• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
Paris, le 19 novembre 2015

Moto GP : Lorenzo assure qu'il ''priait'' à Valence pour que Marquez ne le double pas...

Moto GP : Lorenzo assure qu'il ''priait'' à Valence pour que Marquez ne le double pas...

Le nouveau champion du monde MotoGP, Jorge Lorenzo , revient sur sa saison 2015 et les difficultés surmontées pour coiffer sa troisième couronne mondiale en catégorie reine, sa cinquième en tout. La pression née du "SepangGate" retombée, le majorquin espère désormais que ses relations avec son coéquipier Valentino Rossi s'apaiseront...

Imprimer

Le nouveau champion du monde MotoGP, Jorge Lorenzo, revient sur sa saison 2015 et les difficultés surmontées pour coiffer sa troisième couronne mondiale en catégorie reine, sa cinquième en tout. La pression née du "SepangGate" retombée, le majorquin espère désormais que ses relations avec son coéquipier Valentino Rossi s'apaiseront...

"Je devais uniquement penser à gagner"

"Il y a eu des moments du championnat où je trouvais les choses très difficiles. Le premier a été l’Argentine, quand j’étais 29 points derrière", confie le n°99 qui admet avoir fait l'erreur de s'élancer en pneus tendres alors que les circonstances exigeaient des gommes dures, celles choisies par son coéquipier Rossi qui a remporté cette course.

"L'autre moment difficile a probablement été Misano : on était arrivé au circuit le mercredi et la météo avait été parfaite jusqu’au dimanche, puis il a plu pour la troisième course d’affilée. C’est là où les points se gagnent... J’étais juste un peu frustré, oui. Mais nous n’avons jamais baissé les bras et ma chute à Misano a été un moment clé parce que j’ai réalisé que je devais uniquement penser à gagner".

"À Jerez, je me suis dit "OK Jorge, on y va et on se concentre pour piloter, sans penser à autre chose, fais confiance à ton instinct". C’est ce que j’ai fait, ça a bien marché et ça a été le début d’une belle remontée si on compte les courses suivantes", explique le majorquin, auteur de son premier quadruplé de victoires en Grands Prix (lire notre Rétrospective sur la carrière de Lorenzo).

"Il arrive que l'on s'exprime même quand on n'a pas forcément raison"

Conscient que sa prise de position face à son coéquipier Valentino Rossi ne lui fait pas "bonne presse", Lorenzo se montre aujourd'hui beaucoup plus policé dans ses propos et souhaite retrouver une forme d'apaisement dans ses relations avec le n°46.

"Valentino a toujours été très intelligent dans son rapport avec les médias et parfois il arrive que l’on s’exprime même lorsque l’on n’a pas forcément raison : il faut essayer de comprendre ce genre de choses, et respecter tous les points de vues car ils sont tous valables dans la mesure où nous sommes des personnes, pas des robots", analyse le champion du monde.

Derrière ses propos compréhensifs et sa tentative de "dédouaner" les accusations lancées par son coéquipier envers Marquez à Sepang, Lorenzo maintient toutefois à demi-mots que le Docteur se trompait !

"Parfois on fait des choses qui paraissent bonnes tandis que d'autres fois on fait des erreurs. Il faut cependant respecter tout le monde. Il est normal qu’une relation comme la nôtre ait ses moments de tension et surtout après Sepang, où il avait exprimé son opinion et moi la mienne".

"La situation était alors un petit peu plus tendue... Je pense nous finirons par laisser ça dans le passé et qu’à l’avenir tout redeviendra normal", espère l'officiel Yamaha, à qui son team a publiquement reproché son ingérence dans le dossier "Rossi-Marquez", notamment lorsqu'il a décidé - sans prévenir son employeur - de fournir un dossier à charge au Tribunal arbitral du sport (TAS)...

Iannone ne passera pas sur le billard

Andrea Iannone a finalement décidé de ne pas subir l'intervention chirurgicale prévue à son épaule gauche cette semaine, afin d'éviter d'être encore convalescent lorsque la saison 2016 débutera. L'italien avoue aussi avoir pris cette décision au regard de ses dernières courses, durant lesquelles il a pu performer sur sa Ducati sans ressentir de "problèmes physiques particuliers".

"Cet hiver, en plus de mon entraînement habituel, j'aurai donc une activité plus spécifique pour renforcer mon épaule. Je devrai probablement être opéré dans quelques années, mais j'ai préféré reporter l'intervention et concentrer ma préparation hivernale sur le renforcement musculaire de mon épaule gauche".

"Quand vous perdez un championnat que vous pensez gagner, en sachant que vous pouvez gagner, et que vous finissez par perdre au dernier moment, vous pensez que vous méritez le titre que vous n’avez pas remporté", poursuit le n°99 en assurant que "ça arrive dans tous les sports".

"La seule chose que je puisse dire en ma faveur, c'est que nous avons eu le plus de victoires (7 contre 4 pour Rossi, NDLR), cinq pole positions (une seule pour le Docteur NDLR) et un peu plus de 270 tours en tête de course contre seulement 50 pour Valentino et bien plus de séances passées en première position... Après ça nous arrivons à Valence et nous réalisons la pole position, le meilleur tour en course et nous gagnons. Difficile de trouver plus pour démontrer que nous méritons le titre mondial"...

Mathématiquement, la démontration chiffrée de Lorenzo est effectivement imparable. Nous avons d'ailleurs effectué les mêmes "comptes" dans notre Analyse complète du Grand Prix de Valence, qui aboutissent à un seul résultat : en 2015, Lorenzo était sans conteste le plus rapide. Reste qu'un championnat compte 18 courses et que son coéquipier est le seul pilote - avec Bradley Smith - à les avoir toutes terminées cette saison.

Rossi est en outre monté 15 fois sur le podium contre 12 fois pour Lorenzo : le champion de la régularité était sans conteste le pilote italien, dont le moins bon résultat est sa 5ème place sous la pluie à Misano... où Lorenzo - trop fébrile - est justement parti à la faute ! 

D'un autre côté, si tout autre pilote que Valentino Rossi avait remporté le titre en s'imposant deux fois moins souvent que son rival, beaucoup l'auraient taxé "d'épicier"...

Nicky Hayden en est le parfait exemple, lui qui a souvent fait l'objet de remarques désagréables pour son titre arraché à ce même Rossi en 2006, avec "seulement" deux victoires au compteur contre 5 pour le transalpin.

Au final, bien que l'issue de la saison 2015 se révèle très décevante tant certaines valeurs sportives ont été bafouées, Lorenzo mérite clairement son titre, tout comme Rossi aurait fait un champion parfaitement légitime. En vérité, la couronne pouvait revenir à l'un comme à l'autre en raison de leurs performances fantastiques et de l'intensité de leur duel !

Le dernier Grand Prix à Valence

"Avant d’arriver à Valence, j’avais dit à mon team : "OK les gars, nous devons faire le meilleur week-end de nos vies, dans tous les sens", et c’est ce que nous avons fait. Je ne crois pas avoir eu par le passé une situation plus difficile ou plus tendue, avec autant de pression que j’en avais à Valence", confie le majorquin, parfaitement conscient que s'élancer en pole alors que Rossi partait dernier ne suffisait pas à lui assurer le titre.

"J’imaginais Valentino finir quatrième et je savais que si Marc et Dani me doublaient, j’allais perdre le championnat. Je priais pour que cette fois-ci, il (Marc Marquez, NDLR) n’essaye pas de doubler à tout prix. Mais je ne savais pas qu’ils (les pilotes officiels Honda, NDLR) avaient autant de soucis avec le pneu avant et nous avons remporté la course pour remporter le championnat au dernier moment. Impossible d’avoir une fin de championnat aussi chargée en émotions".

"Je n’avais jamais pleuré sur ma moto de toute ma vie, mais cette fois-ci c’était spécial parce que je savais combien de sacrifices j’avais dû faire et à quel point j’avais dû souffrir pour réussir. Quand j’ai terminé la course, je ne savais plus bien où j’étais ni ce qui se passait. Mais au bout d’une heure j’ai réalisé que ça avait été un superbe championnat, un championnat très dur, et que nous l’avions finalement remporté. Ça nous avait parfois semblé impossible mais nous n’avions jamais abandonné, nous avions tout essayé et au final l’effort valait le coup".

"Un titre de plus, c'est possible. Après, ce sera difficile..."

"En dehors de l’année dernière, quand j’avais fini troisième, j’ai fini premier ou deuxième de 2009 à 2015 et on n’obtient pas ce genre de résultats sans être fort mentalement. Je suis très fier d’avoir été premier ou deuxième durant six ou sept ans, mais je suis aussi très fier d’avoir été champion en me battant et en étant opposé à trois générations de champions. Il y a Marc qui est le plus jeune, Casey qui a mon âge, puis Valentino qui est le plus âgé. Et pour moi, ces trois pilotes sont les plus talentueux et les plus rapides d’au minimum le 21ème siècle".

Interrogé sur ses capacités à obtenir d'autres titres mondiaux, dépassant ainsi Wayne Rainey et Kenny Roberts qu'il a rejoint avec trois couronnes en MotoGP, Lorenzo a naturellement certifié qu'il se battrait "pour ça jusqu'à ce que j'arrête", avant d'avouer qu'il pensait très difficile de décrocher plusieurs autres titres.

"Je crois qu'un titre de plus, c'est possible. Mais il sera difficile d'en décrocher beaucoup plus parce que la concurrence est féroce. Cela vaut pour les pilotes, mais aussi pour les marques parce qu'elles sont très similaires les unes aux autres. C'est difficile, mais on doit essayer." A suivre naturellement sur MNC : restez connectés !

      .

      .

      Commentaires

      Ajouter un commentaire

      Identifiez-vous pour publier un commentaire.

      .

      Les derniers essais MNC

      Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?
      Essai vidéo du scooter à trois-roues Kymco CV3

Kymco passe à la "puissance 3" avec son nouveau et ambitieux CV3, premier scooter à trois-roues propulsé par un bicylindre en plus d'être généreusement équipé : suffisant pour inquiéter la référence MP3 ? Réponses dans notre vidéo, en complément de notre essai complet à lire sur MNC.
      Essai scooter à trois-roues CV3 : Kymco Met la Puissance 3 !

Kymco roule des mécaniques avec son nouveau scooter à trois-roues CV3 et son puissant bicylindre de 50,3 ch - architecture inédite chez les tripodes - pour se distinguer et tenter de surpasser la référence MP3 500. Pari réussi pour cette nouveauté taïwanaise accessible avec un permis voiture (B) ? Réponses dans notre essai MNC.
      Kawasaki Z900RS SE et Z900 SE : le bilan de notre essai en vidéo

Outre des coloris 50th Anniversary proposés sur ses "roadzters" (sauce Sugomi ou néo-rétro), Kawasaki célèbre les 50 ans de la Z1 avec une paire d’éditions spéciales : la Z900RS SE et la Z900 SE dont Moto-Net.Com a pu tester le freinage avant Brembo et l’amortisseur arrière Öhlins. Bilan en vidéo.

      A lire aussi sur le Journal moto du Net

      Régulateur de vitesse moto universel Beracruise Skate Lock

Le français Philippe Beraka invente le premier régulateur de vitesse à aimants adaptable sur tous les accélérateurs de motos, scooters et quads. Simple à installer et à utiliser, ce Beracruise Skate Lock est sans entretien et inusable, en plus d'être à un prix accessible.
      Pourquoi Fabio Quartararo sera pénalisé au GP de Grande-Bretagne 2022 ?

Non vraiment, Moto-Net.Com pose la question à la direction de course du MotoGP  : pourquoi Fabio Quartararo devrait-il réaliser un "Long Lap" lors du prochain Grand Prix MotoGP à Silverstone ? Parce que son dépassement sur Aleix Espargaro à Assen était trop ambitieux ! Vous n’êtes pas bien sérieux...
      Pays-Bas 5 commentaires
      Yamaha fulmine contre la sanction "injuste et incohérente" reçue par Quartararo

Le team officiel Yamaha ne digère pas - loin s'en faut - la pénalité de tour rallongé (Long Lap) que devra observer son leader Fabio Quartararo lors du prochain Grand Prix en Grande-Bretagne. Son directeur Lin Jarvis fustige le manque d'équité, d'objectivité et de cohérence des commissaires MotoGP : rien que ça !
      Pays-Bas 2 commentaires
      Réactions des pilotes MotoGP au fracassant Grand Prix des Pays-Bas 2022

Vainqueur magistral des deux derniers GP, Fabio Quartararo est tombé de son piédestal ce dimanche à Assen. Tombé deux fois ! Bagnaia, Bezzecchi, Vinales et Aleix Espargaro abordent la longue pause estivale plus sereinement que notre champion toujours leader au provisoire. Et que Zarco toujours troisième ? Réactions du Top 10 et plus.
      Le constructeur anglais CCM lance une nouvelle moto : la Classic Tracker

Clews Competition Machines (CCM) - petite marque britannique aux origines tout-terrain - produit une gamme de séduisantes motos rétros à moteur monocylindre : dernière en date, la Classic Tracker. Présentation.
      Piaggio succède à KTM à la tête de l'association européenne des constructeurs de motos (ACEM)

L'association européenne des constructeurs de motos confie sa présidence à Michele Colaninno, directeur général produits, marketing et innovation du groupe Piaggio. La diminution des émissions de carbone et l'électrification sont les enjeux majeurs de son mandat de deux ans.
      HJC lance le casque modulable i100 avec mentonnière réversible 

Le nouveau casque i100 de HJC est le premier modulable de la marque coréenne doté d'une mentonnière basculable sur l'arrière. Équipements et aspects pratiques font aussi partie des arguments de cet ouvrable qui répond à la nouvelle norme ECE 22-06. Présentation.

      Soutenez le Journal moto du Net

      Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

      ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

      Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

      Calendrier MotoGP 2022

      Plateau : Les pilotes et leurs motos 2022

      GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

      Courses 2022

      GP moto du Qatar 6 mars : GP du Qatar
      GP moto d'Indonésie 20 mars : GP d'Indonésie
      GP moto d'Argentine  3 avril : GP d'Argentine
      GP moto des Amériques 10 avril :  GP des Amériques
      GP moto du Portugal 24 avril : GP du Portugal
      GP moto d'Espagne 1er mai : GP d'Espagne
      GP de France moto 15 mai : GP de France
      GP moto d'Italie 29 mai : GP d'Italie
      GP moto de Catalogne 5 juin : GP de Catalogne
      GP moto d'Allemagne 19 juin : GP d'Allemagne
      GP moto des Pays-Bas 26 juin : GP des Pays-Bas
      GP moto de Finlande10 juillet : GP de Finlande
      GP moto de Grande-Bretagne 7 août : GP de Grande-Bretagne
      GP moto d'Autriche 21 août : GP d'Autriche
      GP moto de San Marin 4 septembre : GP de San-Marin
      GP moto d'Aragon 18 septembre : GP d'Aragón
      GP moto du Japon 25 septembre : GP du Japon
      GP moto de Thaïlande 2 octobre : GP de Thaïlande
      GP moto d'Australie 16 octobre : GP d'Australie
      GP moto de Malaisie 23 octobre : GP de Malaisie
      GP moto de Valence 6 novembre : GP de Valence


      SAISON 2022   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

      • En savoir plus...