• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
WSBK ESPAGNE (14 SUR 14)
Paris, le 21 octobre 2013

Déclarations et analyse du Superbike à Jerez

Déclarations et analyse du Superbike à Jerez

La quatorzième et dernière épreuve du World SBK 2013 s'est disputée hier à Jerez, en Espagne. Pour compléter nos comptes rendus en direct, voici les déclarations des pilotes Superbike ainsi que l'analyse Moto-Net.Com des deux courses espagnoles.

Imprimer

Analyse du Mondial Superbike à Jerez

Tom Sykes affichait un sourire encore plus grand que d'habitude hier soir à Jerez : battu d'un demi-point l'an dernier par Max Biaggi, le grand favori pour le titre 2013 - et "véritable champion 2012" selon certains observateurs... et acteurs dont Melandri Himself ! - tenait finalement sa revanche...

C'est en terminant troisième de la première course ce dimanche à Jerez que le pilote Kawasaki s'est assuré le titre de champion du monde du Superbike. Pour couronner sa superbe saison, le pilote Kawasaki souhaitait naturellement remporter la seconde manche, mais ce diable de Laverty l'en a empêché.

Tom Sykes, champion du monde - WSBK Espagne (14 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Jerez

Deuxième de la seconde manche derrière son camarade irlandais donc, Tom a tout de même pris le soin de signer le meilleur chrono de la course, son 13ème cette saison ! Dès l'épreuve de Laguna Seca d'ailleurs, le Ninja anglais s'était emparé du titre honorifique de "pilote le plus rapide en course" par Pirelli.

Auteur de neuf Superpole l'an passé, "Supersykes" est resté ultra-dominateur cette saison en matière de qualification puisqu'il a récolté huit poles supplémentaires. Une autre statistique impressionnante tend à prouver qu'il méritait amplement d'être sacré en WSBK : le nombre de tours bouclés en tête de la course...

L'an dernier déjà, Major Tom avait battu ses adversaires à ce petit jeu en effectuant 204 tours en première place, contre 69 chacun pour Biaggi et Checa, 37 pour Laverty et Rea, 36 pour Melandri, etc. Mais les fins de course trop lentes de Sykes l'empêchait malheureusement - pour lui, pas pour Biaggi ! - de conclure.

En 2013, la ZX-10R n°66 a devancé les autres Superbike sur pas moins de 255 tours ! La RSV4 n°58 de Laverty a bouclé 119 tours en tête, la S1000RR n°19 de Davies 76, la RSV4 n°50 de Guintoli 39, la S10000RR n°33 de Melandri 23, la CBR1000RR n°65 de Rea et la ZX-10R de Baz 11 chacune, la RSV4 n°34 de Giugliano 5, les GSX-R 1000 n°16 et n°2 de Cluzel et Camier respectivement 3 et 1.

Tom Sykes, champion du monde 2013

Bien plus endurants cette année, Sykes et sa Kawa' ont remporté neuf courses, contre quatre en 2012. En ajoutant les quatre 2èmes places, les cinq 3èmes places et les autres résultats (quatre Top 5 et seulement deux blancs), le duo totalise 447 points, soit 23 de plus que le dauphin Laverty !

 WSBK Espagne (14 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Jerez

Hier soir encore, le natif - et toujours habitant - d'Huddersfield avouait avoir du mal à réaliser que son nom figurait en haut du classement final. Cette première place était pourtant matérialisée par le n°1 qui ornait déjà sa Kawasaki lors de la session photo des champions 2013 !

Aux côtés du nouveau boss du Superbike prenaient place un autre anglais, Sam Lowes, titré en catégorie Supersport il y a deux semaines à Magny-Cours, mais aussi le Français Sylvain Barrier (Superstock 1000), l'Italien Franco Morbidelli (Superstock 600) et le Néo-Zélandais Jake Lewis (European Junior Cup).

 WSBK Espagne (14 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Jerez

Naturellement, les objectifs étaient essentiellement braqués sur Sykes : celui qui n'avait encore jamais été titré - pas même chez lui en Grande-Bretagne - n'est que le deuxième pilote Kawasaki de l'histoire à être sacré en World Superbike, 20 ans après Scott Russel sur ZX-7RR !

Outre-manche, où les fans de la discipline sont extrêmement nombreux, on attendait depuis 2007 et le second titre James Toseland (sur la Fireblade du team Ten Kate après celui en 2004 sur Ducati 999), le retour d'un compatriote sur le trône mondial.

On imagine que les kits de stickers officiels proposés depuis une semaine par Kawasaki en Angleterre - mais aussi en France, n°66 de Sykes ou n°76 de Baz au choix ! - devraient s'arracher comme des mauvaises herbes chez les possesseurs de Ninja.

"Nous courrons déjà en WSBK avec des autocollants de phare pour ressembler le plus possible aux Ninja ZX-10R de série disponibles chez tous les concessionnaire Kawasaki", commentait à leur sortie Tom Sykes, parfait petit VRP des Verts. "Maintenant, la transformation est complète avec ce superbe kit de stickers".

 WSBK Espagne (14 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Jerez

Shark a préféré attendre que le titre soit définitivement scellé pour dégainer son "Speed-R Sykes Replica", copie routière du Race-R Pro que Sykes utilise sur piste. "Présentant des surfaces chromées, il reprend aussi les idéogrammes japonais qu’arbore le pilote anglais", détaille la marque française.

L'occasion d'apprendre - pour les rares lecteurs de Moto-Net.Com qui, comme chacun sait, connaissent tous les Kanji par coeur - que "ces derniers signifient Succès, Courage, Croyance, Ambition et bien d’autres significations propres au caractère de ce talentueux pilote..."

Là encore, le succès commercial de cette série spéciale est garanti en Angleterre. En France en revanche, les fans de Sylvain Guintoli et Loris Baz ne pourront porter la réplique du casque de leur idole... que si celle-ci décroche le titre mondial en 2014 ?! Affaire à suivre...

Aprilia conserve son titre "constructeur"

Si à la veille de cette quatorzième et ultime épreuve du World Superbike 2013, le titre "pilote" était promis à Tom Sykes, le titre "constructeur" lui était destiné à Aprilia : en débarquant à Jerez avec une avance de 35 points sur Kawasaki, la firme de Noale pouvait se contenter d'assurer...

Au lieu de cela, son pilote Eugene Laverty a décidé d'assurer le spectacle sur la piste - Melandri l'a encore en travers de s'être fait doubler par l'extérieur dans l'ultime virage de la première course ! - et le service maximum au championnat : après la Superpole samedi, l'Irlandais a gagné les deux courses dimanche !

 WSBK Espagne (14 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Jerez

En empochant les 25 premiers points de Laverty, la RSV4 demeurait ainsi la reine du World Superbike (elle l'était déjà en 2010 et 2012) malgré son échec au championnat "pilote". Les lecteurs de Moto-Net.Com se souviennent que Ducati avait doublé la mise de la même manière en 2009, face à Yamaha (et Spies)...

En observant le tableau récapitulatif de la saison 2013, la suprématie d'Aprilia ne fait aucun doute : ses Lions (Laverty, Guintoli mais aussi Giugliano !) n'ont loupé que deux podiums en 27 courses, cumulant 550 points contre 501 pour les pilotes Kawasaki et 443 pour les pilotes BMW.

Dans la seconde moitié du tableau, on note que Suzuki a profité du retour de Leon Camier pour battre Honda dans le sprint final : 243 à 236 ! L'absence de Jonathan Rea s'est faite cruellement ressentir en fin de saison chez les Rouges de Tokyo... Dès demain, à l'occasion des premiers essais "automnaux" 2014, JR tachera de reprendre les choses en main.

Chez les Rouges de Bologne cette fois, c'est le manque continu de performance de la 1199 Panigale - dans l'actuelle configuration Superbike - qui a entrainé leur chute. Crédité de 185 points seulement, Ducati termine dernier du classement, Yamaha n'ayant pris part qu'à deux épreuves cette année via deux teams différents.

 WSBK Espagne (14 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Jerez

Chez Aprilia naturellement, on se réjouit de cette nouvelle couronne mondial, à apposer comme il se doit sur le réservoir des futures motos de la marque ! "La couronne "constructeur" est extrêmement précieuse", insistait hier soir le remplaçant de Luigi Dall'Igna, Romano Albesiano, que Moto-Net.Com avait croisé lors du lancement de la RSV4 R.

Pour le nouveau responsable du service compétition d'Aprilia, ce titre est "un témoignage de l'excellence du design, de la conception de notre RSV4 qui domine les débats sur la piste depuis des années. Ce produit est une fierté 100% italien".

Davide Giugliano et son Team Aprilia Althea - WSBK Espagne (14 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Jerez

"La performance et la régularité de tous nos pilotes, Laverty comme Guintoli au sein du team usine et ceux des équipes satellites Althea et Red Devils, a conduit Aprilia à dominer le classement de la première à la dernière course", souligne Romano Albesiano.

À l'inverse, la RSV4 Factory a permis à Eugene et Sylvain de se battre pour le titre "pilote" jusqu'à l'avant dernière course. Hyper constant mais pas assez incisif en baston et blessé en fin de saison, "Guinters" échoue à 45 points du leader, et à 22 de son coéquipier.

 WSBK Espagne (14 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Jerez

Deuxième du classement général donc, Eugene Laverty n'a pour sa part pas été suffisamment régulier (cinq marques nulles) pour ravir à Sykes son titre. On note néanmoins qu'au tableau des "médailles" (classement par nombre de victoires, puis de 2èmes et 3èmes places), "Youdjine" figure en première place !

Le n°58 se présente donc comme le pilote le plus "bankable" du plateau, un statut enviable alors que les guidons 2014 - en World Superbike mais également certains en MotoGP ! - tardent à être attribués... Affaires à suivre sur Moto-Net.Com : restez connectés !

.

.

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, d'annonces gratuites, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !