• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
UNE PAGE SE TOURNE
Paris, le 5 août 2021

Officiel : Valentino Rossi se retire des Grands Prix MotoGP

Officiel : Valentino Rossi se retire des Grands Prix MotoGP

Coup de tonnerre au Red Bull Ring (Autriche), théâtre du GP de Styrie : Valentino Rossi annonce à 42 ans sa retraite des Grands Prix Moto GP dès la fin de la saison 2021 ! Le nonuple champion du monde, ému mais conscient de l'inévitable déclin de ses résultats, raccroche les gants pour se consacrer notamment à la compétition automobile et sa nouvelle équipe en catégorie reine... Explications et rétrospective.

Imprimer

La saison MotoGP 2021 restera dans les annales pour de multiples raisons : reports et annulations sur fond de coronavirus comme l'an dernier, fantastique domination de Fabio Quartararo avec à ses trousses notre compatriote Johann Zarco, retour laborieux et douloureux pour Marc Marquez et... retraite sportive de la plus grande icône du sport moto, Valentino Rossi, officialisée cet après-midi en amont du GP de Styrie (Autriche) !

"J'ai dit que je vous partagerai ma décision après la trêve estivale : nous y voilà et je vous annonce que je mettrai un terme à ma carrière en fin de saison. 2021 sera ma dernière année en mondial", a déclaré Rossi en préambule d'une conférence de presse exceptionnelle. Séquence émotion alors que ces mots résonnent en salle de presse du circuit Red Bull Ring : les yeux bleus perçants de l'italien reflètent quelques larmes contenues....

Bien qu'envisagée depuis plusieurs semaines (mois, années ?), cette annonce lâchée au sortir de la trêve estivale fait l'effet d'une bombe : Valentino Rossi, 42 ans, est de loin le pilote le plus populaire du plateau MotoGP malgré le déclin de ses performances. Envisager la catégorie reine sans le charismatique italien sera pour certains une véritable épreuve, tandis que les boutiques de produits dérivés vont voir leurs recettes copieusement dévisser...

Sa décision est cependant mûrement réfléchie : l'ultime réalisation d'un grand champion est de réussir sa sortie. Or Rossi ne peut que constater l'écart désormais toujours grandissant de vitesse et d'énergie avec, au hasard, l'actuel leader du championnat, Fabio Quartararo, de 20 ans son cadet. "El Diablo" pourrait être le fils du nonuple champion du monde !

 

Ironie du sort : le prodige niçois  remplace justement la star italienne dans l'équipe officielle Yamaha, alors que Rossi a pris sa place sur la M1 privée de Petronas-SRT avec un soutien de l'usine. Hélas, ce "parachute doré" n'a pas suffi à éviter la chute : le n°46 pointe à une triste 19ème place au provisoire et n'est pas entré une seule fois dans le Top 5. Trois chutes et deux arrivées hors des points émaillent par ailleurs sa demi-saison, avec une 10ème place au Mugello comme meilleur résultat. 

A ce stade, l'italien n'avait plus que deux possibilités : se retirer pour se consacrer à son autre passion des courses automobiles et à sa nouvelle équipe en MotoGP, ou rempiler une année supplémentaire dans sa propre structure aux côtés de son demi-frère Luca Marini, comme le souhaitent les argentés saoudiens qui soutiennent son team en Ducati. 

"C'est un triste moment, une décision qui n’a pas été facile à prendre, d’autant plus que j’avais la possibilité de poursuivre dans ma propre équipe avec mon frère", confirme Rossi, pour qui cette possibilité était facile à mettre à exécution puisqu'il est son propre patron ! "Ce projet aurait été beau, mais je pense avoir fait le bon choix".

La pilote le plus titré de l'ère moderne des Grands Prix fait finalement le choix de la raison : raccrocher les gants plutôt que s'accrocher à sa gloire passée, alors que sa dernière victoire - au GP des Pays-Bas - remonte déjà à quatre ans. L'talien, 15ème du championnat l'an dernier, n'est plus monté sur le podium depuis le GP d'Andalousie au début de la saison passée...

"Les résultats obtenus jusqu’à présent sont en-deçà de mes attentes", regrette-t-il. "Bien évidemment, ma vie changera quelque peu : je m’en rendrai davantage compte d’ici deux ou trois mois. Quoi qu’il en soit, je me suis toujours donné à fond, j’espère avoir fait la fierté de mes fans. J’ai vraiment vécu de beaux moments en l’espace de 26 ans, avec toute mon équipe et mon entourage".

Éviter la (deuxième ?) saison de trop

Si le retrait de Valentino Rossi provoque une vive émotion, sa décision apparaît pourtant sensée : la star transalpine n'est plus en mesure d'inverser la tendance, comme tant d'autres avant lui. Nul ne peut être et avoir été, y compris celui que d'aucuns considèrent comme un demi-dieu ou un complet prodige, au choix ! Ses ambitions de dixième titre de champion du monde resteront pourtant à l'état de rêves...

Rossi évite l'humiliation de la saison de trop - bien que 2020 était déjà limite et que 2021 soit un cauchemar -, tout en maintenant intacte cette popularité qui lui assure de confortables revenus via son immense empire VR46. Pas moins de 12,9 millions de fans le suivent sur Facebook, soit presque autant que la page officielle du MotoGP (16 millions d'abonnés) ! Yamaha ne s'y est pas trompé en lui proposant d'ores et déjà un rôle d'ambassadeur de la marque.

Aucun autre pilote ne rivalise il est vrai en notoriété : le champion du monde en titre, Joan Mir, ne fidélise que 171 000 abonnés sur le réseau social alors que Marc Marquez en compte "seulement" 4,5 millions. Rossi est à l'origine d'une forme élaborée de "star system" en sport moto, mais la relève est prête : Fabio Quartararo totalise déjà 674 000 abonnés et sa "cote" grimpe vite sur les réseaux.

"Ce que je ferai après ?", réagi l'italien à l'inévitable question sur ses projets. "Comme je l’ai toujours dit, j’adore courir avec les voitures, certes un peu moins qu’en moto. Je vais donc courir en voiture à partir de l’année prochaine : rien n'est encore décidé, mais j’ai le sentiment que je serai un pilote de moto ou un pilote de voiture durant toute ma vie".

Un palmarès en or

Deux décennies de succès confèrent ce statut de légende à Valentino Rossi : l'italien remporte sa première victoire en championnat du monde en 1996 sur une 125 cc Aprilia, avant de coiffer sa première couronne l'année suivante. Fidèle à sa stratégie - "une année pour apprendre, une année pour gagner" -, le transalpin double la mise en 1999 en 250 cc.

 

L'appétit victorieux de l'ogre de Tavullia se maintient en catégorie reine : cinq titres consécutifs de 2000 à 2005 avec jusqu'à onze victoires par saison (2001, 2002 et 2005) ! Sa suprématie est totale, comme en témoigne par exemple le GP d'Australie 2003 : agacé d'avoir écopé d'une pénalité de dix secondes, il met gaz en grand pour s'imposer avec 15,2 sec d'avance !

Ses victoires et son panache lui assurent les faveurs du public qui prend goût à ses facétieuses mises en scène de célébration ainsi à ses répliques tantôt amusantes, souvent piquantes et parfois blessantes. Rusé, le n°46 maîtrise à comme personne "l'art" de la guerre psychologique et maintient la pression sur ses rivaux par médias interposés.

Au sommet de sa gloire, l'icône du MotoGP claque fin 2003 la porte du HRC pour rejoindre l'ennemi Yamaha : le transalpin veut prouver à Honda que le pilote est plus important que la moto. Jamais en phase avec le constructeur tokyoïte, Rossi prend le risque de troquer l'ultra performante RCV à moteur 5-cylindres contre une YZF-M1 et son "poussif" 4-cylindres...

La consécration Yamaha

Son pari, particulièrement osé, est gagnant : le n°46 conserve sa couronne en 2004 sur une M1 profondément remaniée, signant un succès mémorable dès sa première course en Afrique du Sud ! Yamaha, qui avait raté le passage au 4-temps, lui doit un spectaculaire retour au premier plan qui continue à inspirer tous les jeunes pilotes... et même certains constructeurs !

 

Cette trajectoire dorée fléchit au milieu des années 2000 : après avoir apporté un deuxième sacre à Yamaha en 2005, Valentino Rossi chute pour la première fois de son piédestal la saison suivante. Le titre lui échappe au profit du regretté Nicky Hayden lors d'une finale haletante à Valence (Espagne), où le champion mord la poussière !

Touché mais pas coulé, le Docteur fera mentir ses contempteurs qui le jugeaient fini en remportant de nouveau le titre suprême en 2008 et 2009 ! Rossi repousse alors avec panache une adversité venue de l'intérieur : celle de son nouveau coéquipier Jorge Lorenzo, sur lequel Yamaha place ostensiblement de grandes ambitions.

Le jeune majorquin représente l'avenir aux yeux de Yamaha, alors que l'expérimenté italien incarne un présent condamné à se conjuguer au passé... Vexé, Valentino Rossi quitte le blason d'Iwata pour rejoindre Ducati en 2011.

L'échec Ducati

Mais le mariage du siècle tourne vite au fiasco : Rossi, 32 ans, n'est pas (plus ?) en mesure de rééditer l'exploit signé huit saisons auparavant sur la Yamaha. Les conditions sont différentes, la compétitivité des MotoGP s'est resserrée et la Desmosedici est une garce aussi sauvage que Casey Stoner, seul pilote à avoir obtenu le Graal à son guidon en 2007 !

 

Le fils de Graziano Rossi - pilote de vitesse au style et au tempérament "flamboyants" - subit deux années infernales durant lesquelles les chutes et les déceptions s'accumulent, à l'inverse des bons résultats. Trois podiums lui seront accessibles avec la Ducati : un en 2011 et deux en 2012.

Pourtant humilié par la presse italienne qui lui conseille - déjà ! - la retraite, il ne cédera pas à la facile tentation de fustiger son employeur et compatriote. Valentino Rossi boit son calice jusqu'à la lie avec une dignité qui force le respect. Rossi apprend à perdre après avoir tout gagné pendant quinze ans...

Retour sur "sa" M1 !

Yamaha - qui n'a pas oublié son impact sur ses résultats sportifs et économiques ! - lui offre une porte de sortie à la hauteur de son palmarès : Valentino Rossi retourne aux côtés de Jorge Lorenzo sur la M1 officielle en 2013. Ils forment le duo idéal pour contrer une nouvelle menace aux couleurs Honda : Marc Marquez !

 

L'expérience de Rossi alliée à la vitesse de Lorenzo n'y suffisent pas : le débutant espagnol assomme d'entrée de jeu la concurrence et devient le plus jeune champion du monde MotoGP. L'année suivante, en 2014, le n°93 efface des tablettes le record de victoires de Rossi avec treize succès - dont dix d'affilée ! - contre onze pour l'italien.

Valentino Rossi aura battu plusieurs générations de pilotes pendant sa longue carrière : de Max Biaggi à Jorge Lorenzo en passant par Sete Gibernau, Loris Capirossi, Carlos Checa, Marco Melandri, Dani Pedrosa et Casey Stoner. Mais, au final, seul Marc Marquez lui résistera :  Rossi a remporté quelques belles batailles mais n'a jamais dominé le bouillant catalan - de 17 ans son cadet.

Est-ce pour cette raison que l'entente entre ces deux monstres sacrés s'est vite détériorée ? Toujours est-il que l'italien et l'espagnol se détestent cordialement depuis le tristement célèbre clash de Sepang, où ils se sont volontairement gênés jusqu'à la chute de Marquez. 

Le clash avec Marquez, le début de la fin ?

Rossi, qui accuse son rival d'aider Lorenzo à accéder au titre depuis la course précédente en Australie, écope d'une sanction à la finale de Valence (Espagne) qui lui coûte potentiellement sa dixième couronne mondiale. Sa motivation en prend un rude coup, mais il se maintient pourtant dans la course au titre en 2016 (2ème derrière Marquez).

2017 marque le début de récurrents problèmes de motricité chez Yamaha : "Vale" recule à la 5ème place au championnat, remonte à la 3ème place en 2018 puis signe sa moins bonne saison en 2019 : 7ème, avec seulement deux podiums. A ces difficultés - partagées avec son équipier Viñales - s'ajoute une baisse sensible de sa vélocité...

2017 marque aussi et surtout l'année de la dernière victoire de Valentino Rossi dans la "Cathédrâle" d'Assen (Pays-Bas)... L'annonce de sa retraite signifie que son compteur restera bloqué à 115 succès en Grands Prix (à sept longueurs du record absolu d'Agostini !), dont 89 en catégorie reine. Chapeau, maestro !

Qui pour récupérer la Yamaha chez Petronas-SRT ?

Le départ en retraite de Rossi libère un guidon, et pas n'importe lequel : celui d'une M1 Petronas-SRT. Autant dire une moto très convoitée notamment par Marco Bezzecchi ou Raul Fernandez, que Yamaha souhaiterait récupérer malgré son contrat le liant à KTM. Jake Dixon et Xavi Verge - qui roulent en Moto2 pour le team malaisien - comptent aussi parmi les prétendants.

 

Valentino Rossi manquera, c'est certain, au MotoGP et le MotoGP manquera à Valentino Rossi, mais de nouveaux projets s'ouvrent à lui : assouvir ses ambitions en compétitions automobiles, s'investir pleinement dans sa VR46 Académy et...  songer plus sérieusement à ce projet d'enfant que sa compagne Francesca Sofia Novello (27 ans) et lui évoquent régulièrement. Restez connectés ! 

Les records de Valentino Rossi au 5 août 2021

  • Rossi est à égalité avec Mike Hailwood et Carlo Ubbiali avec neuf titres toutes catégories confondues. Seuls Giacomo Agostini et Ángel Nieto en possèdent davantage
  • Il est le seul pilote titré sur cinq types de motos différentes en classe reine : 500 cc 4 cylindres deux-temps (Honda), 990 cc 5 cylindres quatre-temps (Honda), 990 cc 4 cylindres quatre-temps (Yamaha), 800 cc 4 cylindres quatre-temps (Yamaha), 1000 cc 4 cylindres à quatre-temps (Yamaha). L'italien a également roulé sur la Ducati 1000 cc 4-temps, mais sans parvenir à s'imposer 
  • Rossi compte actuellement 423 départs, dont 363 en catégorie reine. Durant cette période, il s'est imposé à 115 reprises - dont 89 fois en 500/MotoGP - et est monté 235 fois sur le podium (199 en catégorie reine)
  • Le n°46 a par ailleurs bouclé 230 courses consécutives (!) avant d'être contraint à son premier forfait sur blessure en 2010 après sa chute au Mugello (Italie)
  • Il est le détenteur du plus grand nombre de victoires pour Yamaha en MotoGP avec 56 victoires et du plus grand nombre de succès Yamaha en une seule saison (11 en 2005). Rossi "pèse" à lui seul pour 11% des 516 victoires totalisées par la marque d'Iwata en Grands Prix !
  • Rossi compte 65 pole positions, dont 55 en 500 cc/MotoGP
  • Il a signé 23 podiums consécutifs entre 2002 et 2004 : record jusqu'ici inégalé. Ses 76 victoires pour la seule catégorie MotoGP sont également une statistique record
  • "Vale" est le premier pilote MotoGP à s'être imposé deux fois de suite avec deux constructeurs différentes suite à son inoubliable victoire au GP d'ouverture de la saison 2004 en Afrique du Sud
  • Rossi totalise à ce jour 6 330 points au total - avant le GP de Styrie 2021 -, toutes catégories confondues (125cc, 250cc, 500cc, MotoGP)
  • 20 ans et 311 jours séparent sa première et sa dernière victoire, toutes catégories confondues : du GP de République tchèque 125 cc en 1996 au GP des Pays-Bas MotoGP 2017.
  • Cet ultime succès est signé à 38 ans et 129 jours, soit un record d'âge depuis la création du MotoGP moderne en 2002
  • L'italien est par ailleurs doué en rallye automobile, avec à son actif sept victoires du Monza Rally Show et un succès en GTE AM lors des Gulf 12 Hours 2019 sur le circuit de Yas Marina à Abu Dhabi
  • Enfin, Valentino Rossi est le seul coureur de Grand Prix en activité à être également propriétaire d'une équipe alignée en Moto2  

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Kawasaki Z900RS SE et Z900 SE : le bilan de notre essai en vidéo

Outre des coloris 50th Anniversary proposés sur ses "roadzters" (sauce Sugomi ou néo-rétro), Kawasaki célèbre les 50 ans de la Z1 avec une paire d’éditions spéciales : la Z900RS SE et la Z900 SE dont Moto-Net.Com a pu tester le freinage avant Brembo et l’amortisseur arrière Öhlins. Bilan en vidéo.
Essai vidéo Yamaha Ténéré 700 World Raid 2022

Petites routes tortueuses, chemins cassants, pistes engagées : rien n'arrête la nouvelle Yamaha Ténéré 700 World Raid, inédite déclinaison de la "T7" encore plus "off-road" avec son double réservoir et ses immenses suspates ! La preuve dans notre essai vidéo en complément de notre test complet à lire sur MNC.
Essai Yamaha 700 Ténéré World Raid : la super Ténéré !

Yamaha reprend une bonne part de désert avec sa Ténéré 700 World Raid, nouvelle déclinaison encore plus tout-terrain de son trail  "T7". Double réservoirs comme en rallye-raid, débattements augmentés et protection améliorée caractérisent cette moto baroudeuse testée par MNC sur les routes et les pistes du sud de l'Espagne. Essai.
Essai Tiger 1200 2022 : le maxitrail Triumph veut bouffer du lion

Après dix ans à voir les maxitrails BMW se tailler la part du lion, la Tiger 1200 est entièrement revue ! Triumph a présenté à Moto-Net.Com ses nouvelles tigresses : versions GT de route ou Rally des champs, déclinées en Pro (bien équipée et réservoir de 20 litres) ou Explorer (tout équipée et 30 l). Test !
Trail 1 commentaire

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Qualifs : Di Giannantonio mène cinq Ducati devant Quartararo en Italie !

Fabio Di Giannantonio fait sensation à domicile avec sa première pole MotoGP sur sa Ducati-Gresini, qui célèbre de belle manière sa livrée spéciale en hommage à la paix dans le monde. Marco Bezzecchi (Ducati-VR46), autre débutant italien, s'élancera devant Luca Marini et Johann Zarco. Fabio Quartararo, 5ème, est le premier pilote non Ducati sur la grille ! Compte rendu et grille départ.
Nouveau Piaggio MP3 530 : photo officielle et premières infos MNC 

Piaggio dévoile une première photo - partielle - du remplaçant de son best-seller MP3 500, sans en divulguer davantage en attendant son lancement fin juin… Mais MNC pense déjà savoir l'essentiel : le tripode italien fait grimper son monocylindre à environ 530 cc et étrenne de nouvelles fonctionnalités. Explications et informations du Journal Moto du Net.
Kawasaki Z900RS SE et Z900 SE : le bilan de notre essai en vidéo

Outre des coloris 50th Anniversary proposés sur ses "roadzters" (sauce Sugomi ou néo-rétro), Kawasaki célèbre les 50 ans de la Z1 avec une paire d’éditions spéciales : la Z900RS SE et la Z900 SE dont Moto-Net.Com a pu tester le freinage avant Brembo et l’amortisseur arrière Öhlins. Bilan en vidéo.
Interview Pierre-Yves Bian : le Frenchie qui épate les pilotes du Tourist Trophy 

Vainqueur de sa toute première et unique course Supersport sur l’Ile de Man au ManxGP 2019, Pierre-Yves Bian vient de gagner une manche de Supertwin à la North West 200 ! Moto-Net.Com s’est entretenu avec le champion international de course sur route 2021, avant son départ pour le Tourist Trophy 2022... Gaz Pyv !
Horaires et objectifs du GP d'Italie MotoGP 2022

Le Grand Prix moto d'Italie a lieu ce week-end au Mugello : programme et objectifs de cette huitième course du championnat du monde MotoGP 2022, sur le circuit où Fabio Quartararo, vainqueur l'an dernier, détient le record du tour.
Essai Yamaha 700 Ténéré World Raid : la super Ténéré !

Yamaha reprend une bonne part de désert avec sa Ténéré 700 World Raid, nouvelle déclinaison encore plus tout-terrain de son trail  "T7". Double réservoirs comme en rallye-raid, débattements augmentés et protection améliorée caractérisent cette moto baroudeuse testée par MNC sur les routes et les pistes du sud de l'Espagne. Essai.
Retour du contrôle technique moto : une péripétie juridique de plus, selon la FFMC

Interrogée par MNC sur le jugement du Conseil d'État en faveur du retour du contrôle technique, la Fédération des motards en colère se montre confiante et déterminée face à ce que son chargé de communication qualifie de nouvelle "péripétie juridique". Le point avec Didier Renoux.
Sécurité routière 12 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Calendrier MotoGP 2022

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2022

GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

Courses 2022

GP moto du Qatar 6 mars : GP du Qatar
GP moto d'Indonésie 20 mars : GP d'Indonésie
GP moto d'Argentine  3 avril : GP d'Argentine
GP moto des Amériques 10 avril :  GP des Amériques
GP moto du Portugal 24 avril : GP du Portugal
GP moto d'Espagne 1er mai : GP d'Espagne
GP de France moto 15 mai : GP de France
GP moto d'Italie 29 mai : GP d'Italie
GP moto de Catalogne 5 juin : GP de Catalogne
GP moto d'Allemagne 19 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 26 juin : GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande 10 juillet : GP de Finlande
GP moto de Grande-Bretagne 7 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 21 août : GP d'Autriche
GP moto de San Marin 4 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Aragon 18 septembre : GP d'Aragón
GP moto du Japon 25 septembre : GP du Japon
GP moto de Thaïlande 2 octobre : GP de Thaïlande
GP moto d'Australie 16 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie 23 octobre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 6 novembre : GP de Valence


SAISON 2022   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...