• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP 2010 - SEPANG
Paris, le 11 octobre 2010

Grand Prix de Malaisie : déclarations, classements et analyses

Grand Prix de Malaisie : déclarations, classements et analyses

Chaque lundi suivant un Grand Prix, retrouvez les déclarations des principaux acteurs de la catégorie reine, les classements de la course et du championnat et l'analyse des performances des stars du MotoGP par l'équipe de Moto-Net.Com !

Imprimer

Grâce à un nouveau podium en Malaisie - son treizième en quinze courses ! -, Jorge Lorenzo est devenu champion du monde MotoGP 2010 à trois courses de la fin de saison, après avoir dominé le championnat de la tête et des épaules.

Ce Grand Prix de Malaisie à Sepang marque donc l'arrivée de la nouvelle étoile de la catégorie reine, à qui l'essentiel de cette analyse MNC est naturellement consacrée. Mais cette course haletante a aussi été le théâtre du retour au premier plan de son emblématique prédécesseur sur le trône, Valentino Rossi, auteur d'une incroyable - et désormais bien rare en catégorie reine - remontée de la onzième à la première place (lire nos comptes rendus des courses MotoGP, Moto2 et 125 à Sepang) !

Jorge Lorenzo, Fiat-Yamaha (3ème en course et champion du monde MotoGP 2010) : "C'est mon premier titre dans la catégorie reine et c'est un rêve qui devient réalité ! C'est la plus haute distinction qu'un pilote moto puisse atteindre dans sa carrière et nous devons donc célébrer et profiter de ces heures, de ces minutes et de ces secondes comme si c'était la fin du monde ! On peut imaginer ce moment pendant toute sa vie, mais lorsqu'on y arrive enfin on ne sait pas quoi dire... J'essaye de rester détendu, de parler clairement et de ne pas dire de bêtises ! Je suis juste fatigué maintenant et j'ai besoin de me retrouver seul quelques instants pour penser à ce que j'ai fait".

"Il y a beaucoup de gens que je veux remercier, c'est difficile de trouver les mots mais je dois mentionner Yamaha, toute mon équipe, Bridgestone et toutes les personnes impliquées. Je remercie aussi mes fans, qui ont été constamment avec moi".

"L'idéal aujourd'hui aurait été de gagner, mais ce n'était pas possible cette fois. J'ai pris un bon départ, je pilotais bien et à un moment je pensais que je pouvais m'échapper devant Andrea, mais il est ensuite passé devant, puis Valentino aussi. J'ai pensé qu'il y avait trop de risques aujourd'hui pour jouer la victoire, il valait mieux attendre jusqu'à la fin de la course".

"La moto est ma passion et mon travail, mais c'est aussi un jeu et c'est ce que j'ai voulu dire lorsque j'ai brandi mon panneau "Game Over". Aujourd'hui, la saison est terminée parce que je suis champion du monde ! Je ne veux pas penser à l'avenir maintenant, je veux juste fêter mon premier titre MotoGP et je ne pense donc pas à ce qui arrivera après ce soir. L'avenir sera dur et excitant, avec des géants en guise d'adversaires, mais nous n'avons pas à penser à ça maintenant, nous pouvons simplement profiter du moment".

"Nous avons fait tellement de chemin... Certaines choses mettent beaucoup de temps à arriver dans une carrière et d'autres beaucoup moins. Lorsque j'ai commencé en championnat du monde j'étais quasiment dernier, mais huit ans plus tard je suis devenu champion du monde MotoGP. C'est incroyable comment la vie peut changer à ce point. Nous nous sommes battus pour en arriver là. J'ai eu de la chance parce que j'ai eu de bonnes motos et de bons teams. J'ai toujours été bien entouré, par des gens qui voulaient le meilleur pour moi et j'en suis très reconnaissant".

"La pré saison n'avait pas bien commencé avec mon doigt cassé, mais au final l'année a été fantastique. Si je devais choisir les trois meilleures courses, je dirais que Jerez est la n°1 parce que c'était la première fois que je gagnais en MotoGP là-bas et c'est probablement le meilleur endroit pour remporter une course. J'ai aussi beaucoup aimé mon saut dans le lac ! Silverstone est probablement la meilleure course que j'ai faite, j'étais agressif et très rapide. Puis finalement ici, pas pour ma course mais pour son importance et pour le championnat du monde".

"Je veux encore gagner cette saison et je vais faire de mon mieux pour y arriver. Je ne sais pas encore si j'utiliserai le même numéro la saison prochaine. Si je trouve un bon design, je changerai peut-être, sinon je resterai avec le 99 ! Champion du monde, c'est incroyable quand j'entends ça, c'est un vrai plaisir, ça donne l'impression d'être le roi du monde... Nous allons profiter de cette soirée au maximum !"

L'analyse Moto-Net.Com : Bien que son rival Valentino Rossi soit parvenu à le priver d'une victoire le jour de son sacre, Jorge Lorenzo vient de réaliser le rêve de tout pilote engagé en championnat du monde : obtenir le titre suprême en catégorie reine, le troisième du majorquin en Grands Prix après son doublé en 250 cc en 2006 et 2007.

Un sacre mérité tant Lorenzo a fait preuve d'une incontestable vélocité et d'une rare intelligence de course. Fin metteur au point - malgré la totale séparation des données techniques avec son chef de file, censée le mettre en difficulté selon ses détracteurs - et animé d'une volonté de gagner à la hauteur de son ego, "Jorgueil" a signé sept victoire, six pole positions et treize podiums sur les quinze courses disputées jusqu'ici.

Certes, la blessure de Valentino Rossi au Mugello, puis de Pedrosa au Japon et l'irrégularité chronique de Stoner ont joué en sa faveur. Mais chacun partait avec les mêmes chances en début de saison ! Tout son mérite fut d'éviter à la fois les chutes - il n'a jamais terminé au delà du Top 4 durant quinze GP -, les mauvais choix techniques et surtout d'engranger de gros points à chaque course. "Lorenshow" devient le quatrième pilote de l'histoire à monter sur le podium à chacun des douze premiers Grands Prix d'une saison de la catégorie reine.

Deuxième pilote espagnol à remporter le titre en catégorie reine après Alex Crivillé en 1999, il devient à 23 ans et 159 jours le sixième plus jeune pilote de l'histoire du championnat du monde à décrocher le titre suprême après Freddie Spencer, Casey Stoner, Mike Hailwood, John Surtees et Valentino Rossi.

Copiant sans vergogne les mises en scène du même Rossi à chacune de ses victoires - même s'il s'en défend ! -, Jorge Lorenzo est aussi le troisième plus jeune pilote à avoir conquis les titres de la catégorie 250 cc et de la catégorie reine, après Mike Hailwood et... Valentino Rossi, toujours !

De plus en plus populaire grâce son sens du spectacle, le majorquin est cependant d'ores et déjà tourné vers les trois derniers rendez-vous du championnat, durant lesquels il compte bien stopper net l'actuel retour aux affaires de Rossi...

Toute notion de prudence ou de calcul étant désormais derrière lui, "Jorgueil" va tout donner pour tenter de mater son futur ex coéquipier :a utant dire que la fin du championnat promet du beau spectacle, tout comme saison prochaine !

Valentino Rossi, Fiat-Yamaha (1er) : "Je tiens à féliciter Yamaha et Jorge, il a été rapide toute la saison, sur tous les circuits et dans toutes les conditions. Il mérite d’être champion du monde. C’est un très bon moment pour moi, je suis très heureux de gagner comme ça et de décrocher ma 46ème victoire avec Yamaha sur "ma" M1".

"C’était l’un de mes plus mauvais départs et j’étais vraiment inquiet pendant un moment (Rossi a rétrogradé de la sixième à la onzième position suite à un départ complètement raté, NDLR), mais au bout de quelques virages j’ai compris que je pouvais me lancer parce que ma moto répondait très bien aujourd’hui grâce aux modifications que nous avions faites durant le warm-up. L’idée de Jeremy (Burgess, son chef mécanicien, NDLR) a parfaitement fonctionné !".

"J’ai bien piloté et la course a été fantastique, je pense que c’est l’une des meilleures de ma carrière ! Je voulais vraiment cette 46ème victoire parce que, comme tout le monde le sait, c’est un chiffre spécial pour moi... Merci à mon équipe parce que tout le monde a travaillé très dur ce week-end et je pense que c’est une belle récompense pour tout le monde. Gagner comme ça, depuis la onzième place dans le premier virage, c’est exceptionnel".

L'analyse Moto-Net.Com : Il en aura fallu du temps à Valentino Rossi pour décrocher son 46ème succès - tout un symbole ! - au guidon d'une Yamaha... Six mois séparent en effet sa victoire lors du Grand Prix d'ouverture de la saison au Qatar (lire MNC du 11 mars 2010 : une première en fanfare !) et celle d'hier lors du Grand Prix de Malaisie (lire MNC du 10 octobre 2010 : compte rendu des courses 125, Moto2 et MotoGP du GP de Malaisie)...

Six mois (quatorze courses !) sans gravir la plus haute marche du podium : c'était du jamais vu dans toute la carrière internationale du pilote italien, y compris à ses débuts. Handicapé par deux blessures, une vilaine à la jambe et une sournoise à l'épaule, le Docteur aurait-il définitivement pansé ses plaies ? Il semble que non, puisque Vale révélait lors de la conférence de presse d'après course qu'il passerait bel et bien sur le billard... à la fin de la saison !

Après une telle victoire - sa "deuxième" d'affilée face à son ennemi n°99, qui plus est -, Vale ne peut se résoudre à écourter sa difficile saison 2010. Quitter "sa" Yamaha M1 après l'épreuve d'Australie pour mieux préparer son arrivée sur la GP11 de Ducati : il n'en est plus question !

Officiellement et définitivement battu par son propre coéquipier au championnat, Rossi tient à démontrer qu'il demeure le n°46 que le monde entier - ou presque -adore regarder le dimanche à la télévision : un "nouveau chevalier au grand coeur qui n'a jamais peur de rien, un peu rêveur et rieur et qui gagne toujours à la fin" (ou "I push, I push and I win..." en version originale).

Mais attention, ce Valentino en pleine résurrection devra se méfier du nouveau n°1 de la catégorie reine car Lorenzo n'a sans doute pas tiré un trait sur l'épisode japonais : désormais titré, il peut enfin rendre la monnaie de sa pièce à ce cousin de Mario et Luigi - sympa l'allusion aux deux plombiers italiens mis "Game Over" par l'espagnol -, et ce dès dimanche prochain... Dans son jardin d'hiver, Valentino Rossi décrochera-t-il une 47ème victoire avec Yam', sa 80ème an catégorie reine ?

Andrea Dovizioso, Honda-HRC (2ème) : "Je suis très heureux de prendre cette seconde place aujourd’hui, la course a été excellente. Nous nous sommes battus pour la victoire lors des deux dernières courses, sur des pistes très différentes et aussi dans des conditions très différentes, et c’est donc très positif".

"J’ai essayé de rester proche de Valentino dans le dernier tour mais dans le dernier freinage je n’étais pas assez près de lui pour essayer de passer, même s'il avait freiné tard et était parti un peu large. Ce résultat est très important pour Honda, Repsol et l’équipe. L’an dernier nous étions à quarante secondes du vainqueur ici et n’être qu’à 0,2 seconde signifie que nous avons beaucoup progressé".

L'analyse Moto-Net.Com : Hier en Malaisie, Andrea Dovizioso est monté sur son sixième podium de la saison. Troisième à Doha, au Mans puis au Mugello et deuxième à Silverstone et à Motegi la semaine dernière, il n'a jamais été aussi proche du succès qu'hier à Sepang.

Vainqueur d'une unique course en MotoGP l'an dernier sur la piste piégeuse - car partiellement mouillée - de Donington, le n°4 confirme avec brio qu'il possède le rythme des meilleurs dans de bonnes conditions de roulage. Certes, Stoner est tombé dès le premier tour et Pedrosa était absent... Mais Dovi' a été le seul à pouvoir disputer la victoire aux deux frères ennemis Yamaha.

Doublé au championnat par son compatriote Rossi, Dovizioso se rapproche néanmoins de la troisième place au classement général : il compte deux points de retard sur Valentino et un seul sur Casey Stoner... De quoi soutenir aux grands chefs du HRC qu'il mérite une moto et un encadrement de choix l'an prochain !

Ben Spies, Yamaha - Tech 3 (4ème) : " J'ai pris un départ raisonnable, mais j'ai souffert à cause du flanc gauche du pneu arrière qui n'est pas monté en température aussi vite que je l'avais espéré. Une fois fait, il a très bien fonctionné et j'ai pu me frayer un chemin vers un nouveau très bon résultat. Je suis resté bloqué derrière Nicky un certain temps, mais une fois passé j'ai enchaîné des tours en 2'02 et consolidé ma quatrième place. Je suis satisfait de mon rythme de course"

"Je savais que je ne pouvais pas atteindre la troisième place et c'est un peu frustrant parce qu'à voir les chronos des trois premiers, si j'avais pu m'échapper avec eux j'ai vraiment l'impression que j'aurais pu faire quelque chose. Je sais que vu les circonstances, Lorenzo n'attaquait pas comme si sa vie était en jeu, mais j'aurais pu être plus près des avant-postes. C'était tout de même une bonne course pour moi, j'ai fait quelques beaux dépassements et je suis impatient de rouler à Phillip Island maintenant. Enfin, je tiens à féliciter Jorge et Yamaha. Jorge a été fantastique toute la saison et il a certainement mérité de gagner le titre. Il n'a pas fait une erreur et j'ai vraiment hâte de travailler avec lui en 2011".

L'analyse Moto-Net.Com : Hormis ses deux bourdes à Jerez puis au Mans, Ben Spies fait preuve d'une constance impressionnante pour un "rookie" : le champion du monde Superbike en 2009 n'est jamais apparu au-delà de la 8ème place en course et collectionne d'ores et déjà sept "Top 5" !

Sur une piste qui ne lui était pas étrangère - bien qu'il n'ait jamais "couru" à Sepang, il y a effectué des centaines de kilomètres l'hiver dernier lors des essais d'intersaison -, le n°11 du team français Tech3 a tout d'abord fait preuve d'une grande prudence alors que ses Bridgestone tardaient à monter en température.

Sans s'emballer, Ben a attendu que le niveau de grip de sa M1 monte, concédant quelques places à ses adversaires, notamment à Simoncelli et Rossi. Légèrement bouchonné par Hayden, Spies n'a pas cédé à la pression du fougueux Bautista et n'a fait qu'une bouchée de Simoncelli. On a hâte de vérifier son potentiel sur une moto d'usine l'an prochain !

Marco Simoncelli, Honda – Gresini (8ème) : "Évidemment, le résultat n'est pas super mais je suis heureux car je suis revenu de loin pour disputer deux très bons tiers de la course. Malheureusement après ça je n'en pouvais plus physiquement... J'avais du mal à respirer, ma vision était floue et j'ai vraiment eu du mal à terminer la course. En gardant notre rythme jusqu'à la fin, nous aurions pu finir quatrième ou cinquième, c'est donc vraiment dommage mais je suis heureux parce que c'est une piste que je n'aime pas particulièrement".

"Nos essais hivernaux ici avaient été désastreux, aujourd'hui nous avons réalisé une bonne performance et nous avons même pris en chasse Dovizioso et Lorenzo dans les premiers tours. Après ce week-end positif, je suis impatient de disputer la prochaine course ".

L'analyse Moto-Net.Com : Parti de la 11ème place sur la grille, Marco Simoncelli a été l'un des principaux animateurs de ce Grand Prix de Malaisie ! Sans son "coup de bambou" à partir du 14ème tour, le n°58 pouvait espérer signer son meilleur résultat en MotoGP...

En effet, dès le deuxième tour, le jeune italien piquait à Nicky Hayden sa troisième place en course. Malheureusement incapable de faire la jonction avec Lorenzo et Dovizioso, le pilote Honda Gresini n°58 n'a rien pu faire contre les Yamaha de Rossi et de Spies.

En revanche, le champion de 250 (2008) s'est battu comme un lion face à Bautista, Hayden et Aoyama ! La bagarre entre le japonais et lui a d'ailleurs bien failli finir par terre, les deux RC212V entrant en contact dans le pif-paf succédant la longue ligne droite des stands...

Finalement huitième sous le drapeau à damiers, "Sic" s'approche dangereusement de Randy de Puniet au classement général : notre pilote national ne possède plus que deux points d'avance sur l'italien. Or, davantage que la 8ème place au général, ces deux pilotes visent un même objectif important : celui de premier privé Honda !

Randy de Puniet, Honda-LCR (10ème) : "Je suis bien entendu relativement déçu dans la mesure où je dois logiquement pouvoir faire mieux que ça sur ce tracé. Mais les difficultés rencontrées hier avec le train avant sont de nouveau réapparues après seulement sept tours. Après réflexion suite à nos problèmes de la séance qualificative, nous avons pris la décision de prendre le départ avec la gomme la plus dure, mais elle a pour effet de diminuer l'adhérence sur l'angle maximal".

"Les entrées de virage pendant le Grand Prix n'étaient pas non plus choses faciles. Sincèrement, j'aurais peut-être pu mieux terminer cette épreuve, mais j'ai préféré limiter les risques dans les derniers tours pour ramener sagement six points au championnat ".

L'analyse Moto-Net.Com : Notre cher playboy n°14 a connu un nouveau week-end difficile : plus encore que sa jambe encore en convalescence ou le climat tropical étouffant de la Malaisie, c'est le train avant de sa RCV qui lui a posé problème...

Bien avant de se lancer en piste vendredi, le pilote LCR savait que sa Honda serait difficile à mettre au point car les essais hivernaux ne s'étant pas très bien passés pour le natif de Maisons-Laffitte (78). À la fin des essais du Grand Prix, on ne pouvait que constater l'ampleur des dégâts : un 13ème temps, synonyme de départ de la cinquième ligne...

Motivé, Randy boucle le premier tour en course à la 11ème place, puis se bagarre avec Aoyama pour la 9ème place. Mais il doit vite se rendre à l'évidence : sa Honda ne lui permettra pas de se frayer un chemin dans le peloton... Grâce à l'abandon d'Edwards en fin de course, De Puniet accède néanmoins à la 9ème place tant convoitée, mais Marco Melandri finira par la lui chiper... Espérons que la piste australienne conviendra mieux au seul pilote français en catégorie reine !

Casey Stoner, Ducati (chute) : " Je suis extrêmement déçu de ce week-end... En arrivant, nous étions confiants. Nous savions que nous serions aux avant-postes pour nous battre pour la victoire et la course nous l'a confirmé. Je sais que j'avais le rythme pour être devant"...

Dans le premier tour j'étais calme, j'ai gagné quelques places dans les deux premiers virages et j'étais content de me retrouver derrière Dovizioso et Lorenzo, à rester là et à laisser les pneus monter en température. Malheureusement je suis tombé parce qu'ils n'étaient pas assez chauds, mais je ne pense pas que j'aurais pu être plus attentif au cours de ces premiers tours. Je suis tellement déçu que cette petite chose ait ruiné un week-end entier"

L'analyse Moto-Net.Com : Après avoir signé deux superbes victoires, Stoner a de nouveau trébuché. L'an dernier pourtant, le pilote Ducati n°27 s'était montré impérial sur le même tracé malais, s'imposant avec plus de 14 secondes d'avance sur Pedrosa et 19 sur Rossi !

Dani tenu écarté de la piste de Sepang suite à son opération de la clavicule, Casey pouvait espérer faire une belle opération au championnat à Sepang. Malheureusement, un tempérament un peu trop chaud et un pneu un peu trop froid en ont décidé autrement...

La déception de l'australien est naturellement immense. Il n'a pas eu le temps de le prouver, mais Casey pensait avoir la capacité de gagner cette course, auquel cas sa troisième place au classement provisoire s'en serait vu nettement consolidée.

Au lieu de cela, Stoner inscrit sa quatrième bulle au tableau 2010 : des résultats plus "nuls" que les quatre de Rossi ou les trois de Pedrosa, puisque le futur pilote du HRC est à l'origine de chacune de ses contre-performances. Moins d'un petit tour et puis s'en va de Sepang, direction ses terres... Le Kangourou saura-t-il y rebondir ? Réponse dès dimanche prochain sur Moto-Net.Com : restez connectés !

Résultats du Grand Prix MotoGP de Malaisie

  • 1 - 46 Valentino ROSSI
  • 2 - 4 Andrea DOVIZIOSO
  • 3 - 99 Jorge LORENZO
  • 4 - 11 Ben SPIES
  • 5 - 19 Alvaro BAUTISTA
  • 6 - 69 Nicky HAYDEN
  • 7 - 7 Hiroshi AOYAMA
  • 8 - 58 Marco SIMONCELLI
  • 9 - 33 Marco MELANDRI
  • 10 - 14 Randy DE PUNIET
  • 11 - 40 Hector BARBERA
  • 12 - 36 Mika KALLIO
  • 13 - 5 Colin EDWARDS
  • Non classés
  • 41 Aleix ESPARGARO
  • 65 Loris CAPIROSSI
  • 27 Casey STONER

    Classement général provisoire après le GP de Malaisie

  • 1 - Jorge LORENZO 313
  • 2 - Dani PEDROSA 228
  • 3 - Valentino ROSSI 181
  • 4 - Casey STONER 180
  • 5 - Andrea DOVIZIOSO 179
  • 6 - Ben SPIES 152
  • 7 - Nicky HAYDEN 139
  • 8 - Randy DE PUNIET 94
  • 9 - Marco SIMONCELLI 92
  • 10 - Marco MELANDRI 86
  • 11 - Colin EDWARDS 81
  • 12 - Hector BARBERA 74
  • 13 - Alvaro BAUTISTA 69
  • 14 - Aleix ESPARGARO 52
  • 15 - Hiroshi AOYAMA 44
  • 16 - Loris CAPIROSSI 41
  • 17 - Mika KALLIO 38
  • 18 - Alex DE ANGELIS 11
  • 19 - Roger Lee HAYDEN 5
  • 20 - Kousuke AKIYOSHI 4
  • 21 - Wataru YOSHIKAWA 1
  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Identifiez-vous pour publier un commentaire.

    .

    • En savoir plus...

    Les derniers articles parus

    Le MotoGP roulera en pneus Michelin au moins jusqu'en 2023

Le contrat de fourniture exclusif des pneus en MotoGP signé entre Michelin et Dorna Sports, promoteur des Grands Prix moto, est comme prévu prolongé avant son terme de cinq saisons supplémentaires, de 2019 à 2023. L'accord a été révélé pendant le GP d'Australie 2017, dont le pneumaticien français est le sponsor-titre.
    55 400 motos et scooters volés en France en 2016

Bonne nouvelle : la fréquence des vols de deux-roues motorisés en France poursuit sa baisse en 2016 puisque le ministère de l'intérieur recense 55 400 motos ou scooters dérobés contre 57 699 en 2015. Mauvaise nouvelle : ce fléau intervient encore toutes les 10 minutes, surtout dans les grandes villes ! Explications.
    Le Moto Tour de Nick Ayrton, vainqueur en Classiques

Ze païlote : Nick Ayrton (un vieux, et un anglais par-dessus le marché !)... Ze brèle : une Suzuki GSX-R 1100 de 1986 (une vieille aussi, donc). Un duo très "Classique" qui s'offre la victoire dans la catégorie du même nom, au terme d'un Moto Tour 2017 qui sera le dernier sous cette forme. Témoignage.
    Ducati présente son Monster 821 2018 : moderne et "rajauni" !

Ducati exposera cinq nouveautés 2018 au prochain salon Eicma de Milan. Aux côtés de sa très attendue Superbike V4 et d'un hypothétique Scrambler 1100, la firme de Bologne dévoilera une nouvelle version de son Monster 821, plus moderne et... tout jaune ! Présentation.
    STI : Prototypes de motos interconnectées BMW, Honda et Yamaha

Des prototypes de motos capables de détecter les situations à risques et de communiquer entre elles ont été présentés par BMW, Honda et Yamaha lors de la conférence du Connected Motorcycle Consortium (CMC), un groupement lancé par les trois constructeurs pour accélérer le développement des systèmes de transports intelligents (STI). Pourquoi, comment ? MNC fait le point.
    Vente aux enchères : 14 motos rares à Drouot

La maison de ventes Leclere organise ce week-end à l'Hôtel Drouot une vente aux enchères de 14 motos, ou plus exactement de 13 motos et une mobylette puisqu'une célèbre "Bleue" sera proposée aux côtés des 900 Bol d'Or, 500 H1 et autres GT 750... Demandez le programme... et préparez vos chéquiers !
    Horaires et enjeux du Grand Prix d'Australie MotoGP 2017

Le Grand Prix d'Australie, 16ème course MotoGP 2017 ce week-end sur le magnifique de circuit Phillip Island, devrait permettre à Andrea Dovizioso et Marc Marquez, les deux prétendants au titre mondial, d'affûter leurs armes en vue des deux dernières lignes droite de la saison en Malaisie et à Valence... Présentation, horaires, déclarations et rétrospectives : réglez bien vos réveils !
    Avertissement sur l'utilisation des cookies
    En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.