• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Gérone (Espagne), le 20 janvier 2020

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

Lancée en 2017 sur le concurrentiel marché des roadsters de moyenne cylindrée, la Kawasaki Z650 connaît sa première évolution pour l'année 2020. Objectif : recoller à la vedette Yamaha MT-07 avec quelques retouches... subtiles, habiles ou futiles ? Réponses.

Imprimer

Essai Z650 2020 page 1 : les goûts et les couleurs

Une nouvelle Z650 débarque en ce moment dans les concessions Kawasaki ! S'agit-il d'un tout nouveau modèle ? Non... Dans sa smart-vidéo tournée durant le lancement presse européen, Moto-Net.Com a pu dénombrer sept différences avec la première petite "Zed".

À la conduite, la Z650 2020 ne diffère en rien de la version originale sortie en 2017 : logique, puisque les éléments mécaniques ont été conservés dans leur immense majorité (lire en pages suivantes). Or Kawasaki aurait eu tort de refondre totalement son "roadZter" de moyenne cylindrée.

La remplaçante de l'appréciée ER-6n est toujours aussi légère... ou presque : la Z650 2020 pèse 188 kg tous pleins faits (15 litres d'essence notamment), soit un kilo de plus que le modèle 2017. Sur ce point, le journal moto du Net met au défi les plus fins "Zedistes" de sentir la différence !

Sur les petites routes tournoyantes et sèches de Gérone et sa région - où nous avions découvert la Z900 2020 un mois plus tôt mais sous une pluie torrentielle ! -, la petite "Kawette" se laisse piloter du bout des gants. Bien souvent, de petits coups de hanches suffisent même à faire plonger la moto d'un virage à l'autre.

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

Le pilote garde l'impression de se trouver "dans" la machine plutôt que dessus : les jambes enserrent un fin bicylindre et un réservoir très évasé... mais surtout, les fesses se posent sur une selle particulièrement basse (790 mm). Les motard(e)s qui mesurent 1,60 m ou moins adorent !

Les pilotes qui atteignent ou dépassent 1,70 m en revache peuvent ou doivent sérieusement envisager l'achat de la selle haute (+30 mm et +162 euros). Cet accessoire Kawa a pu être testé et approuvé par MNC (son essayeur d'1,80 m quand il se tient droit, dont les longues jambes gracieuses font la fierté de la rédaction).

Avec cette selle haute, les jambes sont moins pliées et l'attitude sur la moto est un soupçon plus sportive, collant mieux avec l'esprit canaille de la Kawa. Car le train avant de cette Z650 est magnifiquement réussi : collé à la route (sauf si on accélère très fort sur le premier rapport), il donne entière confiance.

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

Se jeter dans les courbes sans effort ni retenue est toujours aussi plaisant au guidon de cette moto. Il n'y a guère qu'à l'approche de rares épingles que Moto-Net.Com profite du très bon freinage de la Z650. Pour ralentir efficacement le petit roadster, on peut compter sur le frein avant à la fois dosable, puissant... et pas excessivement mordant ? Tant mieux pour les débutants !

En jouant un peu de la boîte et de sa sélection précise et douce - MNC se passe volontiers du levier d'embrayage -, le moteur suffit pour adapter sa vitesse d'entrée. L'embrayage antidribble permet d'ailleurs de profiter de bonnes décélérations sans craindre de bloquer la roue arrière.

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

En courbe, pour éviter un gros caillou, une vilaine motte de terre ou une belle racine sous la chaussée (!),un simple appui sur le guidon modifie la trajectoire. Dans les virages qui se resserrent sans prévenir, l'emploi du très bon frein arrière ou même du frein avant ne perturbe pas la moto. Facile !

En sortie de courbe, le train arrière encaisse sans broncher l'assaut de la cavalerie : 68 chevaux déboulent toujours à 8000 tr/min. Sur les portions mouillées, MNC modère son enthousiasme : à l'instar de la première Z900, la Z650 est dépourvue de contrôle de traction. C'est dans ces conditions qu'on réalise que l'injection est un peu cahotante mais parfaitement gérable.

Du sport sans le goût de l'effort

La remarquable rigueur de la Z650 sur routes bien revêtues et son très bon comportement sur les portions un peu plus bosselées ont un - très - léger revers : la fourche et l'amortisseur - surtout - n'absorbent que modérément les ralentisseurs.

