• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
Paris, le 19 novembre 2015

Moto GP : Lorenzo assure qu'il ''priait'' à Valence pour que Marquez ne le double pas...

Moto GP : Lorenzo assure qu'il ''priait'' à Valence pour que Marquez ne le double pas...

Le nouveau champion du monde MotoGP, Jorge Lorenzo , revient sur sa saison 2015 et les difficultés surmontées pour coiffer sa troisième couronne mondiale en catégorie reine, sa cinquième en tout. La pression née du "SepangGate" retombée, le majorquin espère désormais que ses relations avec son coéquipier Valentino Rossi s'apaiseront...

Imprimer

Le nouveau champion du monde MotoGP, Jorge Lorenzo, revient sur sa saison 2015 et les difficultés surmontées pour coiffer sa troisième couronne mondiale en catégorie reine, sa cinquième en tout. La pression née du "SepangGate" retombée, le majorquin espère désormais que ses relations avec son coéquipier Valentino Rossi s'apaiseront...

"Je devais uniquement penser à gagner"

"Il y a eu des moments du championnat où je trouvais les choses très difficiles. Le premier a été l’Argentine, quand j’étais 29 points derrière", confie le n°99 qui admet avoir fait l'erreur de s'élancer en pneus tendres alors que les circonstances exigeaient des gommes dures, celles choisies par son coéquipier Rossi qui a remporté cette course.

"L'autre moment difficile a probablement été Misano : on était arrivé au circuit le mercredi et la météo avait été parfaite jusqu’au dimanche, puis il a plu pour la troisième course d’affilée. C’est là où les points se gagnent... J’étais juste un peu frustré, oui. Mais nous n’avons jamais baissé les bras et ma chute à Misano a été un moment clé parce que j’ai réalisé que je devais uniquement penser à gagner".

"À Jerez, je me suis dit "OK Jorge, on y va et on se concentre pour piloter, sans penser à autre chose, fais confiance à ton instinct". C’est ce que j’ai fait, ça a bien marché et ça a été le début d’une belle remontée si on compte les courses suivantes", explique le majorquin, auteur de son premier quadruplé de victoires en Grands Prix (lire notre Rétrospective sur la carrière de Lorenzo).

"Il arrive que l'on s'exprime même quand on n'a pas forcément raison"

Conscient que sa prise de position face à son coéquipier Valentino Rossi ne lui fait pas "bonne presse", Lorenzo se montre aujourd'hui beaucoup plus policé dans ses propos et souhaite retrouver une forme d'apaisement dans ses relations avec le n°46.

"Valentino a toujours été très intelligent dans son rapport avec les médias et parfois il arrive que l’on s’exprime même lorsque l’on n’a pas forcément raison : il faut essayer de comprendre ce genre de choses, et respecter tous les points de vues car ils sont tous valables dans la mesure où nous sommes des personnes, pas des robots", analyse le champion du monde.

Derrière ses propos compréhensifs et sa tentative de "dédouaner" les accusations lancées par son coéquipier envers Marquez à Sepang, Lorenzo maintient toutefois à demi-mots que le Docteur se trompait !

"Parfois on fait des choses qui paraissent bonnes tandis que d'autres fois on fait des erreurs. Il faut cependant respecter tout le monde. Il est normal qu’une relation comme la nôtre ait ses moments de tension et surtout après Sepang, où il avait exprimé son opinion et moi la mienne".

"La situation était alors un petit peu plus tendue... Je pense nous finirons par laisser ça dans le passé et qu’à l’avenir tout redeviendra normal", espère l'officiel Yamaha, à qui son team a publiquement reproché son ingérence dans le dossier "Rossi-Marquez", notamment lorsqu'il a décidé - sans prévenir son employeur - de fournir un dossier à charge au Tribunal arbitral du sport (TAS)...

Iannone ne passera pas sur le billard

Andrea Iannone a finalement décidé de ne pas subir l'intervention chirurgicale prévue à son épaule gauche cette semaine, afin d'éviter d'être encore convalescent lorsque la saison 2016 débutera. L'italien avoue aussi avoir pris cette décision au regard de ses dernières courses, durant lesquelles il a pu performer sur sa Ducati sans ressentir de "problèmes physiques particuliers".

"Cet hiver, en plus de mon entraînement habituel, j'aurai donc une activité plus spécifique pour renforcer mon épaule. Je devrai probablement être opéré dans quelques années, mais j'ai préféré reporter l'intervention et concentrer ma préparation hivernale sur le renforcement musculaire de mon épaule gauche".

"Quand vous perdez un championnat que vous pensez gagner, en sachant que vous pouvez gagner, et que vous finissez par perdre au dernier moment, vous pensez que vous méritez le titre que vous n’avez pas remporté", poursuit le n°99 en assurant que "ça arrive dans tous les sports".

"La seule chose que je puisse dire en ma faveur, c'est que nous avons eu le plus de victoires (7 contre 4 pour Rossi, NDLR), cinq pole positions (une seule pour le Docteur NDLR) et un peu plus de 270 tours en tête de course contre seulement 50 pour Valentino et bien plus de séances passées en première position... Après ça nous arrivons à Valence et nous réalisons la pole position, le meilleur tour en course et nous gagnons. Difficile de trouver plus pour démontrer que nous méritons le titre mondial"...

Mathématiquement, la démontration chiffrée de Lorenzo est effectivement imparable. Nous avons d'ailleurs effectué les mêmes "comptes" dans notre Analyse complète du Grand Prix de Valence, qui aboutissent à un seul résultat : en 2015, Lorenzo était sans conteste le plus rapide. Reste qu'un championnat compte 18 courses et que son coéquipier est le seul pilote - avec Bradley Smith - à les avoir toutes terminées cette saison.

Rossi est en outre monté 15 fois sur le podium contre 12 fois pour Lorenzo : le champion de la régularité était sans conteste le pilote italien, dont le moins bon résultat est sa 5ème place sous la pluie à Misano... où Lorenzo - trop fébrile - est justement parti à la faute ! 

D'un autre côté, si tout autre pilote que Valentino Rossi avait remporté le titre en s'imposant deux fois moins souvent que son rival, beaucoup l'auraient taxé "d'épicier"...

Nicky Hayden en est le parfait exemple, lui qui a souvent fait l'objet de remarques désagréables pour son titre arraché à ce même Rossi en 2006, avec "seulement" deux victoires au compteur contre 5 pour le transalpin.

Au final, bien que l'issue de la saison 2015 se révèle très décevante tant certaines valeurs sportives ont été bafouées, Lorenzo mérite clairement son titre, tout comme Rossi aurait fait un champion parfaitement légitime. En vérité, la couronne pouvait revenir à l'un comme à l'autre en raison de leurs performances fantastiques et de l'intensité de leur duel !

Le dernier Grand Prix à Valence

"Avant d’arriver à Valence, j’avais dit à mon team : "OK les gars, nous devons faire le meilleur week-end de nos vies, dans tous les sens", et c’est ce que nous avons fait. Je ne crois pas avoir eu par le passé une situation plus difficile ou plus tendue, avec autant de pression que j’en avais à Valence", confie le majorquin, parfaitement conscient que s'élancer en pole alors que Rossi partait dernier ne suffisait pas à lui assurer le titre.

"J’imaginais Valentino finir quatrième et je savais que si Marc et Dani me doublaient, j’allais perdre le championnat. Je priais pour que cette fois-ci, il (Marc Marquez, NDLR) n’essaye pas de doubler à tout prix. Mais je ne savais pas qu’ils (les pilotes officiels Honda, NDLR) avaient autant de soucis avec le pneu avant et nous avons remporté la course pour remporter le championnat au dernier moment. Impossible d’avoir une fin de championnat aussi chargée en émotions".

"Je n’avais jamais pleuré sur ma moto de toute ma vie, mais cette fois-ci c’était spécial parce que je savais combien de sacrifices j’avais dû faire et à quel point j’avais dû souffrir pour réussir. Quand j’ai terminé la course, je ne savais plus bien où j’étais ni ce qui se passait. Mais au bout d’une heure j’ai réalisé que ça avait été un superbe championnat, un championnat très dur, et que nous l’avions finalement remporté. Ça nous avait parfois semblé impossible mais nous n’avions jamais abandonné, nous avions tout essayé et au final l’effort valait le coup".

"Un titre de plus, c'est possible. Après, ce sera difficile..."

"En dehors de l’année dernière, quand j’avais fini troisième, j’ai fini premier ou deuxième de 2009 à 2015 et on n’obtient pas ce genre de résultats sans être fort mentalement. Je suis très fier d’avoir été premier ou deuxième durant six ou sept ans, mais je suis aussi très fier d’avoir été champion en me battant et en étant opposé à trois générations de champions. Il y a Marc qui est le plus jeune, Casey qui a mon âge, puis Valentino qui est le plus âgé. Et pour moi, ces trois pilotes sont les plus talentueux et les plus rapides d’au minimum le 21ème siècle".

Interrogé sur ses capacités à obtenir d'autres titres mondiaux, dépassant ainsi Wayne Rainey et Kenny Roberts qu'il a rejoint avec trois couronnes en MotoGP, Lorenzo a naturellement certifié qu'il se battrait "pour ça jusqu'à ce que j'arrête", avant d'avouer qu'il pensait très difficile de décrocher plusieurs autres titres.

"Je crois qu'un titre de plus, c'est possible. Mais il sera difficile d'en décrocher beaucoup plus parce que la concurrence est féroce. Cela vaut pour les pilotes, mais aussi pour les marques parce qu'elles sont très similaires les unes aux autres. C'est difficile, mais on doit essayer." A suivre naturellement sur MNC : restez connectés !

      .

      .

      Commentaires

      Ajouter un commentaire

      Identifiez-vous pour publier un commentaire.

      .

      Les derniers essais MNC

      Essai vidéo de la Triumph Tiger 660 Sport 2022

MNC s'est rendu à Albufeiura (Portugal) pour tester la nouvelle Tiger 660 Sport sous le soleil d'Algarve : le point en vidéo sur les qualités et faiblesses de cette nouveauté 2022 Triumph, en complément de notre essai complet à lire sur le Journal moto du Net. Essai vidéo.
      Essai Triumph Tiger 660 Sport : des atouts plein la Manche

Un semi-carénage avec bulle réglable, des suspensions rehaussées, une position redressée : et voilà la Triumph Trident 660 transformée en Tiger 660 Sport pour "Tracer" sa voie chez les roadsters routiers haut sur pattes ! Essai de cette nouveauté d'outre-Manche bourrée d'atouts… et de quelques limites.   
      Essai Speed Triple 1200 RR : le maxiroadster Triumph en Road Racer

Les Anglais ne font jamais rien comme tout le monde et Triumph nous le prouve à nouveau : au lieu de créer une toute nouvelle Daytona 1000 cc potentiellement déclinée en maxiroadster maxisportif, la firme d’Hinckley se base sur son Speed Triple pour sortir une sportive de route au look café racer, la Speed Triple 1200 RR... Essai.
      Triumph Speed Triple 1200 RR : le bilan de notre essai en vidéo

C'est l’une des bonnes surprises pour 2022 : le retour d'une grosse sportive chez Triumph ! Dérivée du tout nouveau maxiroadster maxisportif d’Hinckley, la Speed Triple 1200 RR se veut moins radicale et plus chic qu’une Superbike. MNC a pu tester cette nouvelle moto atypique, sur route et sur circuit. Essai !

      A lire aussi sur le Journal moto du Net

      Marché moto et scooter : les constructeurs font leur bilan 2021

En complément de notre analyse complète, les principaux constructeurs de moto et scooters dressent avec MNC leur bilan 2021. Ventes records en France, pandémie qui s’éternise, évolutions des réseaux, gammes et clientèles, titre de Quartararo, défis futurs... Voici le point de vue des pros.
      Marché moto 2021 (2/11) : Retour au deux-temps en France

Jamais depuis la crise - financière - de 2008 il ne s’était vendu autant de motocycles en France : en 2021, 133 403 gros cubes et 61 149 petites 125 cc ont trouvé preneurs, sans oublier 9983 scooters à trois roues. Le second semestre n’a toutefois pas été aussi flamboyant que le premier. Comme au bon vieux temps ?
      Marché moto 2021 (3/11) : Le classement des constructeurs en France

Plus impacté que ses rivaux par le coronavirus en 2020, Honda a formidablement rebondi en 2021, au point de prendre la tête des ventes de motocycles en France : une première après un quart de siècle de domination Yamaha ! BMW continue de battre des records, Kawasaki baisse encore et Triumph intègre le Top "Five". MNC établit le Top 20 des constructeurs.
      Marc Marquez remonte sur sa Honda... CRF, bientôt sur sa RCV ?

Bonne nouvelle : handicapé par un trouble de la vision depuis la fin de la saison dernière, Marc Marquez a fait ses premiers tours de roues en Motocross ! Prochaine étape pour le pilote du HRC : remonter sur une moto de vitesse, avant de retrouver sa RCV pour les essais hivernaux MotoGP ?! Explications.
      MotoGP 2022 6 commentaires
      Sponsor : Valentino Rossi ramasse la Mooney en Grands Prix moto

La bien-nommée société italienne de services bancaires Mooney sera finalement le contributeur principal des teams MotoGP et Moto2 de Valentino Rossi, après des mois de tractations chaotiques avec le sulfureux sponsor-titre initial : la compagnie pétrolière d'Arabie saoudite Aramco. Explications.
      Le nouveau pneu moto Dunlop Roadsmart 4 prêt à prendre la route

Le pneu Dunlop Roadsmart 3 commence à s'user : vive le Roadsmart 4 ! Le manufacturier renouvelle son best-seller pour motos routières et sport-GT avec le plein de technologies, mais toujours dans une optique d'associer performances, longévité et régularité. Présentation.
 
      Essai longue durée du casque modulable HJC i90

MNC a testé pendant deux ans le casque modulable HJC i90 et son rapport qualités/prix intermédiaire dans la gamme ouvrable du fabricant coréen. Essai longue durée.

      Soutenez le Journal moto du Net

      Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

      ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

      Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

      Calendrier MotoGP 2021

      Covid : premiers reports

      Pilotes MotoGP 2020 Plateau : Pilotes et équipes 2021
      Intersaison : Tests MotoGP

      Courses 2021

      GP moto du Qatar 28 mars : GP du Qatar
      GP moto du Qatar 4 avril : GP de Doha
      GP moto du Portugal 18 avril : GP du Portugal
      GP moto d'Espagne 2 mai : GP d'Espagne
      GP de France moto 16 mai : GP de France
      GP moto d'Italie 30 mai : GP d'Italie
      GP moto de Catalogne 6 juin : GP de Catalogne
      GP moto d'Allemagne 20 juin : GP d'Allemagne
      GP moto des Pays-Bas 27 juin : GP des Pays-Bas
      GP moto de Finlande11 juillet : GP de Finlande
      GP moto d'Autriche 8 août : GP de Styrie
      GP moto d'Autriche 15 août : GP d'Autriche
      GP moto de Grande-Bretagne 29 août : GP de Grande-Bretagne
      GP moto d'Aragon 12 septembre : GP d'Aragón
      GP moto de San Marin 19 septembre : GP de San-Marin
      GP moto des Amériques 3 octobre :  GP des Amériques
      GP moto du Japon3 octobre : GP du Japon
      GP moto de Thaïlande17 octobre : GP de Thaïlande
      GP moto d'Australie24 octobre : GP d'Australie
      GP moto de Malaisie24 octobre : GP de Malaisie
      GP moto de San Marin 24 octobre : GP d'Emilie Romagne
      GP moto du Portugal 7 novembre : GP d'Algarve
      GP moto de Valence 14 novembre : GP de Valence
      GP moto d'Argentine  Annulé : GP d'Argentine


      SAISON 2021   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

      • En savoir plus...