• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Paris, le 22 avril 2015

Essai Turismo Veloce 800 : enfin prête, pas parfaite

Essai Turismo Veloce 800 : enfin prête, pas parfaite

Comme toute belle italienne, la moto ''Touring'' de MV Agusta s'est faite attendre ! Dévoilée en automne 2013 au salon de Milan, la Turismo Veloce 800 arrive ce printemps dans les concessions françaises. Moto-Net.Com a déjà pu l'essayer... sur le mouillé.

Imprimer

La MV Agusta Touring prend son temps

Une moto MV Agusta véritablement taillée pour la route ? Cela fait près de deux ans que Moto-Net.Com et ses lecteurs en entendent parler : sur les salons de Milan en 2013 et 2014 principalement, puis pendant les lancements de nouveautés toujours plus puissantes, radicales et rigoureuses !

Turismo Veloce : disponibilité, coloris et tarif

  • Disponibilité : début mai dans le réseau MV Agusta
  • Coloris : rouge et argent ou argent et gris
  • Tarif : 15 990 €

Mais cette fois, ça y est : la fameuse Turismo Veloce 800 est enfin lancée ! "C'est un lancement aussi important que celui de la F4 en 1997, celui de la Brutale ou de la F3", estime Giovanni Castiglioni en introduction de la conférence de presse...

Pour façonner cette nouvelle moto, "nous avons dû repenser nos priorités en termes de conception : confort, capacité de chargement, souplesse de fonctionnement, faible consommation, intervalles d'entretiens étendus, ainsi que tout ce qu'un client recherche dans une machine dédiée au grand tourisme", poursuit le directeur général de MV Agusta.

Vidéo Moto-Net.Com

Lors du lancement de cette nouvelle Turismo Veloce, Rémy Hasser nous a dévoilé les ambitions de MV Agusta en France.

Développée à l'origine autour du 4-cylindres - dans sa version actuelle et non la toute nouvelle génération qui sera présentée en fin d'année comme prévu (lire MNC du 24 octobre 2014 : les plans de MV Agusta pour monter en régime en 2015 -, la Turismo Veloce intègre le compact, performant et désormais célèbre Tre Pistoni de 798 cc.

"Bien qu'on puisse la comparer aux Ducati Multistrada, BMW R1200GS ou Triumph Tiger 800/Explorer (mais pas à une Yamaha MT-09 Tracer, NDLR ?), notre moto est à part", considère Signore Castiglioni. "Elle se destine aussi bien aux débutants qu'aux motards confirmés - ce qui est une première chez MV Agusta - et son compromis puissance/légèreté est meilleur".

Moto-Net.Com, qui commence à bien connaître le 3-cylindres 800 cc de Varese, ne doute pas un seul instant que ce moteur saura tracter avec ardeur les 191 kg à sec de la moto. Surtout dans cette version spécifique de "tourisme", où la puissance a été limitée à 110 ch afin de mieux remplir les bas et mi-régimes (lire notre Point technique en page 3).

Les nouveaux permis A2, en revanche, ne pourront se faire la main sur la nouvelle MV Agusta, aussi facile à conduire soit-elle : pour rappel, les kits 35 kW ne s'appliquent qu'aux motos de moins de 95 ch d'origine (on ne sait d'ailleurs par quel miracle la Brutale 675 de 110 ch arrive à en proposer un !).

Notons au passage qu'en France, la Turismo Veloce 800 sera bridée électroniquement à 106 chevaux durant quelques mois, le temps que la "loi des 100 chevaux" soit bien achevée... Et c'est en France justement, à Saint-Jean-Cap-Ferrat, près de Nice (06), que MV Agusta a convié les journalistes européens à essayer leur nouvelle moto de tourisme rapide... en version "Full", bien sûr !

Deux versions et une édition spéciale

Comme prévu, la Turismo Veloce 800 est déclinée en deux versions : la standard que nous testons ici, disponible à partir de début mai 2015 au prix de 15 990 €, et la "Lusso" (avec suspensions électroniques, poignées chauffantes, béquille centrale et capteur GPS) qui sortira fin juin au tarif de 17 790 €.

Pour fêter l'arrivée de cette moto de tourisme au sein de sa gamme, MV Agusta propose également une "Édition 1" semblable à la version "de luxe", dépourvue des suspensions électroniques mais dotée de valises. Sa production totale étant limitée à 200 exemplaires, les 35 concessionnaires français n'en recevront qu'une chacun. Elle coutera 940 euros de plus que la Turismo Veloce "tout court".

Vue et revue sur les podiums et sous les projecteurs des salons internationaux, la Turismo Veloce 800 paraît encore plus réussie "pour de vrai" : son style résolument moderne (LED à tous les étages, forme galbée ou usinée de la moindre pièce) contraste magnifiquement avec son environnement désormais naturel.

Pour autant, la signature MV Agusta est conservée, notamment à travers son optique avant qui reprend la forme oblongue des phares de toutes les sportives qui se sont succédé chez MV. Dans son coloris rouge et argent et vue de face, la machine se donne des airs de F4 ou F3... haute sur pattes !

La partie arrière, en revanche, est totalement inédite. Véritable chef d'oeuvre qui ne dépareillerait pas dans une galerie d'art contemporain et mériterait largement sa place au sein de la Fondation Louis Vuitton - Bernard, si tu nous lis -, la boucle arrière qui se termine par un somptueux feu stop en "X" allège considérablement l'allure de la moto.

"Il n'est pas nécessaire d'avoir une moto lourde, large et impressionnante pour faire du touring", nous fait remarquer le designer britannique Adrian Morton. D'après les mesures faites à l'usine, la largeur maxi de Turismo Veloce se limite à 900 mm, "soit 80 de moins que la Multistrada et 53 de moins que la GS", calcule-t-il pour nous.

"Et ce n'est pas tout !", exultent presque ses collègues Italiens : la MV Agusta n'est pas plus large une fois ses valises - optionnelles, y compris sur la version "Lusso" à 17 790 € ! - installées sur leurs fixations intégrées à la très fine boucle arrière (810 mm de large seulement).

Diablement esthétique, la boucle arrière ajourée de la Turismo Veloce n'est pas 100% pratique : sans valise, impossible d'entreposer le moindre antivol - pourtant indispensable sur une moto à 15 990 €, non ?! -, une combinaison de pluie ou tout autre effet personnel.

De même, le support de plaque bas, hérité de la Rivale, est aussi beau qu'exposé aux chocs... Les lecteurs de Moto-Net.Com - qui comme chacun sait, ont un peu plus de mémoire vive que les autres - se souviennent que MNC avait malencontreusement heurté de sa roue avant l'arrière d'une autre moto lors de notre Essai MNC du supermotard : le clignotant gauche du pauvre confrère avait instantanément sauté !

Côté pratique, on apprécie en revanche la présence de quatre prises de courant (deux 12V et deux 5V "USB") et de deux vide-poches sur les retours du semi-carénage. Certes un "cheaps" d'aspect, ces rangements dont MNC déplore continuellement l'absence sur les motos de la concurrence ont au moins le mérite d'exister !

Question finition, il faut continuer à encourager MV : peinture de grande qualité et vernis a priori solide, agencement propre des pièces de carénage... On retrouve le haut niveau atteint par les dernières productions de Varese (comme la Rivale ou les exclusives RR), le camouflage des durits et câbles le long du cadre en sus !

On aperçoit bien dans les sombres profondeurs du poste de pilotage quelques cosses blanches (oups !) et le fait que la selle passager brinquebale légèrement si l'on joue avec pourra en contrarier certains. Mais au final, le client en aura pour son argent... d'un point de vue esthétique ! Car dans l'absolu, une "huit-cents" à "seize mille", c'est presque indécent !

Comme toujours chez MV, les pièces mécaniques sont de toute beauté : citons notamment le magnifique monobras oscillant, le petit échappement et ses trois nouvelles sorties carrées, les élégantes platines de repose-pieds, les gros étriers radiaux (des Brembo, what else ?) ou la fourche inversée maousse (Marzocchi, what did you expect ?).

On ne se lasse pas de reluquer cette italienne enfin sortie de sa salle de bain chaîne de production ! Enfin, presque pas, car pendant la présentation de la belle, Giovanni Castiglioni - amateur de sportives avant tout - nous a averti que cette machine "très polyvalente restait très sportive". Alors, en route ?!

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

  • Modèle d'origine
  • Parcours : 230 km
  • Routes : ville, petites routes
  • Pneus : Pirelli Scorpion Trail
  • Conso : non mésurée
  • Problèmes rencontrés : RAS

POINTS FORTS TURISMO VELOCE 800

  • Perfs et agrément du Tre Pistoni 800
  • GT légère, compacte, facile
  • Quickshifter up/Down
  • Pures lignes MV Agusta

POINTS FAIBLES TURISMO VELOCE 800

  • Tarif pour une 800
  • Train arrière trop souple
  • Bruits mécaniques saoulants
  • Confort limité sur autoroute
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.