Moins prononcé que sur l'ancienne ER-6n, le compromis de suspensions choisi par les ingénieurs d'Akashi penche encore du côté sport plutôt que confort. Les confrères d'Iwata eux, ont inversé le curseur sur leur "roadstar" Yamaha. Au motard de choisir selon ses goûts... ou son programme : majoritairement loisir ou utilitaire ?

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

En termes de performance moteur, la Z650 2020 bénéficie des services d'un bicylindre quasiment inchangé : même puissance maximale et couple diminué d'1,7 newton-mètre soit 64 Nm au lieu de 65,7... Là encore, seuls les Zexperts accomplis sentiront la différence !

Cette négligeable perte est due à l'anticipation du passage à la nouvelle norme Euro5 et aux quelques modifications qu'elle nécessitait sur le bon vieux bloc ER/Z. Il s'agit là de la première des sept différences distinguant la Z650 2020 de la 2017...

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

Le Twin continue toutefois de faire preuve d'une appréciable souplesse en ville : il accepte de trotter à 30 km/h en 3ème ou à 50 km/h en 6ème, juste au-dessus de 2000 tr/min. Entre 3000 et 5000 tr/min, les reprises sont suffisantes pour devancer la circulation ou se faire plaisir sur route, au rythme des petites pulsations du pot court et bas.

La seconde moitié du compte-tours est réservée à une utilisation plus sportive de la moto : les relances sont plus musclées certes, mais également plus marquées... Des vibrations envahissent malheureusement les mains, les fesses et les pieds ! On les ignore lorsqu'on attaque sur petite route viroleuse, mais on les déteste quand on circule sur un grand axe.

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

Sur le dernier rapport, les grésillements sont supportables sous 90 km/h et au-delà de 120 km/h. Entre les deux en revanche, on regrette amèrement que Kawasaki n'ait pas retravaillé plus profondément sur son moulin à eau... Les masselottes placées sous les repose-pieds réduisent un peu le désagrément, mais pas celles installées à chaque bout de guidon.

MNC, qui laisse généralement deux doigts posés sur chaque levier (vigilance constante !), évite de le faire sur la Z650. Signalons au passage que si ces deux commandes sont réglables, celle de gauche restera un peu trop éloignée pour les petites mains, même réglée au plus court. À revoir pour 2023 ?!

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

Au final, les vibrations les plus gênantes se situent au niveau de l'assise : impossible de s'en défaire, que l'on soit petit et/ou habitué à se caler devant contre le réservoir, ou grand et/ou habitué à se caler contre la selle arrière. Cette seconde selle justement, parlons-en.

Kawasaki a entendu les plaintes des passagers de la première Z650 et a consenti à augmenter l'épaisseur de leur selle. L'effort est louable… mais insuffisant : les "copilotes" auraient sans doute apprécié - voire préféré - que des poignées soient mises à leur disposition... comme c'était le cas sur l'ancêtre ER-6n ! Sur ce point, "c'était mieux avant", clairement.

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

La modernité a toutefois de bons côtés : l'instrumentation 2020 de la Z650 surpasse nettement celle de la 2017 grâce à son écran TFT couleur bien plus stylé que l'afficheur LCD noir et blanc... encore utilisé sur la rivale bleue, soit dit en passant !

Kawasaki envoie de toutes les couleurs ?

La mention Bluetooth pourra également séduire les plus jeunes et branchés des motards. Attention toutefois : le test effectué par MNC n'a pas été pleinement convaincant.

Nous avons effectivement pu régler le régime d'intervention du shiftlight en quittant l'hôtel... Mais à notre retour, les données de notre balade n'étaient pas accessibles (0 km et 0 min de roulage !) tandis que le tracé de notre parcours sur la carte comprenait de nombreuses incohérences : à perfectionner donc !

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

De même, Moto-Net.Com aurait aimé profiter de commandes au guidon, comme sur la Z900 2020. Les transferts entre la 900 et la 650 sont néanmoins nombreux...

La monte de pneus d'origine sur la Z650 2020 est la même que sur la grande soeur : Dunlop fournit ses RoadSport 2 (également montés sur la Katana) au lieu des spécifiques - et décriés - D214. Testés et approuvés sous la pluie avec la Z900, les nouvelles gommes nous ont pleinement satisfaits sur le sec avec la Z650.

Outre les pneus, la cosmétique de la Z650 évolue aussi en 2020 : la petite "Zed" copie à nouveau effrontément sur sa grande soeur ! En fait, Kawasaki a accentué l'air de famille entre ses deux roadsters. Une décision habile qui repose sur le simple fait que la Z900 est son "best-zeller" en Europe... La nouvelle Z650 devrait davantage flatter l'ego de son futur propriétaire.

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

"La tête de fourche est devenue plus racée et plus compacte, avec un design en deux parties (distinct de celui de la Z900 en trois parties)", détaille le constructeur. "Le nouveau saut de vent et les lignes plus inclinées vers l'avant contribuent à accentuer le design Sugomi"...

Le "Sugomi", vous connaissez ? Mais si, ce symbole japonais qui représente une personne avec du caractère et dont la puissance peut intimider. Cette référence au prédateur tapi dans l'ombre - la MT-07, en l'occurrence - et prêt à bondir... pour lui croquer des parts de marché !?

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

Petit regret au sujet des coloris : à l'instar de la Z900, la Z650 se contente de trois couleurs extrêmement classiques (vert à cadre noir, noir ou blanc à cadre vert). Kawa avait su se montrer plus original avec ses ER-6n jaunes, oranges, bleues ou rouges. La "faute" aux clients très consvertasoeur conservateurs !

Autre changement en 2020 : la Z650 passe à l'éclairage à LED ! Pas "Full LED" cependant puisque contrairement à la nouvelle Z900, la petite "Kawette" conserve des lampes à incandescence pour ses clignotants. Un kit de clignos à LED est proposé à 143 euros dans le catalogue Kawasaki. Indécent, nan ?

Stimuler le pilote, dynamiser les ventes

Le slogan choisi par Kawasaki lors du lancement du modèle 2020 de la Z900 le mois dernier était "#dominate", en référence à la première place qu'elle doit maintenir sur son segment. Pour la Z650, le leitmotiv était "#energize". Comprenez : cette moto est conçue pour stimuler son pilote…

Cependant,Moto-Net.Com imagine un second niveau de lecture, en rapport cette fois avec les ventes de la Z650 : à égalité avec la 900 en France, la 650 est très loin derrière la MT-07, meilleure vente de "plus de 125 cc" depuis son lancement en 2014.

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

C'est pour remonter sur cette redoutable rivale que Kawasaki a fait doucement évoluer sa moto, conservant ses principaux points forts de 2017. Mais MNC estime que pour dépasser la Yam’, la refonte - du moteur ! - aurait dû être plus approfondie tandis qu’à l'inverse, la hausse tarifaire aurait dû être limitée !

Rappelons que selon l'INSEE, le SMIC a augmenté en France de +4,0% entre 2017 et 2020 (1539,42 euros mensuel brut cette année). Sur la même période, la Z650 verte a augmenté de +4,2% (7299 euros au lieu de 6999), mais la noire et la blanche ont grimpé de +5,7% (7399 euros). Négligeable, vraiment ?

Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

La Z650 2020 part avec un léger handicap : elle est un peu plus chère que la référence Yamaha (grise et rouge, bleue ou noire) actuellement affichée à 7099 euros sur le site officiel Yamaha. Kawasaki en est conscient et propose justement un prix de lancement (-200 euros jusqu'au 31 mars 2020) pour attirer les premiers clients, puis laisser agir le bouche à oreille... "Tavu l'instru de la nouvel Zed ? Elle clak grav !" Réponse dans les prochains bilans marché MNC.

.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

 
  • Modèles : d'origine
  • Parcours : (petites) routes et voies express
  • Roulage : 250 km
  • Pneus : Dunlop Roadsport 2
  • Conso moy : 4,4 l/km (ordi)
  • Problèmes rencontrés : RAS
 
 
 

POINTS FORTS Z650 2020

 
  • Look de Z900 flatteur
  • Instrumentation réussie
  • Points forts 2017 conservés
 
 

 

POINTS FAIBLES Z650 2020

 
  • Hausse tarifaire
  • Vibrations toujours présentes
  • Pas de coloris extra-ordinaire
 
 
 
Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !