• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Almeria (Espagne), le 28 mars 2017

Essai Yamaha YZF-R6 2017 : non, le Supersport n'est pas mort

Essai Yamaha YZF-R6 2017 : non, le Supersport n'est pas mort

Yamaha est le seul grand constructeur moto à maintenir sa sportive de 600 cc dans son catalogue en 2017. La R6 perd plusieurs chevaux dans l'opération - merci Euro4 - mais gagne beaucoup par ailleurs : look de M1, équipement de R1... Moto-Net.Com a testé le tout sur le circuit d'Almeria !

Imprimer

Essai R6 2017 page 4 - Point technique

Moteur

Le moteur de la R6 n'évolue que très légèrement, afin de respecter la nouvelle norme Euro4 en matière d'émissions de gaz... et de décibels, on l'a vu entendu lors de notre roulage sur le circuit d'Almeria (en Espagne, lire les pages précédentes).

Le 4-cylindres en ligne, 4-temps à refroidissement liquide conserve scrupuleusement ses cotes (67 x 42,5 mm), sa distribution 16 soupapes - en titane, SVP - commandées par un à double arbre à cames en tête, son couvre culasse et carters latéraux en magnésium (son taux de compression de 13,1:1).

 Essai Yamaha YZF-R6 2017 : non, le Supersport n'est pas mort

Le système d'admission d'air variable (YCC-I) et le contrôle électronique de l'ouverture des gaz (YCC-T) à injecteur double sont également reconduits, de même que la valve EXUP de l'échappement - silencieux en titane - censé "participer aux excellentes caractéristiques de couple"...

Pour atteindre les quotas imposées par la nouvelle norme européenne, les ingénieurs de Yamaha ont introduit dans l'échappement des catalyseurs plus volumineux, retravaillé la rampe d'injection et le filtre à essence, re-paramétré l'injection électronique et peaufiné l'admission d'air.

 Essai Yamaha YZF-R6 2017 : non, le Supersport n'est pas mort

Au final, les valeurs maxi de la R6 en prennent tout de même un coup : 118,4 chevaux à 14 500 tr/min et 61,7 newton mètres 4000 tours plus bas... Pour rappel, le modèle précédent - qui datait de 2010 ! - sortait 124 ch et Nm.

Côté transmission, la R6 2017 reçoit de série le quickshifter de la R1 permettant de monter les rapports sans embrayer ni couper les gaz. Elle garde parallèlement la boite 6 vitesses et son étagement, ainsi que l'embrayage antidriblle bien utile pour les rétrogradages "catastrophe".

Partie-cycle

L'aérodynamique de la machine a été particulièrement travaillé : "lors de notre premier briefing au sujet de la nouvelle R6, les designers s'étaient montrés catégoriques : leur volonté était de créer la Yamaha la plus aérodynamique jamais produite. Et ils ont réussi !", nous dévoile Clément Villet, responsable des ventes moto chez Yamaha Europe.

En toute logique, la face de la Supersport ressemble à s'y méprendre à celle de la M1 de MotoGP. L'arrière pour sa part, est identique à celui de la Superbike R1. "Résultat : la dernière conception affiche une amélioration significative de 8 % de l'efficacité de son aérodynamisme", ont calculés les savants - pas fous du tout - d'Iwata.

 Essai Yamaha YZF-R6 2017 : non, le Supersport n'est pas mort

Plus haute de 55 mm, la bulle offre une bien meilleure protection au pilote tout en participant à la nette amélioration du sacro-saint Cx. Afin de réduire au maximum la trainée de la moto enfin, les nouveaux clignotants à LED sont désormais intégrés aux rétroviseurs.

Le train avant de la R6 est également profondément revu : les Bleus ont monté la fourche inversée KYB de la R1 (tubes de 43 mm et bas de té de 29 mm, contre 41 et 36 sur la précédente R6), non sans revoir ses réglages afin de correspondre à sa nouvelle monture. Pratique, les modifications des précharge, compression et détente s'exécutent tous en tête de fourche.

 Essai Yamaha YZF-R6 2017 : non, le Supersport n'est pas mort

En bas de la fourche cette fois, Yamaha souligne que le diamètre de l'axe de roue avant est augmenté (25 mm) "pour une manoeuvrabilité optimale". Mais ce que Moto-Net.Com retient en priorité, c'est que le système de freinage de la R1 est également greffé !

La nouvelle YZF-R6 bénéficie ainsi de disques plus grands (320 Vs 310 mm) mordus par des étriers à quatre pistons à montage radial en aluminium. À l'arrière en revanche, pas de changement : le simple disque de 220 mm est toujours pincé par un étrier simple piston.

 Essai Yamaha YZF-R6 2017 : non, le Supersport n'est pas mort

Pour permettre au pilote de profiter au mieux de toutes ces évolutions, Yamaha a retaillé la boucle arrière en magnésium. Plus fine à l'avant de 20 mm, elle reçoit une selle aussi haute (850 mm) mais plus fine elle aussi (-8 mm) et légèrement rehaussé dans sa partie arrière. Les cadres et bras oscillants en aluminium ne bougent pas.

À l'instar de la R1, la R6 dispose d'un réservoir en aluminium dont le soudage est effectué à froid (Cold Metal Transfer, ou CMT pour les connaisseurs). Plus léger d'1,2 kg qu'un équivalent en acier, il adopte des lignes plus évasées sur les flancs permettant au pilote de se mouvoir plus facilement puis de se caler plus efficacement, tant en ligne droite que dans les virages.

Électronique

Équipée depuis 2006 de la gestion électronique de l'ouverture des gaz (ride-by-wire, ou YCC-T chez Yamaha) et deux ans plus tard du système d'admission variable (YCC-I), la R6 adopte en 2017 un inédit contrôle de traction (TCS).

"Nous savons que la YZF-R6 suscite l'intérêt de différentes catégories de pilotes, aux niveaux de compétence et d'expérience variés, mais tous unis dans l'esprit de performance", justifie Yamaha, "c'est pourquoi le nouveau TCS comprend 6 niveaux d'intervention sélectionnables et peut également être désactivé".

 Essai Yamaha YZF-R6 2017 : non, le Supersport n'est pas mort

Le réglage de l'antipatinage se réalise à partir du bouton dédié, placé sur le commodo gauche. Le pilote peut varier l'intensité du TCS (1 mini, 6 maxi) en roulant, gaz coupé sur n'importe quel rapport ou bien gaz constant - à fond bien sûr ! - sur les trois derniers rapports.

Autre nouveauté 2017 permise par la toute nouvelle électronique embarquée : le D-mode bien connu des amateurs de Yamaha qui permet de varier la réponse de la manette des gaz, de sage en mode B à vive en mode A, le Standard se situant entre les deux.

 Essai Yamaha YZF-R6 2017 : non, le Supersport n'est pas mort

Pour contrôler tous ses nouveaux réglages, le pilote de la R1 2017 dispose d'un nouveau tableau de bord, chipé à la R1... d'ancienne génération ! Pas de "tablette" couleur pour la Supersport donc, mais un large compte-tours analogique (zone rouge établie à 16 500 tr/min) et un écran digital affichant toutes les informations nécessaires...

Moto-Net.com a recensé comme infos : témoin de rapport engagé, température moteur, GPS (pour l'optionnel système d'acquisition de données), quickshifter, TCS, D-mode, vitesse, odomètre, trip, consommations moyenne et instantanée, chronomètre, horloge. Ne manque, à la rigueur, que la T° extérieure.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

 
  • Modèle d'origine et "Race Kit"
  • Roulage : 4 sessions de 20 min
  • Circuit : Almeria (Espagne)
  • Pneus : Bridsgetone R10
  • Problèmes rencontrés : RAS
 
 
 

POINTS FORTS YZF-R6 2017

 
  • Partie-cycle encore affutée
  • Freinage puissant et dosable
  • Position et protection (circuit)
  • Look de M1/R1
 
 
 

POINTS FAIBLES YZF-R6 2017

 
  • Moteur "bridé" par Euro4
  • Tarif à hauteur des perfs
  • Pas d'ABS déconnectable ou "Track"
  • Et le calage Crossplane alors ?
 
 
 
Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !