• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP - INDIANAPOLIS (10 SUR 18)
Paris, le 19 août 2013

Déclarations et analyses du GP d'Indianapolis MotoGP

Déclarations et analyses du GP d'Indianapolis MotoGP

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations des principaux pilotes de la catégorie reine et l'analyse de leurs succès (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du Grand Prix moto d'Indianapolis 2013.

Imprimer

Déclarations et analyses du GP d'Indianapolis

Marc Marquez, Honda-Repsol (1er en qualifs et 1er en course) : "Je n'ai pas pris un bon départ mais je savais avant la course que seule la fin allait compter. Durant les dix premiers tours, j'ai simplement essayé de suivre Dani et Jorge, en économisant les pneus".

"Une fois que j'avais consommé une partie du carburant, j'ai commencé à attaquer. J'ai essayé de pousser de plus en plus fort, j'ai creusé l'écart et j'ai même pu me faire plaisir en faisant glisser l'arrière. C'était génial ! Les 25 points sont importants. Je me sens toujours bien aux Etats-Unis et j'ai gagné trois courses ici cette année. (...). J'ai eu un week-end parfait et j'essayerai d'en refaire à l'avenir mais ce sera difficile : il y a encore beaucoup de courses et Jorge et Dani ont plus d'expérience que moi".

L'analyse Moto-Net.Com : Intraitable en en essais puis en qualifications, Marc Marquez a en toute logique écrasé ses rivaux lors du Grand Prix d'Indianapolis. Le Catalan signe au passage une jolie série de trois : trois victoires d'affilée sur le Brickyard puisqu'il a remporté les éditions 2011 et 2012 en Moto2. Mais aussi trois victoires aux États-Unis en MotoGP après ses succès à Austin et Laguna ! Enfin, trois victoires consécutives en catégorie reine avec ses précédents succès en Allemagne et en Californie.

"J'ai suivi les courses durant toute ma vie et je pense que Marquez apporte quelque chose de nouveau, d'un peu différent, et ça fait plaisir à voir", s'est exclamé Kenny Roberts Senior à Indy, avant de faire savoir qu'il travaillait sur un projet de retour en MotoGP a priori prévu pour 2015.

Et ce "quelque chose de nouveau" a pris une autre dimension à Indianapolis. La façon dont Marquez a remporté cette course le montre : alors qu'il possédait un très large avantage de vitesse, le petit espagnol a sagement attendu derrière ses deux expérimentés rivaux avant de prendre le commandement. Une stratégie qui révèle une maturité peu commune à seulement 20 ans : beaucoup se seraient impatientés à sa place ou auraient tenté de s'échapper ventre à terre, quitte à finir... à plat ventre !

Une fois ses marques posées, le n°93 a doublé Pedrosa puis Lorenzo, mais pas de n'importe quelle manière : en fin stratège, Marquez a pris soin de dépasser les hommes forts du championnat en exhibant ses muscles. A chaque fois, le leader du championnat est passé à l'intérieur à des endroits compliqués : des manoeuvres pleines d'autorité, sciemment réalisées pour "marquez" ses rivaux.

"Les vitesses de passage en courbe sont un domaine clé aujourd'hui et il est très fort à ce niveau-là", explique Kenny Roberts Sr, à qui Marquez pourrait succéder en tant que premier pilote à obtenir le titre en catégorie reine dès sa première saison (en 500cc en 1978 pour l'Américain).

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (3ème en qualifs et 2ème en course) : “La course a été difficile parce que les roues patinaient beaucoup, à l'avant comme à l'arrière, et ce durant toute la course. Avec le style de pilotage que j'ai dû adopter à cause de ma blessure, je ne bouge pas trop sur la moto et je ne pouvais donc pas bien gérer les glissades".

"Je me suis battu pour rester sur ma moto. Dans les derniers tours, j'ai pu accélérer la cadence et récupérer la seconde place. C'est plutôt bien parce que cet été j'avais été mis au repos forcé et que je n'avais pas pu m'entraîner. Je suis donc vraiment content de ce résultat"

L'analyse Moto-Net.Com : Deuxième à 21 points de son coéquipier au classement provisoire, Dani Pedrosa a limité autant qu'il a pu ce qui est vite apparu comme une évidence : à Indianapolis, battre Marquez n'était pas envisageable. Surtout pour un pilote de retour de blessure à l'épaule, qui n'a pas pu s'entraîner pendant près d'un mois.

Reste que la démonstration du n°93 a des airs de déculottée : en qualifications, le leader du championnat a roulé une bonne demi-seconde plus vite que Lorenzo et Pedrosa ! Or, si leurs blessures sont sans doute à l'origine de leur incapacité à suivre Marquez sur la longueur de la course, elles n'expliquent pas à elles-seules un tel écart sur un tour chrono...

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory (2ème en qualifs et 3ème en course) : "Je suis déçu, mais pas seulement parce que je n'ai pas gagné... Marc a été incroyable ce week-end, et en course il allait de plus en plus vite. Quand il m'a doublé, j'ai pu le suivre pendant quelques tours mais mon pneu arrière s'est ensuite dégradé et je n'ai même pas pu défendre la seconde place".

"J'espérais beaucoup de choses de cette course parce que j'avais un bon rythme mais quelque chose d'étrange s'est passé avec le pneu arrière et je ne pouvais tout simplement pas faire mieux".

L'analyse Moto-Net.Com : Un temps leader de la couse, Jorge Lorenzo s'est étonnamment montré moins gêné par ses blessures que son compatriote, Dani Pedrosa. Pourtant, le Majorquin souffre d'une fracture de la clavicule gauche et est passé deux fois sur le billard en quinze jours suite à ses chutes, tandis que "Pedro" n'est victime "que" d'une fracture incomplète de la même clavicule.

En course, ce ne sera finalement pas ses blessures qui auront raison de ses ambitions : le n°99 remet en cause son pneu arrière, jugé défectueux ou inapproprié pour les conditions de piste. Lorenzo aura l'opportunité de contre-attaquer la semaine prochaine à Brno (République Tchèque), où il avait fini deuxième l'an dernier et s'était imposé en 2010.

Valentino Rossi, Yamaha Factory (9ème en qualifs et 4ème en course) : "Au final, ma course n'a pas été mauvaise. Surtout par rapport à hier, notamment la deuxième partie. J'ai pu piloter correctement et me faire plaisir. J'ai fait un très bon chrono sur la seconde moitié et je me suis bien battu avec Bradl et Bautista mais surtout avec Cal sur le dernier tour, c'était très fun".

"La quatrième place est un bon résultat pour moi ici parce que c'est l'un des circuits qui me réussissent le moins et que je partais en neuvième position. Je suis donc assez content. Nous avons encore du travail à faire et nous devrons comprendre pourquoi je n'arrive pas à piloter la moto sur les premiers tours et à utiliser le surplus de grip".

"Sur la seconde moitié, quand les pneus glissaient, je pouvais entrer dans les virages plus rapidement, j'allais plus vite et j'ai pu fait de bons chronos. Nous devons essayer de progresser parce que les trois pilotes de devant sont très forts".

L'analyse Moto-Net.Com : Quelle fin de course de Valentino Rossi ! Après des essais anonymes et des premiers tours prudents, le Docteur est progressivement monté en puissance, jusqu'à réaliser des chronos comparables à ceux de Jorge Lorenzo.

Profitant de cette soudaine vélocité, le n°46 a fondu sur Bradl et Crutchlow, à qui il a taxé la quatrième place via un ultime dépassement à couper le souffle. Ceux qui le prétendent bon pour la retraite devraient (re)visionner cette action menée de main de maître ! Comme d'habitude, Valentino Rossi a perdu trop de temps en début de course pour espérer se battre avec les leaders. La faute à sa relative lenteur à se mettre en jambes : là où ses jeunes rivaux attaquent la course bille en tête, Vale se montre plus prudent...

Sans doute doit-on y voir des habitudes venues de ses débuts en 2000 sur de violentes 500 2-temps, une époque où l'électronique et les pneus n'étaient pas suffisamment performants pour permettre de mettre plein gaz dès le deuxième virage. L'air de rien, c'était il y a déjà quatorze saisons ! A l'époque, Marc Marquez n'avait que sept ans et punaisait des posters du prodige italien sur les murs de sa chambre !

Au-delà de cette différence à mettre au compte de l'évolution technologique, l'Italien est aussi en phase de reconstruction après ses deux années de galère chez Ducati. Pendant qu'il perdait peu à peu confiance en lui, ces trois rivaux ont enchaîné les podiums, les succès et les titres. Son dépassement sur Crutchlow prouve toutefois que le n°46 a les ressources pour revenir au sommet. Mais il doit faire vite : à 34 ans, le temps joue contre lui et ses adversaires ne l'attendront pas !

Cal Crutchlow, Yamaha-Tech3 (4ème en qualifs et 5ème en course) : "Je suis vraiment content de finir la course dans le Top 5. Nous avons eu une très belle bagarre et je me suis fait plaisir. Nous étions tous au maximum et Alvaro a été fantastique. Félicitations à Valentino parce qu'il a rattrapé beaucoup de retard et c'est quelque chose qu'il n'est pas facile à faire en fin de course. Je savais que ça allait se jouer dans le dernier tour, probablement dans le dernier virage, et j'ai fait de mon mieux".

L'analyse Moto-Net.Com : Beau joueur, Cal Crutchlow avoue volontiers s'être fait mystifier par Valentino Rossi dans le dernier virage. Après une belle série de quatre podiums en cinq courses, le Britannique semble néanmoins marquer le pas : 7ème à Laguna Seca puis 5ème à Indy, le futur officiel Ducati paraît peiner à revenir lutter aux avant-postes...

"J'ai été performant tout le week-end, ça me permet d'être en confiance pour les prochaines courses à Brno et à Silverstone, où j'avais été compétitif la saison dernière", assure pourtant le natif de Coventry. Pas sûr qu'il tienne les mêmes discours optimistes l'an prochain, lorsqu'il pilotera la Desmosedici (lire notamment MNC du 16 août 2013 : "Le contrat de Ducati était bien meilleur")...

Stefan Bradl, Honda-LCR (en qualifs et 7ème en course) : "Je ne vais pas cacher ma déception avec ce résultat et mes sentiments sont légitimement mitigés au terme de ce week-end. Nous étions particulièrement constants et rapides lors des premiers essais libres, mais il est vrai que le cumul de mes trois chutes a en partie entamé ma confiance".

"Nous avons procédé à plusieurs modifications afin de réajuster la moto mais il s'est finalement avéré que ces changements ont rendu la moto trop lourde et je ne pouvais pas l'amener comme j'aurais dû pouvoir le faire. La fatigue a ensuite fait son apparition et je n'ai pas été en mesure de maintenir la même vitesse sur la totalité du GP. L'écart avec les pilotes de devant ne cessait de croître...".

L'analyse Moto-Net.Com : Comme à Laguna Seca, Stefan Bradl s'est montré tout de suite très rapide à Indianapolis : l'air "américain" semble décidément réussir aux anciens champions du monde Moto2 ! Hélas, la progression du pilote allemand a été stoppée par une série de chutes en essais et un mauvais réglage sur la RCV qu'il continuera à piloter l'an prochain (lire MNC du 15 août 2013 : Bradl rempile chez Honda-LCR).

L'Allemand termine esseulé à la septième position, à presque 25 secondes de son ancien rival en Moto2 : le vainqueur Marc Marquez.

Nicky Hayden, Ducati Team (6ème en qualifs et 7ème en course) : "C'est la course. Dovi attaque tout le temps et il ne fait pas beaucoup d'erreurs. Nous nous sommes doublés plusieurs fois et puis dans le dernier virage du dernier tour, il y a eu contact et c'était de ma faute".

"Quand la porte a commencé à se refermer, j'étais déjà lancé et je ne voulais pas qu'il touche ma roue avant. Smith nous a malheureusement battus avant la ligne. C'est dommage mais nous devons surtout améliorer notre moto pour la course. La course s'est mieux passée que l'an dernier et les fans ont été géniaux avec moi mais j'aurais voulu leur offrir un meilleur spectacle"

L'analyse Moto-Net.Com : Comme à Assen, les deux pilotes Ducati se sont fait dépasser sur le fil par l'opiniâtre Bradley Smith. Cette fois-ci, c'est Nicky Hayden qui a fait preuve de trop d'agressivité dans le dernier virage : agacé de s'être fait bousculé aux Pays-Bas puis en Californie par son propre coéquipier, l'Américain a littéralement "éperonné" Dovi dans l'ultime virage !

Résultat : les deux Ducati officielles se sont retrouvés dans le dégagement bitumé, ce dont a profité Smith pour les taxer sur la ligne d'arrivée ! Convoqués par la direction de course qui leur a reproché la fréquence de ce genre "d'incidents", les deux coéquipiers ont été priés de calmer le jeu. Pas sûr que cela suffise à les réconcilier : Hayden et Dovizioso ne s'adressent plus la parole depuis plusieurs semaines, le ton étant monté suite à leurs premiers contacts !

"Je ne m'y attendais pas parce que je n'avais pas laissé la porte ouverte. Nicky est arrivé par derrière et m'a touché, ce n'était pas sans risque mais disons que ce n'est qu'un incident de course", rapporte Andrea Dovizioso, avant de relativiser : "Quoi qu'il en soit, rien ne sert de créer des polémiques à partir de ce genre de situation. Pour moi, ça s'arrête là".

A noter que Nicky Hayden est en négociations avec Honda-LCR pour piloter une RCV "Compé-client" en 2014 : "Nous allons voir si nous pouvons réunir le budget et éventuellement avoir une seconde moto dans notre team", a confirmé Lucio Cecchinello, le manager de l'équipe LCR.

"Nous ne savons pas encore quel sera le niveau des compétition-client l'an prochain, nous ne connaissons pas leur potentiel mais je suis assez optimiste pour mon avenir", a commenté Hayden, avant de confier avoir deux autres options "assez enthousiasmantes" pour l'an prochain.

La première prendrait la forme d'une Yamaha "Compé-client" dans le team NGM Forwards. La deuxième offre serait de reprendre le guidon de Jonathan Rea dans le team Honda en Mondial Superbike. Une alternative qui n'emballe pas l'Américain sur le plan sportif (la vieillissante CBR1000RR n'est pas la moto la plus compétitive du plateau WSBK), mais qui s'avèrerait intéressante sur le plan financier grâce au soutien de Honda USA, pour qui Hayden représente un excellent ambassadeur...

Ben Spies, Ducati Pramac (forfait) : "Je rentre à Dallas lundi et j'irai consulter mon médecin mardi pour voir si j'ai besoin d'être opéré ou non (son épaule gauche s'est luxée dans sa chute), NDLR, et je veux aussi m'assurer que je n'ai rien au poignet. Je vais essayer de revenir dès que possible, mais je devrais être à 100%".

"Il n'y a pas de raison pour moi de précipiter mon retour juste pour être présent sur la grille. Ma blessure n'a rien à voir avec celle que j'avais eue à l'épaule droite, la douleur est très forte en ce moment et la période de récupération sera sûrement plus longue. Nous devons faire les choses bien et suivre les indications des médecins".

L'analyse Moto-Net.Com : Pauvre Ben Spies : écarté des circuits depuis des mois à cause des complications liées à une ancienne blessure à l'épaule droite, le Texan se faisait une joie de revenir à la compétition devant les siens. Hélas, le n°11 est parti au tapis en essais libres 3 et devra peut-être subir une opération à son épaule. La gauche, cette fois !

Il sera remplacé la semaine prochaine par le pilote d'essais Ducati, Michele Pirro. De son côté, son coéquipier Andrea Iannone a terminé 11ème : un résultat encourageant pour l'Italien, qui avait du déclarer forfait à Laguna Seca suite à une chute.

Prochain rendez-vous dès dimanche prochain sur le circuit de Brno, pour le Grand Prix MotoGP de République Tchèque. Restez connectés !

Résultats du Grand Prix MotoGP d'Indianapolis 2013

  1. Marc MARQUEZ Honda 44'52.463
  2. Dani PEDROSA Honda +3.495
  3. Jorge LORENZO Yamaha +5.704
  4. Valentino ROSSI Yamaha +19.895
  5. Cal CRUTCHLOW Yamaha +19.955
  6. Alvaro BAUTISTA Honda +20.061
  7. Stefan BRADL Honda +24.842
  8. Bradley SMITH Yamaha +40.690
  9. Nicky HAYDEN Ducati +40.701
  10. Andrea DOVIZIOSO Ducati +40.823
  11. Andrea IANNONE Ducati +59.668
  12. Aleix ESPARGARO ART +1'06.650
  13. Colin EDWARDS FTR Kawasaki +1'09.462
  14. Claudio CORTI FTR Kawasaki +1'15.207
  15. Hiroshi AOYAMA FTR +1'20.159
  16. Hector BARBERA FTR +1'25.879
  17. Danilo PETRUCCI Ioda-Suter +1'29.616
  18. Michael LAVERTY PBM +1'36.388
  19. Bryan STARING FTR Honda 1 Tour

Non classés

  • Yonny HERNANDEZ ART 10 Tours
  • Lukas PESEK Ioda-Suter 13 Tours
  • Randy DE PUNIET ART 22 Tours
  • Blake YOUNG APR 0 Tour

Classement provisoire du championnat MotoGP 2013

  1. Marc MARQUEZ Honda 188
  2. Dani PEDROSA Honda 167
  3. Jorge LORENZO Yamaha 153
  4. Valentino ROSSI Yamaha 130
  5. Cal CRUTCHLOW Yamaha 127
  6. Stefan BRADL Honda 93
  7. Andrea DOVIZIOSO Ducati 87
  8. Alvaro BAUTISTA Honda 81
  9. Nicky HAYDEN Ducati 72
  10. Bradley SMITH Yamaha 59
  11. Aleix ESPARGARO ART 56
  12. Michele PIRRO Ducati 36
  13. Andrea IANNONE Ducati 29
  14. Hector BARBERA FTR 24
  15. Colin EDWARDS FTR Kawasaki 20
  16. Randy DE PUNIET ART 19
  17. Danilo PETRUCCI Ioda-Suter 18
  18. Ben SPIES Ducati 9
  19. Claudio CORTI FTR Kawasaki 7
  20. Yonny HERNANDEZ ART 7
  21. Alex DE ANGELIS Ducati 5
  22. Karel ABRAHAM ART 5
  23. Michael LAVERTY PBM 3
  24. Bryan STARING FTR Honda 2
  25. Hiroshi AOYAMA FTR 2
  26. Javier DEL AMOR FTR 1

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !