• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
BILAN SEMESTRIEL
Paris, le 13 juillet 2018

Marché moto et scooter 2018 : première mi-temps réussie pour la France

Marché moto et scooter 2018 : première mi-temps réussie pour la France

Le premier semestre 2018 s'est bien déroulé pour le marché français du motocycle : en six mois, 91 520 immatriculations ont été enregistrées (+6,7%). Les 125 cc ont bien accéléré, mais les grosses cylindrées s'illustrent avec leur meilleur score des dix dernières années... Bilan !

Imprimer

Page 2 - Premier semestre 2018 : 91 520 immats

Les lecteurs Premium MNC - qui, comme chacun sait, ont beaucoup plus de chance que les autres - savent qu'en comparaison de l'hiver 2016-2017 exceptionnellement sec d'un point de vue météo mais tout juste positif pour le marché du motocycle (+0,9%), l'hiver 2017-2018 a été marqué par de fortes intempéries... et une brillante hausse des ventes de motos et scooters de "125 cc et plus" : +8,8% !

Au printemps 2018, "les mois de mars, avril, et mai ont été riches en événements météorologiques marquants : précipitations abondantes (...), épisodes tardifs de neige en plaine, déficit d'ensoleillement, nombreux orages, mais aussi pics de chaleur accompagnés d'un soleil très généreux sur la moitié Nord", résume Météo France.

Or dans le même temps, "en moyenne sur la France et sur le printemps, l'excédent pluviométrique a dépassé 20 %", contre -15% sur la même période en 2017... Ajoutez à cela les violents orages de juin (lire la page 1 de ce bilan) et vous obtenez un "climat" 2018 plutôt tendu pour les vendeurs de deux-roues motorisés...

Mais comme en début d'année, les clients français ont trompé les pronostics ces trois derniers mois, profitant de la moindre éclaircie pour se rendre en concession et acheter une nouvelle monture. Sur l'ensemble du premier semestre 2018 d'ailleurs, 91 520 deux-roues motorisés de plus de 50 cc (MNC n'étudie pas les cyclos, désolé) ont été immatriculés.

Par rapport au premier semestre 2017 et ses 63 035 immats, le marché enregistre donc une hausse de +6,7% générée pour - une petite - moitié par les 125 cc (2705 machines de plus que l'an dernier) et pour - une plus grosse - moitié par les de "plus de 125 cc" (+3025 immats Vs 1er semestre 2017).

Les ventes de motos et maxiscooters étant encore nettement supérieures (plus du double), la hausse est proportionnellement plus impressionnante chez les 125 cc (+11,9%) que chez leurs grandes soeurs (+4,8%). Mais dans l'absolu, les français continuent de préférer les grosses cylindrées !

Les motards ont été particulièrement friands de gros cubes : avec 66 060 immatriculations consignées par l'administration française, le premier semestre 2018 est le plus prolifique de ces dix dernières années ! Il faut remonter au premier semestre 2008 pour trouver un score supérieur (70 085 immats). C'était juste avant la crise mondiale...

Tombé comme les gros cubes dans le creux de la vague en 2013, les 125 ne parviennent pas à redécoller : avec 25 460 immatriculations, leur premier semestre 2018 se trouve dans la moyenne haute de ces cinq dernières années certes, mais nettement en-deçà des résultats enregistrés tous les six mois en 2006, 2007 et 2008 (environ 59 000).

Bilan du marché de la moto et du scooter en France, les chiffres de juin 2018

L'an passé, l'entrée en vigueur de l'Euro4 au 1er janvier avait quelque peu altéré la réalité : d'après la Chambre syndicale internationale de l'automobile et du motocycle (CSIAM), environ 4500 immatriculations de motos et scooters Euro3 avaient été anticipées, gonflant d'autant les statistiques de fin 2016 et réduisant celles de début 2017.

En 2018, le marché repart sur des bases saines : il n'est plus questions pour certaines marques ou concessionnaires de liquider les derniers modèles Euro3 sous forme d'occasions "zéro km", potentiellement bien plus intéressantes que les nouveautés Euro4 flambant neuves et plein tarif.

Cette année, seul le produit compte... Le tout nouveau modèle vaut-il le coup (surcoût) par rapport au précédent déjà possédé par le motard ou le scootériste ? Cet engin est-il plus performant, moins cher ou/et plus beau que tel autre proposé par la concurrence ?

En élargissant la problématique, d'autres questions pointent. Ce scooter représente-t-il une solution pour les citadins plutôt qu'un problème pour la ville ? (Réponse évidente) Cette moto permet-elle de se faire plaisir, d'oublier les bouchons et d'occulter les radars ? (Là aussi, facile).

En achetant toujours autant de 125 cc et toujours plus de gros cubes, les français répondent à ces deux questions par l'affirmative. La tenue en octobre prochain du Mondial de la moto - en marge de celui de l'Auto - offrira encore plus de visibilité à notre moyen de transport préféré ou passion adorée, parfois les deux.

Yamaha est numéro un en France des ventes de motos et scooters de "125 cc et plus" depuis que Moto-Net.Com étudie le marché du motocycle (2004). Depuis que le Journal moto du Net existe même (1999 !). Et la firme est aux diapasons au premier semestre 2018... Sa part de marché s'établit de nouveau à 19,6%.

Comme Yam, Honda a vendu un peu plus de motocycles au cours de ces six derniers mois qu'au premier semestre 2017. Mais la hausse des Rouges de Tokyo se limite à +2,5% (Vs +6,4% pour les Bleus d'Iwata). Le numéro un mondial laisse ainsi filer quelques dixièmes de PDM (16,4% en tout) mais demeure solide deuxième en France.

Pour la quatrième année consécutive, BMW monte sur le podium à l'issue du premier semestre. Faute de 125 cc ou de "gros scooter" à trois-roues, et malgré un C Evolution électrique qui branche de nombreux français (permis B ou A/A2 selon la version), les allemands ne peuvent espérer atteindre les volumes des deux premiers.

À l'instar de BMW (-4,2%), Kawasaki a vu ses ventes fléchir durant cette première moitié d'année (-3,2%) et perd ainsi un point en parts de marché (9,3% donc). Pour mémoire, les Verts d'Akashi étaient au coude à coude avec la marque à l'hélice au premier semestre 2017, mais avaient été largués durant le second semestre. Pourront-ils résister en 2018 ?

Bilan du marché de la moto et du scooter en France, les chiffres de juin 2018

Harley-Davidson ne quitte plus le "Top Five" français depuis 2016. Avec 5321 immatriculations au compteur (+12,5%), les américains sont sur les bases d'un nouveau record en 2018. Mais la guerre commerciale US/UE place des bâtons - en acier ! - dans les roues de l'usine de Milwaukee (Wisconsin, état républicain...).

Après deux premiers semestres exceptionnels (+21% en 2016 puis +24 % en 2017 !), Triumph marque une légère pause et n'augmente ses ventes "que " de +3,1%. Dans la roue de son cousin d'Amérique il y a un an, la marque anglaise est cette fois larguée. Dans son (néo) rétro, apparait KTM...

Katoche est créditée de la plus forte progression de ce premier semestre 2018 au sein du Top 10 des constructeurs : +25,2% ! La firme de Mattighofen qui se bagarrait contre Piaggio l'an passé, double Suzuki et se propulse à moins de 500 longueurs de celle d'Hinckley à fin juin 2018 : 4340 immats à 4772.

Désormais tombé à la huitième place du classement des "125 cc et plus", Suzuki a peut-être enfin (!?) touché le fond. Le dernier des nippons a même rebondi : sa progression de +6,4% par rapport au premier semestre 2017 lui permet de maintenir sa part de marché de 4,6% et franchir allégrement les 4000 unités (4203 !).

C'est pour Piaggio - et Vespa - que le premier semestre 2018 et sa météo très contrastée se sont montrés les plus rudes : les ventes des scooters italiens ont fléchi de -7,6% (3151 immats). Même punition pour le compatriote Ducati qui clôt de nouveau le Top 10 et dont les motos ont subi un revers de -7,4% (2737 immats).

Kymco et Mash ne sont pas plus vernis : les scooters taïwanais et les petites bécanes sino-françaises baissent respectivement de -5,9% et -5,2%. La "Kwang Yang Motor COmpany" est à la peine face aux leaders, tandis que la marque de la SIMA souffre de la concurrence de nombreux challengers...

Peugeot Scooters - bientôt de retour dans le motocycle ! - reprend des couleurs au premier semestre 2018 : +46,9% par rapport à un désastreux premier semestre 2017 (-40%). L'autre spécialiste français du scooter, MBK, disparait des radars MNC en raison de sa mise en veille par Yamaha.

Orcal, la marque créée de toutes pièces - motos exceptées ! - par l'importateur DIP, reprend le flambeau tricolore de MotoBéKane. Comme la Seventy de Mash, l'Astor est fabriquée en Chine. Mais après tout, les prestigieuses marques japonaises aussi produisent à l'étranger : Chine, Thaïlande, Brésil, Italie... France (Yamaha à St-Quentin) !

Une marque indienne d'origine anglaise se fait remarquer au second plan : Royal Enfield a doublé ses ventes en France au premier semestre (2018 Vs 2017) ! Elle dépasse deux autres marques qui ne déméritent certainement pas : la suédoise naturalisée autrichienne Husqvarna (+87,2%) et la nord-américaine Indian (67,1%).

Aprilia profite de l'arrêt de MBK pour monter de la 19ème à la 18ème place du classement semestriel : les ventes de la marque sportive du groupe Piaggio ont progressé d'un quart en 2018... Il n'en fallait pas moins pour rester devant Orcal (653 immats Vs 649).

Enfin, Beta pique la dernière place du Top 20 à son compatriote Moto Guzzi. En dépit du succès des motos à l'ancienne en France, la marque néo-rétro du groupe Piaggio n'a immatriculé que 500 motos au premier semestre. Benelli (557 immats), Bullit (517) et Sherco (511) lui passent également devant.

.

.

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !