• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTO GP 2012 - QATAR
Paris, le 9 avril 2012

Grand Prix du Qatar Moto GP : déclarations et analyses

Grand Prix du Qatar Moto GP : déclarations et analyses

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations et les résultats des principaux protagonistes de la catégorie reine, ainsi que l'analyse de leurs réussites (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du GP du Qatar 2012.

Imprimer

Moto GP de 1000 cc : premier bilan

Jorge Lorenzo a battu Casey Stoner hier lors du Grand Prix du Qatar Moto GP 2012 : vainqueur de la première course de la saison, le Majorquin signe son premier succès en MotoGP à Losail et confirme le haut niveau de compétitivité de la nouvelle Yamaha YZR-M1 de 1000 cc (lire nos résumés des courses MotoGP, Moto2 et 125 à Losail).

Avec 200 cc de cylindrée supplémentaires, beaucoup s'attendaient à ce que les nouvelles 1000 cc surpuissantes explosent les records au Qatar. Ce fut le cas en termes de vitesse de pointe : auteur des meilleurs "v-max" en course en 2011 et en 2012 avec une Ducati (Aspar en 2011, Pramac en 2012), Hector Barbera a été chronométré à 330,2 km/h avec sa GP11 de 800 cc... et à 342,3 km/h avec sa GP12 de 1000 cc !

La Honda de Stoner est passée de 325,7 km/h lors du Grand Prix 2011 à 335,7 km/h cette année et celle de Pedrosa de 324,8 à 341,8 km/h (+17 km/h !), tandis que la Yamaha de Lorenzo a gagné 11,8 km/h (de 322,2 km/h en 2011 à 334 km/h en 2012).

En revanche, la démonstration fut moins ébouriffante sur le plan des chronos : avec la Yamaha de 1000 cc, Jorge Lorenzo s'est qualifié en pole position en 1'54.634 cette année, alors que Stoner était descendu en 1'54.137 l'an dernier avec sa RC212V de 800 cc.

De la même façon, Jorge Lorenzo a remporté le Grand Prix en 42 minutes et 44.214 secondes à 166,2 km/h de moyenne en 2012, soit environ cinq secondes moins vite que Stoner en 2011 (42'38.569 et 166,5 km/h de moyenne). Enfin, le meilleur chrono en course a été réalisé en 1'55.541 par Stoner dans son 4ème tour, alors qu'il avait été chronométré en 1'55.366 dans sa 13ème boucle en 2011.

A cela, plusieurs explications : disputé de nuit sur un circuit balayé par le sable, le GP du Qatar n'offre jamais les mêmes conditions de piste, ce qui ne facilite pas la mise au point de nouvelles motos. Cette année par exemple, le taux d'humidité dans l'air était nettement plus élevé pendant la course : 53% contre 31% en 2011.

En outre, la nouvelle réglementation a fait passer le poids des MotoGP de 153 à 157 kg, ce qui n'est pas rien à ce niveau de compétition : ces 4 kg supplémentaires se ressentent sur les phases de freinage selon les pilotes, mais aussi au milieu des courbes où les 800 cc étaient de vrais missiles !

Enfin, le facteur pneumatique est aussi à prendre à considération : suite aux critiques sur la mise en action trop lente de ses gommes, Bridgestone a construit des pneus moins rigides pour 2012. Mais si ces pneus offrent effectivement plus de grip dès les premiers tours, ils se dégraderaient aussi plus rapidement, d'autant que le couple supérieur des 1000 cc engendre naturellement plus de contraintes...

Un exemple de l'importance des pneumatiques dans la performance des MotoGP ? L'écart de presque une seconde qui sépare la pole signée en 2012 par Lorenzo de son propre record de la piste réalisé il y a quatre ans : 1'54.634 contre 1'53.927 aux qualifications du GP du Qatar 2008...

Certes, en 2008, le Majorquin a claqué cette pendule record avec des gommes spécifiquement conçues pour les qualifications (des Michelin, soit dit en passant)... Mais sa M1 officielle de l'époque cubait tout de même 200 cc de moins, ce qui est loin d'être anodin sur un circuit aussi rapide que Losail.

Il est toutefois beaucoup trop tôt pour tirer la moindre conclusion définitive sur les performances des 1000 cc : contraints de composer avec un réservoir d'essence d'une contenance identique à 2011 (21 litres), les constructeurs en ont sans doute "gardé sous le coude" en attendant d'être certains de maîtriser chaque paramètre (consommation, usure des pneus, etc.) sur la durée d'une course.

Le deuxième Grand Prix de la saison 2012, à Jerez le 29 avril, nous livrera probablement plus d'informations à ce niveau. En attendant, découvrons les réactions des pilotes et l'analyse de la rédaction en page suivante.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !