• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Nîmes (30), le 16 décembre 2014

Essai Yamaha Tmax 2015 : un Max d'efficacité !

Essai Yamaha Tmax 2015 : un Max d'efficacité !

Fer de lance des maxi-scooters, le Yamaha Tmax 530 évolue en douceur pour 2015 avec un petit lifting esthétique et des équipements plus qualitatifs, sans augmentation de prix notable... Une bonne chose par les temps qui courent ! Premier essai.

Imprimer

De mieux en mieux

Régulièrement revisité et optimisé (moteur plus puissant et clé codée en 2004, ABS en 2005, nouveaux cadre et design en 2008, relooking, châssis plus léger et moteur 530 cc en 2012), le Tmax occupe depuis son introduction en 2001 une position dominante sur le segment de marché des maxi-scooters, avec plus de 200 000 unités vendues dont près de 50 000 en France.

Ce scooter est plébiscité à 98% par une clientèle masculine, pour la plupart âgés de 30 à 50 ans. Rappelons qu'il est utilisable avec le permis A2.

Ce millésime 2015 ne subit pas d'évolutions majeures, mais profite d'une face avant plus aérodynamique qui intègre un déflecteur central en delta à la place du précédent feu de position. Celui-ci est conçu pour améliorer l'écoulement de l'air sur la carrosserie et la protection au vent du conducteur.

On note également l'apparition de nouveaux rétroviseurs, placés plus haut et plus écartés afin de ne pas gêner lors des remontées de file entre les voitures en ville, ainsi qu'un nouveau phare double optique à LED.

Un élément puissant et esthétique qui renforce le look sportif du Tmax, d'autant mieux que les deux feux restent allumés en permanence dès que le contact est mis.

Autre changement appréciable : le Tmax bénéficie à présent d'une nouvelle fourche inversée à tubes de 41 mm de diamètre, associée à des étriers de frein 4-pistons à montage radial (proches de ceux de la MT-09) et un nouveau garde-boue avant plus stylé. L'ABS est dorénavant monté de série.

Aspects pratiques accrus

Sur le plan des aspects pratiques, le Tmax 2015 s'équipe notamment d'un système de démarrage de type smartkey. Il suffit de conserver sa clé en poche à moins d'un mètre du véhicule pour être autorisé à activer ou désactiver le contact, démarrer ou éteindre le scooter, activer les feux de position, ouvrir la selle ou verrouiller la direction via une petite console multifonctions.

Un bouton logé sur la clé permet de préserver la pile interne en cas d'inutilisation prolongée du véhicule, tandis qu'une serrure placée au fond de la boîte à gants permet d'ouvrir manuellement la selle en cas de défaillance du système.

Toujours pour contrer d'éventuels voleurs, le Tmax s'équipe d'une nouvelle béquille centrale dotée d'un anneau prévu pour recevoir un bloque-disque empêchant son repliage.

L'instrumentation de bord évolue légèrement, avec de nouveaux graphismes et couleurs accrus pour une meilleure lisibilité, moins de vibrations, ainsi qu'un rétro-éclairage rouge. On retrouve sans surprise les deux compteurs analogiques ronds séparés par un cadran à affichage numérique (jauge de niveau d'essence, température d'eau, totaliseurs kilométriques, température extérieure, horloge, témoin de réserve, conso instantanée et moyenne) du modèle précédent.

Une prise 12 Volts apparaît par ailleurs sur la gauche du tablier. La boîte à gants droite est pour sa part verrouillable mais celle de gauche disparaît purement et simplement.

Comme précédemment, le Tmax 530 accepte sans peine un casque intégral et des effets personnels dans son coffre sous la selle - éclairé et moquetté - dont l'ouverture est assistée par deux vérins hydrauliques. Le frein de parking situé sur la gauche du tablier est conservé.

Motorisation inchangée

Contact, démarrage : le Tmax répond immédiatement présent, avec une sonorité d'échappement toujours discrète mais virile. Quelques petits coups de gaz rageurs suffisent pour ressentir la vivacité de son bicylindre en ligne qui ne demande qu'à s'exprimer !

Une légère rotation de la poignée d'accélérateur le fait décoller en douceur, avec une accélération très progressive et facile à doser. Inchangé sur le plan moteur, le Tmax 530 reste un modèle de docilité en cycle urbain, répondant instantanément à la moindre sollicitation de la poignée de gaz et bondissant littéralement dès qu'on ouvre les gaz en grand.

Un vrai régal, d'autant que la sonorité d'échappement change proportionnellement à l'accélération, avec la signature auditive caractéristique de ce scooter. Reste que sa selle demeure un peu large pour les petits conducteurs, qui auront plus de difficulté à poser les deux pieds au sol à l'arrêt.

En ville, on apprécie sa capacité à se mouvoir en souplesse entre les automobilistes, à présent sans toucher les rétroviseurs des voitures lorsqu'on remonte une file grâce à ses rétroviseurs placés plus hauts.

Dans ce contexte urbain, le comportement dynamique du Tmax 2015 s'avère proche de celui du millésime précédent, avec une inscription sur l'angle ronde et précise, une agilité identique et une excellente tenue de cap en courbes.

L'assise relativement basse et le centre de gravité placé bas favorisent les évolutions à basse vitesse et la maniabilité générale. Une petite impulsion au guidon suffit à emmener le Tmax où on le souhaite.

En réalité, il faut appréhender un parcours routier à plus vive allure pour mieux cerner les évolutions de ce millésime 2015 : en forçant le rythme, on perçoit mieux le bénéfice conjoint de la nouvelle fourche - qui confère au Tmax une rigidité accrue dans les changements d'angle rapides et à pleine vitesse sur l'angle - et des étriers radiaux 4-pistons - qui procurent puissance et progressivité au freinage.

Sur les routes tortueuses de notre essai, dans les environs de Nîmes (30), cette nouvelle définition de suspensions nous est apparue parfaitement efficace, d'autant que le Tmax 2015 bénéficie d'une monte de pneus Dunlop spécifique (Sportmax GPR-100 M) qui a fait preuve d'un grip des plus satisfaisants tout au long de cet essai.

En pointe, le Tmax reste capable d'un bon 170 km/h chrono à 7200 tr/min, ce qui lui permet d'emprunter voies rapides et autoroutes sans encombres. La protection au vent du conducteur est sensiblement accrue, mais il faut toujours serrer les genoux pour protéger efficacement les jambes derrière le tablier. Sur le plan de la consommation, le Tmax 2015 affiche une moyenne de 5,2 l/100 km qui lui assure environ 290 km d'autonomie.

Toujours dans le coup

Proposé à 10 999 € en version standard, le Tmax 2015 ne manque assurément pas d'attraits. Plus rigoureux, modernisé esthétiquement et doté d'aspects pratiques non négligeables, il demeure le maxi-scooter de référence de la catégorie. Un "must have" à même de séduire les jeunes générations comme les plus anciens.

Dans sa version Iron Max, le Tmax 2015 propose pour 300 euros de plus une fourche et des étriers de frein anodisés or, une selle bicolore spécifique, des jantes noires, un intérieur de phare d'aspect métal, des repose-pieds aluminium et une finition spécifique du tableau de bord.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

 
  • Modèle d'origine
  • Parcours : 180 km
  • Routes : ville et petites routes (de Nîmes aux Saintes-Maries-de-la-Mer en passant par Les Baux-de-Provence)
  • Pneus : Dunlop Sportmax GPR-100 M
  • Conso : 5,2 l/100km (environ 290 km d'autonomie)
  • Météo : temps sec et ensoleillé
  • Problèmes rencontrés : RAS
 
 
 

POINTS FORTS TMAX 2015

 
  • Comportement rigoureux
  • Agrément moteur
  • Equipement et ABS de série
  • Eclairage à LEDs
 
 
 

POINTS FAIBLES TMAX 2015

 
  • Prix
  • 1 seul intégral dans le coffre
  • Système Keyless imposé
 
 
 
Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !