• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP - MUGELLO (6 SUR 18)
Paris, le 23 mai 2016

Déclarations et analyse du GP d'Italie MotoGP 2016

Déclarations et analyse du GP d'Italie MotoGP 2016

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations des principaux pilotes de la catégorie reine et l'analyse de leurs succès (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du Grand Prix moto d'Italie 2016 au Mugello.

Imprimer

Déclarations, analyse et résultats

Jorge Lorenzo, Yamaha Movistar (5ème en qualifs et 1er en course) : "C'était une course pleine de rebondissements car on pensait que Iannone et Viñales par exemple, qui avaient un très bon rythme, se battraient jusqu'à la fin pour la victoire, mais finalement c'était Marc (Marquez, NDLR). Alors qu'il ne semblait pas être dans le rythme pendant les essais, il m'a suivi pendant toute la course. J'ai essayé de m'échapper, en attaquant si fort dans les changements d'angles que j'ai dépensé beaucoup d'énergie. A tel point que j'ai pensé que je pourrais manquer de forces pour me battre contre Marc jusqu'à la victoire, car vu qu'il roulait derrière moi il pouvait s'économiser et être plus fort dans les derniers moments, mais cette fois ma chance est venue du moteur".

"Quand je suis resté derrière lui (Marquez, NDLR), j'ai cru que j'étais en train de perdre la course et j'ai tenté la manoeuvre un peu dingue que j'avais effectuée en course en 2005 contre De Angelis en 250 cc (relire MNC du 7 juin 2005, NDLR). Ce souvenir était bien présent dans ma tête, donc je me suis dit "pourquoi pas ne pas réessayer ?" et je l'ai fait. Je l'ai doublé mais j'ai élargi et il m'a repassé".

"Dans le dernier virage j'ai de nouveau tenté ma chance au freinage, mais il avait tellement fermé la porte que si j'avais relâché les freins on aurait pu se percuter et tomber tous les deux, donc j'ai décidé de rester deuxième et de prendre un maximum de vitesse à la sortie du dernier virage en profitant de l'aspiration. En sortant du virage j'ai cru que j'avais perdu la course, mais ma moto est revenue si vite sur la sienne que j'ai été surpris de gagner. On voit souvent des courses comme ça en Moto3, mais en MotoGP ce genre de final est rare. Aujourd'hui si je m'étais battu contre Rossi ou Iannone je n'aurais pas gagné, ce fut une bataille folle et une victoire inattendue".

L'analyse Moto-Net.Com : Beau joueur, Lorenzo reconnaît sans ambages que le Grand Prix d'Italie aurait pu lui échapper si Rossi n'avait pas été contraint à l'abandon ou si Iannone n'avait pas complètement raté son départ...

Loin de s'extasier sur sa propre performance, le majorquin - ne m'appelez plus Jorgueil ? - est allé puiser dans ses archives de guerre pour reprendre l'avantage dans le dernier tour, face à un Marquez particulièrement pugnace - nettement plus qu'à Valence en novembre dernier, ne manqueront pas d'observer certains... - malgré une RCV clairement en retrait par rapport aux M1 et Desmosedici.

Auteur d'une course irréprochable après un excellent départ depuis sa cinquième place sur la grille, Lorenzo a fait comme à son habitude preuve d'une régularité impressionnante, enchaînant les tours en petits 1'48 avec la précision d'un neurochirurgien...

Copieusement hué par les tifosis et bénéficiant d'une garde rapprochée renforcée - mais se disant "pas concerné" par l'attitude déplorable du public à son égard -, le n°99 a également reconnu avoir eu de la "chance" en cassant son moteur pendant le warm-up et non pendant la course : "avec un tour de moins au warm-up, mon moteur aurait cassé pendant la course ! On a eu beaucoup de chance, contrairement à Rossi qui est maintenant assez loin au championnat"...

15 jours avant le Grand Prix à Barcelone, le leader du championnat signe sa troisième victoire de la saison et mène désormais avec 10 points d'avance sur Marquez... mais surtout 37 sur son coéquipier Rossi !

Marc Marquez, Honda Repsol (4ème en qualifs et 2ème en course) : "Aujourd'hui on a fait une bonne course en réussissant à rester très proche. Finalement on monte sur le podium, ce qui est toujours positif, mais même avec l'aspiration je n'étais pas capable de doubler Jorge. On a galéré tout le week-end sur l'accélération et la vitesse de pointe".

"J'ai essayé de tout donner et de faire la meilleure course possible aujourd'hui, j'ai vraiment tout essayé. J'ai pris plusieurs risques pour essayer de gagner, mais sur la ligne droite Jorge a profité de mon aspiration. Maintenant il faut continuer à travailler sur l'accélération car on est encore un peu en retrait dans ce domaine. Honda bosse dur au Japon, comme nous sur les circuits, et on va essayer de progresser sur la prochaine course".

L'analyse Moto-Net.Com : Week-end difficile pour le HRC - dont la RCV souffre effectivement d'un criant manque d'accélération -, mais qui se termine finalement pas si mal avec cette belle deuxième place arrachée avec les dents.

Profitant du sinueux sur un circuit où l'accélération n'est pas un avantage déterminant contrairement à d'autres - le Mans, typiquement -, Marquez conserve la deuxième place au championnat mais compte désormais dix points de retard sur Lorenzo (au lieu de 5 après le GP de France).

Certes, perdre une course pour 19 millièmes de seconde peut être rageant, mais c'est aussi encourageant pour le pilote du HRC parti de la deuxième ligne et dont l'usine s'emploie à trouver une solution pour lui permettre de revenir sur la plus haute marche, comme en Argentine et en Amériques.

Andrea Iannone, Ducati (3ème en qualifs et 3ème en course) : "Je suis très content car je suis bien remonté et j'avais un rythme supérieur à tous les autres pilotes en piste, mais malheureusement je n'ai pas réussi à prendre un bon départ. Je suis déçu car si j'avais été plus proche des leaders, je pense que j'aurais pu me battre pour la victoire".

"Quand j'ai rattrapé Dovizioso on s'est doublés et redoublés plusieurs fois, ce qui nous a fait perdre du temps et après l'avoir finalement passé, je n'avais plus aucune chance de rattraper les deux premiers. J'ai été rapide tout le week-end et ça signifie qu'on a beaucoup progressé en tant que pilote et que la moto est compétitive. On essaiera de faire encore mieux dans deux semaines à Barcelone"

L'analyse Moto-Net.Com : Troisième au départ, Andrea Iannone termine également troisième à l'arrivée. Un résultat somme toute honorable, mais qui laisse toutefois un goût amer au futur pilote Suzuki, victime d'un départ désastreux qui lui a peut-être coûté la seconde, voire la première marche du podium...

Relégué en huitième puis en onzième position, le pilote originaire de Vasto, dans les Abruzzes, a effectué une magnifique remontée jusqu'à prendre la quatrième place aux dépens de Dani Pedrosa, puis à se battre pour la troisième face à son coéquipier Andrea Dovizioso.

Alors qu'à ce stade de la course, les fans rassemblés dans la tribune Ducati priaient tous les dieux de la terre pour ne pas revivre la boulette du Grand Prix d'Argentine, le numéro 29 a su passer Dovi sans encombres et a pu conserver sa troisième place jusqu'au drapeau à damier, battant au passage le record de vitesse en MotoGP avec un impressionnant 354.9 km/h chronométrés dans la ligne droite du Mugello !

Dani Pedrosa, Honda Repsol (7ème en qualifs et 4ème en course) : "Ce fut une course meilleure que les précédentes. Le départ a été exigeant, et avec le plein d'essence j'ai perdu du terrain. Mais mon rythme n'était pas si mauvais et j'ai pu reprendre plusieurs positions, tout en profitant des erreurs d'autres pilotes. J'ai réussi à rester avec Iannone et j'ai accéléré pour essayer de me battre pour la troisième place, même s'il était un peu plus rapide que moi. Je l'ai suivi mais c'était difficile de le doubler car il était très rapide dans la ligne droite et j'avais même du mal à rester avec lui. On a beaucoup appris sur la moto pendant cette course, donc on va essayer de s'en servir pour progresser à l'avenir".

L'analyse Moto-Net.Com : Souffrant lui aussi d'une RCV en manque d'accélération, le petit espagnol échoue au pied du podium - sur lequel il n'est monté qu'une fois cette année avec sa troisième place en Argentine - mais peut néanmoins se satisfaire d'avoir maté la Ducati d'Andrea Dovizioso grâce à une parfaite maîtrise des trajectoires dans les portions sinueuses, même si "Dovi" souligne qu'il souffrait du bras droit...

Andrea Dovizioso, Ducati (13ème en qualifs et 5ème en course) : "Le week-end se termine sur une belle 5ème place et c'est positif, surtout que je n'avais pas vu le drapeau à damier depuis plusieurs courses ! Partir d'aussi loin aurait pu être pénalisant, mais j'ai pu prendre un bon départ et rejoindre immédiatement le groupe de tête. On avait bien travaillé sur le rythme en course donc j'ai pu être plutôt rapide, mais je n'arrivais pas à être fluide et à mi-course j'ai eu un problème de syndrome des loges au bras droit qui m'a fait perdre beaucoup de force. C'est ce qui m'a obligé à ralentir, mais surtout ça ma fait commettre plusieurs erreurs, notamment dans San Donato, qui m'ont empêché de rester dans la bagarre pour le podium dans les derniers tours. Je suis déçu pour le team car bien que le week-end ait été difficile, on avait réussi à trouver un bon rythme en course. Un podium aurait été une belle récompense mais malheureusement on n'a pas réussi, donc il faut continuer à travailler pour être meilleurs sur les prochaines courses"".

L'analyse Moto-Net.Com : Largué en qualifications, le pilote Ducati - qui partagera son box avec Jorge Lorenzo l'an prochain - n'a pas à rougir après être remonté de la 13ème à la 5ème place.

Et même s'il termine derrière Pedrosa à presque 2 secondes du podium, il peut espérer que son infortune de début de saison (hormis sa deuxième place au Qatar) est désormais derrière lui : c'est en effet plus satisfaisant de terminer 5ème que 13ème percuté par son coéquipier comme en Argentine, ou pire d'être contraint à l'abandon comme en Amérique (accrochage avec... Dani Pedrosa, justement), en Espagne (problème de pompe à eau) ou en France (chute de l'avant)...

Maverick Viñales, Suzuki Ecstar (2ème en qualifs et 6ème en course) : "Je suis très déçu par la course, on s'était très bien débrouillés pendant tout le week-end et finalement on n'a pas pu obtenir le résultat qu'on méritait. Je pensais vraiment qu'on pouvait se battre pour le podium. Je m'étais senti très à l'aise pendant les qualifs et le warm-up et j'étais confiant pour la course".

"Malheureusement, les problèmes ont commencé dès le départ. Je suis bien parti, mais au moment de passer la 4 la moto a eu un problème d'accélération et ça m'a fait perdre plusieurs positions. Puis le problème a disparu et tout s'est bien passé pendant le reste de la course, mais j'étais derrière de nombreux pilotes et j'ai dû attaquer très fort pour remonter, donc ça a détruit les pneus et je n'ai pas pu revenir plus près. C'est dommage car d'après ma feuille de temps, mon rythme était aussi élevé que celui des leaders donc avec un bon départ j'aurais pu me battre pour le podium, que je sentais à notre portée. C'est regrettable mais maintenant je dois revoir les données d'acquisition avec mes ingénieurs pour comprendre le problème afin de pouvoir le régler".

L'analyse Moto-Net.Com : Déçu par sa performance en course, le futur pilote Yamaha a effectivement moins brillé que prévu sur le circuit du Mugello, malgré une belle deuxième place sur la grille derrière son futur coéquipier... Comme chez Yamaha, les ingénieurs Suzuki vont devoir décortiquer les données pour analyser le problème d'accélérateur que le jeune espagnol a rencontré dès le départ.

Espérons que l'équipe officielle Suzuki, qui profitera d'une séance d'essais privés à Valence pour tester "de nombreuses pièces", trouvera des solutions avant le prochain Grand Prix le 5 juin à Barcelone...

Bradley Smith, Yamaha Tech3 (8ème en qualifs et 7ème en course) : "Je suis très content d'être le premier pilote privé ! J'ai travaillé mes départs tout le week-end et on a fait beaucoup plus d'essais que d'habitude, mais il semble que ça a payé ! Au départ, j'ai pris le côté gauche et je me suis retrouvé troisième en entrant dans le premier virage ! Pour être parfaitement honnête, je n'avais pas un rythme aussi rapide au début, mais j'ai réussi à rester le plus près possible des leaders et à ne pas faire d'erreurs car je savais que mon rythme s'améliorerait par la suite. J'ai donc essayé de préserver les pneus le plus possible tout en restant constant. On a modifié un peu la moto depuis Le Mans et je me suis senti à l'aise tout le week-end, même si j'étais déjà satisfait du feeling".

"Terminer à 30 secondes du leader est un bon résultat pour nous et ça montre qu'on avance dans la bonne direction. Petrucci a essayé de m'attaquer dans les derniers tours, mais j'en avais encore un peu sous le coude donc j'ai tout donné sur la fin. Il nous a fallu six épreuves pour revenir là où nous étions l'an dernier, ce qui est assez long mais il nous reste plein de courses pour récupérer les points perdus en début de saison. Dans l'ensemble, je ne me suis pas adapté aux pneus Michelin aussi vite que d'autres pilotes, mais on voit que ça y est et je suis confiant, j'ai hâte d'être sur la prochaine course".

Cal Crutchlow, LCR Honda (16ème en qualifs et 11ème en course) : "Après deux ou trois tours, j'ai senti que j'avais un problème sur la moto (les freins, NDLR), finalement ça ne s'est pas si mal passé mais je suis content d'être arrivé. Ce n'est pas une excuse, je termine 11ème et je pense que même sans ce problème je n'aurais pas fait beaucoup mieux. J'ai été un peu bouchonne au départ et je ne pouvais pas doubler à cause de la vitesse de la moto.

"Je ne me suis pas senti à la limite, mais je ne pouvais pas attaquer comme je le voulais. Je pouvais faire un tour rapide, puis le suivant ne l'était pas autant car je devais ajuster des choses sur la moto. Globalement je suis content d'avoir fini, je devais ramener la moto car on a besoin de données. Si j'avais été dans un groupe j'aurais peut-être pu aller plus vite, mais ça n'a jamais été le cas ! Je l'ai jouée plutôt tranquille pendant les dix premiers tours, en gérant la situation pour être sûr de terminer".

Valentino Rossi, Yamaha Movistar (1er en qualifs et abandon en course) : "C'est vraiment affligeant, car c'est toujours dommage d'avoir un problème avec la moto en course, mais ça l'est encore plus ici au Mugello devant toute la foule. J'étais très compétitif en course et très rapide, j'avais pris un bon départ et j'étais là"...

"Je pense que j'aurais pu me battre pour la victoire car j'avais un très bon feeling et un rythme élevé. C'est aussi très regrettable car ce résultat blanc pèse très lourd au championnat. Lorenzo et Marquez terminent premier et second, donc maintenant mon retard sur eux est difficile à combler, mais c'est comme ça. Le point positif c'est que j'ai été compétitif et fort pendant tout le week-end".

