• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
CAPITAL RETRAITE
Paris, le 16 juillet 2019

Que faut-il penser des rumeurs sur la retraite de Rossi et Lorenzo ?

Que faut-il penser des rumeurs sur la retraite de Rossi et Lorenzo ?

La trêve estivale MotoGP est traditionnellement propice au développement des rumeurs... Dernières en date : l'inévitable raccrochage des gants de l'idole des Grands Prix Valentino Rossi et la retraite éventuelle de Jorge Lorenzo avant la fin de sa première campagne chez Honda-Repsol. MNC fait le point... retraite !

Imprimer

Le sujet de la retraite de Valentino Rossi revient fréquemment sur le tapis dans la mesure où, à 40 ans et cinq mois, le génie des Alpages est le doyen des pilotes MotoGP... Il pourrait par exemple être le père du prodigieux débutant Fabio Quartararo (20 ans et trois mois) : le jeune français n'était même pas né quand le Docteur décrochait son premier titre en GP125 en 1997, ni quand le Journal moto du Net sortait du modem en mars 1999 !

Ces interrogations sur sa fin de carrière tiennent aussi au déclin de ses performances, certes encore très enviables mais inévitablement décevantes par rapport à ses fantastiques succès et ses neuf titres mondiaux. Le n°46, toujours aussi fin stratège, se bat désormais pour le podium davantage que pour la victoire...

Sa courbe de résultats est édifiante : sa triste 8ème place au Grand Prix en Allemagne marquait sa 36ème course sans succès, dangereusement proche de sa période noire chez Ducati (44 courses sans victoires en 2011 et 2012). Aussi incroyable que cela puisse paraître, l'officiel Yamaha ne s'est plus imposé depuis le GP des Pays-Bas 2017 au guidon d'une moto certes perfectible, mais néanmoins performante.

La preuve avec la victoire de son coéquipier Maverick Viñales aux Pays-Bas et de sa deuxième place en Allemagne, sans oublier les spectaculaires coups d'éclats du "Rookie" Quartararo qui a déjà empoché trois pole positions et deux podiums successifs pour sa première année sur la M1 privée du team Petronas-SRT. 

La plus mauvaise moitié de saison de Rossi

Le compteur de bons résultats de Valentino Rossi reste de son côté bloqué sur ses deux deuxièmes places consécutives en Argentine et en Amériques. Après quoi, l'italien a traversé une inquiétante période creuse : 6ème à Jerez, 5ème en France, puis une surprenante série de trois chutes consécutives (en Italie et aux Pays-Bas par sa faute et poussé par la Honda de Lorenzo en Catalogne).

Résultat : son bilan de mi-saison est le plus mauvais jamais enregistré depuis sa première saison en Grands Prix en 1996, avec seulement 80 points marqués en neuf courses. Même sa catastrophique deuxième année chez Ducati, en 2012, s'était montrée plus productive avec 82 points à ce stade de la saison !

"Je n'aime pas ça, bien sûr, mais c'est déjà arrivé à un autre moment de ma carrière et j'ai réussi à revenir", relativise le nonuple champion du monde, qui reste persuadé de pouvoir gagner à nouveau : "c'est possible", a-t-il assuré avant de partir en vacances à Ibiza avec sa ravissante compagne, Francesca Novello.

Rossi  en vacances à Ibiza avec sa ravissante compagne, Francesca Novello

Lucide, le natif de Tavullia reconnaît néanmoins que cette période délicate soulève la question de sa motivation à aller jusqu'au bout de son contrat avec Yamaha - qui, rappelons-le, expire fin 2020. La question de sa retraite est de fait régulièrement abordée, surtout depuis qu'il a cédé la 5ème place du provisoire à un Viñales pourtant très mal parti en début de saison...

"J'étais déjà vieux l'année dernière !"

"Je pense que c'est assez normal vu la situation", avoue Rossi. "Et naturellement, moi aussi je m'interroge : je me posais déjà la question il y a dix ans, alors imaginez-vous maintenant !", répond le facétieux pilote dont les talents oratoires manqueront certainement autant au MotoGP que ses dépassements audacieux !

 

"Tout dépend des résultats : si nous n'arrivons pas à résoudre nos soucis, c'est évident que ce sera un problème de continuer", diagnostique le Docteur avec sagesse, tout en martelant son désir de poursuivre sa carrière tant qu'il prendra du plaisir sur sa moto, avec ou sans victoire.

"À un certain moment, j'ai dû décider si je voulais m'arrêter sur une victoire ou si je continuais parce que j'aime courir. J'ai choisi la deuxième option il y a déjà dix ans et j'en suis très heureux. Le jour où ça ne sera plus le cas, j'aurai envie d'arrêter", précise Valentino Rossi en rappelant avec humour qu'il était "déjà vieux l'année dernière et il y a cinq aussi" !

Jorge Lorenzo pourrait-il rompre son contrat avec Honda ?

Par une drôle d'ironie, la question de la retraite se pose aussi au sujet de son ancien coéquipier chez Yamaha : Jorge Lorenzo ! Le majorquin de 32 ans, actuellement en convalescence suite à ses fractures des vertèbres T6 et T8 lors de sa chute aux Pays-Bas, pourrait-il arrêter sa carrière avant même le terme de sa première saison chez Honda ?

 

Ses piètres résultats sont évidemment à l'origine de cette rumeur qui s'est répandue comme une traînée de poudre : sa 11ème place au GP de France est à ce jour sa meilleure performance sur la moto championne du monde en titre, avec laquelle son coéquipier Marc Marquez s'est déjà imposé à cinq reprises cette saison et domine outrageusement la catégorie reine...

"Son style de pilotage est opposé à la moto et je ne pense pas qu’il sera capable de s’améliorer et grandir comme il l’a fait avec Ducati", estime même pour sa part Marco Melandri, qui vient justement de décider de mettre un terme à sa carrière sportive à 37 ans.

Jorge Lorenzo, 16ème au général, est par ailleurs sérieusement meurtri par ses chutes à répétition sur la RCV, au point d'avoir passé les dernières semaines avec un corset. Sa résistance hors norme à la douleur serait-elle arrivée à ses limites, après déjà 19 saisons en Grands Prix marquées par de splendides succès mais au moins autant de blessures ?

"Nous savons que Jorge est un champion" 

Lorenzo a cependant déjà prouvé par le passé sa capacité à rebondir, notamment en remportant trois courses avec la Ducati officielle l'an dernier après une saison et demie de contre-performances. Comme le souligne à juste titre Marc Marquez : "son ego est une grande force, car il l'aide à surmonter les difficultés".

 

Car "Jorgueil" croit fermement en lui et en son talent, ce qui le rend aussi redoutable sur la piste qu'exaspérant en dehors quand son estime de soi frôle la suffisance : "je ne suis pas un pilote, mais un champion", a-t-il notamment coutume de répéter avec cet aplomb désarmant qui le caractérise.

Reste que vivre une nouvelle période de souffrance chez Honda après avoir dû se faire violence pour revenir au sommet chez Ducati aurait de quoi en perturber plus d'un, y compris un champion de la trempe de Lorenzo. D'où les rumeurs sur son possible retrait, que l'intéressé n'a jusqu'à présent pas commentées... 

"Je ne sais rien à ce propos", assure - sans vraiment convaincre - Alberto Puig, team manager de l'équipe officielle Honda. "Tout ce que nous espérons, c’est le faire revenir au plus vite pour retrouver des sensations avec la moto. Nous sommes tous ici pour l’aider", répond l'ancien pilote espagnol interrogé sur la possibilité de voir Lorenzo faire défaut à Honda.

Honda s'attend à ce que Lorenzo "respecte son contrat"

"Nous lui souhaitons un prompt rétablissement", poursuit Puig pour qui rien à ce stade n'indique que Lorenzo ne sera pas de retour comme prévu le 4 août au GP de République tchèque. "Récupérer d’une telle blessure n’est pas évident, mais nous savons que c’est un champion et qu’il va se battre pour retrouver sa forme d’avant et sa motivation".

 

Ce point de vue officiel est partagé par le directeur du HRC, Tetsuhiro Kuwata, qui se dit concentré sur la "réalisation de notre objectif commun avec lui : notre rêve est de voir les deux pilotes Repsol Honda en tête du championnat des pilotes", explique le dirigeant japonais... sans toutefois s'avancer sur sa préférence concernant l'ordre de ses pilotes au général !

"Nous croyons en Jorge et nous respectons toujours nos contrats", prévient-il toutefois pour couper l'herbe sous le pied à ceux qui pouvaient penser que Honda pourrait limoger Lorenzo en raison de ses mauvais résultats.

Mais le directeur du HRC prévient que ce raisonnement tient dans les deux sens : "nous nous attendons également à ce qu’il respecte son contrat parce que nous croyons en lui", avertit Kuwata-san, parfaitement conscient des rumeurs qui se propagent...

A qui profiterait le départ de Lorenzo ?

Si d'aventure Jorge Lorenzo devait effectivement stopper sa carrière, que ce soit cet été ou au terme de la saison 2019, sa Honda d'usine serait bien entendu immédiatement convoitée par plusieurs pilotes.

 

Les premiers concernés, dans l'ordre logique, sont Cal Crutchlow et Takaaki Nakagami, coéquipiers au sein du team Honda-LCR. Le britannique est en théorie le mieux placé pour intégrer le HRC grâce à son statut de pilote semi-officiel et ses trois victoires sur la RC213V (deux en 2016, une en 2018).

Mais le n°35 souffre d'une inconstance chronique qui lui vaut d'apparaître seulement au 9ème au provisoire avec 17 points de plus que Nakagami (67 contre 50). Une différence peu élevée compte tenu du fait que le japonais ne reçoit pas le même soutien que Crutchlow et qu'il pilote une version antérieure de la Honda...

D'autre part, même si Takaaki Nakagami ne s'est jamais imposé en catégorie reine, sa nationalité et sa discrétion naturelle sont deux atouts non négligeables aux yeux de son employeur japonais, pas forcément porté sur les saillies verbales dont Crutchlow est coutumier...

Crutchlow à l'affût mais respectueux de Lorenzo

"Tout d’abord, je tiens à respecter Lorenzo qui n’a pas encore commenté ces rumeurs : peut-être s'agit-il juste d'une invention de la presse", a prudemment réagi Cal Crutchlow interrogé sur l'éventuelle retraite du majorquin.

Le natif de Conventry est parfaitement conscient de la nécessité de la "jouer fine" : à bientôt 34 ans, une telle opportunité de rejoindre le team d'usine ne se représentera probablement pas. Et si c'était le cas, rappelons que Lorenzo - qui se la coule douce aux Maldives - n'a pas encore rendu son tablier !

Dernier paramètre enfin à prendre en compte dans ce "jeu de selles musicales" : si l'un des deux pilotes Honda-LCR accède au HRC, cela libère mécaniquement une RCV pour l'an prochain. Et là encore, un tel guidon suscite bien des convoitises... 

A commencer par Alex Marquez, petit frère du taulier du MotoGP, qui domine actuellement le championnat Moto2 devant Tom Lüthi après avoir remporté quatre victoires en cinq courses ! Le n°73 pourrait ainsi réaliser son rêve d'accéder en catégorie reine, qu'il envisageait un temps avec le team Ducati Pramac.

Cette porte s'est récemment refermée après que Ducati a fait connaître sa volonté de prolonger Miller et Bagnaia à leurs places respectives, tout en offrant à Pramac l'opportunité d'aligner l'an prochain deux Desmosedici millésime 2020 aux spécifications proches des motos d'usine de Dovizioso et Petrucci.

Marc ne veut pas - publiquement - interférer pour Alex...

"Je pense que quand Alex fera son entrée en MotoGP, il devra choisir une moto avec laquelle il se sentira bien", commente à ce sujet Marc Marquez, qui suit évidemment de très près la carrière de son frangin avec qui il s'entraîne quotidiennement en VTT et en course à pied.

"Pour le moment, mon frère n’a pas de place chez Honda et même s’il y en avait une à la place de Lorenzo, je ne veux rien savoir à propos de ces trucs pour ne pas manquer de respect à Crutchlow ou à Nakagami", a précisé le champion en titre qui ne veut surtout pas donner l'impression d'imposer l'embauche de son cadet. 

Suite de ce "feuilleton de l'été" début août à Brno (République tchèque), où de nombreux regards seront tournés vers le box Honda-Repsol pour observer le retour normalement prévu de Jorge Lorenzo ! A suivre naturellement sur MNC : restez connectés !

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Honda a gardé Pedro pendant ces dernières années alors qu'il n'avait aucune chance de s'approcher de la tête du championnat...je pense qu'il cherche un bon pilote, courtois, représentatif de la marque...qui d'autre que Nakagami peut être pris...un nippon dans l'équipe officielle, l'opportunité ne s'est jamais présentée et enfin ils l'ont leur asiatique..... ca serait un bain de jouvence pour la marque sur le pole Asie....il ne faut surtout pas oublier que les marques n'ont qu'un seul but, vendre et encore vendre.....
Bestof: 
1
Fabio à la place de Rossi, Johann à la place de Fabio sur une Yam 2020 parce qu'il n'a pas intérêt à continuer chez KTM sinon sa carrière est fichue et qu'il risque de se faire virer . Quant à Lorenzo, il finira son contrat car il est trop fier.
Bestof: 
1
Autant pour Yamaha, la succession de Rossi par Quartararo semblerait logique au vu des résultats de Fabio, surtout s'il continue sur la même lancée malgré ses 500 tours de moins! Autant pour le HRC c'est moins évident : politiquement, un deuxième passe-droit de montée directe de la Moto2 vers une moto d'usine pour le frangin de celui qui en a bénéficié le premier, c'est un tantinet "limite". Reste que si la domination du jeune Marquez sur la Moto2 se confirme jusqu'à la fin de saison, la donne pourrait changer ? Mais aucun autre pilote n'a pu faire de même depuis ! Crutchlow et Nakagami seraient des faire-valoir possibles pour MM93 à ses côtés, moins potentiellement dangereux que d'autres pour le maître incontestable du plateau actuel. Quant à un transfert d'une autre marque, perso, je ne vois pas bien qui... A suivre !

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Honda CRF1100L Africa Twin 2020 : la juste démesure ? 

Chassez le naturel, il revient à moto : Honda s'oriente à son tour vers le maxi-trail à fort contenu technologique avec sa nouvelle Africa Twin 2020, quatre ans après avoir fait l'éloge de la simplicité et de la juste mesure sur son ancienne CRF1000L. Essai.
Trail 8 commentaires
Essai Yamaha R1 et R1M 2020 : sacré bon coup... et salé surcoût !

Yamaha profite du passage à la norme Euro5 pour perfectionner sa Superbike : la R1 "tout court" bénéficie de multiples améliorations qui doivent légitimer une infime hausse de tarif. La R1M évolue aussi... assez pour justifier l'envolée de son prix ? MNC a testé les deux motos sportives à Jerez (Espagne). Verdict.
Sportive 3 commentaires
Essai Kawasaki Ninja H2SX SE+ : compression intime

Coup de pied au cul et stimuli des parties intimes sont déjà au programme de la H2SX SE, unique moto routière à moteur compressé ! L'activité cérébrale n'est plus en reste avec sa nouvelle déclinaison SE+, qui intègre notamment un amortissement piloté, des modes de conduites et une instrumentation connectée. Essai.
Sportive 5 commentaires
Duel Royal Enfield Interceptor 650 Vs Triumph Street Twin : lutte de classe

La délicieuse authenticité de la nouvelle Royal Enfield Interceptor 650, premier bicylindre du constructeur depuis 1970, fait-elle ombrage à la redoutable maîtrise du néo-classique de l'onéreuse Triumph Street Twin ? Réponses dans notre duel MNC.
Tous les Duels 4 commentaires

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Officiel : Zarco sur la Honda-LCR de Nakagami pour les trois dernières courses MotoGP

Johann Zarco a accepté de rejoindre l'équipe privée Honda-LCR pour remplacer Takaaki Nakagami sur sa RC213V 2018 lors des Grands Prix d'Australie, de Malaisie et de Valence. Le pilote japonais se fera opérer de l'épaule après le GP du Japon ce week-end. Explications.
Pilotes et équipes 13 commentaires
Essai Honda CRF1100L Africa Twin 2020 : la juste démesure ? 

Chassez le naturel, il revient à moto : Honda s'oriente à son tour vers le maxi-trail à fort contenu technologique avec sa nouvelle Africa Twin 2020, quatre ans après avoir fait l'éloge de la simplicité et de la juste mesure sur son ancienne CRF1000L. Essai.
Trail 8 commentaires
Essai vidéo des nouvelles Africa Twin 1100 standard et Adventure Sports

En attendant notre essai complet de la nouvelle Honda Africa Twin 1100, voici notre vidéo tournée pendant ce premier roulage sur les routes de Sardaigne. Essai vidéo des deux versions 2020 : standard et Adventure Sports.
Harley-Davidson suspend la production des motos électriques LiveWire pour un problème de recharge

Rentrée difficile pour Harley-Davidson qui comptait sur la moto électrique LiveWire pour rajeunir son image de marque et élargir sa clientèle : en raison d'un problème technique lié au cycle de recharge, le constructeur américain annonce que la production a été suspendue les livraisons interrompues jusqu'à nouvel ordre...
Business 5 commentaires
Les motos concurrentes de la nouvelle Honda Africa Twin 1100

Le Journal moto du Net prend cette semaine le guidon de la nouvelle CRF1100L Africa Twin 2020 et sa déclinaison Adventure Sports, qui montent en cylindrée (1084 cc) et font le plein de technologies tout en perdant du poids ! Avant de livrer notre verdict sur cette moto de 102 ch, passons en revue ses principales concurrentes dans notre guide spécial trails.
Trail 6 commentaires
Horaires et enjeux du GP du Japon MotoGP 2019

Horaires, enjeux et programme du GP du Japon Moto GP, 16ème manche du championnat du monde 2019 à suivre tout le week-end sur MNC. Titré depuis la dernière épreuve, Marc Marquez aura encore à coeur de briller sur les terres de son employeur tandis que Fabio Quartararo, vainqueur malchanceux l'an dernier en Moto2, vérifiera scrupuleusement sa pression de pneus... Demandez le programme !
Horaires et objectifs 15 commentaires
Marché moto en septembre 2019 : 125 perturbées, gros cubes au beau fixe

Comme en août, les ventes de motos et scooters au mois de septembre 2019 ont fléchi sur le secteur des 125 (-4%) et augmenté chez les plus grosses cylindrées (+11,5%). Moto-Net.Com étudie pour ses lecteurs Premium les chiffres du marché du motocycle français. Bilan.

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Calendrier MotoGP 2019

Intersaison : Tests MotoGP
10 mars : GP du Qatar
31 mars : GP d'Argentine
14 avril : GP des Amériques
5 mai : GP d'Espagne
19 mai : GP de France
2 juin : GP d'Italie
16 juin : GP de Catalogne
30 juin : GP des Pays-Bas
7 juillet : GP d'Allemagne
4 août : GP de République tchèque
11 août : GP d'Autriche
25 août : GP de Grande-Bretagne
15 septembre : GP de San-Marin
22 septembre : GP d'Aragón
6 octobre : GP de Thaïlande
20 octobre : GP du Japon
27 octobre : GP d'Australie
3 novembre : GP de Malaisie
17 novembre : GP de Valence

SAISON 2019   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...