• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
Paris, le 21 septembre 2015

Bol d'Or 2015 : déclarations des pilotes et team managers

Bol d'Or 2015 : déclarations des pilotes et team managers

Vainqueur du Bol d'Or hier au Castellet (83) devant " 74 000 spectateurs " selon l'organisateur, le team Kawasaki SRC peut cocher une quatrième case consécutive dans sa colonne "Bol d'Or" (lire notre Reportage au Castellet : le Bol d'Or 2015 vu de l'intérieur ) : belle performance après ses victoires 2012 , 2013 et 2014 à Magny-Cours (58) !

Imprimer

Vainqueur du Bol d'Or hier au Castellet (83) devant "74 000 spectateurs" selon l'organisateur, le team Kawasaki SRC peut cocher une quatrième case consécutive dans sa colonne "Bol d'Or" (lire notre Reportage au Castellet : le Bol d'Or 2015 vu de l'intérieur) : belle performance après ses victoires 2012, 2013 et 2014 à Magny-Cours (58) !

La Yamaha n°94 du GMT, victime d'une chute dès les premières minutes après avoir de nouveau pris un mauvais départ, a effectué une belle remontée depuis la 54ème place. En terminnant deuxième, elle doit rendre "son" deuxième titre de champion du monde mais comme le souligne David Checa (voir ci-dessous), la victoire n'aurait rien changé pour le titre si le SERT terminait troisième. Naturellement déçue, l'équipe de Christophe Guyot compte bien revenir en excellente forme en 2016 après avoir tiré le maximum de la nouvelle R1 cette année !

En se classant troisième du Bol d'Or 2015, le SERT peut ainsi récupérer "son" titre pour la quatorzième fois. Retrouvez les déclarations des pilotes et des team managers qui ont fait vibrer le Bol d'Or 2015 ce week-end pour fêter son retour au Castellet !

 SRC Kawasaki n°11 (EWC) : vainqueur du Bol d'Or et 3ème au championnat

Gilles Staffler, team manager : "Je voulais vraiment gagner ici parce que nous sommes à la maison. J'ai couru mon premier Bol d'Or ici au Paul Ricard en 1986 et nous sommes membres du Paul Ricard MC. Mais il faut ausi faire avec nos résultats décevants à Suzuka et Oschersleben. Avant l'Allemagne, nous avions jamais explosé un moteur lors d'une course”.

Bol d'Or 2015 : déclarations des pilotes et team managersGrégory Leblanc, pilote : "Pendant la course, je ne voulais pas penser à un quatrième succès au Bol d'Or. De toute façon, on n'avait pas le temps de penser ! Chaque fois qu'on prenait un peu d'avance, nous avions un petit problème. Cette course a été difficile nerveusement !

Matthieu Lagrive, pilote : "Après notre saison difficile avec deux abandons à Suzuka et Oschersleben, il fallait terminer l'année sur une victoire mais ça n'a pas été facile"

Fabien Foret, pilote : "J'ai vraiment adoré cette course, mais je voulais aussi rattraper mon erreur au Mans (Fabien avait chuté en début de course, NDLR) qui avait donné la victoire au SERT".

