• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
COMPARO
Paris, le 30 juillet 2013

CB500F, ER-6n ou XJ6 : quelle moto A2 choisir ?

CB500F, ER-6n ou XJ6 : quelle moto A2 choisir ?

Les deux roadsters Kawasaki ER-6n et Yamaha XJ6 sont actuellement les motos préférées des apprentis motards et de leurs moto-écoles, mais la nouvelle entrée de gamme Honda CB500F compte bien changer la donne. Moto-Net.Com les compare pour vous. Essai !

Imprimer

Trois roadsters très différents

Moto-Net.Com entame le roulage au guidon de la benjamine de ce comparatif. À son bord les commandes sont douces, l'injection parfaitement paramétrée, la transmission transparente, le moteur souple et volontaire : cette CB500F est parfaite pour effectuer ses premiers tours de roue - hey, what did you expect ?!

La partie cycle d'allure plutôt sommaire est tout aussi séduisante. L'amortisseur notamment - le seul de la bande à être monté sur biellettes ! - gomme particulièrement bien les aspérités de la route, qu'elles se résument à de courts raccords de bitume ou qu'elles durent tout le long d'une ruelle pavée...

La XJ6 propose le même confort de suspension, mais les évolutions en ville sont un peu moins faciles du fait de son petit guidon cintré, de ses à-coups d'injection sensibles et de sa boîte de vitesses à la sélection plus rêche. Heureusement, la Yamaha se rattrape en termes de souplesse moteur.

Alors que le petit bloc Honda accepte de descendre sous la barre des 2500 tr/min sur le sixième rapport - soit plus bas que le "six-et-demi" de Kawasaki -, le 4-cylindres Yamaha repart, lui, sans broncher dès le ralenti sur chaque rapport !

Les jeunes permis - et les citadins en règle générale - apprécieront cette faculté que seule possède la Yamaha. Après tout, on n'est pas à l'abri, à ses débuts de motard ou au beau milieu d'une dense circulation, d'oublier de rentrer une vitesse ou deux...

La Honda pour débuter

L'ER-6n est un soupçon plus fatigante en ville, en raison de sa position de conduite comme on l'a vu, mais également à cause de ses suspensions moins enclines à ménager l'arrière train du pilote. La Kawette a progressé sur ce point - et sur le confort de selle - mais reste un cran en-dessous de la XJ6.

Un autre désagrément pénalise l'ER-6n : les vibrations, qui transitent des repose-pieds vers la selle à partir de 4000 tr/min. À ce régime, la Kawa chatouille le popotin de son pilote... mais commence aussi à botter les fesses de ses adversaires !

Si l'on peut féliciter la CB500F pour l'absence totale de grésillements à son bord sur la plage de régime usuelle (entre 2500 et 6000 tr/min, au-delà la moto s'ébroue gentiment), on ne peut que regretter l'absence de caractère de son moteur.

Car le petit bicylindre se montre trop linéaire. Certes, la zone rouge placée à 9500 tr/min lui apporte l'allonge qui manque à sa frangine NC700S, mais le coeur n'y est toujours pas. On essore la poignée droite, on essore encore avant de monter un rapport, mais rien n'y fait, la CB500F doit jeter l'éponge prématurément face à ses deux rivales du jour.

Déjà malmené par le bicylindre de 296 cc de la Ninja 300 (lire notre Duel CBR500R Vs Ninja 300 : la moto sportive, façon A2 !), le 471 cc Honda ne fait pas le poids face aux 599 cc de la Yamaha et aux 649 cc de la Kawasaki. La XJ6 et l'ER-6n laissent littéralement la CB sur place à chaque rotation de poignée.

Le combat n'est toutefois pas plus équilibré entre les deux "grosses" lorsqu'on part des bas régimes : bien mieux rempli, le 650 met une bonne claque au 600 sur les deux premiers tiers du compte-tours. Afin de tenir le rythme du pilote Kawa, celui de la Yam' n'a d'autre choix que de faire hurler sa moitié !

Disposant de reprises honnêtes à partir de 4000 tr/min, la Yamaha doit être maintenue au-delà des 9000 tr/min pour accélérer - très - franchement. On note que la sensation de puissance et d'accélération est surmultipliée par la tonalité rauque de la boîte à air : aucun doute, en matière de son, Yamaha est bien la référence !

La Yamaha pour progresser

La contrepartie de cette admirable bande sonore intervient sur autoroute, où la XJ6 tend à étourdir un peu son conducteur. Les pieds ne sont d'ailleurs pas mieux lotis, puisque des grésillements les démangent aux alentours de 120 km/h.

Fort bien ménagé par sa monture jusque-là, le conducteur de la Honda arrive sur les petites routes un peu plus frais et dispo que ces deux camarades. Agile et facile à mener dans le sinueux grâce à son train avant léger et son grand guidon, la Honda parvient à faire illusion... jusqu'à ce qu'un bout droit se profile.

En un éclair, l'ER-6n se propulse en tête du trio et conserve sa place au premier gros freinage. Le levier droit de la Kawa est un peu dur mais n'empêche pas de freiner fort. Plus mordant, le frein avant de la XJ6 fait plonger la fourche - un poil souple - de la Yamaha, ce qui peut perturber.

