• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
BON VENT, JORGE
Paris, le 15 novembre 2019

Les réactions des pilotes MotoGP au départ de Jorge Lorenzo

Les réactions des pilotes MotoGP au départ de Jorge Lorenzo

Le retrait de la compétition moto de Jorge Lorenzo est au centre de toutes les discussions depuis son annonce officielle jeudi après-midi, en amont du GP de Valence 2019. Réactions des adversaires du triple champion du monde MotoGP. 

Imprimer

Certains se disent surpris du retrait Lorenzo, car convaincus de son intention d'honorer son contrat de deux ans avec Honda-Repsol comme le majorquin assurait vouloir le faire. D'autres ne s'étonnent pas de son choix, somme toute inévitable compte-tenu de ses résultats : une RCV d'usine ne peut pas continuer à occuper les dernières places.

Tous s'accordent en tout cas à reconnaître son immense talent et le caractère exceptionnel de sa carrière en Grands Prix, longue de dix-huit saisons et jalonnée de cinq titres mondiaux dont trois en MotoGP avec Yamaha. Les rivaux de Jorge Lorenzo ont également manifesté une sincère admiration devant ses qualités de pilote... à commencer par son "vieux copain", Valentino Rossi !

"Jorge est un des pilotes les plus importants de l’ère moderne", souligne sportivement le Docteur, coéquipier de Lorenzo chez Yamaha pendant sept saisons. "Je pense que nous perdons une grande figure de notre sport : il m’a souvent impressionné et dès son arrivée en MotoGP, il était très rapide (au point d'inciter Rossi à exiger un mur entre leurs boxes, NDLR).

Les années et les pilotes passent, Rossi reste !

Le transalpin, honnête, reconnaît toutefois que cette longue cohabitation ne comporte pas que des souvenirs heureux et s'est même parfois entachée de profonds "différends", notamment pendant les navrants épisodes de la fin de saison 2015 et les conflits entre Rossi, Marquez et Lorenzo suite au clash de Sepang...

 

"Jorge fut un de mes plus grands rivaux et nous avons livré de sacrées courses l’un contre l’autre (comme l'inoubliable GP de Catalogne 2009 que Rossi classe parmi ses préférés, NDLR), préfère retenir l'italien qui a formé avec Lorenzo le plus puissant des duos Yamaha en MotoGP (cinq titres de 2008 à 2015). 

"C’est dommage, mais je lui souhaite le meilleur pour son futur", termine Valentino Rossi qui aura vu éclore et faner (!) toute une génération de "jeunes pousses" pourtant de six à huit ans plus jeunes : Casey Stoner, Dani Pedrosa et Jorge Lorenzo.

Rossi veut recruter Lorenzo pour développer la M1 !

Et concernant les projets d'avenir de Jorge Lorenzo, justement, Valentino Rossi propose mi-souriant mi-sérieux une reconversion idéale : "j’aimerais l’avoir comme pilote d’essai, il est très rapide et pourrait nous aider ! Honnêtement, à mon avis, si Lorenzo revenait à la M1, il serait fort : je vais essayer de le lui suggérer !".

 

Sous couvert d'un zest d'humour, cette déclaration n'est pas à prendre à la légère : Yamaha veut en effet supprimer son programme d'essais délégués à des pilotes européens, au grand dam d'ailleurs de l'allemand Jonas Folger qui pensait rempiler dans cette nouvelle structure lancée l'an dernier !

Mais le siège de Yamaha souhaiterait finalement que le développement des M1 revienne de nouveau à ses essayeurs japonais. Cette décision déplaît à Rossi, qui avait pesé de tout son poids pour faire recruter des pilotes capables de rouler vite comme Honda le fait avec Bradl, Ducati avec Pirro, Suzuki avec Guintoli et KTM avec Pedrosa !

En attendant que la situation s'éclaircisse, MNC note avec intérêt que l'arrêt potentiel de ce "Team test européen" coïncide étrangement avec le rapprochement d'un certain Johann Zarco et Honda-LCR...

"Agir de cette manière montre sa force de caractère"

Pour en revenir à Lorenzo, son coéquipier Marc Marquez s'est également exprimé de manière positive sur son retrait. Le champion du monde en titre retient son professionnalisme, alors même que son absolue domination sur la même moto n'est sans doute pas étrangère au lent déclin moral du majorquin... 

 

"Rien ne laissait présager dans sa façon de travailler qu’il prendrait une telle décision, car il avait la même approche qu’en début de saison", rappelle Marc Marquez, qui se souvient en souriant que Jorge Lorenzo l'avait incité à surveiller davantage son alimentation en 2010 à l'occasion d'un dîner organisé en l'honneur de leur titre respectif (125 cc pour Marquez, MotoGP pour Lorenzo) !

"Agir de cette manière montre bien sa force de caractère, que ça soit sur la piste ou en dehors d’ailleurs", souligne l'octuple champion du monde. "Puisqu’il n’était plus en mesure de se battre aux avant-postes, il a décidé d’arrêter : c’est un vrai champion. Je lui souhaite tout le meilleur pour la suite".

"Lorenzo peut être fier de son parcours"

Andrea Dovizioso conserve également des souvenirs mémorables de ses batailles contre Lorenzo. Et pour cause : l'italien et le majorquin ont fait leurs débuts ensemble et ont ensuite croisé le fer dans toutes les catégories, avec un paroxysme dans la catégorie 250 cc.

 

"J’ai rencontré Jorge en 2001 dans le cadre du championnat d’Europe : à chaque fois que je changeais de catégorie, lui aussi. Autant dire que nous avons toujours été de grands rivaux", se remémore "Dovi", qui a par ailleurs piloté les mêmes motos que Lorenzo en MotoGP : la Yamaha M1 chez Tech3, la Honda RC213V au HRC et la Ducati Desmosedici dans le team officiel ! Des trajectoires décidemment "jumelées" !

"Il a énormément gagné en championnat du monde et peut franchement être fier de son parcours. Mais récemment il a traversé des moments plus difficiles... Je pense que ces chutes à répétition ont quelque peu affecté sa motivation. Ceci étant, c’est juste énorme ce qu’il a fait", tient à signaler l'italien, qui se souvient avoir pleuré étant plus jeune quand Lorenzo le battait... et vice-versa !

"Nous pleurions encore beaucoup quand on perdait à cette époque-là, souvent jusqu'au podium !", se marre le vice-champion du monde 2019, qui ne cache pas sentir une page se tourner avec le départ d'un rival du même âge (Dovizioso a 33 ans)...

"Il a senti que c'était le moment"

Du côté des pilotes plus jeunes, les souvenirs des batailles en pistes sont forcément moins nombreux, mais pas les hommages. Maverick Viñales retient notamment que "crocher cinq titres en championnat du monde n’est pas chose aisée, et pourtant lui l’a fait".

 

"Jorge a été pour moi une référence quand j’ai commencé à regarder les courses, pour ne pas dire mon idole", exprime son compatriote Alex Rins. "Il a remporté un tas de courses et, franchement, je suis fier d’avoir pu partager la piste avec lui".

Pour Franco Morbidelli, Jorge Lorenzo aura eu une "magnifique carrière et de magnifiques résultats, avec son propre style. C’était un des meilleurs pilotes et je regrette qu’il se retire". Le dernier mot revient à son jeune coéquipier Fabio Quartararo, dont le style de pilotage fluide et diablement efficace sur la Yamaha est souvent comparé à celui de Jorge Lorenzo... 

"Jorge a toujours été un exemple pour moi, un pilote dont je me suis énormément inspiré. C'est une légende", estime Fabio auprès de Canal+. "Il a décidé de s'arrêter, donc je suis vraiment content d'avoir fait une année en MotoGP avec lui."

Le débutant de l'année illustre même cette admiration en publiant sur les réseaux sociaux la photo ci-dessus où il pose tout jeune garçon aux côtés de Lorenzo dans les paddocks du Mans : "Merci professeur", commente le tricolore.

Merci, effectivement, Monsieur Lorenzo.

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Dakar moto 2020 : Edwin Straver est décédé...

Le Dakar pleure la mort d'un deuxième pilote moto : Edwin Straver, décédé ce vendredi des suites de ses blessures après sa lourde chute dans la 11ème et avant-dernière étape du rallye. Le motard néerlandais, vainqueur l'an passé en malles-moto, avait 48 ans...
WSBK et WSSP 2020 : les pilotes français dans les starting-blocks

Loris Baz sur R1 et Sylvain Barrier sur Panigale V4R, Jules Cluzel, Corentin Perolari et Andy Verdoïa sur R6, Lucas Mahias sur ZX-6R : la France sera représentée par six pilotes cette saison en World Superbike et World Supersport. Ils se préparent activement pour la première course, dans un mois en Australie.
Andrea Iannone entendu par la cour disciplinaire de la FIM le 4 février

Les choses se précisent pour Andrea Iannone, contrôlé positif à une substance de la famille des stéroïdes : le pilote Aprilia est convoqué par la cour disciplinaire de la FIM le 4 février, ce qui exclut sa présence au "shakedown" de reprise du MotoGP en Malaisie. Le n°29 risque jusqu'à quatre ans de suspension. Explications.
Pilotes et équipes 4 commentaires
Fabrice Recoque (Honda) : nous retrouvons les volumes de 2008 avant la chute violente du marché

Honda a immatriculé 33 132 motos en France en 2019 (+15,2%). Pour Moto-Net.Com et ses lecteurs Premium, le directeur de la marque japonaise dresse son bilan et fixe ses objectifs 2020. Il aborde avec nous d'autres sujets : la bonne santé du marché, ses évolutions, le phénomène Quartararo, les grèves, etc. Interview MNC de Fabrice Recoque.
Eric Antunes (KTM) : un marché à +5% en 2020 serait encore un bon résultat

KTM et Husqvarna ont immatriculé respectivement 8164 et 2129 motos en France en 2019 (+4,2 et +14,9%). Pour Moto-Net.Com et ses lecteurs Premium, le président de la marque autrichienne dresse son bilan et fixe ses objectifs. Il aborde avec nous d'autres sujets : la bonne santé du marché, ses évolutions, le phénomène Quartararo, les grèves, etc. Interview MNC d'Eric Antunes.
Guillaume Vuillardot (Suzuki) : Euro5 va nous pousser à évoluer et à changer

Suzuki a immatriculé 7643 motos et scooters en France en 2019 (+6,9%). Pour Moto-Net.Com et ses lecteurs Premium, le directeur commercial de la marque japonaise dresse son bilan et fixe ses objectifs. Il aborde avec nous d'autres sujets : la bonne santé du marché, ses évolutions, le phénomène Quartararo, les grèves, etc. Interview MNC de Guillaume Vuillardot.
Pierre Audoin (Indian) : la FTR est un succès et crée un vrai nouveau segment

Indian a immatriculé 1880 motos en France en 2019 (+24,3%). Pour Moto-Net.Com et ses lecteurs Premium, le responsable de la marque américaine dresse son bilan et fixe ses objectifs. Il aborde avec nous d'autres sujets : la bonne santé du marché, ses évolutions, le phénomène Quartararo, les grèves, etc. Interview MNC de Pierre Audoin.
Jérôme Jullien (SIMA) : Royal Enfield mérite une mention spéciale

Via la SIMA, Royal Enfield et Mash ont immatriculé 3545 et 2633 motos en France en 2019 (+98,5 et +4,4%). Pour Moto-Net.Com et ses lecteurs Premium, le directeur marketing de l'importateur français dresse son bilan et fixe ses objectifs 2020. Il aborde avec nous d'autres sujets : la bonne santé du marché, ses évolutions, le phénomène Quartararo, les grèves, etc. Interview MNC de Jérôme Jullien.
Marché moto 2019 (1/12) : Bilan annuel complet

Le Journal moto du Net dresse le bilan complet du marché français du motocycle en 2019 : chiffres, graphiques, analyses, meilleures ventes, évolutions du marché, classements des constructeurs, nombre d'immatriculations de 125 cc, grosses cylindrées et scooters à 3 roues... Découvrez le sommaire.

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Calendrier MotoGP 2020

Pilotes MotoGP 2020 Plateau : Pilotes et équipes
Intersaison : Tests MotoGP
GP moto du Qatar 8 mars : GP du Qatar
GP moto de Thaïlande 22 mars : GP de Thaïlande
GP moto des Amériques 5 avril : GP des Amériques
GP moto d'Argentine 19 avril : GP d'Argentine
GP moto d'Espagne 3 mai : GP d'Espagne
GP de France moto 17 mai : GP de France
GP moto d'Italie 31 mai : GP d'Italie
GP moto de Catalogne 7 juin : GP de Catalogne
GP moto d'Allemagne 21 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 28 juin : GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande 12 juillet : GP de Finlande
GP moto de République tchèque 9 août : GP de République tchèque
GP moto d'Autriche 16 août : GP d'Autriche
GP moto de Grande-Bretagne 30 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto de San Marin 13 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Aragon 4 octobre : GP d'Aragón
GP moto du Japon 18 octobre : GP du Japon
GP moto d'Australie 25 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie 1er novembre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 15 novembre : GP de Valence

SAISON 2019   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...