• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MISANO - ROSSI S'EXPLIQUE
Paris, le 10 septembre 2018

GP de San Marin - Rossi (7ème) : "Je ne comprends pas"...

GP de San Marin - Rossi (7ème) : Je ne comprends pas...

Yamaha essuie une cuisante défaite à Misano, où ses pilotes ont de nouveau manqué d'adhérence en course après des essais pourtant prometteurs... Après avoir refusé la main tendue par Marquez, la star locale Valentino Rossi doit se contenter d'une lointaine 7ème place sans saveur au GP de San Marin 2018. Débriefing.

Imprimer

Valentino Rossi, Yamaha-Movistar (7ème en qualifs et 7ème en course) : "C'est vraiment dommage, car la journée d'hier était plutôt bonne. Honnêtement, je m'attendais à être assez compétitif et à faire une bonne course devant mon public. Malheureusement, dès ce matin je manquais de vitesse : c'est comme si je manquais de grip".

"J'ai beaucoup souffert et j'étais vraiment plus lent par rapport à hier, bien que la moto, les pneus et les réglages aient été exactement les mêmes. Nous allons maintenant essayer d'analyser tout cela : c'est un problème qui arrive parfois chez Yamaha et nous devons comprendre pourquoi".

L'analyse Moto-Net.Com : Transparente. Le terme n'est pas trop fort pour décrire la prestation des M1 au GP de San Marin 2018 : Maverick Viñales, premier pilote Yamaha à l'arrivée (5ème), s'est fait dominer toute la course par Rins, tandis que Rossi et son casque "Back to Misano" terminent au 7ème rang à 19,786 sec du vainqueur...

Une désillusion totale pour le team officiel du blason d'Iwata, qui bénéficiait pourtant d'un avantage non négligeable : Rossi et Viñales - ainsi que les pilotes d'usine Ducati - ont participé mi-août à des tests privés sur le tracé de Misano, ce qui leur a permis de définir une bonne base de travail.   

Quant à Johann Zarco, c'est à la 10ème place - à quelque 27,559 sec ! - qu'il termine cette 13ème manche de la saison, après avoir commis une petite erreur dans les premiers tours. "Je ne sais pas quoi faire", admettait hier soir le français, qui dit manquer de grip malgré toutes ses tentatives pour enrayer le phénomène.

Le week-end s'annonçait pourtant prometteur pour Yamaha : troisième en qualifications, Maverick Viñales renouait avec la première ligne pour la première fois depuis le GP d'Italie au Mugello. Et si Valentino Rossi ne s'est lui qualifié qu'en 7ème position, son chrono n'était qu'à 0,078 sec de celui de son coéquipier (!) et à seulement 0,112 sec de Jack Miller, deuxième sur la grille derrière Lorenzo.

Confiants, Mack et le Docteur s'attendaient à jouer aux avant-postes et à lutter pour le podium, à défaut de décrocher la victoire sur laquelle Ducati avait mis une sérieuse option. Las, comme trop souvent, le comportement de la M1 a évolué dans le mauvais sens entre samedi et dimanche malgré des réglages similaires.

Impuissants, les pilotes Yamaha n'ont pas pu tenir le rythme : le tour le plus rapide de Valentino Rossi était en 1'33.631, à 0,953 sec du meilleur temps en course réalisé par Dovizioso. "Je ne comprends pas : je tournais 6 à 7 dixièmes plus vite hier avec des pneus usés", peste la star transalpine, qui évoque l'élévation de la température comme une cause possible de leurs soucis.

Une raison moyennement convaincante dans la mesure où le mercure n'a grimpé que de deux degrés entre les qualifications samedi (25°C dans l'air et 39°C sur la piste) et la course dimanche (27°C dans l'air et 41°C sur la piste). Certes, la moindre variation impacte les performances en MotoGP, mais pas à ce point : imaginez le désastre avec 10°C d'écart ! 

D'autant que les conditions sont les mêmes pour tout le monde. Or, comme le constate amèrement Rossi : "les Ducati et Honda ont conservé le même rythme d'un jour sur l'autre, alors que pour Maverick et moi - mais aussi Johann - tout a été plus compliqué dimanche".

A domicile, Rossi perd une place au championnat...

Pour le nonuple champion du monde, la déception est particulièrement vive dans la mesure où Misano est le circuit sur lequel il a limé ses premiers sliders... Ses fans, massés en nombre dans des tribunes d'un jaune éclatant, attendaient impatiemment le coup d'éclat dont ils avaient été privés l'an dernier suite au forfait de Rossi, jambe brisée pendant l'entraînement !

Autant dire que la déception était palpable à l'arrivée du GP de San Marin 2018, quand le héros local est passé sous le drapeau à damiers à la 7ème position sans jamais avoir été en mesure de jouer devant. Même la victoire de Dovizioso - pilote italien sur une moto italienne - n'a pas suffi à consoler certains tifosis ! 

Il faut dire que le n°46 enregistre à domicile sa plus mauvaise performance de la saison 2018, en faisant bien entendu abstraction du GP d'Argentine qu'il a terminé 19ème après avoir été poussé au tapis par Marquez. Cette contre-performance lui coûte en outre la deuxième place au provisoire, récupérée par Dovizioso.

Quant à son coéquipier Viñales, sa 5ème place n'est pas non plus de nature à le satisfaire : "comme toujours, nous avons un moins bon feeling le dimanche", enrage le n°25 qui termine dans le sillage de son ancienne moto.  

Pour Yamaha, la situation passe de préoccupante à inquiétante avec déjà 22 courses sans victoire. Le blason d'Iwata n'avait pas connu de disette aussi longue depuis 2003, avant que le recrutement de Valentino Rossi, justement, ne fasse passer la M1 de l'ombre à la lumière. 

15 ans plus tard, la magie n'opère plus : Rossi lui-même semble tâtonner dans l'obscurité, sans parvenir à identifier précisément la source des problèmes. Ajoutez à cela les doutes qui semblent ronger Viñales et désormais Zarco... et vous obtenez un constructeur en pleine déroute. 

Le retour de Jonas Folgas comme pilote d'essais modifiera-t-il la donne ? Valentino Rossi, qui a insisté auprès de Yamaha pour obtenir un "team test" en Europe, ne dissimule pas son impatience d'avoir un oeil neuf sur la M1 : "je crois que c'était important pour Yamaha de s'adjuger les services de Jonas, car il peut piloter la moto comme Maverick et moi", estime le n°46.

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?
Essai vidéo du scooter à trois-roues Kymco CV3

Kymco passe à la "puissance 3" avec son nouveau et ambitieux CV3, premier scooter à trois-roues propulsé par un bicylindre en plus d'être généreusement équipé : suffisant pour inquiéter la référence MP3 ? Réponses dans notre vidéo, en complément de notre essai complet à lire sur MNC.
Essai scooter à trois-roues CV3 : Kymco Met la Puissance 3 !

Kymco roule des mécaniques avec son nouveau scooter à trois-roues CV3 et son puissant bicylindre de 50,3 ch - architecture inédite chez les tripodes - pour se distinguer et tenter de surpasser la référence MP3 500. Pari réussi pour cette nouveauté taïwanaise accessible avec un permis voiture (B) ? Réponses dans notre essai MNC.
Kawasaki Z900RS SE et Z900 SE : le bilan de notre essai en vidéo

Outre des coloris 50th Anniversary proposés sur ses "roadzters" (sauce Sugomi ou néo-rétro), Kawasaki célèbre les 50 ans de la Z1 avec une paire d’éditions spéciales : la Z900RS SE et la Z900 SE dont Moto-Net.Com a pu tester le freinage avant Brembo et l’amortisseur arrière Öhlins. Bilan en vidéo.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Régulateur de vitesse moto universel Beracruise Skate Lock

Le français Philippe Beraka invente le premier régulateur de vitesse à aimants adaptable sur tous les accélérateurs de motos, scooters et quads. Simple à installer et à utiliser, ce Beracruise Skate Lock est sans entretien et inusable, en plus d'être à un prix accessible.
Pourquoi Fabio Quartararo sera pénalisé au GP de Grande-Bretagne 2022 ?

Non vraiment, Moto-Net.Com pose la question à la direction de course du MotoGP  : pourquoi Fabio Quartararo devrait-il réaliser un "Long Lap" lors du prochain Grand Prix MotoGP à Silverstone ? Parce que son dépassement sur Aleix Espargaro à Assen était trop ambitieux ! Vous n’êtes pas bien sérieux...
Pays-Bas 5 commentaires
Yamaha fulmine contre la sanction "injuste et incohérente" reçue par Quartararo

Le team officiel Yamaha ne digère pas - loin s'en faut - la pénalité de tour rallongé (Long Lap) que devra observer son leader Fabio Quartararo lors du prochain Grand Prix en Grande-Bretagne. Son directeur Lin Jarvis fustige le manque d'équité, d'objectivité et de cohérence des commissaires MotoGP : rien que ça !
Pays-Bas 2 commentaires
Réactions des pilotes MotoGP au fracassant Grand Prix des Pays-Bas 2022

Vainqueur magistral des deux derniers GP, Fabio Quartararo est tombé de son piédestal ce dimanche à Assen. Tombé deux fois ! Bagnaia, Bezzecchi, Vinales et Aleix Espargaro abordent la longue pause estivale plus sereinement que notre champion toujours leader au provisoire. Et que Zarco toujours troisième ? Réactions du Top 10 et plus.
Le constructeur anglais CCM lance une nouvelle moto : la Classic Tracker

Clews Competition Machines (CCM) - petite marque britannique aux origines tout-terrain - produit une gamme de séduisantes motos rétros à moteur monocylindre : dernière en date, la Classic Tracker. Présentation.
Piaggio succède à KTM à la tête de l'association européenne des constructeurs de motos (ACEM)

L'association européenne des constructeurs de motos confie sa présidence à Michele Colaninno, directeur général produits, marketing et innovation du groupe Piaggio. La diminution des émissions de carbone et l'électrification sont les enjeux majeurs de son mandat de deux ans.
HJC lance le casque modulable i100 avec mentonnière réversible 

Le nouveau casque i100 de HJC est le premier modulable de la marque coréenne doté d'une mentonnière basculable sur l'arrière. Équipements et aspects pratiques font aussi partie des arguments de cet ouvrable qui répond à la nouvelle norme ECE 22-06. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Calendrier MotoGP 2022

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2022

GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

Courses 2022

GP moto du Qatar 6 mars : GP du Qatar
GP moto d'Indonésie 20 mars : GP d'Indonésie
GP moto d'Argentine  3 avril : GP d'Argentine
GP moto des Amériques 10 avril :  GP des Amériques
GP moto du Portugal 24 avril : GP du Portugal
GP moto d'Espagne 1er mai : GP d'Espagne
GP de France moto 15 mai : GP de France
GP moto d'Italie 29 mai : GP d'Italie
GP moto de Catalogne 5 juin : GP de Catalogne
GP moto d'Allemagne 19 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 26 juin : GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande10 juillet : GP de Finlande
GP moto de Grande-Bretagne 7 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 21 août : GP d'Autriche
GP moto de San Marin 4 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Aragon 18 septembre : GP d'Aragón
GP moto du Japon 25 septembre : GP du Japon
GP moto de Thaïlande 2 octobre : GP de Thaïlande
GP moto d'Australie 16 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie 23 octobre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 6 novembre : GP de Valence


SAISON 2022   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...