• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MISANO - ROSSI S'EXPLIQUE
Paris, le 10 septembre 2018

GP de San Marin - Rossi (7ème) : "Je ne comprends pas"...

GP de San Marin - Rossi (7ème) : Je ne comprends pas...

Yamaha essuie une cuisante défaite à Misano, où ses pilotes ont de nouveau manqué d'adhérence en course après des essais pourtant prometteurs... Après avoir refusé la main tendue par Marquez, la star locale Valentino Rossi doit se contenter d'une lointaine 7ème place sans saveur au GP de San Marin 2018. Débriefing.

Imprimer

Valentino Rossi, Yamaha-Movistar (7ème en qualifs et 7ème en course) : "C'est vraiment dommage, car la journée d'hier était plutôt bonne. Honnêtement, je m'attendais à être assez compétitif et à faire une bonne course devant mon public. Malheureusement, dès ce matin je manquais de vitesse : c'est comme si je manquais de grip".

"J'ai beaucoup souffert et j'étais vraiment plus lent par rapport à hier, bien que la moto, les pneus et les réglages aient été exactement les mêmes. Nous allons maintenant essayer d'analyser tout cela : c'est un problème qui arrive parfois chez Yamaha et nous devons comprendre pourquoi".

L'analyse Moto-Net.Com : Transparente. Le terme n'est pas trop fort pour décrire la prestation des M1 au GP de San Marin 2018 : Maverick Viñales, premier pilote Yamaha à l'arrivée (5ème), s'est fait dominer toute la course par Rins, tandis que Rossi et son casque "Back to Misano" terminent au 7ème rang à 19,786 sec du vainqueur...

Une désillusion totale pour le team officiel du blason d'Iwata, qui bénéficiait pourtant d'un avantage non négligeable : Rossi et Viñales - ainsi que les pilotes d'usine Ducati - ont participé mi-août à des tests privés sur le tracé de Misano, ce qui leur a permis de définir une bonne base de travail.   

Quant à Johann Zarco, c'est à la 10ème place - à quelque 27,559 sec ! - qu'il termine cette 13ème manche de la saison, après avoir commis une petite erreur dans les premiers tours. "Je ne sais pas quoi faire", admettait hier soir le français, qui dit manquer de grip malgré toutes ses tentatives pour enrayer le phénomène.

Le week-end s'annonçait pourtant prometteur pour Yamaha : troisième en qualifications, Maverick Viñales renouait avec la première ligne pour la première fois depuis le GP d'Italie au Mugello. Et si Valentino Rossi ne s'est lui qualifié qu'en 7ème position, son chrono n'était qu'à 0,078 sec de celui de son coéquipier (!) et à seulement 0,112 sec de Jack Miller, deuxième sur la grille derrière Lorenzo.

Confiants, Mack et le Docteur s'attendaient à jouer aux avant-postes et à lutter pour le podium, à défaut de décrocher la victoire sur laquelle Ducati avait mis une sérieuse option. Las, comme trop souvent, le comportement de la M1 a évolué dans le mauvais sens entre samedi et dimanche malgré des réglages similaires.

Impuissants, les pilotes Yamaha n'ont pas pu tenir le rythme : le tour le plus rapide de Valentino Rossi était en 1'33.631, à 0,953 sec du meilleur temps en course réalisé par Dovizioso. "Je ne comprends pas : je tournais 6 à 7 dixièmes plus vite hier avec des pneus usés", peste la star transalpine, qui évoque l'élévation de la température comme une cause possible de leurs soucis.

Une raison moyennement convaincante dans la mesure où le mercure n'a grimpé que de deux degrés entre les qualifications samedi (25°C dans l'air et 39°C sur la piste) et la course dimanche (27°C dans l'air et 41°C sur la piste). Certes, la moindre variation impacte les performances en MotoGP, mais pas à ce point : imaginez le désastre avec 10°C d'écart ! 

D'autant que les conditions sont les mêmes pour tout le monde. Or, comme le constate amèrement Rossi : "les Ducati et Honda ont conservé le même rythme d'un jour sur l'autre, alors que pour Maverick et moi - mais aussi Johann - tout a été plus compliqué dimanche".

A domicile, Rossi perd une place au championnat...

Pour le nonuple champion du monde, la déception est particulièrement vive dans la mesure où Misano est le circuit sur lequel il a limé ses premiers sliders... Ses fans, massés en nombre dans des tribunes d'un jaune éclatant, attendaient impatiemment le coup d'éclat dont ils avaient été privés l'an dernier suite au forfait de Rossi, jambe brisée pendant l'entraînement !

Autant dire que la déception était palpable à l'arrivée du GP de San Marin 2018, quand le héros local est passé sous le drapeau à damiers à la 7ème position sans jamais avoir été en mesure de jouer devant. Même la victoire de Dovizioso - pilote italien sur une moto italienne - n'a pas suffi à consoler certains tifosis ! 

Il faut dire que le n°46 enregistre à domicile sa plus mauvaise performance de la saison 2018, en faisant bien entendu abstraction du GP d'Argentine qu'il a terminé 19ème après avoir été poussé au tapis par Marquez. Cette contre-performance lui coûte en outre la deuxième place au provisoire, récupérée par Dovizioso.

Quant à son coéquipier Viñales, sa 5ème place n'est pas non plus de nature à le satisfaire : "comme toujours, nous avons un moins bon feeling le dimanche", enrage le n°25 qui termine dans le sillage de son ancienne moto.  

Pour Yamaha, la situation passe de préoccupante à inquiétante avec déjà 22 courses sans victoire. Le blason d'Iwata n'avait pas connu de disette aussi longue depuis 2003, avant que le recrutement de Valentino Rossi, justement, ne fasse passer la M1 de l'ombre à la lumière. 

15 ans plus tard, la magie n'opère plus : Rossi lui-même semble tâtonner dans l'obscurité, sans parvenir à identifier précisément la source des problèmes. Ajoutez à cela les doutes qui semblent ronger Viñales et désormais Zarco... et vous obtenez un constructeur en pleine déroute. 

Le retour de Jonas Folgas comme pilote d'essais modifiera-t-il la donne ? Valentino Rossi, qui a insisté auprès de Yamaha pour obtenir un "team test" en Europe, ne dissimule pas son impatience d'avoir un oeil neuf sur la M1 : "je crois que c'était important pour Yamaha de s'adjuger les services de Jonas, car il peut piloter la moto comme Maverick et moi", estime le n°46.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Duel Honda X-Adv Vs Yamaha Tmax : moto, scooter ou les deux ?

Un esprit scooter dans un corps de moto. Ou inversement ? Avec d'un côté le Honda X-Adv 750 et de l'autre le Yamaha Tmax 530, les motards à la recherche d'un deux-roues pratique et au look sportif ont le choix. Moto-Net.Com les oppose rien que pour vous dans un essai comparatif : duel !
Tous les Duels 20 commentaires
Essai Quadro Qooder 2018 : la 4ème dimension !

Le Quadro Qooder - anciennement Quadro4 - possède quatre-roues et un guidon, mais ce n'est pas un quad. Il s'incline en courbes et se conduit avec le permis B (voiture), mais ce n'est pas vraiment un scooter... Amélioré pour 2018, ce drôle d'engin mélange les genres au profit de sensations étonnantes ! Essai.
Scooter 4 commentaires
Duel 35 kW : Kawasaki Z900 Vs KTM 790 Duke, récré A2 !

KTM renforce son offre dans le segment concurrentiel des roadsters de moyenne cylindrée avec son inédite 790 Duke à moteur bicylindre. Pour la jauger, le Journal moto du Net l'oppose à la meilleure vente française de la catégorie : la Kawasaki Z900. Duel MNC spécial permis A2, en version bridée à 47,5 ch (35 kW).
Essai 959 Panigale : Moto-Net.Com relève le Challenge Ducati 2018

Quelle moto choisir pour débuter en compétition ? Le Journal moto du Net ne s'était jamais posé la question... Et n'a pas plus réfléchi lorsque Ducati lui a proposé de participer à sa première course, au guidon d'une 959 Panigale et face à des Panigale V2 et V4, S1000RR ou RSV4. Défi relevé !

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Les actions locales de la FFMC le 17 novembre avec les Gilets jaunes

Alors que la Fédération française des motards en colère (FFMC) n'appelle pas officiellement à se joindre aux actions des Gilets jaunes le 17 novembre, plusieurs antennes locales organisent ou participent aux blocages contre l'augmentation des carburants. Explications.
Lobbying 6 commentaires
La FFMC ne participera pas officiellement aux blocages du 17 novembre avec les Gilets jaunes

La Fédération française des motards en colère (FFMC) n'appellera pas officiellement à se joindre aux actions de blocages initiées par le mouvement des Gilets jaunes le 17 novembre contre la hausse du prix de l'essence. Explications.
Lobbying 20 commentaires
BMW, Ducati, Honda ou Yamaha... Qui battra Rea et Kawasaki ?

Depuis quatre ans, Kawasaki et Jonathan Rea règnent sans partage sur le World Superbike. En 2019, leurs concurrents s'organisent - ou se réorganisent ! - pour tenter de renverser la firme d'Akashi et son impitoyable "JR". MNC fait le point sur les teams BMW, Ducati, Honda et Yamaha...
WSBK 2019 3 commentaires
Alex de Angelis en MotoGP électrique MotoE avec Josh Hook chez Pramac

Alex de Angelis retrouve un guidon en MotoGP l'an prochain chez Pramac, grâce à la coupe du monde de motos électriques MotoE qui démarre en 2019. L'italien fera équipe avec Josh Hook, champion du monde d'endurance en titre. Explications.
MotoGP 2019 2 commentaires
Sete Gibernau de retour en Grands Prix moto 2019 !

Nous sommes bien en 2018, nous ne sommes pas le 1er avril, mais l'un des pilotes inscrits en Grands Prix de motos électriques MotoE 2019 est bien Sete Gibernau, de retour chez Pons ! Explications.
MotoGP 2019 13 commentaires
Kenny Foray en MotoGP électrique MotoE avec Tech3

Kenny Foray roulera en MotoGP l'an prochain chez Tech3... en MotoE, le championnat de motos électriques qui démarre en 2019 ! Comme Randy de Puniet, le pilote français se réjouit de faire partie de cette nouvelle aventure. Explications.
MotoGP 2019 1 commentaire
Randy de Puniet de retour sur une Moto GP... électrique !

L'ancien pilote de Grands Prix moto Randy de Puniet, reconverti en endurance mondiale, roulera de nouveau en MotoGP l'an prochain aux côtés Niccolò Canepa, son concurrent en endurance. Les deux hommes prendront le guidon de la LCR E-Team en championnat du monde MotoE 2019. Explications.
MotoGP 2019 6 commentaires
  • En savoir plus...