groupe munichois.

Certains, encore une fois, ne manqueront pas d'esquisser un sourire moqueur en entendant pareilles promesses... Et pourtant, la marque à l'hélice vient de publier des résultats plutôt encourageants de son expérimentation sur la Mini E.

"612 exemplaires d'une Mini Cooper ont été transformés en 100% électrique à deux places, les batteries lithium-ion occupant les places arrière et une partie du coffre", explique BMW. "Depuis 2009, les tests ont lieu dans des grandes villes européennes et américaines, mais aussi à Pékin et à Shanghai. Au total, les Mini E ont parcouru plus de 15 millions de kilomètres avec l'énergie électrique et ont ainsi déjà fait 374 fois le tour de la terre".

La Mini E plébiscité par ses testeurs "pionniers"

En France, 50 Mini E ont été déployées en région parisienne : 25 louées par des particuliers pendant six mois, puis une seconde vague sur cinq mois. Les autres voitures ont été utilisées par EDF, Veolia, le CEA/Institut national de l'énergie solaire, la Maire de Paris et Accenture, partenaires de BMW sur cette expérimentation.

"Les "pionniers" de la MINI E étaient des hommes (72%) âgés de 45 ans en moyenne, avec un niveau d'études supérieur (80%) et utilisant quotidiennement la MINI E dans leurs déplacements", indiquent les responsables de BMW France.

"Le kilométrage moyen quotidien des utilisateurs était de 47 km", nous précise BMW, "et la distance maximale moyenne parcourue avec une charge de batterie était de 150 km"... CQFD : les Mini E répondaient donc aux besoins de leurs utilisateurs !

Pour 62% d'entre eux malheureusement, "le temps de chargement actuel (entre 9 et 10 heures) a paru inadapté au quotidien", avoue le constructeur munichois en précisant que "6 heures leur ont paru acceptables et 3 heures idéales".

Or "un temps de chargement de 4 heures est actuellement réalisable avec 32 ampères, ce qui est d'ores et déjà possible en France pour répondre aux attentes des utilisateurs de véhicule électrique au quotidien", se réjouissent les responsables de BMW en France !

Une écrasante majorité (83%) se serait en revanche "très facilement" adaptée à l'absence de bruit. 82% des utilisateurs ont été capables d'estimer correctement leur vitesse en l'absence de bruit de moteur, 96% ont apprécié le calme et 95% ont estimé que le faible bruit de leur véhicule allait contribuer à améliorer les conditions de vie dans les centres-villes.

Cette discrétion a toutefois demandé à 46% des utilisateurs de modifier leur comportement au volant vis-à-vis des autres - les piétons et les cyclistes surtout -, et 50% d'entre eux ont même perçu ce silence comme une source potentielle d'insécurité ! Comme quoi, aucun système n'est parfait...

De l'électricité propre ?

Par "utilisation d'énergies renouvelables dans le chargement des batteries", BMW comprend l'électricité issue du vent (éolien), de l'eau (hydraulique) et du soleil (solaire), donc ni des énergies fossiles ni du nucléaire... Mais en pratique, peut-on sélectionner la provenance de son électricité ?

"En Allemagne oui, du fait de la multiplicité des fournisseurs d’énergie : EON RWE, Vattenfall, etc. On peut avoir de l’énergie 100% renouvelable à la prise. En France, outre quelques petits fournisseurs qui ne couvrent pas l’ensemble du territoire, EDF propose à certaines entreprises un contrat "Equilibre" par lequel elle s’engage à introduire une certaine part d’énergies renouvelables dans son réseau de distribution", répond Jean-Michel Cavret interrogé par Moto-Net.Com ("pour chaque kWh "Equilibre" acheté, EDF s'engage à mettre sur le réseau un kWh issu de sources d'énergies renouvelables", précise le site officiel de l'électricien français).

De même, afin de s'éviter les foudres des antinucléaires, BMW a tenu à utiliser des énergies renouvelables dans le chargement des batteries (lire encadré ci-contre). D'après le constructeur allemand, si 95% des "pionniers" y ont été sensibles, seulement 57% d'entre eux ont considéré le "green power" comme une nécessité absolue, 38% des utilisateurs considérant leur voiture déjà écologique lorsqu'elle roule.

Pas évidente a priori, l'adoption de la pédale unique - pour accélérer et freiner ! - a été totale selon l'enquête et 96% des essayeurs souhaiteraient même voir un tel système employé dans les voitures classiques. Verra-t-on à terme des scooters - voire des motos - sans aucun levier ?

"Aucune information n'est disponible", nous avertit Jean-Michel Cavret, directeur de la stratégie électro-mobilité de BMW Group France (et ex-DG de BMW Motorrad France). Et la réponse est identique en ce qui concerne une éventuelle expérimentation du scooter Concept E...

Pas de pédale de frein !

"L’expérimentation de la Mini E a été un franc succès en France mais également dans les autres pays où ont été menés les tests", assure en revanche le big boss français.

"Nos voisins allemands, par exemple, ont été quasi unanimes dans leur intention de conduire à l’avenir une voiture électrique au bout de trois mois de tests seulement. Les Britanniques ont été encore plus enthousiastes : après trois mois d’essai, 100% des conducteurs particuliers envisageaient sérieusement d’acheter une voiture électrique ! Peut-être plus surprenant, cet engouement pour la Mini E s’est retrouvé de manière identique chez les conducteurs américains".

Les commentaires à chaud

Pour étayer son bilan, BMW relaye l'avis de deux "pionniers" parisiens...

"Depuis que je roule en Mini E, je n’utilise plus du tout mon autre Mini, une Diesel", remarque Elisabeth E. : "si je devais choisir entre les deux, je prendrais bien sûr l’électrique, à condition de pouvoir bénéficier d’un autre véhicule pour des trajets plus longs".

"J’ai été surprise car dans mon esprit, la voiture électrique était plutôt comme un chariot de golf", accorde volontiers cette pionnière. "Or la Mini E est une sportive. J’adore aussi le frein moteur, qui permet de ralentir sans toucher aux freins. Il faut cinq minutes pour s’y habituer, mais après on ne peut plus s’en passer. Après chaque utilisation, je la branche sur le secteur. Exactement comme je le ferais pour mon smartphone".

Même son de cloche du côté de Xavier B., qui a pourtant eu "des véhicules puissants et confortables" : "je dois dire que j’ai été surpris par l’accélération et les performances. (...) La Mini E a changé la perception que j’avais des voitures électriques. Dans mon entourage, on me demandait tout le temps si la voiture était vraiment 100% électrique. Ceux qui l’ont essayée ont vraiment été bluffés. Pas un n’a eu un avis mitigé. Ils étaient tous enthousiastes".

Fort de cette première expérience, BMW a décidé d'enclencher la deuxième étape de ses essais grandeur nature en transformant 1000 exemplaires du Coupé Série 1 en 1000 "BMW Active E" 100% électrique. Ces véhiculent qui "offrent 4 places avec un coffre et des batteries logées sous le plancher" seront testés à compter du printemps 2012.

i3 : la BMW électrique commercialisée en 2013

La troisième et dernière étape du projet BMW sera lancée en 2013 : "contrairement à Mini E et BMW Active E, qui sont des conversions en électrique de modèles à moteur à combustion interne, la BMW i3 "Megacity Vehicle" a été conçue dès l’origine pour être 100% électrique", explique le constructeur.

Compacte (3,84 m) et plus légère (1250 kg) grâce à son châssis en aluminium et à un habitacle construit en plastique renforcé en fibre de carbone - une première sur une grande série d'après BMW ! -, la i3 sera équipée de 4 portes antagonistes, offrira 4 places et un coffre de 200 litres : une parfaite citadine ?

Le moteur "E" développera quant à lui une puissance de 170 ch (125 kW) et un couple de 250 Nm "entièrement mobilisable dès l’arrêt", insiste BMW. Comptez moins de 4 secondes pour passer de 0 à 60 km/h et 4 secondes supplémentaires pour atteindre les 100 km/h.

L’autonomie de la batterie - rechargeable à 80% en une heure sur du 32 Ampères - atteindra 150 kilomètres mais pourra être "sensiblement augmentée" par un mystérieux "prolongateur d’autonomie", ajoutent les Allemands.

Vu sous cet angle, le véhicule électrique déclenche beaucoup moins de sarcasmes : "rira bien qui rira le dernier", serait-on même tentés de conclure. Affaire à suivre sur Moto-Net.Com : restez connectés !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

  • En savoir plus...
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs, afin de vous permettre la connexion à votre compte utilisateur, de laisser des commentaires sur les articles, de déposer des annonces, de paramétrer vos alertes, de vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et d'obtenir les données statistiques qui nous permettent de mieux répondre aux attentes de nos lecteurs.