• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
ESSAI LECTEUR
Paris, le 11 novembre 2003

Une Bonnie à Paris

Une Bonnie à Paris

Chevaucher une Triumph Bonneville, ce n'est pas simplement conduire une belle moto. C'est aussi - surtout ? - l'occasion de sentir souffler par procuration le vent des seventies... Essai urbain.

Imprimer

Déroutante, la Bonneville l'est à plus d'un titre. Son look d'abord, fidèle à l'original des années 70, ne passe pas inaperçu. Au feu, il n'est pas rare qu'un motard engage la conversation, au-delà du traditionnel salut.

Car chevaucher une 800 Bonnie, ce n'est pas simplement conduire une belle moto. C'est aussi - surtout ? - l'occasion de sentir souffler par procuration le vent des seventies, tandis que les plus anciens pourront sans doute se rappeler leur premier concert punk, leur premier troupeau de chèvres ou tout simplement leur première meule....

De l'huile a toutefois coulé sous les carters, car contrairement aux idées reçue, la Bonneville du XXIème siècle - ou toute autre Triumph moderne - ne pisse aujourd'hui pas plus d'huile que n'importe quelle japonaise !

Essai urbain en parallèle avec la Kawasaki W 650, imitation japonaise de l'original britannique (lire Quand l'élève dépasse la maîtresse, Moto-Net du 11 novembre 2003).

Essai Triumph Bonneville 800

L'emplacement du contacteur, en haut de la fourche à gauche du phare, est également très déroutant... pour ne pas dire complètement saugrenu ! Au début, il faudra donc vérifier attentivement que les clés sont bien dans votre poche avant de vous éloigner de la moto, sous peine de grosse galère (vécue !).

Rien de spécial concernant les commodos hormis le starter au moteur. Réglementation européenne oblige, les codes s'allument automatiquement sur les deux machines dès le démarrage. Sur la Triumph, le compte-tours est en option (309 €). Ni l'anglaise ni la japonaise ne sont équipées de manette d'appels de phare. Il faudra donc jouer de l'interrupteur, très utile en ces temps de prolifération de radars.

Essai Triumph Bonneville 800

L'assise, très droite, surprend au début mais on s'habitue très vite. La selle plutôt dure n'incite guère à partir avaler des milliers de bornes pendant des jours, mais suffit largement en usage urbain. A l'arrière en revanche, la situation est plus délicate. A moins d'investir dans une poignée proposée en option (209 €), rien n'est prévu pour le maintien d'un(e) passager(e) hormis une vague courroie à mi-selle. D'ailleurs, au (vaste) rayon des options, Triumph propose une solution encore plus radicale pour régler définitivement la question du duo : une selle monoplace (259 €).

Essai Triumph Bonneville 800

Déroutante également la position des genoux, qui vu l'étroitesse du réservoir se retrouvent un peu abandonnés comme des pantins désarticulés. Dans ces conditions, serrer la moto avec les jambes demande un vrai effort de volonté alors que sur la Kawasaki W650, la tâche est facilitée par des rajouts sur les flancs de réservoir (disponibles uniquement sur la version T100 de la Bonneville, comme le compte-tours). Enfin, attention aux éclaboussures lors du premier plein sur la Bonneville, en raison de la très faible profondeur du réservoir !

Essai Triumph Bonneville 800

Par rapport à la japonaise, Triumph marque des points sur le look global, grâce notamment aux petits rétros ronds situés juste au dessus des poignées. Ce n'est certes pas du cinémascope, mais c'est correct tandis que chez Kawa, les rétros rectangulaires sont carrément moches.

Essai Triumph Bonneville 800

Au freinage, les deux machines se valent. Légèrement plus progressifs à l'avant sur la Triumph (simple disque 310 mm à deux pistons), les freins remplissent correctement leur office sur les deux machines.

Essai Triumph Bonneville 800

Le moteur de la Bonneville délivre une très jolie musique via ses splendides pots "saucissons" fidèles à l'original. Feutré et rauque à la fois, le son est une invitation à rouler à lui tout seul. Mais c'est à la décélération que les pots de la Triumph s'expriment le mieux, emplissant les oreilles du pilote de sonores explosions lors de la combustion des derniers gaz dans le collecteur d'échappement. Sur ce terrain, la Triumph prend largement l'avantage sur la japonaise et pour un peu, on en viendrait presque à souhaiter que tous les feux passent au rouge, rien que pour le plaisir de couper les gaz ! Enfin, après s'être brûlé une ou deux fois sur le carter proéminent, le motard urbain pourra saisir tout l'intérêt de ne pas rouler chevilles découvertes...

Bien sûr, en prenant de la vitesse, la Triumph montre vite ses limites tant en tenue de route qu'en protection du pilote. Passé le 160 sur autoroute allemande, les épaules se dévissent et le cou s'allonge comme celui d'un cygne. Enfin, si la météo s'en mêle, revêtement mouillé et fortes rafales de vent auront raison de votre tenue de cap ! Dans ces conditions, le compteur gradué jusqu'à 220 marque soit un excès d'optimisme, soit une tendance au SM style éducation anglaise ! Au final, la Bonneville s'avère être une bonne machine urbaine qui donne très vite envie de franchir le périph pour aller tâter de la départementale... Mais ce sera pour une autre fois !

Fiche technique Triumph 800 Bonneville

Moteur
Type Refroidissement à air, DOHC, bicylindre parallèle
Cylindrée 790 cc
Alésage x course 86 x 68 mm
Compression/soupapes 9,2:1 / 4 par cylindre
Alimentation Carburateurs doubles avec capteur de position de papillons et réchauffeur
   
Transmission
Boîte de vitesses 5 rapports
Transmission finale Chaîne
Embrayage Multidisques à bain d'huile
   
Partie cycle
Cadre Tubulaire en acier
Pneu AV 100 / 90 R 19
Pneu AR 130 / 80 R 17
Frein AV Disque de 310 mm étrier 2 pistons
Frein AR Disque de 255 mm étrier 2 pistons
Suspension AV Fourche de 41 mm sans réglage
Suspension AR Double combiné réglable en précontrainte
   
Dimensions
Longueur 2 250 mm
Largeur 860 mm
Hauteur 1 105 mm
Hauteur de selle 775 mm
Empattement 1 493 mm
Châsse 29° / 117 mm
Poids à sec 205 kg
Réservoir 16 litres
   
Performances
Puissance maxi 62 CV à 7 400 tr/mn
Couple maxi 60 Nm à 3 500 tr/mn
   
Informations commerciales
Garantie 2 ans, kilométrage illimité
Coloris Jet Black
Cardinal Red
Prix 8 100 €

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
stop!! ne cherchez pas à faire l'acquisition d'une autre moto!! je viens de craquer pour une bonnie t100 préparée auto moto fusion à perpignan, et je peux vous affirmer que cette pièce unique est le symbole mécanique du bonheur. un look qui fait tourner la tête à tous les passants, un son "harleytiste" qui sort des deux pots trompettes adaptés, un plaisir immense se ressent à son guidon. il m'aura fallu 4 motos pour atteindre enfin le paradis. si tu hésites sur la bonnie, t'as rien compris...

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Marché moto et scooter : les constructeurs font leur bilan 2021

En complément de notre analyse complète, les principaux constructeurs de moto et scooters dressent avec MNC leur bilan 2021. Ventes records en France, pandémie qui s’éternise, évolutions des réseaux, gammes et clientèles, titre de Quartararo, défis futurs... Voici le point de vue des pros.
Marché moto 2021 (2/11) : Retour au deux-temps en France

Jamais depuis la crise - financière - de 2008 il ne s’était vendu autant de motocycles en France : en 2021, 133 403 gros cubes et 61 149 petites 125 cc ont trouvé preneurs, sans oublier 9983 scooters à trois roues. Le second semestre n’a toutefois pas été aussi flamboyant que le premier. Comme au bon vieux temps ?
Marché moto 2021 (3/11) : Le classement des constructeurs en France

Plus impacté que ses rivaux par le coronavirus en 2020, Honda a formidablement rebondi en 2021, au point de prendre la tête des ventes de motocycles en France : une première après un quart de siècle de domination Yamaha ! BMW continue de battre des records, Kawasaki baisse encore et Triumph intègre le Top "Five". MNC établit le Top 20 des constructeurs.
Marc Marquez remonte sur sa Honda... CRF, bientôt sur sa RCV ?

Bonne nouvelle : handicapé par un trouble de la vision depuis la fin de la saison dernière, Marc Marquez a fait ses premiers tours de roues en Motocross ! Prochaine étape pour le pilote du HRC : remonter sur une moto de vitesse, avant de retrouver sa RCV pour les essais hivernaux MotoGP ?! Explications.
MotoGP 2022 6 commentaires
Sponsor : Valentino Rossi ramasse la Mooney en Grands Prix moto

La bien-nommée société italienne de services bancaires Mooney sera finalement le contributeur principal des teams MotoGP et Moto2 de Valentino Rossi, après des mois de tractations chaotiques avec le sulfureux sponsor-titre initial : la compagnie pétrolière d'Arabie saoudite Aramco. Explications.
Le nouveau pneu moto Dunlop Roadsmart 4 prêt à prendre la route

Le pneu Dunlop Roadsmart 3 commence à s'user : vive le Roadsmart 4 ! Le manufacturier renouvelle son best-seller pour motos routières et sport-GT avec le plein de technologies, mais toujours dans une optique d'associer performances, longévité et régularité. Présentation.
 
Essai longue durée du casque modulable HJC i90

MNC a testé pendant deux ans le casque modulable HJC i90 et son rapport qualités/prix intermédiaire dans la gamme ouvrable du fabricant coréen. Essai longue durée.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

PARCOURS

 
  • Essai urbain
  • Deux semaines à Paris
 
 
 

POINTS FORTS

 
  • Look
  • Facilité de prise en main
  • Son
 
 
 

POINTS FAIBLES

 
  • Prix
  • Emplacement du contacteur
  • Poignées passager en option
 
 
 
  • En savoir plus...