Les mises sur l'angle sont plus naturelles aux commandes de la Kawasaki car elle réagit moins que la Yam' aux sollicitations des gaz ou des freins. Mais c'est la Honda qui se verrouille le plus en entrée de courbe sur "le" frein avant (pour rappel, elle n'a qu'un disque !) : pour la première fois, une période d'adaptation est nécessaire sur la CB500F.

En sortie de virage en revanche, nul besoin de tergiverser aux commandes de la "CB" : on ouvre en grand ! Une fois calée sur sa roue arrière (160/60, comme les deux autres), la moto transmet sans aucun mal les 47,5 chevaux du moteur au sol.

De la même manière, tant qu'on reste dans les mi-régimes, la Yamaha "couvre" son pilote et évite toute mauvaise surprise. Ce n'est qu'en cherchant à suivre - voire à doubler ! - la Kawasaki que le "Bleu" doit redoubler de vigilance pour libérer ses 77,5 chevaux (72,1 sur la Kawa).

La veille est cette fois constante sur la Verte : plus alerte niveau moteur, elle se montre également plus nerveuse sur routes déformées. Moins bien campée sur son train avant, l'ER-6n peut inciter à rendre la main plus tôt que la XJ6. Ses 64 Nm de couple (59,7 pour la Yam', 43 pour la Honda) la font davantage élargir en sortie de virage.

La Kawasaki pour arsouiller

Mieux équilibrée et plus homogène - mais également moins sollicitée par son bicylindre ! -, la CB500F se comporte mieux que l'ER-6n sur routes bosselées. Elle demande parallèlement moins d'efforts au pilote que la Yamaha pour passer d'un angle à l'autre. Dans les descentes, il lui est donc possible de rivaliser !

Au terme de cet essai comparatif, la Honda CB500F apparaît clairement victorieuse : parfaitement adaptée à la nouvelle catégorie de permis A2 (lire notre Point complet sur le permis moto européen), la petite Honda remporte le match grâce à sa prise en main évidente, son tarif serré et son ABS de série, un élément à ne pas sous-estimer alors que les hivers s'étalent désormais sur huit mois...

Autre bon point pour la Honda : sa consommation en carburant, dont la moyenne sur cet essai MNC s'est limitée à 4,4 l/100km (nous l'avons pourtant sévèrement cravachée !), contre 5,9 l/100km pour le bicylindre Kawasaki et 5,8 l/100km pour le 4-cylindres Yamaha.

Grâce à son moteur aussi souple que rageur, la Yamaha XJ6 (que les jeunes permis devront brider chez leur concessionnaire, tout comme la Kawasaki ER-6n) marque de gros points, complétés par ceux que lui apportent ses suspensions aussi confortables qu'efficaces et sa formidable capacité d'adaptation à tous les types d'utilisation : du plus tranquille au plus dynamique, quel que soit le parcours.

Sur route parfaitement lisse toutefois, il sera dur de battre l'ER-6n, qui se présente comme le choix le plus "audacieux" pour les nouveaux permis : sa partie cycle agile et son moteur performant exigent une certaine retenue en ville et une attention soutenue sur départementales bosselées.

Moins faciles à dompter que la Honda, la Kawa et la Yam' lasseront par conséquent moins vite les jeunes motards, qui attendront d'avoir fait le tour de leur machine "Full power" pour passer sur une plus grosse moto... Parmi les acheteurs de CB500F, rares devraient être ceux qui conserveront leur moto au-delà des deux premières années. Sauf les plus raisonnables, peut-être ?

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

  • Parcours : 350 km
  • Routes : départementales, ville et nationales
  • Problèmes rencontrés : RAS
  • Km au départ : Honda 1100 km, Kawa 1900 km, Yam 1900 km
  • Motos entièrement d'origine
  • Pneus Honda : Dunlop D222
  • Pneus Kawasaki : Dunlop Roadsmart
  • Pneus Yamaha : Bridgestone BT21
  • Conso moy Honda : 4,4 l/100km
  • Conso moy Kawasaki : 5,9 l/100km
  • Conso moy Yamaha : 5,8 l/100km

POINTS FORTS HONDA CB500F

  • Facilité de prise en main
  • Tarif et conso planchers
  • ABS de série

POINTS FORTS KAWASAKI ER-6N

  • Aptitudes sur belles routes
  • Santé du bicylindre
  • Allure de grosse cylindrée

POINTS FORTS YAMAHA XJ6

  • Souplesse, allonge et son du 4-cylindres
  • Polyvalence ville/route
  • Confort de suspensions

POINTS FAIBLES HONDA CB500F

  • Moteur trop timide pour les d'jeunz
  • Bouchon de réservoir sans charnières
  • NC700S également sur le coup

POINTS FAIBLES KAWASAKI ER-6N

  • Vibrations dès les mi-régimes
  • Nerveuse sur routes bosselées
  • Option ABS à 600 €

POINTS FAIBLES YAMAHA XJ6

  • Mi-régimes trop discrets
  • Agilité en retrait
  • Sélection boite rêche
Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !