• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTO GP 2012 - PHILLIP ISLAND
Paris, le 29 octobre 2012

Analyse et déclarations du Moto GP en Australie

Analyse et déclarations du Moto GP en Australie

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations et les résultats des principaux protagonistes de la catégorie reine, ainsi que l'analyse de leurs réussites (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du GP d'Australie 2012.

Imprimer

Il aura fallu attendre le Grand Prix d'Australie, 17ème et avant dernier rendez-vous de la saison 2012, pour connaitre le nom des champions du monde Moto2 et Moto GP 2012 : Marc Marquez et Jorge Lorenzo (lire nos résumés des courses Moto GP, Moto2 et Moto3 à Phillip Island).

Aussi tenaces l'un que l'autre, ces deux authentiques génies coiffent une couronne amplement méritée au vu de leurs résultats exceptionnels et de leur nette domination dans leur catégorie respective : 12 podiums dont huit victoires pour le futur pilote HRC et 16 podiums dont six victoires pour l'officiel Yamaha.

A eux deux, ils totalisent déjà six titres mondiaux : un en 125 et un en Moto2 pour Marquez, deux en 250 et deux en MotoGP pour Lorenzo ! Et ce n'est pas probablement pas fini : le premier n'a que 19 ans, le second 25, et ils sont tous deux au sommet de leur art...

Casey Stoner, Honda-Repsol (1er en qualifs et 1er en course) : "Pour moi c'était très important que je remporte une course avant la fin de la saison et je suis ravi de l'avoir fait ici, chez moi, devant autant de monde. Je craignais de ne pas avoir la condition physique nécessaire pour être compétitif, mais j'ai réussi à bien m'en sortir. Nous étions meilleurs que tous les autres et c'était la meilleure façon de faire mes adieux ! J'étais nerveux avant la course, mais les conditions étaient fantastiques pour Phillip Island".

"Quand il ne restait plus que quelques tours, je savais que j'avais beaucoup d'avance et j'en ai profité pour regarder le public, c'était fantastique de voir tout le monde m'encourager et je me suis senti très fier d'être australien. Toutes mes félicitations à Jorge, il a fait une saison presque parfaite en finissant 1er ou 2ème à chaque fois que c'était possible. Je suis déçu de ne pas avoir été dans la lutte pour le titre, mais j'ai fait des erreurs et les choses ne vont pas toujours comme on le souhaite".

"Je suis navré pour Dani que j'ai vu chuter juste devant moi, mais il devait de toute façon attaquer et essayer de gagner pour garder ses chances au championnat. C'était une petite erreur, facile à faire dans ce virage et je suis désolé pour lui. Merci à tous ceux qui sont venus nous soutenir !"

L'analyse Moto-Net.Com : Impossible à suivre pendant les essais et les qualifications, Casey Stoner a appliqué la même recette pendant le Grand Prix. Son meilleur tour en course est une demi-seconde plus rapide que celui de Lorenzo (1'30.191 contre 1'30.703), devant lequel il s'impose de la tête et des épaules avec plus de neuf secondes d'avance.

Naturellement, la comparaison entre les performances des deux hommes s'arrête là : l'Australien pilotait sans autre pression que celle de s'offrir un inoubliable baroud d'honneur, alors que l'Espagnol courait vers son second titre mondial en MotoGP.

A peine ralenti par sa cheville froissée, l'Australien a donc délivré son habituel récital à domicile : pour la sixième consécutive, il s'impose à Phillip Island en catégorie reine, ce qui lui permet de battre le précédent record détenu par Valentino Rossi (invaincu en Australie de 2001 à 2005) avant de tirer sa révérence.

Ironie du sort, Stoner compte désormais 45 victoires en Grands Prix, dont 38 en MotoGP : s'il gagne à Valence dans quinze jours, non seulement il égalerait le nombre de victoires signées par Lorenzo et Pedrosa cette saison (6), mais il se retirerait surtout de la compétition moto avec 46 succès au compteur... soit le chiffre fétiche de Rossi ! Déjà que sa fille, Alessia, est née le même jour que son "copain" transalpin (le 16 février)...

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory (2ème en qualifs et 2ème en course) : "Quelle journée ! Je suis très heureux, ça a été plus facile que prévu suite à la chute de Dani. Une partie de moi voulait être prudent et devenir champion du monde, tandis que l'autre voulait rattraper Casey et au moins essayer de le mettre sous pression et peut-être le pousser à la faute".

"Mais ça ne s'est pas passé comme ça, il était très concentré, très rapide et j'ai dû finir deuxième, ce qui n'est pas mal parce que je suis devenu champion du monde pour la deuxième fois !"

"C'est une sensation incroyable ! Je tiens à remercier le team, Yamaha, ma famille, mes amis, mes sponsors et tous mes fans. Nous avons été très patients, très concentrés et le titre mondial nous revient enfin !"

L'analyse Moto-Net.Com : Les chiffres parlent pour lui. En 17 courses, Jorge Lorenzo a signé sept pole et est monté seize fois sur le podium dont six fois sur la première marche et dix fois sur la seconde.

Et si Bautista ne l'avait pas "striké" à Assen - en envoyant au passage un moteur de la M1 à la casse -, le premier pilote espagnol titré deux fois en catégorie reine compterait sans doute un succès ou un podium supplémentaire !

Véritable machine à gagner dont le talent égale l'intelligence, le Majorquin a été capable de s'imposer au forceps ou de se "contenter" de la deuxième place lorsque la victoire paraissait hors de portée - comme ce week-end en Australie. Une stratégie constructive et payante, car c'est contre deux adversaires qu'il lui aura fallu lutter : d'abord Stoner, puis Pedrosa.

Désormais libéré de la pression du titre, l'Espagnol va pouvoir jeter toutes ses forces dans la dernière bataille qui l'attend devant les siens à Valence : battu par Pedrosa et Stoner lors des quatre dernières courses, "Jorgeuil" va avoir à coeur de rendre la monnaie de leur pièce aux pilotes HRC sur le tourniquet ibérique !

Sur ce circuit sinueux et ramassé, la maniabilité supérieure de la M1 et les trajectoires millimétrées du pilote officiel Yamaha seront autant de précieux atouts face à la meilleure motricité de la RC213V et à la motivation de ses pilotes. Car ne nous y trompons pas : si Lorenzo fera tout pour s'imposer, Stoner et Pedrosa partageront exactement le même objectif...

Le premier pour clore sa carrière sur un ultime succès, le second pour transformer sa superbe fin de saison. Un conseil : ne ratez pas la course dimanche 11 novembre, car c'est un magnifique combat des chefs qui se prépare !

Cal Crutchlow, Yamaha-Tech3 (4ème en qualifs et 3ème en course) : "Je suis très content de ce résultat et c'est une belle façon de terminer cette série de courses. Après la panne sèche au Japon et ma chute de Sepang, j'avais vraiment besoin d'un résultat positif ici et nous avons réussi à l'avoir".

"C'est un second podium qui s'ajoute à celui de Brno. C'était un moment spécial ici en raison de la victoire de Casey. Les fans lui avaient réservé un accueil très particulier et je suis ravi d'avoir faire partie de la fête. Félicitations à Yamaha et à Jorge pour leur victoire au championnat. Ils ont fait un boulot incroyable et ils méritaient ce succès".

L'analyse Moto-Net.Com : Agacé par ses deux résultats blancs consécutifs et physiquement diminué par une bronchite, Cal Crutchlow n'a pas débuté le Grand Prix d'Australie dans les meilleures conditions...

Rapidement pourtant, il a pris l'ascendant sur son coéquipier, Andrea Dovizioso : qualifié quatrième dans le sillage des "Trois fantastiques", le Britannique a tenu son rang en course et s'octroie même le troisième meilleur temps à deux dixièmes du chrono de Lorenzo (et à sept dixièmes de Stoner).

Pilote au gros coeur, Cal Crutchlow s'est senti comme un poisson dans l'eau sur le tracé australien dont certaines longues courbes rapides demandent une sacrée dose de courage pour ne pas "couper". Surtout lorsqu'on est aux commandes d'une moto de plus de 260 ch...

Grâce à ce second podium obtenu après une course en solitaire, le n°35 - qui fête ses 27 ans aujourd'hui - revient à six points de Valentino Rossi, détenteur de la sixième place du classement provisoire (voir le classement complet ci-dessous).

Valentino Rossi, Ducati (8ème en qualifs et 8ème en course) : "Je pense que nous n'aurions pas pu obtenir de meilleur résultat que cette septième place ici, mais nous aurions pu être plus proches de ceux qui étaient devant nous. Nicky était avec moi durant toute la course. J'étais devant et je poussais fort mais je n'ai jamais pu le distancer".

"La moto avec laquelle j'ai chuté lors du warm-up avait quelques modifications mais je ne crois pas qu'elles auraient fait de grande différence. Je n'arrive pas à être suffisamment rapide en entrée de virage et lorsque j'essaye, je pars trop large à chaque fois".

"Je dois freiner plus tôt, essayer de garder de la marge et accélérer le plus tôt possible. Mais en ouvrant les gaz trop tôt, lorsque la moto est sur l'angle, le pneu arrière chauffe énormément sur le bord. Aujourd'hui je glissais beaucoup dès le début. Félicitations à Márquez et à Lorenzo pour leur titre, ils le méritent tous les deux".

L'analyse Moto-Net.Com : Qualifié huitième à 2,038 sec de la pole (!), Valentino Rossi termine à la même position à 37,113 sec du vainqueur... Même en se forçant à voir le réservoir à moitié plein, il paraît difficile de trouver un quelconque motif de satisfaction pour Ducati.

Pire encore : pour la première fois depuis le début de la saison, une GP12 officielle apparaît derrière une CRT en qualifications... Randy de Puniet s'est en effet qualifié neuvième juste devant Nicky Hayden, battant au passage les Ducati satellites d'Abraham (11ème) et de Barbera (13ème) !

En course, la puissance et la sophistication supérieures des protos d'usine ont fait la différence sur les Aprilia ART, mais le souffle du boulet de l'humiliation a dû se faire sentir jusqu'à Bologne...

Totalement défaits après le Grand Prix, les deux pilotes officiels ne cachaient pas leur amertume : ainsi que le souligne Hayden, la situation est d'autant plus frustrante "que je me rappelle m'être battu avec Valentino pour la victoire ici et nous sommes tous les deux montés sur le podium plusieurs fois sur cette piste".

Et dire qu'il y a exactement six ans jour pour jour, le 29 octobre 2006, l'Américain coiffait la couronne mondiale à Valence, devenant ainsi le premier pilote de l'ère du MotoGP à détrôner Valentino Rossi (lire notre compte-rendu du GP de Valence 2006)...

Randy de Puniet (CRT), ART-Aspar (9ème en qualifs et 11ème en course) : ""Je suis contrarié parce que je pensais que nous avions les moyens de suivre les Ducati officielles. En fait, si on compare les temps que nous avons faits en course, nous avions des rythmes identiques. Mais au départ, quand je suis passé de la deuxième à la troisième vitesse, la moto a brusquement ralenti"...

"L'incident m'a fait perdre du temps et plusieurs places. Après ça, c'était difficile de revenir. J'ai progressivement rattrapé ceux qui étaient devant moi et je me suis retrouvé avec Aleix. Nous nous sommes doublés plusieurs fois, il a bien piloté et je n'ai pas pu le forcer à faire la moindre erreur. Je n'aime pas finir de cette façon, ce n'est pas que mon coéquipier m'ait battu mais plus le fait que la course ne se soit pas du tout passée comme nous l'espérions".

L'analyse Moto-Net.Com : Sur un circuit de pilotage comme Phillip Island, Randy de Puniet n'a pas déçu. Malgré un déficit de vitesse de pointe de 15 à 20 km/h sur les Ducati, les Honda et les Yamaha, le Français est parvenu à tenir la dragée haute à certains protos officiels pendant les essais.

Très satisfait de son Aprilia-ART et des améliorations au niveau de l'électronique et de la suspension arrière, le n°14 ambitionnait une belle performance en course qui lui aurait permis de refaire tout ou partie de son retard sur son coéquipier, Aleix Espargaro.

Malheureusement, un nouveau problème mécanique - a priori lié à la boîte de vitesse - est venu plomber son début de course, l'obligeant à cravacher pour rejoindre l'ART n°41. Crédité du deuxième meilleur chrono des CRT en 1'32.379 (contre 1'32.305 pour Espargaro), Randy termine dans la foulée de son coéquipier qui possède désormais onze points d'avance sur lui au provisoire.

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (3ème en qualifs et abandon sur chute en course) : "Je ressens davantage de la tristesse que de la déception. J'ai fait tout mon possible et je n'ai pas de regret à avoir quant à la manière dont j'ai piloté, surtout cette saison. Je suis très fier du team et du niveau que j'ai eu cette année. Après ce qui est arrivé à Misano, nous avons montré une bonne attitude, du talent et de la puissance".

"Il y a de la tristesse parce que nous n'avions jamais été aussi proches de remporter le titre, mais je suis tout de même fier de ce que nous avons fait. Concernant la chute, il n'y a pas de mystère. Je suis simplement parti trop large dans ce virage, j'avais un peu de chattering et j'ai perdu l'avant. Peut-être que le pneu n'était pas assez chaud mais c'est arrivé et c'est terminé. Félicitations à Casey pour sa sixième victoire ici et à Jorge parce qu'il mérite ce championnat, ainsi qu'à Marc Márquez en Moto2".

L'analyse Moto-Net.Com : Même dans la défaite, Dani Pedrosa reste digne. Si le principal protagoniste de la fin de saison 2012 (5 victoires en 7 courses) n'a pas encore réuni tous les éléments pour devenir champion du monde, il a en tout cas l'étoffe d'un grand homme.

Obligé d'attaquer sans se poser de question, "Pedro" s'est révélé sur cette dernière partie du championnat : décomplexé après la mise hors course de Stoner à Brno, le n°26 a acquis une nouvelle stature. Celle d'un gagnant et d'un redoutable prétendant à la couronne. L'an prochain, pour sa huitième campagne au HRC, il lui faudra attaquer la saison dans le même état d'esprit, sans oublier de garder un oeil sur son talentueux coéquipier Marc Marquez...

La dix-huitième et dernière course de la saison MotoGP 2012 se déroulera du 9 au 11 novembre sur le circuit Ricardo Tormo à Valence (Espagne). A suivre sur MNC : restez connectés !

Résultats du Grand Prix MotoGP d'Australie 2012

  1. Casey STONER Honda 41'01.324
  2. Jorge LORENZO Yamaha +9.223
  3. Cal CRUTCHLOW Yamaha +14.570
  4. Andrea DOVIZIOSO Yamaha +23.303
  5. Alvaro BAUTISTA Honda +23.432
  6. Stefan BRADL Honda +23.467
  7. Valentino ROSSI Ducati +37.113
  8. Nicky HAYDEN Ducati +38.387
  9. Karel ABRAHAM Ducati +52.613
  10. Aleix ESPARGARO ART +1'00.299
  11. Randy DE PUNIET ART +1'00.342
  12. Hector BARBERA Ducati +1'21.951
  13. Danilo PETRUCCI Ioda-Suter +1'27.857
  14. Michele PIRRO FTR 1 Tour
  15. Ivan SILVA BQR 1 Tour

Non classés

  • Roberto ROLFO ART 9 Tours
  • Colin EDWARDS Suter 21 Tours
  • James ELLISON ART 22 Tours
  • Dani PEDROSA Honda 26 Tours

Classement provisoire du championnat MotoGP 2012

  1. Jorge LORENZO Yamaha SPA 350
  2. Dani PEDROSA Honda SPA 307
  3. Casey STONER Honda AUS 238
  4. Andrea DOVIZIOSO Yamaha ITA 208
  5. Alvaro BAUTISTA Honda SPA 165
  6. Valentino ROSSI Ducati ITA 157
  7. Cal CRUTCHLOW Yamaha GBR 151
  8. Stefan BRADL Honda GER 135
  9. Nicky HAYDEN Ducati USA 122
  10. Ben SPIES Yamaha USA 88
  11. Hector BARBERA Ducati SPA 83
  12. Aleix ESPARGARO ART SPA 69
  13. Randy DE PUNIET ART FRA 58
  14. Karel ABRAHAM Ducati CZE 50
  15. Michele PIRRO FTR ITA 32
  16. James ELLISON ART GBR 28
  17. Yonny HERNANDEZ BQR COL 28
  18. Colin EDWARDS Suter USA 25
  19. Danilo PETRUCCI Ioda-Suter ITA 19
  20. Jonathan REA Honda GBR 17
  21. Mattia PASINI ART ITA 13
  22. Ivan SILVA BQR SPA 12
  23. Toni ELIAS Ducati SPA 10
  24. Katsuyuki NAKASUGA Yamaha JPN 7
  25. Steve RAPP APR USA 2
  26. David SALOM BQR SPA 1

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Yamaha R1 et R1M 2020 : sacré bon coup... et salé surcoût !

Yamaha profite du passage à la norme Euro5 pour perfectionner sa Superbike : la R1 "tout court" bénéficie de multiples améliorations qui doivent légitimer une infime hausse de tarif. La R1M évolue aussi... assez pour justifier l'envolée de son prix ? MNC a testé les deux motos sportives à Jerez (Espagne). Verdict.
Sportive 1 commentaire
Essai Kawasaki Ninja H2SX SE+ : compression intime

Coup de pied au cul et stimuli des parties intimes sont déjà au programme de la H2SX SE, unique moto routière à moteur compressé ! L'activité cérébrale n'est plus en reste avec sa nouvelle déclinaison SE+, qui intègre notamment un amortissement piloté, des modes de conduites et une instrumentation connectée. Essai.
Sportive 5 commentaires
Duel Royal Enfield Interceptor 650 Vs Triumph Street Twin : lutte de classe

La délicieuse authenticité de la nouvelle Royal Enfield Interceptor 650, premier bicylindre du constructeur depuis 1970, fait-elle ombrage à la redoutable maîtrise du néo-classique de l'onéreuse Triumph Street Twin ? Réponses dans notre duel MNC.
Tous les Duels 4 commentaires
Duel Africa Twin Vs V85 TT : la référence Honda ou le renouveau Moto Guzzi ?

Moto Guzzi se relance en 2019 sur le (tout) terrain des trails avec son inédite et originale V85 TT, une moto au look sympathique, aux performances raisonnables et au tarif raisonné. Un tiercé qui semble gagnant... y compris face à l'excellente Honda Africa Twin Honda ? La réponse dans ce nouveau duel MNC !

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Qualifs : Marquez en pole, Quartararo en embuscade, Espargaro forfait !

Marc Marquez remporte sa cinquième pole position MotoGP sur le circuit d'Aragon au terme de qualifications rondement menées sur sa Honda... jusqu'à ce Fabio Quartararo manque de lui voler la vedette dans son dernier tour ! Explications et grille de départ.
Essais 11 commentaires
Zarco au HRC en 2020 ? Aucune piste "concrète", répond l'ancien pilote KTM

Johann Zarco, mis à pied mardi par KTM un mois après avoir demandé sa rupture de contrat, est pourtant bien présent deux jours plus tard au GP d'Aragon... Ce qui alimente toutes les rumeurs sur l'avenir du talentueux pilote français, comme celle de le voir remplacer Jorge Lorenzo l'an prochain au HRC sur la MotoGP Honda officielle...
Pilotes et équipes 2020 14 commentaires
Quartararo fera-t-il chanter La Marseillaise dimanche au GP d'Aragon, 20 ans après celle de Laconi ?

Cette semaine marque un anniversaire très particulier pour les fans de Grands Prix moto : les 20 ans de la dernière victoire d'un pilote français en catégorie reine, signée par Régis Laconi en 1999... Fabio Quartararo - né la même année ! - peut-il lui aussi faire entonner La Marseillaise dimanche au GP d'Aragon ? MNC y croit !
GP d'Aragón 6 commentaires
Rupture Zarco / KTM : les dessous d'un (dés)accord perdant-perdant aux lourdes conséquences...

Mis à pied avant même la fin de sa première saison sur la MotoGP KTM, Johann Zarco se retrouve dos au mur pour 2020... Mais le constructeur autrichien aussi, rappelle KTM France interrogé par MNC ! Le point sur cette situation "Karrément Trop Mauvaise" pour les deux parties.
Pilotes et équipes 2020 27 commentaires
Essai Yamaha R1 et R1M 2020 : sacré bon coup... et salé surcoût !

Yamaha profite du passage à la norme Euro5 pour perfectionner sa Superbike : la R1 "tout court" bénéficie de multiples améliorations qui doivent légitimer une infime hausse de tarif. La R1M évolue aussi... assez pour justifier l'envolée de son prix ? MNC a testé les deux motos sportives à Jerez (Espagne). Verdict.
Sportive 1 commentaire
Tout ce qu'il faut savoir sur les nouvelles Yamaha R1 et R1M 2020

En complément de notre essai complet de la nouvelle R1 2020 sur le circuit de Jerez, MNC a interrogé le directeur de la division moto de Yamaha Motor Europe, Clément Villet. Interview vidéo.
Marché moto et scooter 2019 : chaude ambiance en juillet, tiède en août

Les fortes températures du mois de juillet 2019 semblent avoir déclenché chez les motards et scootéristes français un épisode de fièvre acheteuse (+20,2% Vs juillet 2018) qui est légèrement tombée en août (+0,8%). Moto-Net.Com revient en détail sur ce bel été. Bilan.

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Calendrier MotoGP 2019

Intersaison : Tests MotoGP
10 mars : GP du Qatar
31 mars : GP d'Argentine
14 avril : GP des Amériques
5 mai : GP d'Espagne
19 mai : GP de France
2 juin : GP d'Italie
16 juin : GP de Catalogne
30 juin : GP des Pays-Bas
7 juillet : GP d'Allemagne
4 août : GP de République tchèque
11 août : GP d'Autriche
25 août : GP de Grande-Bretagne
15 septembre : GP de San-Marin
22 septembre : GP d'Aragón
6 octobre : GP de Thaïlande
20 octobre : GP du Japon
27 octobre : GP d'Australie
3 novembre : GP de Malaisie
17 novembre : GP de Valence

SAISON 2019   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...