 GMT Yamaha n°94 n°11 (EWC) : 2ème au Bol d'Or et au championnat du monde

Christophe Guyot, team manager : "Naturellement, j'ai des sentiments mitigés sur les résultats de cette course. Nous visions la victoire et le titre mondial (le GMT devait rattraper 23 points de retard sur le SERT, NDLR), mais nous pouvons être fiers de notre seconde position en course et au championnat. L’équipe et les pilotes n’ont jamais baissé les bras, jamais perdu leur enthousiasme pour entamer l’une des plus belles remontées de notre histoire. Bien sûr, nous pouvons être heureux d'avoir obtenu la deuxième place après une course très solide, sans aucun problème avec la moto. Au début on avait cinq tours de retard sur la n°11 et on termine à seulement deux tours derrière eux. Cela montre que la victoire était possible. Cette course était une grande vitrine du potentiel incroyable de l'YZF-R1 ! La moto marchait incroyablement bien et je suis très heureux de sa performance. Nous sommes également heureux pour Yamaha d'avoir obtenu le titre du constructeur pour une deuxième fois d'affilée. Je tiens à remercier oles pilotes pour leurs efforts, ainsi que l'équipe qui a été superbe. Nous avons donné le meilleur de nous aujourd'hui et pouvons être fiers de nous-mêmes. Notre Yamaha R1 est performante, agile, fiable, et nous permet beaucoup d’espoirs pour la saison 2016, que nous allons préparer sans attendre. Je tiens à remercier Dunlop pour nous avoir fourni ingénieurs et pneumatiques d’une grande qualité, mon équipe, motivée et compétente en toutes circonstances, un trio de pilotes homogènes et rapides, et l’ensemble des partenaires qui nous suivent depuis de nombreuses années”.

Bol d'Or 2015 : déclarations des pilotes et team managersDavid Checa, pilote : "Le début de course a été difficile et il a fallu continuer à attaquer pendant toute la course. En fin de compte nous terminons deuxième, cela n'a pas suffi pour le titre, mais même si nous avions gagné la course nous aurions tout de même terminé deuxième du championnat. Certains concurrents ont eu des problèmes a mi-course, nous au début... C’est l’endurance, ça peut arriver à n’importe quel moment. Moi ça m’est arrivé tout de suite. Je suis tombé après avoir pris un mauvais départ et certains pilotes roulaient en prenant des risques. J'ai trop élargi dans le virage et j'ai touché le vibreur. Nous avons eu du mal à redémarrer la moto. On a connu des problèmes au départ du Mans, de Suzuka et d'Oschersleben. Il faut donc qu'on trouve une solution à ça pour ne pas se retrouver englué ans le peloton. Les pilotes de milieu de grille veulent montrer leurs attaques et on peut facilement se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment. Heureusement, nous n'avons pas eu plus de problèmes pendant la course et l'équipe a fait un travail parfait. Je n'ai pas réussi à faire oublier la chute, mais notre deuxième place en course et au championnat est un résultat très positif. Bien sûr, nous voulions gagner parce que c'est toujours notre objectif, mais même sans la chute ça aurait été difficile. Nous avons fait du mieux possible, comme toutes les équipes, y compris celles qui n’ont pas eu la chance d’aller au bout”.

Kenny Foray, pilote : "Hier à 15h12, si on m’avait dit qu’on serait sur le podium aujourd’hui, j’aurais signé tout de suite ! Nous avons été solides tout au long de la course. Nous n’avons connu aucun problème après la chute. Il ne faut pas avoir de regrets. Avec des "si", on pourrait tous gagner le Bol d’Or. Cette année ce n’est pas nous qui avons gagné, mais on reviendra pour monter sur la plus haute marche. L’équipe a fait un super travail. La moto a été remontée très rapidement, mes coéquipiers ont été géniaux et super rapides. Nous sommes contents, même si on ne peut pas cacher notre déception de manquer la victoire".

Mathieu Ginès, pilote : "On s’est quand même bien amusés. Ce que je tiens à souligner, c’est que c’est la première année de cette nouvelle R1. Nous sommes arrivés au bout de toutes les épreuves de 24 heures. On a progressé tout au long de l’année. Nous avons pris beaucoup de plaisir et nous avons vu qu’elle était fiable, puisque même après une chute elle tient 24 heures. Je suis content, très content pour l’équipe".

 Suzuki Endurance Racing Team n°30 (EWC) : 3ème et champion du monde 2015

Bol d'Or 2015 : déclarations des pilotes et team managersDominique Méliand, team manager : "On dit que plus on est jeune et plus on a soif de victoire, mais je peux vous assurer que c'est exactement la même chose à mon âge (68 ans, NDLR) ! Ce 14ème titre de champion du monde est aussi bon que le tout premier et il montre à tous ceux qui critiquaient la GSX-R1000 que c'est toujours une machione à gagner ! Je suis très, très content. Ce 14ème titre on le voulait, c’était quelque chose que me tenait à coeur, on est vraiment au bord des larmes ! Ce fut une excellente saison pour nous. Terminer sur le podium aujourd'hui et gagner le championnat du monde d'endurance est excellent pour Suzuki Motor Corporation et tous nos sponsors”.

Vincent Philippe, pilote (neuf fois champion du monde) : "J’ai eu très peur cette nuit, j’ai beaucoup douté. Quand on a la roue en travers à 250 km/h, ce n’est pas évident mais là, tout de suite, je me sens vraiment très, très bien ! C'est une excellente année pour nous”.

Anthony Delhalle, pilote (7 fois champion du monde) :

Etienne Masson, pilote : "Je me suis mis beaucoup de pression pour essayer de répondre aux attentes. J’ai souvent eu peur de ne pas être à la hauteur, mais l’équipe et mes coéquipiers ont su m’aider à m’adapter à cet environnement. Aujourd’hui, je ne réalise pas ce qui m’arrive".

 Honda Racing Team n°111 (EWC) : abandon

Bol d'Or 2015 : déclarations des pilotes et team managersNeil Tuxworth, team manager : "C'est très décevant pour toute l'équipe, les pilotes, les mécaniciens et tous ceux qui ont fait beaucoup d'efforts, surtout après avoir mené la course. Malheureusement nous avons dû abandonner à cause d'un problème sur la machine, c'est tout ce que je peux dire pour l'instant".

Steven Casaer, directeur sportif : "on ne sait pas encore ce qu'il s'est passé, ce qui est sûr c'est qu'il a fallu s'arrêter et c'est dommage car nous étions vraiment en bonne position. On a mené jusqu'à la 16ème heure, puis on a eu un problème moteur qu'on a essayé de réparer, mais il faut qu'on fasse des analyses plus poussées pour savoir d'où ça vient. En tout cas il était impossible de continuer la course".

Julien da Costa, pilote : "Nous sommes tous déçus... L'endurance mondiale est un travail d'équipe, on gagne ensemble et on perd ensemble. C'est dommage de ne pas avoir fini la course car on n'était pas le team le plus rapide, mais on était devant pendant longtemps, ce qui montre qu'on avait la bonne stratégie. Je trouve que c'est triste pour toute le monde car il y a une bonne entente entre les trois pilotes, on forme une bonne équipe. On espère vraiment que la chance nous sourira davantage en 2016".

Bol d'Or 2015 : déclarations des pilotes et team managersFreddy Foray, pilote : "Pour être honnête, au départ on ne pensait pas être capable de se battre dans le groupe de tête aussi rapidement. Mais on a pris les commandes de la course et on a commencé à croire que cette fois la chance était de notre côté. Bien sûr c'est décevant car on a tous travaillé dur sans pouvoir franchir la ligne d'arrivée, c'est dur pour toute l'équipe. On auurait aimé finir la saison sur une note positive mais c'est la course, donc maintenant il faut continuer à se battre pour l'an prochain".

Sébastien Gimbert, pilote : "Cette course était très importante pour moi, cette saison a été un peu compliquée pour nous tous car le team a travaillé dur et on a manqué de chance la plupart du temps. En tant que pilote, c'est très frustrant. On a passé toute la nuit à se battre pour conserver la premi-re place, et au final on ne peut pas finir la course. Ce que je garderai en mémoire, c'est qu'on a animé la course pendant qu'on menait. Les médias ont parlé de la CBR et de notre équipe, c'est bon pour nos partenaires et pour les gens qui nous soutiennent, mais je pense qu'on aurait mérité d'avoir plus de chance. Maintenant, si on veut se battre pour gagner l'année prochaine, il faut rester concentré et se remettre au boulot dès que possible".

A suivre sur MNC : restez connectés !

Les galeries photo du Bol d'Or 2015

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai vidéo DesertX : le trail Ducati qui va faire des Euros !

Ducati investit le tout-terrain avec une nouvelle moto aussi belle qu'ambitieuse : le trail DesertX et son énergique bicylindre de 937 cc ! MNC l'a poussée dans ses retranchements sur route, pistes et petits chemins dans un essai vidéo ultra-complet pour découvrir les qualités et les défauts de cette inédite italienne en 21 et 18 pouces. 
Essai vidéo MT-10 2022 : la nouveauté Yamaha en fait-elle trop ?

Yamaha ajoute des muscles et de la technologie supplémentaires à sa MT-10, qui n'en manquait déjà pas ! Plus puissant, plus sophistiqué et toujours aussi "torturé" stylistiquement, le roadster d'Iwata ne devient-il pas too much ? Essai vidéo MNC.
Essai MP3 530 hpe Exclusive : Piaggio remodèle son best-seller

Meilleure vente de scooter Piaggio en France, le MP3 500 connaît une importante évolution en 2022. Un plus gros moteur, un nouveau look et des fonctionnalités inédites (caméra de recul !?) doivent permettre au MP3 530 hpe Exclusive de séduire les scootomobilistes avides de nouveautés... à tout prix ?
Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Essai vidéo DesertX : le trail Ducati qui va faire des Euros !

Ducati investit le tout-terrain avec une nouvelle moto aussi belle qu'ambitieuse : le trail DesertX et son énergique bicylindre de 937 cc ! MNC l'a poussée dans ses retranchements sur route, pistes et petits chemins dans un essai vidéo ultra-complet pour découvrir les qualités et les défauts de cette inédite italienne en 21 et 18 pouces. 
CRF1100L Africa Twin 2023 : nouveaux coloris pour le maxitrail Honda

L'Africa Twin n'évolue pas techniquement pour 2023 mais reçoit de nouveaux coloris disponibles à partir d'octobre sur les CRF1100L standard et Adventure Sports. Présentation.
Trail 1 commentaire
Déclarations des pilotes MotoGP après le GP de Grande-Bretagne 2022

Francesco Bagnaia repart de Silverstone avec un grand sourire et les 25 points de la victoire, tandis que le clan français fait grise mine après la chute de Johann Zarco en tête du GP de Grande-Bretagne et la modeste 8ème de Fabio Quartararo, ralenti par un mauvais choix de pneus. Réactions des pilotes.
Grande-Bretagne 1 commentaire
Le marché moto dans le vague en cette fin de 1er semestre 2022

Au premier semestre 2022, le marché français du motocycle s’est rétracté de -6%, chutant même de -21 % en juin. Les motos et scooters résistent malgré de nombreux bâtons dans les jantes : pénuries de composants, Covid-19 et confinements en Asie, transport maritime saturé, livraisons compliquées... et d’autres menaces guettent ! Bilan.
Combien de temps attendre ma nouvelle moto 2022 ?

Si vous changez de moto cet été, armez-vous de patience : les délais de livraisons s'allongent faute de stocks, en raison notamment du ralentissement de la production en Asie. MNC fait le point avec les constructeurs sur cette problématique commune à presque toutes les marques.
Pratique 1 commentaire
Marché moto et scooter : interviews des constructeurs au 1er semestre 2022

Deux fois par an, Moto-Net.Com propose aux marques de moto et scooter en France de dresser leur bilan marché. Leurs responsables reviennent pour nos lecteurs MNC Premium sur le premier semestre 2022 (-6%)... mais aussi sur le prix de l’essence, le contrôle technique et la fin annoncée du thermique !
Essai vidéo MT-10 2022 : la nouveauté Yamaha en fait-elle trop ?

Yamaha ajoute des muscles et de la technologie supplémentaires à sa MT-10, qui n'en manquait déjà pas ! Plus puissant, plus sophistiqué et toujours aussi "torturé" stylistiquement, le roadster d'Iwata ne devient-il pas too much ? Essai vidéo MNC.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

  • En savoir plus...