"Maintenant on attend la prochaine course à Montmeló. Le circuit de Catalunya est l'un de mes favoris, j'adore rouler là-bas donc je pense qu'on a un bon potentiel, mais il faut attendre dix jours et après on verra".

L'analyse Moto-Net.Com : Dépité, le mot est faible... Valentino Rossi était visiblement très abattu sur sa M1 au ralenti dont le moteur laissait échapper une épaisse fumée blanche, qui a mis un terme prématuré à la charge sonnée contre Jorge Lorenzo...

Parti en pole position devant ses fans, le Docteur était parvenu à maintenir la pression sur son coéquipier sans le laisser s'échapper. Et tandis que la planète moto se préparait à savourer une superbe baston entre les deux pilotes Yamaha - avec, cerise potentielle sur le tiramisu, la possible arrivée de Marc Marquez et d'Andrea Iannone dans cette explication au sommet -, le sort en a malheureusement décidé autrement.

Naturellement peu enclin à commenter cette "défaillance technique" (la deuxième du week-end après celle de Lorenzo au warm-up), Yamaha s'est contenté de faire savoir que ses ingénieurs allaient "examiner attentivement qui s'est passé".

Toutefois, quelles que soient les conclusions de cet "examen attentif", rappelons que les moteurs sont désormais scellés pendant tout le reste de la saison. Il est donc à craindre que Yamaha ne puisse pas faire grand-chose de précis, si ce n'est jouer sur l'électronique pour moins "taper" dans le moteur - au risque de se faire littéralement enrhumer par les Ducati ! - ou prier pour que le mauvais sort change de camp...

Loris Baz, Ducati Avintia (21ème en qualifs et abandon en course) : "J'ai pris un bon départ, mais je n'ai pas trouvé l'ouverture au premier virage. Je suis passé à l'extérieur sans prendre de risques. Je ne sais pas vraiment qui est venu me percuter, mais je me suis retrouvé dans le bac avec Alvaro et Jack... Alvaro est aussitôt venu s'excuser. J'ai aussi immédiatement compris que mon pied était blessé".

"Le centre médical m'a très bien en charge. Placé sous morphine, j'ai passé des radios : quatre fractures ont été diagnostiquées ainsi qu'un métatarse déplacé. J'ai été placé sous anesthésie générale afin de remettre le métatarse en place. Je prendrai le chemin de la Suisse demain pour subir une opération. Je n'ai jamais souffert d'une blessure comme celle-ci et il est encore trop tôt pour dire aujourd'hui si je serai de retour pour le Grand Prix de Catalogne (le 5 juin, NDLR). S'il faut manquer la course pour être au mieux ensuite, je le ferai. Ce qui me gêne le plus sera de manquer le test qui suivra le Grand Prix, car nous en avons vraiment besoin. Nous avons essayé de nouveaux réglages au warm-up, qui n'ont pas vraiment fonctionné. Nous avons encore une idée à tester, mais pour le moment le problème subsiste"...

L'analyse Moto-Net.Com : Impliqué bien malgré lui dans une chute collective dès le premier virage avec Alvaro Bautista et Jack Miller, le seul pilote français en Moto GP a dû croiser un chat noir en arrivant au Mugello... Incapable de résoudre ses éternels problèmes de dribble pendant les qualifs, Loris s'est élancé de l'avant-dernière place sur la grille, juste devant Tito Rabat. "C'est toujours le même problème, je parviens de moins en moins à rouler et je dois éviter la chute à plusieurs reprises grâce aux coudes", déplorait-il dès les premiers essais du GP d'Italie...

Cette fois, le haut-savoyard n'a malheureusement pas eu le temps de recourir à ses coudes pour éviter la chute dès le premier virage de la course, percuté suite à la collision entre Bautista et Miller - ce dernier expliquant sur Twitter avoir été lui-même percuté (voir ci-contre). Espérons que ses blessures ne pénaliseront pas la suite de sa saison et souhaitons le retrouver en forme rapidement !

"Pendant le tour de chauffe le frein avant réagissait bizarrement, donc j'ai réajusté le levier avant le départ de la course", explique le pilote Aprilia Gresini en présentant ses excuses à Loris Baz et Jack Miller. "Quand je suis arrivé dans le premier virage j'ai freiné normalement, mais en inclinant la moto j'ai senti la roue se bloquer et j'ai chuté. Je tiens à m'excuser auprès de Baz et Miller, que j'ai involontairement entraînés dans ma chute".

Résultats du Grand Prix d'Italie Moto GP 2016

  1. 99 Jorge LORENZO SPA Movistar Yamaha MotoGP Yamaha 41'36.535
  2. 93 Marc MARQUEZ SPA Repsol Honda Team Honda +0.019
  3. 29 Andrea IANNONE ITA Ducati Team Ducati +4.742
  4. 26 Dani PEDROSA SPA Repsol Honda Team Honda +4.910
  5. 4 Andrea DOVIZIOSO ITA Ducati Team Ducati +6.256
  6. 25 Maverick VIÑALES SPA Team SUZUKI ECSTAR Suzuki +8.670
  7. 38 Bradley SMITH GBR Monster Yamaha Tech 3 Yamaha +13.340
  8. 9 Danilo PETRUCCI ITA OCTO Pramac Yakhnich Ducati +14.598
  9. 41 Aleix ESPARGARO SPA Team SUZUKI ECSTAR Suzuki +18.643
  10. 51 Michele PIRRO ITA Ducati Team Ducati +22.298
  11. 35 Cal CRUTCHLOW GBR LCR Honda Honda +27.936
  12. 8 Hector BARBERA SPA Avintia Racing Ducati +35.712
  13. 50 Eugene LAVERTY IRL Aspar Team MotoGP Ducati +38.032
  14. 6 Stefan BRADL GER Aprilia Racing Team Gresini Aprilia +40.094
  15. 44 Pol ESPARGARO SPA Monster Yamaha Tech 3 Yamaha +59.811
  16. 68 Yonny HERNANDEZ COL Aspar Team MotoGP Ducati +1'04.397

Non classé

  • 46 Valentino ROSSI ITA Movistar Yamaha MotoGP Yamaha (15 tours)
  • 45 Scott REDDING GBR OCTO Pramac Yakhnich Ducati (15 tours)

N'ont pas fini le premier tour

  • 43 Jack MILLER AUS Estrella Galicia 0,0 Marc VDS Honda (0 tour)
  • 19 Alvaro BAUTISTA SPA Aprilia Racing Team Gresini Aprilia (0 tour)
  • 76 Loris BAZ FRA Avintia Racing Ducati (0 tour)

Classement provisoire du championnat MotoGP 2016

  1. Jorge LORENZO Yamaha SPA 115
  2. Marc MARQUEZ Honda SPA 105
  3. Valentino ROSSI Yamaha ITA 78
  4. Dani PEDROSA Honda SPA 66
  5. Maverick VIÑALES Suzuki SPA 59
  6. Aleix ESPARGARO Suzuki SPA 49
  7. Pol ESPARGARO Yamaha SPA 48
  8. Hector BARBERA Ducati SPA 43
  9. Andrea IANNONE Ducati ITA 41
  10. Eugene LAVERTY Ducati IRL 36
  11. Andrea DOVIZIOSO Ducati ITA 34
  12. Bradley SMITH Yamaha GBR 29
  13. Stefan BRADL Aprilia GER 25
  14. Alvaro BAUTISTA Aprilia SPA 21
  15. Michele PIRRO Ducati ITA 18
  16. Danilo PETRUCCI Ducati ITA 17
  17. Scott REDDING Ducati GBR 16
  18. Tito RABAT Honda SPA 11
  19. Cal CRUTCHLOW Honda GBR 10
  20. Loris BAZ Ducati FRA 8
  21. Yonny HERNANDEZ Ducati COL 3
  22. Jack MILLER Honda AUS 2

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !